Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Incapacité mentale ou physique chez l’enfant : Une preuve flagrante vise les vaccins

Publié par Dav sur 18 Septembre 2011, 07:11am

Catégories : #Sciences

Heidi Stevenson

Incapacité mentale ou physique chez l’enfant : Une preuve flagrante vise les vaccins


 

 


Quelles sont les causes d'autisme ? Le CDC voudrait nous faire croire que nous ne le savons pas. Or, sa propre étude semble contenir une preuve flagrante pointant directement sur les vaccins.


Gaia Health, Heidi Stevenson, 28 mai 2011


Publiée par le CDC dans la revue Pediatrics, une étude contient cette information horrible : En Zunie, un enfant sur six présente un trouble du développement [*], et l’immense majorité des cas de cette augmentation sont représentés par l'autisme, avec près de quatre fois (289,5%) plus d’enfants souffrant de ce trouble en 2008 qu'en 1997. Comme d’habitude, les gens du CDC (Centres de contrôle des maladies) affirment n'avoir aucune idée du pourquoi de la chose.
[* Ndt : Developmentally disabled : « Handicap mental ou physique, du genre paralysie cérébrale ou retard mental, survenant avant l'âge adulte et qui dure habituellement toute la vie. »]


Or, l’étude elle-même contient une preuve flagrante, et elle vise directement les vaccins. Le compte-rendu pour le public indique :

Par rapport aux enfants blancs et noirs non-hispaniques, les enfants hispaniques ont une prévalence plus faible à plusieurs handicaps, incluant le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et l’incapacité d'apprendre (à l'exception du bégaiement, qui est plus fréquent chez les enfants noirs).



Pourquoi les enfants hispaniques sont-ils moins gravement touchés ?


Pourquoi les enfants hispaniques sont-ils plus épargnés par les troubles du développement ? L'étude ne pose pas cette question. Le CDC voulait peut-être l’éviter. Mais, dans ce cas, pourquoi ? Qu'est-ce qui diffère chez les Hispaniques ?


Ça ne peut pas être le statut de minorité. Sinon, des différences dans les autres groupes minoritaires seraient notées. Mais ce n'est pas le cas.


Les Hispaniques sont plus susceptibles que les Anglos [*] de vivre dans la pauvreté. Par conséquent, ils sont plus susceptibles d'être accablés par des pollutions toxiques, puisque le revenu influe grandement sur le lieu où peuvent vivre les gens et aussi parce que ceux à l'extrémité inférieure du spectre financier sont plus susceptibles d'être employées dans des environnements toxiques. Donc, si la première cause de l'autisme et des autres troubles du développement était la pollution toxique, alors les Hispaniques devraient avoir un taux élevé de troubles du développement, plutôt qu’un taux inférieur.
[* Ndt : Les Anglos (item 2) sont les Américains du Nord blancs parlant anglais et de souche ni espagnole, ni française.]


En Zunie, les Hispaniques sont réputés souffrir d’un taux de diabète astronomique, et cela a été directement mis en rapport avec leur régime malsain. En conséquence, on pourrait s'attendre à les voir souffrir de plus de troubles du développement. Mais cette étude démontre le contraire.


Si la génétique seule pouvait expliquer le grand taux d'autisme et de troubles du développement, alors cette épidémie n’aurait pas pu se produire [*]. C’est pourquoi, ça ne peut pas être la cause.
[* Ndt : Du fait que les autistes n’ont guère de descendance.]


Il n'y a qu'une seule explication qui semble s’accorder au faible taux de troubles du développement chez l’Hispanique : les vaccinations. En Zunie, les Hispaniques sont nettement moins enclins à faire vacciner leurs mioches. C’est considéré comme un problème dans certains milieux médicaux ; le Journal of the American Board of Family Medicine de Medscape a discuté d'une méthode pour tenter d'améliorer ce « problème. »



La preuve flagrante


Est-ce que le CDC a fourni par inadvertance une preuve irréfutable en publiant « Trends in the Prevalence of Developmental Disabilities in US Children, 1997–2008 » [Tendances de la prévalence aux troubles du développement chez l’enfant zunien, 1997-2008] ? Ça ressemble certes à ça. Est-ce que le CDC a l'intention d’étudier la question ? Apparemment pas.


Nancy Murphy, la doctoresse en médecine présidente de l'American Academy of Pediatrics, brait le prétexte officiel, faux d’une manière flagrante. Selon elle : « Beaucoup d'enfants qui seraient autrefois passés entre les mailles du filet sont [aujourd’hui] diagnostiqués. » Mais, le fait est que l'autisme, l’affection constituant le gros du boom des troubles du développement, est une chose qu’il est difficile de rater. D’inexistants il y a 80 ans, ils sont passés à près d’un enfant sur six ! Il est vraiment abracadabrant que quelqu’un puisse avoir l’idée d’essayer d’expliquer sérieusement que l'écart résulte de l’amélioration du diagnostic.


Le rapport des gens du CDC n'a même pas abordé la question de la cause, en dépit du fait qu'ils décrivent l'étude ainsi :

C’est actuellement l’étude la plus importante en Zunie pour aider à identifier les facteurs pouvant faire risquer aux enfants des désordres du spectre autistique et d'autres troubles du développement. Comprendre les facteurs de risque qui rendent une personne plus susceptible de développer des désordres du spectre autistique ou d’autres troubles du développement, nous aidera à en savoir plus sur les causes.


Mais ils ont seulement rendu compte de la fréquence des troubles du développement, pas de leur cause, et ils ont soigneusement évité toute discussion à propos des facteurs de risque


Il semble assez évident que le CDC a mis directement le doigt sur la cause probable de l'autisme. Leur manque d'intérêt à s’y attacher devrait rendre évident qu’il n’est pas dans leur intérêt de supprimer la plus horrible des épidémies s’attaquant la qualité de vie de nos enfants. Leur intérêt est de protéger les coupables, afin de leur permettre de continuer à fabriquer leur came, de les préserver de toute responsabilité, et de les pousser à harceler chaque enfant unique à l’aide de tous les moyens à leur disposition.


Le CDC a toujours refusé d’étudier pourquoi l'autisme est inexistant chez les Amish et les enfants non vaccinés de la clinique Homefirst du Dr Mayer Eisenstein. Nous avons à présent un faible taux de handicaps intellectuels dans un groupe représentant un grand pan de population, et il est moins vacciné que les autres grandes parties de la population.


Si la moindre proportion de troubles du développement – principalement l’autisme – chez les Hispaniques n’est pas dû à un taux vaccinal plus faible, le CDC doit le démontrer avec des études totalement publiques, dont chaque document, chaque protocole et chaque bribe d'information seront disponible gratuitement sur Internet. Tant qu’ils ne le feront pas, ils nous laisseront toutes les raisons de penser que les vaccinations sont effectivement la cause première de ces maladies dévastatrices.



Original : www.gaia-health.com/articles451/000468-developmentally-disabled-hispanic-vaccine.shtml
Traduction copyleft de Pétrus Lombard


Commenter cet article

lasorciererouge 23/06/2012 20:19


Vaccin Gardasil rapport : 25 132 victimes, dont 110 décès et 826 infirmes.







vaccin Gardasil rapport : 25 132 victimes, dont 110 décès et 826 infirmes.


 


Reçu de Jean-Jacques Bourguignon, père d'Océane, victime du Gardasil, qui manifeste sa colère justifiée




Gardasil®











Un vaccin aux effets secondaires potentiellement dramatiques, à l’efficacité jamais démontrée, commercialisé
à grand renfort de publicité...










Les victimes sont de plus en nombreuses. Pourtant, ce vaccin contre le papillomavirus est toujours vendu et
remboursé, sous la « haute surveillance » de l’Afssaps











 


Les dernières données du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), le registre américain de pharmacovigilance, sont de
plus en plus inquiétantes :


- en août 2011, on comptait 23 388 victimes, dont 763 infirmes et 103 décès ;
- en octobre, elles étaient 23 982, dont 780 infirmes et 104 décès ;
- et en novembre, 24 184 victimes, dont 789 infirmes et 108 décès, sans compter les quelque 5000 victimes n’ayant toujours pas
récupéré leurs fonctions normales.
- Enfin, aux dernières nouvelles, en mars 2012, il y avait 25 132 victimes, dont 110 décès et 826 infirmes.


Rachel Celli confrontée aux experts


En France, Rachel Celli, dont la fille Laetitia a subi la vaccination et qui avait la naïveté de croire que les « experts »
statueraient de manière indépendante et surtout « avertie », a vécu un véritable calvaire avant d’apprendre, à la fin du mois de mars dernier, que la demande d’indemnisation de sa fille était
rejetée puisque « le lien avec le Gardasil® n’est pas explicitement confirmé, malgré la chronologie des faits ».


Il serait grand temps que la charge de la preuve soit inversée et que ce soit aux laboratoires et non aux consommateurs de
prouver que les produits qu’ils commercialisent ne sont pas toxiques.


Des témoins muets


Rachel en veut aussi à tous ceux qu’elle a voulu prévenir et qui refusent de témoigner.


« Depuis juillet, je n’ai pas arrêté de m’exprimer sur diverses chaînes de télévision, dans des tas de journaux, à la radio
pour informer les gens, réveiller les consciences. J’ai passé des heures à répondre au téléphone à des personnes qui ont les mêmes problèmes, mais quand j’ai envoyé des journalistes les
contacter pour avoir d’autres témoignages et ainsi être plus crédible, ces journalistes sont revenus vers moi en me disant que personne ne voulait témoigner. Il arrive un moment où il faut
arrêter d’avoir peur ou honte, de se cacher derrière les autres en attendant de voir ce qui va se passer, et il faut avoir le courage de s’élever contre toute cette machination très bien huilée
qui consiste à dire “pour en sauver des centaines, il faut bien qu’il y ait un pourcentage de perte”. Oui, cette phrase, des professeurs et médecins me l’ont dite, en rajoutant “vous n’avez pas
de chance”. Ma fille fait partie d’un pourcentage de perte acceptable, ni plus ni moins et je dois faire avec… »


4 ans d’enfer déjà


La famille de Laetitia a eu une vie avant le Gardasil® et, depuis plus de 4 ans, elle a une autre vie qui tourne autour du
Gardasil®.


« J’ai dû arrêter de travailler pour m’occuper de ma fille, la trimbaler à travers toute
la France pour diverses consultations, des examens, biopsies, opérations.
Ma fille aujourd’hui n’a toujours pas de diagnostic posé, personne ne comprend ses crises de paralysie, de tremblements, ses nausées quotidiennes ni ses bouffées de chaleur, ses névralgies, ses
douleurs pelviennes, ses syncopes, personne ne propose de traitement.
Pendant ce temps, à 21 ans, elle doit composer avec tout cela, ne peut pas se rendre à la fac plus de deux heures par jour, car elle est extrêmement fatiguée par des douleurs dans les jambes,
elle ne peut plus conduire, je dois l’accompagner quand elle veut faire des courses, car le bruit et la lumière lui donnent des vertiges, elle ne peut pas accompagner ses amies dans des fêtes
ou au cinéma, comme tous les jeunes de son âge, et je ne sais même pas si elle sera un jour capable de travailler et de subvenir à ses besoins. Il serait souhaitable que beaucoup de victimes
commencent à faire parler d’elles par voix de presse pour qu’enfin la population, les médecins et nos instances de santé prennent pleinement conscience du problème. »


Informer les autres


Rachel déplore qu’il n’y ait eu que cinq familles qui aient accepté de témoigner, car c’est seulement le nombre qui fera en
sorte qu’elles soient crues et écoutées.


