Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Hoax écolo : la contamination massive du Pacifique par Fukushima!?

Publié par Dav sur 29 Octobre 2013, 20:49pm

Catégories : #Environnement

 

L'infographie a de quoi effrayer : une vague rouge, orange et jaune se propage depuis le Japon dans tout l'océan Pacifique, touchant les côtes nord et sud-américaines ainsi que l'Asie du Sud-Est. Selon les sites qui la diffusent, il s'agit de l'eau fortement radioactive qui s'écoule de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, contaminant tant la nappe phréatique de la région que l'ensemble de l'océan. Alors, la centrale japonaise est-elle en train de polluer la moitié de la planète ?

 

Depuis un mois, ce graphique a été massivement repris, sur les blogs, réseaux sociaux et forums. "Fukushima : l’océan Pacifique serait entièrement pollué", titre le site d'information antillais Smx le 17 octobre. Et d'alerter : "Des quantités extrêmement dangereuses de strontium, tritium et césium se seraient échappées de feue Fukushima pour se déverser dans tout l’hémisphère nord, portées par les courants, la pluie et le vent."

"Les radiations de Fukushima sont déjà en train de tuer des Nords-Américains", va même jusqu'à affirmer Nodisinfo le 10 octobre. "Au cours des années à venir, cette catastrophe en cours pourrait potentiellement affecter la santé des millions et des millions de personnes vivant dans l’hémisphère nord, et le plus triste est que beaucoup de ces gens ne sauront jamais la vraie cause de leurs problèmes de santé", renchérit le blog Le Nouveau paragdime le 26 octobre. En 2012 déjà, le graphique avait circulé sur certains sites écologistes, notamment assorti d'un titre alarmiste : "Un cauchemar radioactif".

En réalité, cette visualisation, réalisée en 2011 par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine , montre non la contamination radioactive mais les pics d'amplitude lors de la propagation du tsunami du 11 mars 2011, à partir des données enregistrées dans l’océan Pacifique. Aux extrêmes, les ondes de surface dépassant les 2,4 mètres sont représentées en noir tandis que le jaune indique celles inférieurs à 20 centimètres. Entre les deux, le rouge symbolise une amplitude de 40 cm et l'orange de 20 à 40 cm. On peut retrouver la modélisation sur le site de la NOAA avec son véritable titre, ainsi qu'avec un autre format :

 

 

Ce détournement ne doit toutefois pas faire oublier que des éléments radioactifs s'échappent bel et bien de la centrale pour finir dans l'océan. Depuis la catastrophe, l'opérateur Tepco est en effet confronté à un problème majeur : celui des eaux radioactives. 400 000 tonnes d'eau, contaminées après avoir servi à refroidir les réacteurs, sont accumulées sur le site – 300 000 dans des réservoirs et le reste dans les sous-sol de la centrale. Conséquence : 300 tonnes d’eau contaminée (avec notamment du césium, strontium et tritium) finissent à la mer chaque jour depuis la nappe phréatique. Des fuites des réservoirs sont également régulièrement découvertes, comme nous l'avons expliqué dans cette vidéo :  

 

 

Dans une étude publiée ce mois-ci dans la revue Deep-Sea Research, des scientifiques ont étudié la trajectoire dans l'océan du césium 137, l'un des radioéléments les plus persistants dans la mesure où sa demi-vie est de 30 ans (c’est-à-dire le temps au bout duquel la moitié des noyaux radioactifs se sont désintégrés).

Conclusion : le panache de césium 137 devrait atteindre le nord-ouest de la côte américaine au début de l'année prochaine, mais à des niveaux sans danger pour la santé. Un puissant courant passant près des côtes japonaises, le Kuroshio, a en effet dilué la radioactivité en quatre mois à des niveaux inférieurs aux normes de l'Organisation mondiale de la santé, tandis que les tourbillons du Pacifique ont poursuivi ce processus de dilution. Les chercheurs prévoient des taux compris entre 10 et 30 Becquerels par mètre cube d'eau (Bq/m3) sur les côtes de l’Oregon et de l’Etat de Washington entre 2014 et 2020, et entre 10 et 20 Bq/m3 en Californie entre 2016 et 2025.

 

 

"Ces taux, s'ils sont environ dix fois supérieurs à ceux d'avant la catastrophe de Fukushima, restent malgré tout très faibles. Ils ne présenteront aucun danger pour la faune et la consommation de produits de la mer, commente Dominique Boust, responsable du laboratoire de radioécologie de Cherbourg-Octeville à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Avec une moyenne de 20 Bq/m3 d'eau, on devrait retrouver 2 Becquerels par kilo de poisson frais, ce qui est très en deçà du niveau maximum admissible en Europe, de 500 Bq/kg, ou au Japon, de 100 Bq/kg."

Audrey Garric

Suivez-moi sur Twitter : @audreygarric et Facebook : Eco(lo)

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

martine 01/11/2013 00:38


C'est bien gentil d'annoncer mon commentaire en n°1 avant hier mais pourquoi ne s'affiche t-il pas? Suis-je censurée ?

désespoire! 30/10/2013 22:43


Raisonement + que stupide...., si ces graphs ne représentent pas la réalité d'aujourd'hui, ils représentent belle et bien celle de demain! D'oh! à moins que tu ne possède une formule magique révolutionnaire pour contenir des micro-particules radioactives dans un périmètre
choisi et confiné des intempéries et catastrophes naturelles!!?  mouton de panurge, à relayer des sottises juste parce que c'est des jolies images...décu!

gwendal 30/10/2013 00:24


Mentir (utiliser des cartes hors-sujet) décridibilise...! C'est pas très futé!


Mais il y a quand même des données qui vont dans le sens d'une contamination massive de toute la cote est des USA: les chiffres des leucémies et des cancers

gevaudan 29/10/2013 22:17


et la marmotte m'est le chocolat dans le papier alu ,ne prenons que les pluies qui sont arrivées avec les 2 derniers typhons le clown qui a ecrit ça devrai etre condamner a aller nager sur la
plage de fukujima

Martine 29/10/2013 22:10



Nous sommes sociaux !

Articles récents