Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


«Il n’y a ni messie, ni élus, ni fin des Temps»

Publié par Dav sur 30 Janvier 2012, 19:12pm

Catégories : #Spiritualité

Interview avec John LASH

 

John Lash, auteur d’origine américaine vivant en Espagne et en Belgique est devenu à la longue une sorte de « puriste » dans le cadre de l’étude des textes gnostiques. Puriste dans la mesure où il a toujours voulu démontrer que les gnostiques n’étaient en aucun cas des chrétiens mais plutôt les ennemis jurés des religions messianiques. Lash pense que l’on a tort de vouloir faire passer les gnostiques pour des chrétiens new age dont les principes semblent séduire un nombre croissant de personnes. Mais cette séduction repose sur un malentendu, nous dit John Lash, dans la mesure où les gnostiques n’affirment pas qu’un homme est mort et ressuscité par amour de l’humanité. Selon eux, l’homme se doit plutôt de combattre une partie de lui-même, une partie qui fait de lui une sorte de machine : la partie placé sous le joug des archontes. Tous les textes gnostiques ne trouvent pas grâce aux yeux de Lash qui ne retient que les textes « sethiens », à savoir ceux qui sont les moins influencés par le christianisme en train de s’imposer. C’est la raison pour laquelle l’évangile de Judas ne semble pas séduire Lash qui la juge avec une certaine sévérité. Car, selon lui, il y a lieu de se rebeller à l’égard de cette religion qui fait de la douleur et d’un instrument de torture – la croix – un moyen de rédemption et de vie éternelle. pour John Lash, le groupe qui a donné naissance au christianisme messianique n’était rien d’autre qu’une secte vouant un culte à une entité extraterrestre qui se faisait passer pour un dieu –Yahveh– et qui est à l’origine d’une fiction religieuse : le monothéisme judéo-chrétien.

 

 

KarmaOne: En quoi l’Evangile de Judas est vraiment intéressant?

 


John Lash : Ce texte est intéressant dans la mesure ou il est absurde. Il s’agit d’absurdités dans les croyances chrétiennes. Particulièrement, la croyance selon laquelle la crucifixion de Jésus était nécessaire pour l’avènement d’un plan divin pour sauver l’humanité.

KarmaOne: Donc ce texte là n’est pas un texte gnostique ?

  
John Lash : Absolument, ce n’est pas un texte gnostique. Mais il contient des thèmes gnostiques explicites comme les concepts d’Archontes, de plérôme, de connaissance secrète. Mais ces conceptions sont employées pour délivrer un message conventionnel de sauvetage de l’humanité, un message de type « salvationniste » si l’on peut employer ce néologisme tiré de l’anglais.

 

KarmaOne: Pourtant, dans ce texte, Judas n’endosse pas le rôle habituel du traître tel que le dessinent les évangiles du Nouveau Testament, les textes canoniques ?

 
John Lash : Oui, il n’y a pas d’idée de trahison. Il est complice avec le Christ. Cela peut être une idée très choquante mais derrière cette idée que Judas était complice, il y a une grande question : complice de quoi ? Quelle était la mission du Christ pour les chrétiens ? Cet évangile de Judas n’est pas du tout un texte gnostique parce que les Gnostiques étaient contre l’idée de la résurrection, de la rédemption, du rachat des péchés, etc. Donc, ce n’est pas possible que Judas ait aidé le Christ à accomplir cette mission sacrificielle. Car c’est de cela dont il s’agit : une mission sacrificielle.

 

Karma One : Mais tout le monde pense que c’est un texte gnostique !

 
John Lash : Non. C’est une erreur. Il y a des gens qui voudraient faire croire que certains textes sont gnostiques parce que cela correspond à leurs croyances, c’est tout. Fondamentalement, l’Evangile de Judas ne peut être gnostique parce qu’il endosse une mission secrète de sauvetage de l’humanité par un messie plutôt qu’un message parlant de l’existence d’un chemin pour se libérer, un chemin ouvert à tous.

 

KarmaOne: Si ce n’est pas un texte gnostique, qu’est ce qui explique toute la publicité autour de ce texte ?

 
John Lash : Il y a de plus en plus de gens parmi les chrétiens et les non chrétiens qui estiment que cette notion de sacrifice divin est absurde, inacceptable, que cela n’a rien à voir avec la Vie. Avec ce rôle de Judas, on a une autre façon de voir cette histoire, certes, mais en fin de compte et malheureusement, on aboutit à la même histoire.

 

KarmaOne: Dans l’Evangile de Judas, il y a un passage où il est question d’élus, d’une génération dont « les âmes montent vers les Royaumes supérieurs » et d’une génération souillée, d’êtres humains dépourvus d’âmes à l’instar des Archontes. Or, il semble que ce type de notion soit absent des textes gnostiques sethiens, ce que vous considérez comme d’authentiques textes gnostiques.

 
John Lash : Cette notion vient des Zaddikims ou Zadokites (Zélotes). Chez les Gnostiques sethiens, il n’y a pas de notions d’élus mais plutôt une notion d’élites qui sont plus évolués dans la connaissance.

 

KarmaOne: Est-ce que tout le monde a accès à cette connaissance ?

 
John Lash : Oui, tout le monde. La piste de l’évolution de la conscience humaine est ouverte à tous chez les gnostiques.

 

KarmaOne: Quel est le vrai message présent dans les textes gnostiques ?

 


John Lash : J’interprète les textes gnostiques de l’école « sethienne » (NDLR : selon la référence biblique le troisième enfant d’Adam et Eve qui est le « fils de consolation » après qu’Abel fut assassiné par Caïn) et selon eux, il n’y a pas de Messie et s’il n’y a en a pas, il n’y a pas de message. Mais par contre, il y a une mise en garde, un avertissement contre la conception du «Salut» et de la rédemption. Il ne s’agit pas d’une conception saine selon les Gnostiques car dans la rédemption et le messianisme, il y a la notion que l’homme doit être sauvé du péché originel qui frappe l’humanité, ce qui est absurde.


Pour les Gnostiques, ce qui est important, c’est l’éducation de l’être humain, l’évolution de l’intelligence humaine, le « Noûs », c’est-à-dire l’étincelle de l’intelligence divine en nous. Il faut faire évoluer cette intelligence divine en nous. … Et puis, dans certains textes de Nag Hammadi comme le second traité de Seth, il y a un avertissement très, très aigu contre la notion de hiérarchie patriarcale, contre cette croyance, cette idéologie qui caractérise l’organisation du pouvoir et des religions judéo-chrétiennes.

 

KarmaOne: Vous êtes donc un spécialiste des textes gnostiques « sethiens ». Qu’est ce que cela signifie ? Existe-t-il d’autres écoles gnostiques que celles de Seth ?

 


Les textes gnostiques de Nag Hammadi contiennent un matériel qui reflète plus d’une douzaine d’écoles gnostiques différentes. Ces écrits sont divers, contradictoires et souvent incohérents. Certains textes comme l’Apocryphe de Jacques (NHL I,2) ne sont absolument pas gnostiques. Les exégètes ont apposé des labels sur les codex composant le matériel textuel découvert à Nag Hammadi : Séthien, Ophite, Valentinien, Marcion, Chrétien. Mais un texte comportant des éléments distincts de la tradition ophite, comme par exemple l’Evangile de Philippe (NHL II,3), peut également présenter d’autres caractéristiques. Aucun de ces labels n’est en réalité vraiment consistant. Les textes de Nag Hammadi (NHL ou Nag Hammadi Library) contiennent également des éléments très critiques à l’encontre du judaïsme et du christianisme mais les exégètes ont préféré les ignorer pour la sauvegarde de leur rectitude théologique.


Je compare le fait de travailler avec les écrits gnostiques coptes à la construction d’un jeu composé de pièces de Lego. Avec la même pile de pièces, vous pouvez construire un oiseau, un pont, un guerrier ou une fusée. J’ai choisi les éléments de divers textes qui sont en concordances à un schéma « Sethien » ou « Ophien-Sethien » (NDLR : Les Ophites ou Ophiens sont une secte gnostique apparue en Syrie et en Egypte vers l’an 100 de notre ère. Le point commun de ces sectes était de vouloir donner une large importance à la symbolique du serpent dans la lecture de la Genèse et d’établir un lien entre la gnose et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Contrastant avec l’interprétation chrétienne faisant du serpent un Satan, les ophites voyaient dans le serpent, un héros apportant la connaissance à l’homme et une figure reliée au divin au lieu du diable). Les Ophites vénéraient la figure symbolique du serpent, ce qui revient à dire qu’ils étaient adeptes du yoga de la Kundalini. Les caractéristiques ophites dans le NHL (Nag Hammadi Library) ressemblent au Bouddhisme tantrique. Les « Fils de Seth » était un titre qu’assumaient les Gnostiques préchrétiens. La cache dans laquelle se trouvaient les manuscrits de NHL a été découverte dans un lieu connu par les anciens sous le nom de « Sheniset » ou « l’acacia de Seth ».

 

Dans la Bible, Seth est le fils d’Adam et Eve (Genèse. 4 :25 ; 5 :3) et on l’ignore totalement. Pour moi, l’école ophite/sethienne est la racine héréditaire de la Gnose. Ses caractéristiques sont : la pratique de l’illumination comparable à la conception bouddhiste, des rites mystiques sexuels, le Yoga de la Kundalini, la tradition de l’instruction sacrée par le biais d’un Initié, un être touché par la lumière intérieure, un être qui révèle, la dénonciation du faux dieu créateur, la nature de ‘l’erreur’ humaine (ndlr : pour les gnostiques, la création n’est pas entachée par la notion culpabilisante du péché mais a été perturbée par une erreur) et l’intrusion extraterrestre par les Archontes. Il y a également l’astronomie et le langage des étoiles, la cosmologie du plérôme (l’orientation vers le centre de la galaxie) et au dessus de tout cela, le mythe de la chute de la déesse, Sophia.

 

KarmaOne : Les textes gnostiques « sethiens » contiennent une mise en garde contre les mouvements qui deviendront le christianisme moderne : il s’agit d’une mise en garde contre le « messianisme », l’idée qu’un messie doit venir sauver l’humanité de son destin fatal, du péché originel. Quels sont les dangers du « messianisme » ?

 

John Lash: Le point de vue sethien n’est pas seulement préchrétien mais en réalité radicalement anti-chrétien. Par anti-chrétien, je veux dire que les Gnostiques de la tradition sethienne sont opposés à l’idéologie d’un Sauveur de l’humanité, nient l’existence d’un « Dieu le Père » ainsi que la dépendance à un sauveur surhumain. Le Second Traité du Grand Seth (VIII,2) est le texte sethien le plus lucide, le plus solide et le plus cohérent. Ce texte est une attaque violente contre le judaïsme et le christianisme. Il ridiculise Adam, Abraham et Moïses. Il insiste sur le fait que les adeptes de « la doctrine d’un homme mort » ne peuvent connaître la lumière et ne peuvent même pas avoir connaissance de leur humanité. Ce texte nie l’existence de la résurrection physique dans le cas spécial de Jésus et dans tous les autres cas d’ailleurs. Mais dans le même temps, ce texte nous indique que nous pouvons maîtriser la mort avant de mourir.