« Pendant ce temps, d&rsq

lasorciererouge 17/06/2012 09:40


Résidus d'antidépresseurs: un robinet à autisme?



 


Le 13 juin 2012 par Romain Loury


Eaux & Boissons, Nouveaux
Risques





On en trouve aussi dans l'eau.



La présence de résidus d'antidépresseurs dans l'eau potable pourrait en partie expliquer l'augmentation des cas d'autisme dans la population, selon une étude
publiée dans la revue PLoS ONE.


Plusieurs de ces antidépresseurs ont été liés à un risque d'autisme chez l'enfant exposé in utero, principalement lorsque le traitement est pris au
cours du premier trimestre de grossesse. Mais cet usage, marginal, peine à expliquer la hausse inquiétante de ce trouble du comportement: à l'âge de 8 ans, l'autisme concernait 1 enfant
américain sur 88 en 2008, contre 1 sur 150 en 2000.


Plus inquiétante que le médicament lui-même, sa présence dans l'eau pourrait suffire à déclencher l'autisme chez les enfants génétiquement disposés, selon
l'étude publiée par Michael Thomas, de l'Idaho State University School, et ses collègues. Les chercheurs ont utilisé un modèle génétique simple, le poisson appelé vairon à grosse tête
(Pimephales promelas), plongé dans une eau contenant trois substances psychoactives bien connues: deux antidépresseurs, la fluoxétine et la venlafaxine, et un antiépileptique, la
carbamazépine [1].


Selon une analyse d'expression génétique, les 10 ensembles de gènes associés à l'autisme chez l'humain se trouvaient surexprimés chez le poisson, dont 5 de
manière statistiquement significative. Même constat pour un lot de gènes associés à la maladie de Parkinson, à la différence d'autres maladies (Alzheimer, troubles de déficit de l'attention
avec hyperactivité, schizophrénie, etc.), qui ne montraient pas d'effet particulier.


«Si d'autres chercheurs ont suggéré un lien de causalité entre les médicaments psychotropes et l'autisme, nous avons été très surpris de voir que cela
pourrait survenir à de très faibles niveaux, tels que ceux trouvés dans le milieu aquatique», commente Michael Thomas, cité par un communiqué de PLoS ONE.


S'ils restent prudents quant à la réalité du phénomène chez l'homme, les chercheurs rappellent que l'autisme a déjà été lié à un taux sanguin élevé de
sérotonine. Or la fluoxétine et la venlafaxine agissent toutes deux en inhibant la dégradation de ce neurotransmetteur. Et leur mise sur le marché -en 1987 pour la première, en 1994 pour la
seconde- coïncide avec l'envolée des cas d'autisme.


Lors de travaux publiés en 2011 sur les résidus de médicaments dans l'eau, l'Agence
nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a montré que la carbamazépine était le médicament le plus souvent détecté dans l'eau, suivi de
l'antidépresseur oxazepam. La fluoxétine et la venlafaxine n'ont en revanche pas été analysées.


 


[1] Si toutes ces molécules disposent de médicaments génériques, la fluoxétine est plus connue sous le nom de marque Prozac (laboratoire Lilly), la venlafaxine
sous celui d'Effexor (laboratoire Wyeth, groupe Pfizer).


 


Lire :



Huiles minérales: l'Efsa
s'inquiète
13/06/2012


Les boissons énergisantes sous la loupe de l'Anses
13/06/2012





Des allergies alimentaires plus fréquentes en ville
13/06/2012


La mondialisation, ennemie de la sécurité des aliments
13/06/2012


 


 


Source



lasorciererouge 12/06/2012 17:26





Nouveau décès d’enfant suite à la vaccination




Nouvel accident vaccinatoire.



Le 6 juin, le journal néerlandophone en ligne De Morgen.be nous signale un nouveau décès d’enfant dû à la vaccination. Il s’agit de Xandro, un enfant d'un an et demi, mort à Renaix,
enFlandre-Orientale une semaine seulement après avoir été vacciné au Kind & Gezin, centre de consultation
néerlandophone pour nourrissons et jeunes enfants, malgré un état de santé fragile causé par une infection au virus respiratoire RSV, contractée six mois auparavant.


Il est bien connu que l’on ne devrait jamais vacciner un enfant en état de fragilité, mais ces centres, pourtant spécialisés,
semblent l’ignorer.


Leen Du Bois, la porte-parole de Kind & Gezin, a évidemment déclaré qu'il était encore trop tôt à ce stade pour considérer
qu'il y a le moindre lien entre le décès et la vaccination. « Nous allons maintenant, avec toutes les données dont nous disposons, chercher à établir ce qui s'est réellement passé ».


Il est certain que les conclusions de l’enquête devaient prouver que seul le hasard est responsable de ce décès qui est arrivé
par malchance au même moment que le vaccin mais sans qu’il y ait un quelconque rapport entre les deux événements. Cela va de soi et il n’y a que des parents inquiets qui puissent faire le
rapprochement.


En effet, le journal Het Nieuwsblad du 8 juin 2012 qui titre « L'enfant d'un an et demi meurt d'une
attaque cardiaque quelques jours après la vaccination » signale qu'une autopsie a été pratiquée et que le médecin aurait conclu à une mort naturelle !


Initiative Citoyenne s’insurge contre le discours de circonstance qui est toujours le
même mais dont le résultat est étrangement toujours aussi prévisible. « En réalité, comment s’étonner de tels décès d’enfants lorsqu’on sait qu’il n’y a ,JAMAIS de véritables groupes témoins/groupes placebos dans les essais cliniques de vaccins et que donc le taux d'effets secondaires
est toujours artificiellement gonflé dans le faux groupe placebo, ce qui permet de faire passer les vaccins comme beaucoup plus sûrs que ce qu'ils ne sont réellement ? Comment s’étonner de tels
décès d’enfants alors qu’il n’y a jamais, contrairement aux autres médicaments, d’analyse pharmacocinétique imposée aux vaccins, c'est-à-dire des analyses qui étudient le devenir des différents composants du
vaccin une fois administré dans le corps après injection ?


« Tant que les vaccins continueront de bénéficier de tels passe-droits, que l’évaluation de leur prétendue sécurité continuera
d’être limitée à quelques jours, qu’ils continueront d’être dispensés de tests pour évaluer leurs potentiels cancérogène, mutagène et tératogène, qu’on ne tiendra pas compte de la sous-notification notoire de leurs effets secondaires et que les conflits d’intérêts régneront en maîtres ici en Belgique, au
niveau européen ou celui de l’OMS, ces drames se reproduiront et la roulette russe fera que cela pourra potentiellement tomber sur chacun de vos enfants, à la manière d'un terrible
terrorisme sanitaire. »


Nous ne pouvons qu’abonder dans ce sens et nous demander, à l’instar d’Initiative Citoyenne, combien de temps le public va
rester aveugle et accepter que ses enfants servent de cobayes à une industrie insatiable, qui refuse de mettre des limites à son ambition chimérique d’éradiquer toutes les maladies sans exception
plutôt que de les prévenir, y compris les plus bénignes

lasorciererouge 03/05/2012 22:25


http://www.sylviesimonrevelations.com/article-gardasil-a-de-l-avenir-104523356.html

lasorciererouge 30/03/2012 14:56


http://www.universcience.tv/media/4292/l-histoire-d-un-enfant-autiste.html?utm_source=newsletter_universcience_tv&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter_universcience_tv

lasorciererouge 28/03/2012 23:50


http://revelation-sacraal.over-blog.com/article-les-fondements-de-la-theorie-vaccinale-s-effritent-car-la-science-revele-l-inutilite-des-anticorps-p-102450189.html


 


.....vous avez compris ???

Nous sommes sociaux !

Articles récents