Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


"Histoire inconnue des Hommes depuis cent milles ans"

Publié par Dav sur 13 Avril 2012, 18:21pm

Catégories : #Mythologies - Civilisations anciennes

Glozel est authentique

  

 

Glozel est incontestablement authentique, reconnu comme tel par l’immense majorité des préhistoriens du monde entier.

Glozel est un hameau de quatre maisons dans la commune de Ferrières (Allier), à une vingtaine de kilomètres au sud de Vichy. L’affaire débuta le 1er mars 1924, quand le jeune Émile Fradin et son grand-père, Claude, trouvèrent des briques, des tablettes gravées, deux tranchets, deux petites haches et deux galets portant des inscriptions. Trente-trois témoins, dont M. Augustin Bert, instituteur à Ferrières, et l’abbé Naud, curé-doyen de la paroisse, attestèrent l’authenticité de la trouvaille. Au cours de l’été (on n’est ni pressé ni curieux dans le milieu préhistorique), la Société d’Émulation (sic) du Bourbonnais se rendit sur place, puis fit parvenir des échantillons au Dr Capitan, aux Beaux-Arts. Capitan laissa les échantillons en souffrance, quelque part, durant treize mois, puis, un beau jour, il se rendit à Glozel et déclara au Dr Morlet qui avait pris la direction des fouilles :

— Vous avez là un gisement merveilleux... Faites-moi un rapport détaillé.

Glozel était, pensait-on, reconnu.

Le monde étonné allait apercevoir une civilisation inconnue et, bien entendu, tous ceux qui n’avaient pas participé à cette découverte récolteraient les lauriers, recevraient les palmes académiques ou avanceraient dans les honneurs.

Le Dr Morlet, pionnier de la découverte, ne l’entendit pas ainsi et, avant d’envoyer son rapport, il le publia, le 23septembre 1925, sous le titre Nouvelle station néolithique. Capitan, déçu, furieux, convoqua Morlet à Paris.

— Vous n’êtes pas connu, votre plaquette ne se vendra pas. Mettez mon nom à la place du nom de Fradin (attesté et publié par le chanoine Cote).

Le Dr Morlet refusa net. C’en était fait de Glozel : du jour aulendemain, le gisement fut contesté, ridiculisé.Bien plus, on attaqua les Fradin en correctionnelle. Motif : ils faisaient payer une taxe pour la visite de leur musée ; fraud eet escroquerie (exactement : entreprise pécuniaire pour montrer les produits d’une mystification). Pourtant, en 1926, l’abbé Breuil, après Capitan, avait déclaré :

— C’est bien du néolithique. Je vous remercie, vous m’avez convaincu.

Mais après le refus du Dr Morlet d’accrocher le nom de Capitan à la magnifique découverte, on tentait de ruiner les Fradin et leur trouvaille. Dans son courageux livre Glozel, trente ans après, le chanoine Léon Cote affirme que des causes personnelles motivèrent ce retournement, dû en grande partie à l’influence de l’abbé Breuil. On connaissait bien dans le monde savant la redoutable trinité Capitan, Breuil, Peyrony (conservateur du musée des Eyzies), qui constituait une firme exclusive en préhistoire. Or, la découverte de Glozel avait pris les trois hommes à l’improviste, en bouleversant leurs thèses, sans leur laisser le temps de concerter leurs réactions. Si encore ces trouvailles avaient été faites par un spécialiste patenté, chevronné, portant l’estampille académique, à la bonneheure ! Mais l’inventeur était un profane, qui s’affirmait indépendant. Il avait refusé de se mettre sous leur patronage, prétendant faire cavalier seul et haussait les épaules quand on lui offrait que son nom inconnu figurât modestement derrière leur signature.

 

Emile Fradin, découvreur du site de Glozel

 

Tous les procédés furent bons : lettres anonymes, faux télégrammes, supercheries. Un jour le Dr Morlet prit miss Garrod, éminence grise de l’abbé Breuil, en flagrant délit de truquage sur le terrain, alors qu’opérait la Commission des fouilles.

— Mademoiselle, c’est vous qui avez fait ce trou ! s’exclamale Dr Morlet qui la surveillait étroitement.

— Non, non, ce n’est pas vrai ! répondit-elle deux fois.

— Mademoiselle, j’ai des témoins.

— Eh bien oui, c’est moi !

Un photographe put prendre sur place un cliché de la scène. On y voit miss Garrod baissant la tête pendant que Morlet, en présence des témoins Tricot-Royer et Mallat, explique à la commission ce qui vient de se passer.

 

 

Morlet sur le champ des morts, 1927

 

Bref, pour perdre Glozel et déshonorer de braves gens, tout fut mis en œuvre avec tant de hargne et de malhonnêteté que le conseil municipal de Ferrières, puis la Ligue des Droits de l’homme, durent intervenir ! Par ailleurs, la justice ne suivit pas les officiels : d’abord en correctionnelle, puis en appel et en cassation, elle anéantit tous les chefs d’accusation et donna gain de cause aux Fradin. Ce petit paysan de France avait gagné sur les puissants pontifes. Fallait-il qu’il ait raison ! Quand l’honnête Claude Fradin mourut, en 1951, l’abbé Léon Cote lui dédia cette épitaphe tragiquement humoristique :

 

A la mémoire de Claude Fradin

Paysan de France

Archéologue malgré lui

Combattant de la Guerre des Briques

Et qui mourut

Sans s’être demandé

Si l’Archéologie des Mandarins

Ne serait pas une science où l’on bafouille

Encore plus qu’on ne fouille

 

Voilà donc Glozel réhabilité, mais encore sous le coup de la calomnie. Pourtant la découverte est prodigieuse : une bibliothèque néolithique de plus de 100 tablettes à caractères alphabétiques, des outils de pierres éclatées, de merveilleux galets gravés, dessinés, des poteries absolument uniques. C’est à Glozel que la science et le monde entier trouvent la filière incontestable reliant notre civilisation à celles de nos lointains aïeux.

En un époque ancienne de 10.000 à 15.000 ans environ, le Magdalénien, des hommes façonnèrent des idoles et des vases en terre cuite représentant des êtres insolites.

Sur des poteries, sur des galets, des bijoux et des tablettes d’argile cuite, ils écrivirent des signes mystérieux dont certains on l’exacte forme de nos V – W – L – H – T – I – K – O – C – J – X.

Ces signes ont un net caractère alphabétique et sont disposés par lignes, ce qui prouve indéniablement que les Glozeliens connaissaient l’écriture.

 

 

Exemples de tablettes

 

 

 

Cette connaissance d’arts supérieurs suppose à priori des connaissances subalternes : maçonnerie, construction de maisons, menuiserie, charpente, ferronerie. Oui, bien sûr : la connaissance du fer !

Evidemment, on ne trouve pas de métal préhistorique, pour la simple raison qu’un instrument en fer ne peut guère se conserver plus de 1000 ans, mais un fait demeure avec valeur de certitude : les hommes n’ont pu inventer l’écriture sans connaître auparavant la fusion des métaux.

 

Autre constatation : si on ne trouve pas - et pour cause – des outils en fer dans les ateliers de taille du silex, on ne trouve pas non plus d’outils en silex dans les régions où abonde le fer (Alsace et Lorraine, notamment), même à titre d’objets importés. On peut en déduire que, comme de nos jours, il y a eu contemporanéité de palais et de la masure, du fer et du silex.

Au Moyen Age, en France, les couteaux de silex étaient encore utilisés par les paysans pauvres ; les Celtes employaient conjointement les outils en fer, en bronze, en or et en silex. En 1912, en France, il existait encore des paysans français qui labouraient leurs terres avec des charrues à soc en bois. En 1963, l’âge du silex n’est pas encore révolu, de même qu’il y a 20.000 ans, l’âge de fer n’était pas généralisé. La coexistence fut donc possible et probable au époques les plus reculées.

 

Il ne fait aucun doute que nos aïeux préhistoriques possédaient une culture beaucoup plus avancée qu’on imagine ; l’utilisation du silex n’était que le lot des classes inférieures.

La science et les techniques de fabrication se transmettaient sans doute entre initiés qui accaparaient le pouvoir. Ce qui était écrit en écriture hiératique sur les briques de Glozel était absolument impénétrable au vulgaire.

 

Parallèlement à la civilisation de Glozel, il est certain que des civilisations, plus raffinées encore, existaient en d’autres points du globe, principalement à Tiahuanace, en Bolivie. Mais les hommes évolués de Tiahuanaco et Glozel se trouvent impuissants à faire pénétrer leurs connaissances dans la masse humaine, au même titre que nos physiciens ou mathématiciens s’ils enseignaient le commun des mortels. Et d’ailleurs, voulurent-ils révéler leur savoir ?

Apporter la science sans avoir le pouvoir temporel absolu eût été pour les initiés le recommencement du crime ancestral dont ils avaient mission de préserver l’humanité. Les connaissances supérieurs étaient-elles un legs de civilisations terrestres très anciennes ou avaient-elles une autre origine ?

 

Deux quasi-certitudes nous guident : une civilisation très avancée a précédé notre époque préhistorique ; l’aventure cosmique que nous allons vivre a été vécue d’autres humains. Il est absurde et illogique de raisonner à partir d’ancêtres inférieurs, ridicules, dépourvus d’intelligence et même d’instinct.

La tradition et le bon sens militent en faveur d’ancêtres supérieurs ayant accompli une chaîne complète d’évolution avant de sombrer, par la faute d’un cataclysme atomique que répudie la science classique, mais qu’admettent les textes sacrés et les traditions.

 

 

Texte tiré du merveilleux livre de Robert Charroux "Histoire inconnue des Hommes depuis cent milles ans", véritable Bible pour les chercheurs d'une autre vérité.

http://megalithic-project.over-blog.com/article-glozel-est-authentique-102948875.html

publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"

2012 et aprés

Commenter cet article

Roger 30/11/2015 17:10

Lorsque je vois une faute grosse comme une cathédrale, je n'ai pas la moindre envie de lire une ligne de plus. Il faudrait sans aucun doute revoir comment s'écrit "mille".

ben 14/04/2012 19:14


Que penseront les archéologues? Dans 14 mille ans quand ils trouveront les bunkers que certains ont construit et rempli en prévision de l'apocalypse...

geneviève -vie-ève 13/04/2012 20:36


un article qui tombe à point nommé avec la parution de ma dernière chronique qui rejoint la conclusion  .... pure intuition de ma part !  amitiés à toi ! geneviève


http://0z.fr/C-IRe

Dav 13/04/2012 22:43



Trés bien ton article Geneviève et jolie blog aussi merci



Nous sommes sociaux !

Articles récents