Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Gaz sarin: une entreprise belge pour traiter les déchets provenant des armes chimiques syriennes?! (déjà paru)

Publié par David Jarry - Webmaster sur 19 Novembre 2015, 11:15am

Catégories : #Environnement

Mise à jour 19 novembre 2015

Alors que la France vient de subir des attaques terrosites et que l'état d'urgence est proclamé, le premier ministre Manuel Walls alerte sur un risque élevé d'attentats au gaz sarin!

Ce gaz hautement toxique est pourtant présent à nos portes entre la Belgique et le sud de la France semble t-il?....

_____________________________________________________________________________

La société belge de traitement de déchets Indaver est candidate au traitement des déchets provenant des armes au gaz toxique neutralisées en Syrie, alors que dans le même temps l'administration d'Obama veut stocker 15 des 800 tonnes de gaz syrien à 330km au large de Perpignan!

 

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-gaz-sarin-obama-veut-stocker-15-des-800-tonnes-de-gaz-syrien-a-330km-au-large-de-perpignan-122022478.html

 

La société Invader va introduire une offre en ce sens.

 

AFP

L’entreprise va introduire une offre dans les prochains jours auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), l’instance internationale chargée de contrôler la destruction des armes chimiques syriennes, rapportent jeudi les quotidiens De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Le régime du président syrien Bachar el-Assad a remis 1.300 tonnes d’armes chimiques à l’OIAC. Au moins 560 tonnes seront neutralisées dans les installations situées à bord d’un navire américain. Il restera ensuite de très nombreux déchets, qui devront être brûlés sur terre.

La société belge de traitement de déchets Indaver est candidate à cette tâche et propose d’utiliser un des fours à tambour rotatif situé en région anversoise. «Nous étudions maintenant les modalités», indique le porte-parole de l’entreprise, Jos Artois. «Notre personnel étudie de quels produits toxiques il sera question et de quels emballages. La question la plus importante que nous avons encore est de savoir à partir de quel moment ces produits seront sous notre responsabilité. Est-ce une fois passés notre porte, ou dès l’arrivée au port? Cela fait une énorme différence, tant d’un point de vue logistique que financier.»

 

lanouvellegazette.be avec AFP

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

 

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents