Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


GJ 1214b, une super-Terre à l'atmosphère nuageuse

Publié par David Jarry - Webmaster sur 7 Janvier 2014, 18:56pm

Catégories : #Espace

Grâce à Hubble, une équipe de scientifiques américains a réussi à caractériser l'atmosphère de la planète nommée GJ 1214b. Cette super-Terre qui orbite autour d'une étoile située à 40 années-lumière de nous, serait recouverte de nuages.

 


Des nuages, des nuages et encore des nuages, pas besoin de s'évertuer à prédire la météo sur GJ 1214b. Située à 40 années-lumière de la Terre dans la constellation d'Ophiuchus, cette planète est classée parmi les super-Terres. C'est-à-dire que sa masse est supérieure à celle de la Terre mais inférieure à celle des géantes gazeuses du système solaire. Depuis sa découverte en 2009, la planète suscite un grand intérêt.

 

 Du fait de sa proximité et de la petite taille de son étoile parent, GJ 1214b est en effet la super-Terre la plus facile à observer. Une perspective d'importance alors que ce type de planètes reste largement méconnu. De plus, des études ont montré que les super-Terres comme GJ 1214b étaient sans doute les plus répandues dans la Voie lactée. Depuis plusieurs années, les scientifiques tentent donc de percer ses secrets et une équipe américaine vient de franchir un pas majeur dans le domaine.Dirigée par des scientifiques du Department of Astronomy and Astrophysics de l'Université de Chicago, l'équipe a réussi à caractériser l'atmosphère de GJ 1214b qui était restée jusqu'ici imprécise. Grâce aux données récoltées, les études menées précédemment avaient établi deux possibilités : son atmosphère pouvait être soit entièrement composée de vapeur d'eau ou d'autres types de molécule lourde, soit contenir des nuages qui cacheraient ce qui se trouve en-dessous.

Des nuages qui cachent la surface

 

D'après la nouvelle étude publiée dans la revue Nature, il s'agirait de la seconde possibilité : la planète serait entièrement entourée de nuages. Pour en arriver là, les scientifiques ont utilisé des observations collectées par le télescope Hubble pendant 96 heures réparties sur 11 mois. Plus précisément, ils ont mesuré le spectre de la lumière dans le proche infrarouge émise par GJ 1214b. Ils ont alors constaté qu'ils ne trouvaient aucune signature ou empreinte chimique de quelque molécule que ce soit dans l'atmosphère de la planète.Les astronomes Laura Kreidberg, Jacob Bean et leurs collègues ont ainsi éliminé la première possibilité. Si l'atmosphère avait réellement été sans nuage et composée de vapeur d'eau, de méthane, d'azote, de monoxyde de carbone ou de dioxyde de carbone, ils en auraient trouvé la trace. Pour eux, la meilleure explication des observations faites est que GJ 1214b est cernée par des nuages se trouvant à haute altitude et cachant toute information sur l'atmosphère basse et la surface se trouvant en-dessous. "Nous avons réellement repoussé les limites des mesures qu'il est possible de faire avec Hubble. Cette avancée pose les bases pour caractériser d'autres Terres avec des techniques similaires", a expliqué dans un communiqué Laura Kreidberg de l'Université de Chicago et principal auteur de l'étude. "C'est très excitant que nous puissions utiliser un télescope comme Hubble qui n'a jamais été conçu pour cela, pour faire ce genre d'observations avec une précision aussi extrême", a ajouté Jacop Bean, principal investigateur du projet. D'autres découvertes à venirL'étude est cependant loin d'être terminée. La composition des nuages reste, par exemple, totalement inconnue. Des modèles décrivant l'atmosphère de super-Terres suggèrent que les nuages pourraient être composés de chlorure de potassium ou de sulfure de zinc à une température dépassant les 230°C comme ce serait le cas sur GJ 1214b. Avec de telles conditions, "vous vous attendez à voir des nuages de types très différents de ceux qui se forment sur Terre", a précisé Kreidberg.Pour en apprendre plus, les astronomes attendent avec impatience le lancement du James Webb Space Telescope (JWST) qui pourrait en révéler davantage sur ces mondes lointains. "Les nouvelles capacités de ce télescope nous permettra de voir à travers les nuages de planètes comme GJ 1214b. Mais plus que cela, il pourrait ouvrir la porte vers l'étude des planètes semblables à la Terre orbitant autour d'étoiles voisines", a conclu Kreidberg.Conçu par l'Observatoire européen austral (ESO), la vidéo ci-dessus zoome dans la Voie lactée jusqu'à montrer GJ 1214b et l'étoile parent autour de laquelle elle orbite.

Copyright © Gentside Découverte

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

  

 

Commenter cet article

ummite 07/01/2014 19:51


tout cela est bien joli , mais pour le moment , ce n'est que supputaton stériles .


pour y arriver , il faudra 100 générations de cosmonautes , enfants et arrières petits enfants des premiers colons cosmonautes qui auront tous oubliés la terre , son emplacement .

Nous sommes sociaux !

Articles récents