Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Gliese 1214 b : Découverte d’une planète-océan

Publié par Dav sur 23 Février 2012, 22:55pm

Catégories : #Espace

Gliese 1214 bLa Terre, l'exoplanète Gliese 1214 b - image imaginaire - et Neptune, à la même échelle. Photos Nasa.

 

Depuis sa découverte en 2009, les astronomes soupçonnaient Gliese 1214 b d’être un monde exotique, un nouveau type de planète, encore jamais vu, ni dans notre système solaire, ni nulle part ailleurs dans la Galaxie… L’analyse des observations de cet astre situé dans la constellation d’Ophiuchus, à l’aide du télescope spatial Hubble, à paraître dans l’Astrophysical journal, confirme leur intuition : à tous points de vue, ce monde ne ressemble à rien de connu.

 

Gliese 1214 est une très discrète étoile, invisible à l’oeil nu, située dans les riches champs stellaires de la constellation d’Ophiuchus. Située à seulement 42 années-lumière, soit environ quatre cent mille milliards de kilomètres, elle est suffisamment proche pour être étudiée en détail par les astronomes. Cette étoile est une naine rouge, âgée de six milliards d’années environ et mesurant 290 000 kilomètres de diamètre, soit le cinquième du diamètre solaire. Son éclat est dix mille fois moins intense que celui de notre étoile. C’est au sommet du mont Hopkins, dans le sud de l’Arizona, que sa planète a été découverte, en 2009, à l’aide du réseau MEarth, un groupe de huit petits télescopes de 40 cm de diamètre fonctionnant automatiquement. Toutes les 38 heures, en effet, la planète Gliese 1214 b passe devant l’étoile naine rouge, « l’éclipsant » en partie. Durant ces transits, la lumière de l’étoile baisse de 1,4 %. Très vite, les astronomes du monde entier ont tourné leurs télescopes vers la belle inconnue et ont commencé à esquisser son portrait en estompe. La planète Gliese 1214 b est une « super Terre », c’est à dire un astre situé à mi-chemin des planètes rocheuses, comme Mars, Vénus et la Terre, et des planètes gazeuses, comme Uranus, Neptune ou Saturne. De tels astres n’existent pas dans notre propre système solaire. Pour fixer les idées, Gliese 1214 b est 2,7 fois plus grande et 6,5 fois plus massive que la Terre. Pour comparaison, Neptune est 3,8 fois plus grande et 17 fois plus massive que notre petite planète bleue. Mais la caractéristique la plus intéressante de l’exoplanète d’Ophiuchus, c’est sa masse volumique : 1,9, contre 1 pour l’eau et 5,5 pour la Terre ! En clair, Gliese 1214 b est seulement deux fois plus dense que l’eau… Pour les astronomes, un monde aussi léger ne peut-être constitué que d’un noyau rocheux entouré de glaces et de gaz… Dans le système solaire, de tels astres existent : Neptune et Encelade, par exemple, ont une densité de 1,6. Mais comment décider si cette planète, comme Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, est essentiellement composée d’Hydrogène, d’hélium, de méthane, ou bien de glace d’eau, comme Encelade ?

 

Un premier indice a aidé les scientifiques : Gliese 1214 b, dont l’année dure… trente huit de nos heures, tourne à seulement deux millions de kilomètres de son étoile ! Malgré le faible rayonnement de cette dernière, la température moyenne, à la surface ou dans l’atmosphère de cette planète, avoisine 230 °C… Dans un tel environnement, les éléments légers, comme l’hydrogène et l’hélium, ont du s’échapper depuis des milliards d’années de la planète. D’où le modèle proposé par les chercheurs : Gliese 1214 b serait une « planète océan », essentiellement constituée d’eau…

 

En orientant le télescope spatial Hubble vers l’étoile Gliese 1214, l’équipe de Zachory Berta voulait suivre les transits de sa planète, et tenter d’observer en transparence l’atmosphère de celle-ci, traversée par la lumière de l’étoile située en arrière-plan. Mission accomplie : le spectre obtenu par les astronomes, dénué de raies d’émission ou d’absorption, conforte leur intuition quant à la nature de la planète ; son atmosphère serait constituée essentiellement de vapeur d’eau… La « planète océan » tournant autour de son étoile naine rouge va être dans les années qui viennent l’objet de l’attention de la communauté astronomique, qui va tenter de dépeindre le « paysage » de cette extraordinaire étuve cosmique… On peut supposer que cette planète des brumes est couverte d’un océan de plusieurs centaines ou milliers de kilomètres de profondeur, cet océan immense étant perpétuellement plongé dans la pénombre, sous un ciel de plomb ; inchangé depuis des millions de millénaires.

 

Science et vie.com

 

publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"

2012 et après

Commenter cet article

lasorciererouge 23/06/2012 18:53





La conception d'un artiste montre la nouvelle planète extraterrestre Kepler-36c car elle pourrait ressembler à la surface de Kepler-36b.



Par: Mike Wall
Publié: 21/06/2012 14:08 HAE, le SPACE.com


 


Il est fait de science-fiction fait: Les astronomes ont découvert deux planètes exotiques autour de la même étoile dont les orbites sont si rapprochées que chacun se lève dans le
ciel de la nuit de sa soeur monde comme une lune pleine exotique.


Les planètes récemment découvertes sont 1.200 années-lumière de la Terre et sans précédent à trouver, selon les chercheurs. Ils diffèrent considérablement en taille et
en composition, mais relèvent de seulement 1,2 million miles (1,9 millions de kilomètres) de l'autre, plus proche que n'importe quelle autre paire de planètes connues, selon une nouvelle
étude.


Une des découvertes récemment planètes
extraterrestres , appelée Kepler-36b, semble être une rocheuses "super-Terre" 4,5 fois plus massive que notre planète. L'autre, Kepler-36c, est un
gaz, Neptune taille du monde environ huit fois plus massive que la Terre. Les deux planètes se réunissent tous les 97 jours dans une conjonction qui font de chaque visible de
manière dramatique dans l'autre ciel.


«Ces deux mondes ont des rencontres rapprochées", a déclaré le co-auteur principal Josh Carter, de l'Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, dans un communiqué.


 



Un coup d'oeil à la façon dont la planète étrangère Kepler-36c pourrait ressembler à la surface de son proche voisin, Kepler-36b, avec l'horizon de Seattle a ajouté pour
l'échelle (à droite). A gauche, la lune plane sur Seattle de donner la perspective encore plus.


Lors de leur plus proche approche, les deux planètes sont séparées par cinq fois la distance entre la Terre et la lune. Comment ces différents organismes se sont
retrouvés dans ces orbites similaires peut être difficile pour les théories actuelles de formation des planètes et de la migration pour expliquer, selon les
chercheurs.


"C'est sans précédent", co-auteur principal Eric Agol, de l'Université de Washington, a déclaré SPACE.com par e-mail. "Ils sont aussi différents de la densité que la
Terre et de Saturne (les planètes de densité la plus élevée et de notre système solaire), mais ils sont 30 fois plus près que n'importe quelle paire de planètes dans notre système
solaire." (Agol par la suite précisé à SPACE.com que Kepler-36b et c sont en fait plus comme 20 fois plus rapprochés que les deux planètes dans notre coin de pays.) [
Galerie: Les plus étranges planètes extraterrestres ]


Voisins étranges


Les deux planètes connues dans le système de Kepler-36 - qui est situé dans la constellation (The Swan) Cygnus - ont été détectés par la NASA télescope spatial Kepler .


Kepler est continuellement à regarder plus de 150.000 étoiles, guettant baisses de luminosité causés révélateurs quand planètes se croisent devant les étoiles du point de vue du
télescope. Depuis sa Mars lancement en 2009, Kepler a signalé plus de 2300 potentiels planètes exotiques, tandis que seulement une petite fraction ont été confirmés à ce jour, les
scientifiques de la mission pense que plus de 80 pour cent d'entre eux finira par être la vraie affaire.


