Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


ISON: Tout savoir sur le rendez-vous de la «comète du siècle» avec le Soleil

Publié par Rédaction sur 28 Novembre 2013, 07:10am

Catégories : #Espace

La comète ISON, photographiée par l'astronome amateur allemand Waldemar Skorupa, le 16 novembre 2013.

La comète ISON, photographiée par l'astronome amateur allemand Waldemar Skorupa, le 16 novembre 2013. schweifstern.marcel-klein.net

 

SCIENCES - La rencontre pourrait donner lieu à un feu d'artifice. Mais la comète pourrait aussi faire pschitt. On sera fixé jeudi entre 19h et 20h30, lors de l'approche finale...

 

Alors que les dindes rôtiront dans les fours américains pour Thanksgiving, jeudi, la comète ISON a une «date» avec le Soleil. Elle sera torride, elle sera brutale, à tel point que cette boule de glace et de poussière pourrait ne pas y survivre et se consumer totalement, jusqu'à une petite mort cosmique. Mais elle pourrait également briller de mille feux.

 

Comment suivre l'événement en direct?

 

La Nasa organise un Google hangout entre 19h et 20h30 (heure de Paris), jeudi, à cette adresse. Via un chat vidéo, des astronomes commenteront les images en temps réel lors de l'approche finale.

 

ISON est-elle «la comète du siècle»?

 

Sans doute pas. Lors de sa découverte en septembre 2012, par deux astronomes russes, ISON (un acronyme pour International Scientific Optical Network) a rapidement été baptisée la «comète du siècle». Ce surnom, elle le doit principalement à ses origines. Vu sa trajectoire, elle vient a priori du nuage d'Oort, un cocon glacial en bordure de la zone d'influence gravitationnelle du Soleil situé à une année-lumière de distance –contre 4,5 A.L. pour Proxima du Centaure, notre étoile voisine. Il s'agit, selon toute vraisemblance, de son premier passage, et sans doute de son dernier, avant des millions d'années, voire à tout jamais. A titre de comparaison, la comète de Halley, sur une orbite «courte», revient tous les 75 ans. Du point de vue du spectacle toutefois, «on au eu des comètes bien plus brillantes qu'ISON, comme Hyakutake et Hale-Bopp (en 1996 et 1997)», précise à 20 Minutes Phil Plait, du blog Bad Astronomy.

 

Sa trajectoire en animation

 

 

Quelle taille fait-elle?

 

Son noyau glacé, composé d'eau, de dioxyde de carbone et de poussière, mesurait, au printemps, entre 5 et 6 kilomètres de diamètre. C'est 10 fois moins que celui de Hale-Bopp. Aujourd'hui, il ne fait plus qu'environ 1.5 km de large. Sa chevelure, la fine atmosphère ionisée autour du noyau, s'étend, elle, sur 5.000 kilomètres, et les poussières de sa queue traînent sur près de 90.000 kilomètres, soit un peu plus de sept fois le diamètre de la Terre. Ci-dessous, son passage observé par la sonde STEREO:

 

 

A quelle distance du Soleil va-t-elle passer?

 

Tout près. A l'échelle cosmique, ISON va raser les moustaches de notre astre en passant à un peu plus d'un million de kilomètres de sa surface, jeudi. Mercure, la planète la plus proche du Soleil, se trouve à 60 millions de kilomètres, et la Terre, à 150 millions.

 

ISON va-t-elle survivre à son passage près du Soleil?

 

C'est du 50/50, selon les scientifiques. Lors d'un point presse de la Nasa, mardi, l'astronome Carey Lisse a dit que s'il était à Las Vegas, il chiffrerait les chances de survie de la comète à 40%. «Leur comportement est très difficile à prévoir. Jusqu'à présent, ISON a plutôt bien tenu le coup et on espère qu'elle restera entière», note Phil Plait. Tout se jouera sur sa composition et sa densité.

 

L'événement sera-t-il visible à l’œil nu?

 

Non, car la comète se trouvera trop près du Soleil. Elle était toutefois visible ces derniers jours avec une paire de jumelles depuis l'hémisphère sud.

 

Et le potentiel feu d'artifice?

 

Si ISON reste intacte, elle devrait pouvoir s'observer à l’œil nu depuis l'hémisphère nord entre la seconde semaine de décembre et Noël, vers 5h du matin, bas sur l'horizon, près de la Grande Ourse. Même si elle se désintègre, il n'est pas exclu que ses résidus ne se consument pas totalement et brillent dans le ciel de décembre.

 

Que peut-on apprendre d'ISON?

 

Les scientifiques ont braqué tous leurs instruments, sur Terre et dans l'espace, sur ISON. Elle devrait leur fournir de nouvelles données éclairant la formation du système solaire. Les comètes sont en effet des «témoins congelés des premiers jours. Au-delà de l'intérêt scientifique, c'est un spectacle fantastique», conclut Plait.

 

*Philippe Berry  20minutes.fr

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents