H.A.R.R.P...l'arme ultime

Publié le 26 Avril 2011

2279189-3185153.jpg

 

Les américano-sionistes ont mis au point un vaste système d'armement capable de :

* scanner les entrailles de la terre à la recherche de bases secrètes,

* d'interrompre toute forme de communication hertzienne,

* d'influencer les comportements humains,

* de modifier la météorologie,

* de griller les avions dans le ciel comme le ferait un vulgaire four à micro-ondes de votre potage,

* de provoquer des tremblements de terre

* ou des explosions aussi puissantes qu'une bombe atomique

______________________________________________________________________________________________

 

Avec le "Haarp", l'armée américaine serait en train de rééditer, sous une forme plus économique et plus dangereuse encore, son projet "Star Wars"
ou Guerre des étoiles. A une différence près : il s'agit cette fois d'une installation terrestre.

Les initiales HAARP signifient en anglais "High-frequency Active Auroral Research" (recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales.) De prime abord, derrière ces initiales un peu ésotériques, se cache un projet de 30 millions de dollars de co°t annuel que l'armée américaine présente comme d'innocente recherches sur l'ionosphère.

Néanmoins, il est difficile de croire qu'il ne s'agit pas d'un projet à des fins militaires lorsque l'on sait que les vrais bailleurs de fond sont la Navy, l'Air Force et le Département de la Défense.

Haarp est relié à l'un des ordinateurs les plus puissants de la planète à l'université d'Alaska dans le Butrovich building. Quant à son aspect physique, il s'agit somme toute d'un vaste périmètre plat et déboisé, planté de 48 antennes de 20 mètres de haut, reliées chacune à un émetteur d'un peu moins de 1 million de watts de puissance. A terme, le nombre d'antennes et la puissance des émetteurs sont appelés à se multiplier pour atteindre la puissance phénoménale de 1 milliard de watts émis par un réseau de 360 antennes. Les émetteurs sont alimentés en énergie par 6 turbines de 3.600 CV brûlant quelque 95 tonnes de diesel par jour.

A quoi ça sert ?

Officiellement, les scientifiques qui travaillent sur cet émetteur radio mégalomaniaque veulent étudier l'ionosphère. Officieusement, Haarp va tirer parti de l'ionosphère pour en faire une arme à énergie. L'ionosphére est cette couche située au-dessus de la stratosphère, constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie et qui démarre à une altitude moyenne de 48 km pour se terminer à 600 km de notre surface terrestre. Cette couche à haute densité énergétique est vitale pour notre planète car elle joue un rôle fondamental de bouclier, au même titre que la couche d'ozone.

Haarp se fonde sur les recherches de Bernard Eastlund, qui s'est lui-même inspiré des travaux de Nikola Tesla, un scientifique croate, inventeur de génie du début du siècle, à qui l'on doit le courant alternatif (combattu par Edison favorable au courant continu) et le courant triphasé... Tesla mit notamment au point un procédé permettant de transférer de hautes quantités d'énergie électrique sans l'apport de c,ble sur une distance de 42 km et il consacra une bonne partie de ses recherches à "l'énergie ionosphérique" et aux phénomènes électromagnétiques. Ses travaux furent financés, canalisés, puis censurés pour des raisons financières par le banquier JP Morgan et la société Westinghouse. (voir remarquable génie Nikola Tesla et comment mener une guerre biologique et psychologique)


Comment cela fonctionne-il?

Toute la technologie contenue dans le projet "Haarp" revient, grosso modo, à pointer vers l'ionosphère un faisceau d'ondes (comme le ferait un émetteur radio) à hautes fréquences (HF) afin de voir ce qui s'y passe. Le bombardement d'une zone donnée de l'ionosphère avec ces HF a pour effet de créer un énorme miroir virtuel qui agit comme une antenne. Cette "antenne"
virtuelle réémettra des fréquences extrêmement basses (ELF : extremely low
frequency) vers la terre. pour employer une image, outre l'effet d'antenne virtuelle ainsi déployée dans le ciel, on crée une sorte de four micro-ondes géant dans un territoire donné de l'ionosphère. Malheur aux avions et aux missiles qui passeraient dans le ciel à ce moment-là. selon la puissance des émetteurs, on pourrait tout aussi bien affoler les systèmes de guidages électroniques, radars et autres appareils radio de ces missiles et aéronefs que de les griller.


Le but ultime étant de générer un bouclier protecteur global capable de faire le tri entre les cibles ennemies, nucléaires ou conventionnelles, et de les "traiter" de la façon adéquate. Enfin "Haarp" a surtout pour but d'empêcher toutes les communications radio et satellites ennemies dans une zone précise. En plus, avec l'aboutissement de ce projet, les Américains pourront rendre leur propre système de communication quasiment inviolable.
Voilà pour la version officielle.

Les buts occultes

Sur la base des travaux et brevets d'Eastlund, d'autres scientifiques, chercheurs, journalistes et militants écologistes se sont engagés dans un véritable jeu de détective avec l'armée américaine afin de déterminer d'autres aspects non avoués par l'Air Force et la Navy du projet "Haarp".
Parmi ceux-ci, le Dr Rosalie Bertell, une scientifique de haut niveau qui, naguère, avait été désignée comme expert par l'administration Reagan pour étudier les effets du projet d'armement "Star Wars". Elle est aujourd'hui consultante pour le Parlement européen sur "Haarp". Ou encore le Dr Nick Begich, un écologiste convaincu et Jeanne Manning, une journaliste indépendante qui s'est spécialisée dans les recherches sur les énergies dites "non conventionnelles" qui sont coauteurs d'un livre "anti-Haarp" au titre évocateur : "Angel dont' play this Haarp", qui a fait grand bruit outre-Atlantique et qui révêle, sur la base de données sérieuses, les applications occultes du projet. Le fruit de leur enquête a été corroborée par d'autres scientifiques comme le Pr Zielinski, un physicien allemand spécialisé dans l'électrodynamique quantique ou le chimiste américain Richard Williams. La liste des détracteurs scientifiques de Haarp est innombrable.



Pensées contrôlées

Selon ces scientifiques, les militaires n'en sont qu'à la phase expérimentale de leurs travaux mais les résultats déjà enregistrés sont très prometteurs. Ainsi, grâce à l'injection de fortes quantités d'énergie dans l'ionosphère, on pourra influencer la météorologie pour provoquer des effets bénéfiques dans une région donnée... ou cauchemardesque dans une autre.

Comment? Tout simplement en modifiant la circulation des vents en haute atmosphère là o ils entrent en interaction avec l'ionosphère. On pourra également provoquer la libération soudaine d'une énorme quantité d'énergie en imitant par exemple le flash provoqué par une explosion nucléaire à haute altitude. Un type d'action militaire qui ne relève en rien de la science-fiction puisqu'elle a déjà été utilisée sur le terrain en
1991 au cours de la guerre du Golfe et de l'opération "Desert Storm". Selon le périodique militaire officiel Defence News (n19 du 13 avril 1992), les Etats-Unis avaient déployé sur le champ de bataille une arme à impulsion électromagnétique (EMP Weapon). Le but de cette arme est double: il permet, comme le fait une explosion nucléaire, d'empêcher toute forme de communication radio chez l'ennemi et a un effet redoutable en matière de guerre psychologique. On comprend mieux dans ce cas pourquoi des dizaines de milliers de soldats irakiens se sont rendus sans combattre. Autre application de la technologie "Haarp" : transmettre sans l'apport d'un cable électrique de fortes quantités d'énergie d'un point à l'autre. Utile, par exemple, pour ravitailler à distance les batteries électriques d'un sous-marin.

Maintenant à vous d'en tirer une conclusion.

Source: Alterinfo.net

Dav  "2012 un nouveau paradigme"

Rédigé par Dav2012

Publié dans #Nouvel ordre mondial

Commenter cet article

lasorciererouge 14/03/2012


http://www.youtube.com/watch?v=YMeQ-Ph4-z4


Nouvelle arme:  bébé HAARP...et ils sont fiers d'eux , 1/10 de chance d'avoir des problèmes, je parlerai plutôt
risques ! 

lasorciererouge 15/03/2012


http://sos-crise.over-blog.com/article-la-cia-deguise-ses-meurtres-en-attaques-cardiaques-science-detournee-video-101603442.html


Mais jusqu'ou iront ils dans leur folie ??


Budgets ILLIMITES pour ce genre de recherches  , je pense que nous sommes mal barrés  !!

lasorciererouge 09/06/2012


Le projet HAARP (High frequency Active Auroral Research Program) (« programme de recherche sur les aurores boréales en haute atmosphère »), nom créé pour ne faire peur à personne et avec un
budget apparemment pas trop élevé (30 millions de dollars par an officiellement).


Le projet HAARP est un programme américain scientifique et militaire de recherche sur l’ionosphère. Ce projet est financé conjointement par l’US Air Force et l’US Navy des États-Unis tandis que
les activités scientifiques sont gérées par l’Université de l’Alaska.


HAARP est le 3ème site de recherche ionosphérique américain. Les autres sites étant dans les environs de l’observatoire d’Arecibo à Porto Rico, et
proche de Fairbanks en Alaska : station HIPAS.


D’autres installations telles que HAARP existent dans le monde comme la station européenne EISCAT avec une puissance de 1000 MW (ERP) et qui est situé près de Tromsø en Norvège. Une autre station
se trouve aussi en Russie, la station Sura, près de Nijni Novgorod avec une puissance de 190 MW.


Les installations du HAARP utilisent la technologie IRI (Ionospheric Research Instrument) ainsi que des techniques radioélectriques afin de modifier localement l’ionosphère par excitation via des
ondes haute fréquence (HF) et ce, afin d’étudier les modifications sur les communication longues distances.


Le site du Projet HAARP est installé près de Gakona en Alaska et aurait coûté 30 Millions de dollars. Cette installation utilise 180 antennes dipôle. La puissance rayonnée est de 3,6 MW PEP pour
une puissance ERP (puissance irradiée) de 3,891 MW (84 db W). La gamme de fréquence HF utilisée est de 2,8 à 10 MHz. Le projet à terme prévoit 360 antennes de 3 mégawatts chacune, soit 1 gigawatt
!


Les émetteurs HF sont alimentés en énergie par 6 turbines brûlant 95 tonnes de diesel par jour. L’installation rejette 7 tonnes de déchets par jour.


Le site de HAARP est situé près des immenses réserves de gaz et de pétrole de la société ARCO, qui est … propriétaire des brevets HAARP. L’installation est reliée à l’un des plus puissants
ordinateurs de la planète, sur le campus de l’université D’Alaska et est protégée par un réseau de défense antiaérien comparable à celui de Washington: des batteries de missile sol-air sont
disséminés partout en Alaska dans le seul but de protéger la station de Gakona.


Selon le site officiel de ce projet, HAARP aurait pour but d’étudier les propriétés de l’ionosphère et plus particulièrement, d’étudier comment les perturbations de cette couche de la haute
atmosphère (orages magnétiques) affectent les communications radio mondiales, les systèmes de navigation par satellite ainsi que les réseaux de transport d’électricité sur de longues distances.


Les chercheurs « tentent » aussi de produire de petits changements temporaires sur une région limitée, directement au-dessus du site d’investigation. Les instruments de HAARP, d’une
extraordinaire sensibilité, permettent de faire des corrélations détaillées à partir des effets produits et donnant ainsi une meilleure compréhension de la façon dont l’ionosphère répond à une
grande variété de phénomènes naturels.


Là où il y a controverse, c’est au niveau de sa capacité à influencer l’ionosphère qui serait beaucoup plus importante que celle admise officiellement.


En effet, les 180 antennes du projet HAARP permettraient de modifier le climat, d’interrompre toute forme de communication hertzienne, de détruire ou détourner des avions et missiles
transcontinentaux et d’influencer les comportements humains et tout cela, via des actions sur l’ionosphère.


Cette dernière théorie fut développée par le Dr Nick Begich et la journaliste Jeane Manning en 1995, dans le livre « Les anges ne jouent pas de cette HAARP »


Selon eux, les armes EMP (et à plus forte raison, HAARP) ont un effet psychologique perturbant sur l’être humain. Il se pourrait que HAARP, arme polyvalente s’il en est, puisse aussi être
utilisée dans ce but. Une arme « psychotronique » utilisant une onde ELF (ultra basse fréquence) de forte puissance pourrait être capable de manipuler mentalement les populations à leur insu. Les
ondes ELF peuvent en effet interférer avec les fréquences cérébrales et provoquer la synthèse de substances neurochimiques altérant les émotions : peur, dépression, colère…, comme l’avait
découvert dès 1952 le professeur Jose Delgado de l’université de Yale.


Les molécules d’ADN et d’ARN, à cause de leur longueur, sont particulièrement sensibles aux hautes fréquences modulées en basse fréquence. Il est possible que des maladies affectant le système
d’orientation des cétacés, les faisant s’échouer par troupeaux entiers sur les côtes, soient causées par les essais HAARP pour communiquer avec les sous-marins.


Et il y a déjà des décennies que l’on sait qu’en plaçant la tête dans l’axe du guide d’onde d’un radar, dont la porteuse est modulée en fréquence, on entend nettement la modulation « dans sa tête
».


Au tout début, il ne s’agissait que de faibles énergies: on utilisait des ondes HF émises depuis Gakoma pour ioniser l’ionosphère et créer un miroir sur lequel on envoyait des ondes ELF,
utilisées pour communiquer par exemple avec les sous-marins : les ondes de très basses fréquences, ou ELF, ont en effet la propriété de pouvoir pénétrer plusieurs kilomètres sous terre ou sous la
mer.


Puis, rapidement, les militaires américains se sont aperçus que HAARP fonctionnait très bien et que d’autres applications pouvaient être envisageables. Par exemple, un « radar ELF » capable de
scanner le sous-sol de la terre entière à la recherche de bases secrètes, et les mers à la recherche de sous-marins.


HAARP permet aussi de créer une arme EMP, une arme à impulsion électromagnétique qui anéantit instantanément toutes les communications et dispositifs électroniques chez l’ennemi. Une arme EMP a
été utilisée contre l’Irak en 1991 au cours de la guerre du golfe.


Et puis, les américains ont très vite compris qu’ils pouvaient utiliser des énergies encore plus intenses pour détruire carrément des cibles terrestres ou aériennes… Et même carrément contrôler
la météorologie ? Bizarre, j’ai l’impression de laisser le chauffage de ma maison allumé plus longtemps chaque année !!


Alors maintenant, la question que l’on est en droit de se poser : « Qui déclenche les Tremblements de terre, les tsunamis, et autres catastrophes soit disant naturelles ? »


Emplacement des stations HAARP dans le monde





Source : iciplaneteterre



Haarp Reportage SUR LeS FAUSSES CATASTROPHES… par ClaVieFrere2011


"La misère qui s’abat sur nous n’est que le passage de la corruption, l’amertume d’hommes qui craignent la voie du progrès

lasorciererouge 09/08/2012


Clairvoyants les Iraniens ? Qui sait, ce sont peut- être les seuls à oser dire tout haut ce que des
personnes de plus en plus nombreuses pensent tout bas.


Si certains s’interrogent ici où là sur le réel but du projet Haarp mené par les Etats-Unis, tandis que la sécheresse pourrait faire
s’envoler le cours des matières agricoles et enflammer la planète toute entière par des émeutes de la faim, Téhéran met carrément les pieds dans le plat. Avant qu’il ne soit vide …


Mi-juillet, un vice-président iranien, cité par l’agence Fars, a ainsi affirmé que l’Occident était responsable de la sécheresse qui
frappe le sud de l’Iran dans le cadre de sa « guerre non déclarée » contre la République islamique.


« J‘ai des doutes sur la sécheresse anormale qui touche le sud du pays. L’oppression et le colonialisme mondial (appellations de l’Occident par les dirigeants iraniens) influencent la
situation météorologique avec des moyens technologiques (…) et cela fait partie de la guerre non déclarée » des Occidentaux contre l’Iran, a ainsi déclaré le vice-président chargé du tourisme, Hassan Moussavi.


En aout 2010, le très sérieux journal Ria Novosti, nous arrapelait d’ores et déjàa que les
Américains travaillent depusi quelques années sur la capacité de contrôler le climat dans diverses régions du monde. Cette technologie, développée dans le cadre du High-frequency Active Aural
Research Program (HAARP), est capable de provoquer des phénomènes tels que des sécheresses, des ouragans,
des tremblements de terre et des inondations.


Andreï Arechev, l’auteur de l’article, indiquait par ailleurs que « du point de vue militaire, le projet HAARP est une arme de destruction massive, un instrument d’expansion qui
permet de déstabiliser sélectivement les systèmes écologiques et agricoles des pays et des régions ciblés. »


Simple scénario digne de James Bond, me direz-vous ? Peut-être … mais il serait tout de même très intéressant d’analyser très précisément les événements et tensions planétaires « imaginés » par le
scénariste … l’on pourrait avoir des surprises …


« La base technique connue du programme est un système d’émetteurs électromagnétiques destiné à l’étude des
processus dans l’ionosphère et composé de 360 émetteurs radio et de 180 antennes d’une hauteur de 22 mètres » précisait encore le
journaliste de Ria Novosti. « En émettant dans le ciel 3 600 kilowatts la station est devenue l’installation la plus puissante au monde pouvant agir sur l’ionosphère » affirmait-il enfin.


Le programme, lancé en 1990, est financé par la direction des Recherches maritimes et par le laboratoire de Recherche de l’armée de l’air américaine avec la participation des plus grandes
universités.


On pourrait toujours continuer à rire de Hugo Chavez qui a expliqué le tremblement de terre dévastateur en Haïti par la mise en
application de HAARP déclarait alors le journaliste, ajoutant toutefois que des hypothèses similaires avaient été formulées après le tremblement de terre dans la provincechinoise de Sichuan en
2008.


« Les exigences de soulever le voile du secret défense sur les expérimentations menées en Alaska n’ont jamais cessé d’être exprimées aux États-Unis et dans d’autres pays. En Russie les exigences
similaires n’ont jamais été exprimées de façon bruyante » précisait encore Andreï Arechev.


« Néanmoins, il semblerait que les changements climatiques au service des intérêts politiques soient loin d’être un mythe » s’exclamait-il dès 2010. Ajoutant que « prochainement la Russie, ainsi
que le reste du monde, devrait faire face à un nouveau type de menace ».


Les développements dans le domaine d’armement climatique semblent atteindre la « capacité de rendement prévue», en engendrant les
sécheresses, en détruisant les récoltes et en provoquant sur le territoire de la « cible » toute une série de phénomènes anormaux concluait-il enfin.


Sources : Wikistrike, Nature alerte, Ria Novosti

lasorciererouge 21/11/2012


Vidéo youtube





Si cette vidéo ne fonctionne pa cliquez ici



Le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program), est un programme américain à la fois scientifique et militaire de recherche sur l’ionosphère. Ses activités dépendent de la
base aérienne de Kirtland AFB et sont financées conjointement par l’armée de l’air et la marine des États-Unis, ses activités scientifiques étant gérées par l’université d’Alaska et sa mise en
œuvre par le laboratoire Phillips de l’US Air Force et l’Office of Naval Research.


Derrière ce projet HAARP se cacherait donc une arme terrifiante, car, selon la bande de fréquence utilisée, très haute ou très basse, le système aurait la possibilité de provoquer à distance
des effets particuliers sur l’environnement tels que :
*scanner les entrailles de la terre, interrompre toute forme de communication hertzienne (guerre du Golfe en 1991),
*influencer les comportements humains (Guerre du Golfe, Afganistan),
*modifier le climat, désintégrer tout engin volant dans l’atmosphère (STAR WAR), *provoquer des tremblements de terre, des orages dévastateurs, des explosions puissantes en altitude (guerre du
Golfe).





Article source:http://nouveauparadigmemondial.e-

lasorciererouge 07/01/2013


Nikola Tesla - Tous les brevets de Nikolas Tesla sur 499 pages





En hommage à Nikolas TESLA sans lequel nous n'aurions pas d'électricité pour pouvoir nous éclairer
et communiquer sur le net. Nous mettons ci-dessous le fichier de tous ses brevets qui porte sur 499 pages.


En bas de l'article vous pourrez télécharger ses 112 brevets, 1 à 1.


Nikola Tesla - All U.S. Patents of Nikola Tesla 499
pages


http://fr.slideshare.net/egelygyorgy/nikola-t...  




Nikola Tesla - All U.S. Patents of Nikola Tesla 499 pages from Egely Gyorgy


Nikola Tesla


Le maître de l'induction magnétique



Nikola Tesla est né dans la nuit du 9 au 10 juillet 1856 à minuit, de parents serbes, dans le petit village croate
de Smiljan, près du mont Velelit. Son père, le révérend Milutin Tesla avait quitté l'armée pour les ordres après s’être rebellé. Sa mère Duka avait un sens inné de
l’invention et l'enfance de Nikola fut
émaillée de mille petites astuces et travaux de cette mère qui ne savait pas lire mais qui savait par cœur des volumes entiers de poésie. Nikola héritera de cette prodigieuse mémoire car
il était capable de déclamer des textes entiers de Goethe.

Il partit à new York en 1884, avec dit-on 4 cents en poche, la tête pleine de plans de machines tournantes et
volantes et de poésie. Se battant pour ses idées, ses différences de vues avec Einstein sur l’éther furent l’objet de vifs débats entre eux.


Après avoir été boudé pendant des décennies, être passé au travers de cabales destinées à le faire tomber dans
l’oubli, le génial Nikola Tesla revient en force dans la quête de l’Energie Libre, mais pas avec ce que notre époque, qui utilise pourtant une partie de ses travaux, lui doit
encore.
Rappelons qu’il est l’inventeur du moteur asynchrone, qu’il a introduit l'utilisation du courant
alternatif, mono et multiphasé, et inventé la célèbre bobine à induction qui porte son nom.


Pourquoi dit-on maintenant que Tesla est un génie ? Parce que, dans notre pays, c'est seulement de nos jours que l'on prend connaissance de ce que Tesla avait imaginé, mieux, fabriqué de
ses propres mains. Ses inventions censurées permettent de dire aujourd’hui que l’on est passé à côté d’une autre forme de civilisation.

Vers 1890 Nikola Tesla découvrit que l’énergie électrique pouvait être propagée à travers la Terre et autour de
celle-ci dans une zone atmosphérique, appelée la cavité de Schumann, comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude.



Des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, autour de 8 Hz (la résonnance de Schumann
ou pulsion du champ magnétique terrestre), se propagent pratiquement sans perte vers n’importe quel point de la planète.


Le système de distribution de force de Tesla et son intérêt pour l’énergie libre impliquaient que n’importe qui
dans le monde pouvait y puiser, à condition de s’équiper du dispositif électrique idoine, bien accordé à la transmission d’énergie.


 


"Avant longtemps, nos machines seront alimentées par une énergie disponible en tout point de l'univers. L'idée n'est
pas nouvelle. Nous la trouvons dans le mythe d'Anthée, qui tire l'énergie de la Terre. A travers tout l'espace se trouve de l'énergie. Cette énergie est-elle statique ou cinétique ? Si
elle est statique, nos espoirs sont vains; si elle est cinétique, et nous savons qu'elle l'est, les hommes réussiront bientôt à connecter leurs machines aux grands rouages de la nature."
Nikola Tesla. (Extrait d'une conférence du 20 mai 1891 à l'American Institute of Electrical Engineers de New York)


La menace pour les intérêts des distributeurs électriques provoqua la suppression de financements et le retrait
progressif du nom de Tesla des livres d’histoire. En 1895, il était un génie. En 1917, il n’était plus rien.

L’idée maîtresse de Tesla était que la Terre, avec son atmosphère formait un immense condensateur dans lequel il
suffisait de puiser. Pour bien le prouver, Tesla alluma 200 lampes (10.000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils de connexion.


 


La Terre et l’atmosphère formant un système résonant, l’astuce était d'en "ouvrir le robinet " en créant un système oscillatoire
harmonique sur les mêmes fréquences. A cette époque des débuts de la radio, quand les chercheurs étaient moins spécialisés et travaillaient avec tout ce qui leur paraissait relié à leur
passion, il était probable




lasorciererouge 06/05/2013


http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2013/05/le-projet-haarp-explications-sur-la.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/vRGh+%28SPREAD+THE+TRUTH%29&utm_content=Yahoo!+Mail


vidéo