 

Dans la religion conventionnelle, Jésus Christ est une icône de la foie messianique. Il y a eu de nombreux messies tout au long de l’histoire mais Jésus acquiert une plus grande importance parce qu’il a été imposé par la force brute, l’intimidation psychologique, en ce compris le lavage de cerveau. Un Messie est un personnage qui vient pour sauver l’humanité mais la Gnose est un chemin vers l’Illumination, et non vers le sauvetage de l’humanité. La Gnose rejette l’affirmation selon laquelle Dieu a un plan pour nous sauver ou que nous devons suivre les lois de Dieu qui nous ont été dictées par des hommes de façon à ce que nous soyons récompensés maintenant et après notre mort.

 

Les Gnostiques ne sont pas contre l’amour fraternel ou tous les autres principes éthiques du Christianisme mais je dois souligner que les « vertus chrétiennes » ne sont pas des monopoles de cette foi. Les valeurs humanistes que revendiquent le Christianisme appartiennent à l’humanité et pas seulement aux Chrétiens. Les Gnostiques étaient des humanistes païens qui n’avaient aucune opposition de principe sur les principes éthiques face au Christianisme mais plutôt sur le terrain métaphysique. En tant que païens, ils rejetaient la croyance selon laquelle la souffrance a une valeur de rédemption. Cette opposition s’applique à la souffrance humaine en général et tout spécialement à la souffrance d’un messie divin ou sauveur. Les Gnostiques sont contre ce complexe du messie dans ces 4 composants : un dieu créateur masculin, un plan pour le peuple élu, un messie envoyé par Dieu le père et l’apocalypse ou encore ce que l’on peut appeler le drame de la récompense divine. L’ensemble de ces 4 éléments forment une pathologie religieuse et non une vraie religion. Les Gnostiques s’opposent au messianisme parce qu’il éloigne l’humanité de son vrai potentiel pour la mener vers un scénario cauchemardesque de rétribution divine, même s’il nous est promis l’amour et la paix sur la terre ! Le danger du messianisme réside dans le fait que nous attendons de Dieu ce que nous pouvons seulement faire nous-même.

 

KarmaOne : De plus, vous êtes le seul exégète à ma connaissance à donner une interprétation « païenne », quasi chamanique des textes gnostiques du Nag Hammadi et vous rejetez de façon totale et sans hésitation les interprétations chrétiennes des évangiles et textes gnostiques. Vous n’êtes absolument pas d’accord avec le mouvement de penseurs qui voudrait créer une sorte de « nouveau christianisme » avec les textes gnostiques. Pourquoi rejetez-vous ces interprétations chrétiennes qui voudraient faire des textes du Nag Hammadi de nouveaux évangiles chrétiens?

 

Lorsque j’ai commencé à écrire sur les Gnostiques en 1997, après un grand nombre d’années de recherches et de réflexion, il pouvait sembler étrange de considérer les Gnostiques comme des chamanes. En à peine 10 ans, cette vision a changé parce que notre compréhension du chamanisme s’est élargie. Pour l’ethnie des Evenks de Sibérie, le terme « chamane » signifie « celui qui sait », ce qui signifie la même chose que le terme « Gnostikos ». Les chamanes voyagent dans des royaumes surnaturels et acquièrent des pouvoirs occultes. Tout comme le terme « Telestai » qui signifie « ceux qui sont attirés vers un but, les initiés », à savoir la façon dont les sorciers gnostiques de l’école des Mystères se nommaient eux-mêmes.

 

Dans mon livre « Not in his Image », j’estime que les Gnostiques étaient l’épanouissement final de la religion païenne dans l’Ancien Monde. Cela remonte à l’ère paléolithique. « Païen » signifie littéralement habitant des campagnes. Cela implique qu’ils sont proches de la nature et qu’ils vénèrent les puissances de la terre. Dans la religion païenne, l’être suprême est féminin : il s’agit de la Déesse ou Magna Mater, soit la Grande Mère. Je relie la Grande Mère à Gaïa. Je décris ici l’aspect prépatriarcal du paganisme bien entendu. La période qui a suivi a été dominée par des Dieux guerriers masculins. J’ai essayé de restaurer le Gnosticisme tel qu’il se présentait à ses origines, avec ses racines païennes. Je montre que les Gnostiques de l’ère chrétienne représentent la dernière génération de chamanes qui ont pratiqué des techniques de Yoga, une sexualité sacrée et des rituels psychédéliques ou « enthéogéniques ». (NDLR : L’enthéobotanique est une discipline qui étudient les plantes hallucinogènes utilisées dans les rites chamaniques) usant de plantes psychoactives. Ils ont pratiqué tout cela dans un contexte naturel par le biais d’une relation intime avec la planète terre. Les « Sethiens » vénèrent le monde de la nature parce qu’il représente la transformation de la déesse « Sophia » qui signifie « sagesse ». Pour moi, ce message est clair : la terre est vivante et animée par une sagesse divine. Le paganisme est la reconnaissance de ce fait. Je désigne le concept d’épanouissement gnostique du paganisme par les termes de « Vision sophianique ».

 

Je m’oppose avec force à la récupération des écrits gnostiques pour en faire un christianisme « nouveau et amélioré ». Le matériel « Sethien-Ophite » contenu dans certains codex est anti-chrétien : il rejette le concept de « messie/Sauveur » et le plan de Dieu. Pourquoi pervertir ce matériel et en faire une autre version « des paroles de Dieu » ? Le but de mes recherches est mettre à la lumière du jour le message préchrétien et anti-chrétien de la Gnose après 1800 années de répression et d’obscurité. Je crois que seul ce message peut vaincre ce qu’il y a de maléfique dans la foi judéo-chrétienne. Simplement parce la Gnose formait une telle menace lorsque le Christianisme s’est constitué, les enseignements gnostiques ont été totalement éradiqués. Les Gnostiques n’ont pas été vaincu par l’argumentation, le raisonnement et un débat honnête. Ils ont été poursuivis, persécutés et tués. Je ne vois aucune raison de réconcilier la foi chrétienne avec la tradition sacrée qui a été détruite intentionnellement par les fondateurs du Christianisme. Qui tirera le bénéfice de cette réconciliation ?

 

KarmaOne : La personnalité du Christ du Nouveau Testament et celle qui est décrite dans les textes de Nag Hammadi semblent très différentes. Quelles sont ces différences ?

 

John Lash: Il n’y a pas de personnalité du Christ dans les écrits gnostiques. Il y a un être divin, un Eon appelé « Christos » mais il ne s’agit pas du Christ du Nouveau Testament, de Saint Paul et de Saint Jean. Le Christ gnostique ne s’incarne pas dans une forme humaine et ne le fera jamais et il ne se sacrifie pas pour l’humanité. Il n’y a pas de messie dans les enseignements Sethiens et Ophites. Le maître gnostique (qui peut aussi bien être une femme qu’un homme) est une personne mortelle d’un exceptionnelle sagesse que l’on appelle « phoster » ou un initié, un illuminé, celui qui révèle. La Gnose consiste en un enseignement adressé à l’humanité afin que celle-ci réalise son potentiel inné ; elle ne consiste pas à sauver l’humanité par l’intercession d’une intervention divine ou des promesses fondées sur des préceptes attribués à Dieu.

 

En outre, si vous pensez à Jésus en tant que visage humain du Christ, il n’y a pas ce genre de personnage dans la littérature copte du NHL (Nag Hammadi Library). Les codex de Nag Hammadi ne présentent pas des anecdotes comme on les trouve dans les Evangiles. Il n’y a en réalité quasi aucune histoire telles que celles que l’on trouve dans le Nouveau Testament, de ces histoires qui montrent Jésus guérissant les malades, nourrissant les affamés ou attaquant les changeurs du temple. En fait, Jésus n’est pas nommé littéralement dans le NHL. Le texte emploie un code, écrivant l’expression « IS » surmontée par un trait. Les exégètes traduisent cela par « I(aeso)S, la forme grecque de Jésus. En procédant de la sorte, ils identifient immédiatement IS à la figure connue du Jésus des Evangiles. J’estime que cette hypothèse est infondée et fausse.

 

Le terme « Christ » tels qu’il est compris selon St Paul et St Jean n’apparaît pas dans les textes du NHL. Une fois encore, il y a un code : « XS » ou « XRS » surmonté par un trait horizontal. C’est traduit par « Christ » même si « Christos » est plus consistant avec son S final. Identifier l’enseignant ou le maître gnostique avec le personnage de Jésus Christ décrit dans le Nouveau Testament est une fausse route. Les exégètes le font parce qu’ils ont une éducation chrétienne et qu’ils trouvent dans la littérature gnostique ce qu’ils ont envie de voir et de trouver, à savoir ce qui les arrange et qui correspond à leurs croyances. Mais pour être honnête et objectif ; en fait, il n’y a pas une seule et unique manière de lire les termes « IS » et « XRS ». Je ne prétends pas que mon interprétation est infaillible, mais je pense qu’elle est plus proche du message authentique et non corrompu de la Gnose.

 

Les Gnostiques furent accusés par les premiers Chrétiens d’être des hérétiques et furent persécutés pour leurs conceptions. Le mot « hérésie » vient du grec et signifie « choisir ». Un hérétique est quelqu’un qui choisit en quoi croire. Avec mon interprétation du NHL dans une perspective sethienne, les gens de cette époque n’avait pas le choix. Ils peuvent adopter ou accepter une vision non chrétienne du gnosticisme. La première étape de compréhension de cette vision est de considérer que le Christ gnostique n’est pas le Christ de la foi orthodoxe. Si Jésus peut être placé dans les écrits gnostiques, il ne sera qu’un homme mortel, un enseignant et pas un messie divin. Et ce qu’il enseigne est diamétralement différent du message de la foi chrétienne. Un texte comme l’Evangile de Thomas (NHL II,2) semble présenter un personnage comme Jésus, un rabbin plein de sagesse sans doute. Mais l’Evangile de Thomas est faible selon les critères de la Gnose radicale. Il ne s’élève pas contre la vision de Jésus dessinée par les Chrétiens parce qu’il ne contient pas d’arguments contre le Christianisme tels qu’on les trouve dans d’autres écrits gnostiques. Et de fait, cela ne prouve pas que le Jésus historique du Nouveau Testament était un Gnostique.

 

KarmaOne : Le Dieu de l’ancien testament –« Yahvé » est un Dieu qui représente un ordre patriarcal. Dans votre livre, vous le comparez au grand Archonte des Gnostiques, au démiurge, un faux Dieu imposteur qui a conditionné l’homme à suivre des valeurs qui ne sont pas naturelles, faites de violences et soutenues par une volonté divine, d’une peur et d’un mépris des femmes (une vision soutenue par un l’auteur américain comme Paul Von Ward). Pouvez-vous nous en dire plus sur ce scénario qui a finalement mené à la mise en place des religions monothéistes actuelles judéo-chrétiennes ?

 

John Lash : Cette comparaison est exacte mais n’est pas mienne. Les écrits gnostiques tels que « le Traité sur l’origine du monde (écrit sans titre II, 5) affirment clairement que Yahweh est un imposteur fou. C’est l’idée scandaleuse des Gnostiques sur l’existence d’un faux dieu créateur qui amène à l’idée d’une espèce extraterrestre appelée « Archontes ». Le chef des Archontes est dépeint tel un idiot arrogant qui croit avoir créé l’univers tout entier. Dans la cosmologie gnostique, les Archontes fabriquent le système solaire mais pas la terre parce qu’elle est une planète qui est la transformation de « Sophia », une divinité ou Eon du centre galactique, c’est-à-dire le plérôme. Ce scénario a été considéré comme de la science-fiction théologique, plaçant les humains entre les Eons, les vrais Dieux et les Archontes, de pseudo divinités ou qui prétendent l’être. En effet, les Gnostiques pensent que Dieu existe mais il est dément et travaille contre l’humanité. Cette affirmation outrageuse se réfère à ce que des millions de gens prennent pour Dieu : tous les croyants dans le monothéisme (le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam) acceptent ce prétendu dieu comme étant authentique. Les Gnostiques pensent également que nous avons une relation intime avec les vrais Dieux, c’est-à-dire les Eons et plus spécifiquement Sophia. Son destin unique est d’être connectée à l’évolution humaine.

 

La Gnose sethienne est un outil puissant contre la patriarchie. L’histoire de la chute de Sophia du plérôme (ndlr : qui amène à la création de la terre et de l’homme) est un mythe « écoféministe » d’une immense beauté et d’une grande envergure. J’ai mis en relation des éléments de ce mythe avec la théorie de Gaia. L’histoire de Sophia inspire la libération de la femme, l’illumination sexuelle et la défiance contre un jeu de pouvoirs de domination masculine et contre une autorité religieuse masculine. La dénonciation gnostique du faux Dieu, le Père Jéhovah, et le rejet du complexe messianique signale un retour de la race humaine vers l’équilibre mental. Le mythe de Sophia peut même être essentiel à long terme pour la survie de notre espèce.

 

KarmaOne : Quelle est la proportion des textes à connotation chrétienne dans le Nag Hammadi ? Vous évoquez également l’existence à l’époque du Christ d’une secte radicale qui vouait un culte à ce démiurge et vous comparez cette secte- les Zaddikims » à une secte ufologique. Pourquoi ? Qui sont les Zaddikims ?

 

John Lash: On ne trouve pas Jésus Christ dans la littérature gnostique de NHL ,excepté dans certains passages qui ont été christianisés. J’estime qu’un cinquième des textes qui nous sont parvenus présente une tonalité chrétienne. C’est parce que ces textes ont été rédigés alors que certains chrétiens convertis voulaient mélanger les idées gnostiques avec l’idéologie du sauveur et à certains égards, assez étrangères au message gnostique. Le résultat est assez hasardeux. Nous trouvons l’origine de ce Christ sauveur dans les rouleaux de la Mer Morte. Il y a en ce moment 7 théories sur l’origine des rouleaux. A l’instar de l’exégète renégat Robert Eisenman, j’attribue les rouleaux de la mer morte à une secte séparatiste de Juifs radicaux, les Zaddikims, « les Vertueux ». Les Zaddikims prêchaient l’existence d’un plan divin pour les élus, la venue d’un messie, la récompense divine ou apocalypse, c’est-à-dire les éléments de base du complexe de rédemption. Edmund Wilson et John Allegro relient également les racines du Christianisme à cette secte fanatique de la Mer morte. Dans mon livre « Not in His Image », je démontre le lien qui existe entre la secte de la mer morte et les Gnostiques, ce qui n’a pas été mis en évidence par d’autres exégètes. En réalité, les Gnostiques séthiens étaient les ennemis déclarés des Zaddikims et les avaient inscrits en tête de leur «liste de cibles» à atteindre. Liste contenue dans la « Règle de la Guerre » (ndlr : ou « Rouleau de la guerre des Fils de Lumière contre les Fils des Ténèbres ». Il s’agit d’un des manuscrits de Qumran qui dresse la liste de tous les ennemis des « justes » ou « fils de la lumière », tels que se nomment les membres de la secte, et décrit la stratégie ainsi que les armes à employer pour vaincre ces ennemis « ténébreux ».). Des textes gnostiques comme la première apocalypse de Jacques contient un avertissement à propos des Zaddikims et de la peste idéologique associée à des parasites d’ordre spirituel et mental appelés Archontes. Les mages gnostiques avaient détecté dans les fanatiques de la mer morte une dangereuse secte ufologique.

 

Certains passages des Rouleaux offrent une description vivante de témoignages visuels d’apparitions d’Ovnis qui correspondent traits pour traits aux témoignages contemporains Mon étude indique que les Zaddikims étaient un culte obsédé par l’apocalypse comme la secte de la branche davidienne de Waco, au Texas. C’était un groupe minuscule, détesté et craint par la majorité de la population juive qui ne suivaient en aucune manière leur vision extrémiste. Le contenu des Rouleaux de la Mer morte suinte la paranoïa, la xénophobie, et une arrogance assassine. Comme le Coran, des textes de la Mer morte sont saturés de menaces contre les incroyants, contre ceux qui ne seraient pas assez vertueux, rigoristes pour plaire à Dieu. Tout ceux qui lisent les rouleaux de la mer morte avec un esprit ouvert et équilibré comprennent que ces qualificatifs sont corrects et ne sont pas le fruit d’un préjugé personnel.

 

KarmaOne : Quel rôle joue Paul de Tarse dans cette histoire ?

 

John Lash : Voici, ici une combine et un complot fascinant. Je suis d’accord avec Eisenman qui a écrit des choses brillantes sur le conflit entre Paul et Jacques, le frère de Jésus. Jacques le Juste (Zaddik) était le leader des Zaddikims au temple de Jérusalem. Selon Eisenman , Saul de Tarse était à la base un chasseur de prime payé par les Romains. Cela apparaît clairement dans les Actes des apôtres et n’est absolument pas une fabrication. Paul avait été envoyé à Damas pour liquider une cellule dangereuse des Zaddikims. Mais ce dernier fut enlevé par les Zélotes (leur bras armé), qui voulaient sans doute lui faire un lavage de cerveau. Une fois neutralisé, celui-ci ne représentait plus une menace pour leur organisation. Dans un étrange retournement de situation, Paul s’est converti au programme des Zaddikims. Cela se produit régulièrement dans les sectes, ces enlèvements, vous savez ! Et voici encore un autre retournement de situation : Saul converti en Paul se révèle alors aux yeux du public afin de prêcher sa propre version des doctrines secrètes Zaddikites du messie. En effet, Paul s’est emparé du message Zaddikite et l’a transformé en une religion qui est une création personnelle et qui est devenue le Christianisme.

 

Dans l’énorme tome « Jacques, le frère de Jésus », Eisenman montre comme les Actes et les Epîtres de Paul sont pleins d’insultes, d’insinuations malveillantes et de querelles échangées entre Paul et Jacques. Avec la déconstruction d’Eisenman, les Actes et les Epîtres de Paul prennent alors une tout autre signification. Et dans ce contexte, nombre des actes insensés de Paul prennent sens. En tant que leader des Zaddikims, Jacques fut choqué par le fait que Paul leur avait volé leurs enseignements secrets et les avaient pervertis avec un message non juif. Paul avait créé le « Christ » à partir du messie des Zaddikites et avait complètement sapé le plan des Zaddikims et des Zélotes qui voulaient s’en servir pour libérer la Palestine de l’occupation romaine. Il s’agissait d’une version du messianisme contre une autre mais les deux ne sont que du flanc ! L’histoire montre que le hold-up de Paul fut un succès : le Christianisme est devenu la religion d’état après que les Juifs furent chassés de Terre Sainte en 70 après J.C.

 

KarmaOne : Les gnostiques ont une perception très moderne de l’univers puisqu’ils évoquaient déjà l’existence d’une forme de réalité virtuelle –HAL-, une sorte de copie dénuée de vie de la réalité. Ainsi selon la conception de la création du monde selon les gnostiques, Sophia est capable de créer de la vie organique alors que les Archontes ne le sont pas. Ils ne seraient capables que de créer des contrefaçons. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Le terme copte “HAL” signifie “simulation”. Ce concept est central dans la cosmologie gnostique. Dans le mythe de Sophia de l’école « Sethienne/Ophite », des êtres divins appelés Eons projettent l’humanité à partir du centre du cosmos (ou plérôme). L’espèce humaine est techniquement une « émanation du plérôme ». Nous sommes les expressions potentielles du Divin et certainement pas fait à l’image d’un dieu mâle créateur. Le mythe affirme que suite à la chute de Sophia du cœur galactique, une autre espèce d’entités a été formées, les Archontes. Les Archontes ont fabriqué le système solaire mais la terre est apparue suite à la transfomation de Sophia qui a été capturée par le mécanisme planétaire. Voilà la bizarre cosmologie à deux mondes des gnostiques qui est comparable à l’hologramme à deux sources de l’auteur Philip K.Dick. (NDLR : Dick est un célèbre écrivain de science-fiction qui a rédigé entre autre Blade Runner et qui fut obsédé par la réalité virtuelle, les mondes et organismes artificiels. Il croyait que notre réalité était en partie masquée par une réalité virtuelle 3D. L’hologramme émerge de la rencontre de deux rayons laser).

 

Dans cette situation bizarre, l’humanité doit faire face à la tromperie des Archontes, à leur pouvoir de la simulation. L’esprit humain génère des simulations comme par exemple des cartes, des modèles, des schémas mais la tendance des Archontes est de donner plus d’importance à ce processus « de façon à ce que nous soyons plus impliqués, immergés dans des modèles conceptuels, dans du virtuel que dans le monde naturel ». HAL suppose une forme extrême de technologie de l’information et de réalité virtuelle. Les Gnostiques nous ont mis en garde contre cette menace selon laquelle l’humanité peut perdre ses racines avec la réalité sensuelle ainsi qu’avec la sagesse de Sophia qui est incarnée dans la terre parce que nous risquons de préférer le simulacre de réalité des Archontes. Cette aberration est un thème dominant dans les romans de science-fiction de Philip K.Dick. C’est aussi le thème central de la trilogie Matrix.

 

KarmaOne : En examinant les textes gnostiques, ce qui est désigné sous l’appellation d’Archontes peut-il être désigné également sous l’appellation d’entité extraterrestre ? Nigel Kerner (auteur britannique, voir supra) semble estimer que les Short Greys sont des sortes de « robots », une vie extraterrestre artificielle qu’il compare aux Archontes du Nag Hammadi. Est-ce que cette comparaison est pertinente ? Les témoignages d’abduction qui mettent en évidence l’existence d’extraterrestres hostiles, prédateurs et parasites ne font-ils pas référence aux Archontes décrits par les gnostique?s

 

John Lash : A ma connaissance, Kerner a été le premier à identifier les Archontes aux extraterrestres, mais il ne s’agit pas d’un spécialiste des textes gnostiques et de plus il n’a pas développé ses arguments. J’ai écrit abondamment sur le problème « Archonte/Extraterrestre ». Les textes gnostiques décrivent clairement les extraterrestres de type Short Greys et les reptiliens. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les Gnostiques étaient des parapsychologues bien entraînés qui étaient capables de détecter, d’identifier et de repousser une intrusion extraterrestre. De plus, le mythe de Sophia explique les origines et les mobiles de ces prédateurs extraterrestres. Les textes gnostiques comme « la Première Apocalypse de Jacques » (NHL V.3) contiennent des descriptions explicites d’enlèvement extraterrestre avec intrusion et la manière de résister aux Archontes.

Karma One : Les religions du livre ont toutes un point commun : elles parlent de la « fin des temps », de l’apocalypse, d’un scénario selon lequel un Antéchrist surviendra juste avant les temps du Jugement dernier où l’homme sera soit élu, soit damné. Quel scénario propose les textes de Nag Hammadi ?

 

John Lash: Il n’y a rien de vraiment comparable dans le gnosticisme de l’école « Sethienne-Ophite » avec l’apocalypse judéo-chrétienne. Il est vrai que certains textes de NHL sont intitulés « Apocalypse ». Un texte comme « Le Concept de notre Grand pouvoir » (The Concept of Our Great Power (NHL VI,4)), décrit « le jugement de la chair », une destruction géologique et la colère divine qui a déjà éclaté auparavant et qui éclatera à nouveau. A la fin de notre existence matérielle viendra l’apocalypse et certaines âmes rejoindront la lumière éternelle et d’autres seront libérés de l’asservissement. Même si ce texte est fortement « christianisé », il ne menace pas de rétribution divine dans le sens où les chrétiens le comprennent aujourd’hui. La « Paraphrase de Shem » (VII, 2), un long texte quelque peu obscur, décrit également une époque où « le mal dans toute sa puissance descendra sur le monde » et « la nature sera détruite ». Mais des événements surnaturels arrivent dans le cosmos avec une dramaturgie de récompense et de punition. Les Gnostiques témoignent et comprennent le bouleversement cosmique, d’autres non. La connaissance sauve et l’ignorance condamne d’elle-même.

 

KarmaOne : Dans le même ordre d’idée, depuis quelques temps, on arrête pas de parler d’une date fatidique, celle de 2012 qui serait une date de mutation pour l’humanité. Pour certains, c’est une date fatidique avec un scénario de fin des temps, une apocalypse, pour d’autres, le changement serait positif. Même certains Whistleblowers de l’ufologie, ces témoins soi-disant privilégiés émanant du gouvernement de l’ombreparlent de 2012. Cette date correspond en outre au calendrier maya. Que pouvez-vous nous en dire ?

 

John Lash: La date de 2012 est devenue un “ attracteur de l’étrange ” pour de nombreuses théories et prédictions. La date finale du calendrier maya est simplement une date, ni plus, ni moins. Les Mayas n’ont pas prédit la fin des temps. Certaines personnes sentent que l’humanité est sur un mauvais chemin et qu’il est nécessaire qu’elle change de chemin ou qu’elle se métamorphose. Ce besoin de changement a été relié à la fin des temps du calendrier maya, ce qui explique que ce sujet soit au centre de toutes les attentes. Mais la mutation de notre espèce est un processus lent. Les Gnostiques pensent que nous avons besoin d’éduquer l’esprit humain. C’était des enseignants et des guides pour l’humanité à l’époque antique et bien avant encore. Vous n’avez pas besoin du calendrier maya pour voir cela. L’éducation de l’humanité est la meilleure manière de réaliser son potentiel divin – ce qui est le but des Gnostiques, un but désigné par le terme « Telos » – et tout cela n’a aucun rapport avec une récompense ou une punition divine. Nous sommes responsables. Nous décidons de notre propre destin et comment il nous faut répondre aux plus larges desseins du cosmos. Les gens doivent comprendre ce que signifie le terme « connaissance », une connaissance qui n’a rien à voir avec l’intelligence, la connaissance encyclopédique mais avec le monde de la perception, de la dualité qu’il nous faut dépasser.

 

KarmaOne: Toute une série de gens se servent du Da Vinci Code pour manipuler le grand public avec une idéologie eugéniste et héréditaire développée par un auteur comme Laurence Gardner par exemple : à savoir que le descendant de la lignée du Christ et de Marie Madeleine serait un roi mérovingien, ce qui serait le vrai secret du Graal, le « sang real ». Est-ce qu’il n’y a pas une tentative de se servir de ce thème pour annoncer le retour d’un Roi descendant du Christ, et donc envoyé par « Dieu le Père »? N’est-ce pas une autre façon d’asseoir une idéologie messianique qui correspond aux doctrines des pères de l’église et donc à l’idéologie zaddikim?

 

John Lash : Le « Code Da Vinci » de Dan Brown vulgarise des points de vue gnostiques mais de manière erronée. Ce roman sensationnaliste pousse les gens à croire que les textes gnostiques servent les desseins du scénario du Prieuré de Sion : à savoir, l’histoire selon laquelle Jésus et Marie Madeleine ont eu un enfant qui a créé la lignée théocratique européenne en commençant par la lignée mérovingienne autour de 450 de notre ère. Même si un texte gnostique -« l’Evangile de Philippe »- met en scène le rôle d’un présumé Jésus embrassant Marie Madeleine, les écrits gnostiques ne proposent ou n’endossent absolument pas un programme théocratique. Au départ, les Gnostiques rejettent l’idée de la procréation entre des humains avec la collaboration d’un faux dieu créateur ou démiurge. Ils pratiquaient une sexualité magique ou tantrique et pas le sexe pour la procréation. Ils ne se seraient jamais prévalus d’une lignée héréditaire sacrée. Les Gnostiques étaient des enseignants illuminés qui se vouaient à « la plus haute éducation » de l’humanité, un processus qui pouvait s’accomplir en coordonnant l’humanité avec l’intelligence vivante de la terre, Gaia-Sophia. Ils rejetaient les objectifs politiques fondés sur l’idée d’un Dieu paternaliste extra planétaire et de la mission d’un messie. C’est la principale raison pour laquelle ces « hérétiques » furent brutalement éliminés par les tenants de cette conception, les premiers idéologues chrétiens qui avaient proclamé la venue du messie en Jésus-Christ. Le code Da Vinci est une vilaine arnaque qui a sérieusement mis à mal notre compréhension du vrai message de la Gnose.

Source: Karmapolis

HorizonForet-3"Vers un nouveau paradigme"

2012 et après

Commenter cet article

Totem 11/04/2012 21:17


J'ai apprécié cet inteveiw de karmaone et Joh Lash deux auteurs que je lis depuis quelque temps. Les gnostiques sont dans le vrai pour
beaucoup de choses. Le salut de l'humanité passe par une libération individuelle, l'illumination en fait. Pour y parvenir l'être humain doit se défaire de tous les conditionnements qui le rendent
prisonnier et modifier son état d'esprit. (voir Joël Labruyère sur le sujet). En ce qui concerne  2012 mais la réalité est tout autre, en fait l'humanité est entrain de s'éveiller  tout
simplement, le processus a déjà commencé sur toute la planète, mais il y a une résistance de la part de "l'adversaire" que je nommerais pas. L'éveil est loin d'être quelque chose de simple, ceux
qui en font les frais sont obligé de se batte contre "l'égo" qui n'est autre qu'un esprit parasite comme le dit Castaneda. Il ne faut donc pas attendre un messie mais se libérer en se
reconnectant à la véritable source divine et c'est possible pour tous les êtres humains qui désirent un monde meilleurs et pour cela il faut un changement dans sa conduite. Le sésame est "AMOUR"
et "PARDON", auxquels on pourrait ajouter, "humilité, courage, appréciation, compassion, don" etc.... Bref une conduite "HUMAINE" et non ROBOTIQUE.

nadine 01/02/2012 12:50


Je l'ai juste feuilleté, et j'ai vite laissé tomber car j'y ai ressenti beaucoup d'énergies négatives! Pas eu envie d'aller plus loin!

Dav 01/02/2012 13:23



OK!



pas de messie ?.... 01/02/2012 01:08


En fait il y a eu un tellement grand mensonge à propos d'un christ soit disant venu il y a 2000 ans que l'endoctrinement a été mené par de gros bras.


Un cercueil vide ! ...... mais plein de crucifix pour bien imprégner notre esprit de cette image taillée (interdite en Mise) et des apparitions mariales approuvées par les gourous de laplus
grande secte.


 


Ceux qui lisent correctement la Bible et qui y croient, y lisent que Christ vient une seule fois et ce, à la fin des temps apocalyptiques. Donc
aucune venue avant cela.


Et qui est le messie ?....Un homme comme Moise . Dieu lui avait promis de susciter un prophète comme lui.


Moise a écrit et voici, l'homme annoncé s'appelle Emmanuel.


Son livre est gratuit sur le web depuis le 15 déc 2000


Je recommande sa lecture complète afin de pouvoir faire sa propre opinion.


Perso je l'ai lu et même relu. Je suis persuadée que l'auteur de ce livre (mort en 2008) nous a écrit le dernier testament.


La trilogie est à présent complète car chaque livre sous enseigne sur


1 : le père (ancien tstament)


2 : le fils (nouveau testament)


3 : le sain esprit (livre de vie, de l'agneau)


 


Mais la Bible, livre prophétique, annonce que très peu croiront au Christ quand il viendra.


 


Evidemment !  ..... nos esprits ont été formatés pour refuser un nouveau livre alors que la Bible se compose elle même de plein de livres différents.


Qui a décidé que le livre d'apocalypse serait le dernier livre ?...


Il est écrit dans le livre dapocalypse de ne rien ajouter à ce livre et aussi il y est écrit que Jean ne doit point sceller les paroles de ce
livre.


Un autre aurait-il plus tard mission de le faire ?...


Jésus dit " je viens bientôt et ma rétribution est avec moi"


 


Je vous propose de lire ce livre de vie de l'agneau dans lequel chacun est jugé selon ses oeuvre et livre dans lequel Dieu nous fait part de sa colère - à juste titre !


 


www.lelivredevie.com


 


 


 


....Non ce livre n'est pas une nouvelle secte.


L'auteur n'a pas cherché à être médiatisé - il disait que le message compte mais non lemessager.


Le livre est gratuit en téléchargement


Aucun don n'est demandé


Aucun lieu de culte ni autre folklore ...


 


Un livre qui na ni beauté ni éclat pour attirer les regards et souvent, ceux qui passent devant lui, haussent les épaules et se moquent.


 


Et si l'auteur de ce livre était vraiment le prophète que Dieu avait promis à Moise?


La Bible nous avertit :"quand ces choses là arriveront, ils sauront qu'il y avait un prophète parmi eux"


 


Bonne chance à tous car il y aura des grincements de dents.


N.


 

Dav 01/02/2012 07:01



J'ai lu ce livre qui parle de lumière cependant certains passages me laissent perplexes c'est pourquoi je garde une réserve malgré tout! merci pour l'échange



Nous sommes sociaux !

Articles récents