Kepler-36c, qui est environ 3,7 fois plus large que la Terre, a probablement un noyau rocheux entouré d'une atmosphère substantielle rempli avec beaucoup d'hydrogène et d'hélium,
selon les chercheurs.


Kepler-36b, d'autre part, est un super-Terre
à seulement 1,5 fois plus large que notre planète. Fer constitue probablement environ 30 pour cent de sa masse, de l'eau autour de 15 pour cent et de l'hydrogène et
l'hélium atmosphérique de moins de 1 pour cent, selon les chercheurs.


Bien qu'ils sont très différents en taille et en maquillage, les deux planètes se rendre sur les chemins étonnamment semblables autour de leur étoile hôte. Kepler-36c
orbites une fois tous les 16 jours, à une distance moyenne de 12 millions de miles (19 millions de km). Kepler-36b orbite tous les 14 jours et se trouve environ 11 millions de
miles (18 millions de km) de l'étoile.


Kepler-36b sont probablement formés relativement proche de l'étoile, tandis que Kepler-36c a probablement pris la forme plus loin. Astronomes modèle migrations à grande
échelle qui peuvent apporter d'abord éloignés planètes beaucoup plus rapprochés, mais le propre de Kepler-36 système peut forcer certaines améliorations, selon les chercheurs.


«Ces modèles reposent sur des hypothèses qui auront vraisemblablement pour être« tordu »ou affiné pour tenir compte à la fois pour b et c de proximité et les différences de
composition», a indiqué M. Carter SPACE.com par e-mail. "L'existence de Kepler-36 peut aider à clarifier ou d'infirmer ces hypothèses."


Les deux planètes sont probablement trop chaude pour soutenir la vie comme nous la connaissons, avec Kepler-36b probablement sportives coulées de lave à sa surface. Ils
en orbite à peu près trois fois plus près de leur étoile hôte, connu sous le nom de Kepler-36a, que la planète diablement chaude Mercury fait à notre soleil. Et Kepler-36a est probablement un
peu plus chaud que notre étoile, selon les chercheurs.


Les chercheurs publient leurs résultats jeudi (Juin 21) dans la revue Science.


Une scène impressionnante ciel


Tous les 97 jours, Kepler-36b et c l'expérience d'un concert qui les amène au sein de seulement 1,2 million miles (1,9 millions de km) de l'autre - environ cinq fois la distance
Terre-Lune. Ce serait tout un spectacle pour un observateur sur la surface de ces planètes.


"Planète c semble à peu près 2,5 fois la taille de la pleine
lune , vue de la surface de la planète b. A l'inverse, la planète b serait environ la taille de la pleine lune sur la planète c, "a déclaré M.
Carter.


«Nous ne pouvons spéculer sur l'apparence de la planète c: Il peut sembler un peu plus pourpre que Neptune," at-il ajouté. "La teinte pourpre doit à l'absorption de
rouge et de jaune par le sodium et le potassium. Il pourrait aussi être une raison légère teinte brun brumes de la photo-dissociée du méthane."


Ces vues spectaculaires pourrait bien être de l'ordre pendant de nombreuses années à venir, selon les chercheurs, pour les orbites de Kepler-36b et c semblent peu susceptibles de
changer de sitôt.


"Nous nous attaquons à cela dans un document de suivi, mais la r&e

nadine 18/03/2012 22:01


Génial merci !!!

lasorciererouge 18/03/2012 20:31


http://www.solarsystemscope.com/


j'ai trouvé ça, c'es interactif et c'est génial 

Dav 18/03/2012 20:55



Oui Red je l'ai en favoris! c'est sympa de pouvoir se promener dans le système solaire, merci de le partager avec les lecteurs...Amitiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents