Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


"L'arrêt de mort de l'ours polaire vient d'être signé"

Publié par Dav sur 7 Mars 2013, 18:11pm

Catégories : #Environnement

Le commerce international de l'ours polaire ne sera pas interdit.

 

Le commerce international de l'ours polaire ne sera pas interdit. | AFP/N. Ovsyanikov

 

 

La protection de l'ours polaire ne sera pas renforcée. Jeudi 7 mars, les Etats réunis à la conférence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites), qui se tient à Bangkok jusqu'au 14 mars, ont rejeté la proposition des Etats-Unis et de la Russie d'interdire le commerce international de cette espèce emblématique, sous la pression du Canada.

 

 

Pour Céline Sissler-Bienvenu, directrice France du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), cette décision "de ne pas éradiquer l'une des principales menaces qui pèse sur l'ours polaire, avec le réchauffement climatique, contribue à l'extinction de l'espèce". "Chaque individu qui peut être sauvé compte."

Comment réagissez-vous à la décision des délégués à la Cites de ne pas interdire le commerce international de l'ours polaire ?

 

Céline Sissler-Bienvenu : Nous sommes très déçus de voir que la Cites a rejeté la proposition des Etats-Unis, soutenue par la Russie, d'interdire ce commerce, donnant ainsi raison au Canada, qui est le seul pays à autoriser la chasse. C'est d'autant plus dommage que cela s'est joué à peu de voix (42 voix contre, 38 pour). L'Union européenne avait la possibilité de protéger l'espèce, mais elle s'est abstenue pour ne pas mettre en péril ses liens socio-économiques avec le Canada, surtout après l'embargo européen de 2010 sur les produits de phoques.

 

Pourtant, l'argument du Canada ne tenait pas : l'inscription de l'ours polaire à l'annexe I de la Cites n'aurait pas pénalisé la chasse de subsistance des populations autochtones, comme les Inuits, car la Cites gère le commerce international d'espèces menacées et non le commerce domestique.

 

Au final, on a laissé passer l'opportunité d'améliorer le statut de conservation de l'espèce, qui ne compte plus que de 20 000 à 25 000 individus et pourrait s'éteindre d'ici cinquante ans. En choisissant de ne pas éradiquer l'une des menaces qui pèse sur l'ours polaire, on contribue à son extinction. On vient de signer son arrêt de mort.

Quelle menace le commerce de l'ours fait-il peser sur l'espèce ?

 

Le commerce international de l'ours est la deuxième menace pesant sur l'espèce, après le réchauffement climatique. Au Canada, 400 ours sont ainsi tués chaque année légalement pour alimenter le commerce de produits dérivés (peau, crâne, griffes, dents, etc). Et la demande augmente pour ces produits qui se raréfient. Le nombre de fourrures d'ours vendues aux enchères a ainsi considérablement augmenté et leur prix a doublé au cours de ces cinq dernières années, notamment sous l'effet d'une demande asiatique croissante.

 

Une interdiction du commerce aurait envoyé un message clair et facilité le contrôle aux frontières, notamment afin de limiter le braconnage, responsable de la mort de 200 ours l'an dernier. A l'inverse, le rejet de la proposition américaine va conforter les consommateurs et les chasseurs dans l'idée que l'espèce n'est pas si menacée que cela.

Pourquoi s'attaquer à la chasse alors que la véritable menace qui pèse sur les ours est le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique, qui entraîne une fonte de la banquise et donc la destruction de l'habitat et des moyens de subsistance de l'espèce, est une menace majeure pour l'ours polaire contre laquelle il faut agir au plus vite. Mais cette action prend du temps. A l'inverse, la menace du commerce international est abordable plus facilement et plus rapidement. Et la Cites en est l'outil, alors qu'elle n'a pas vocation à lutter contre le changement climatique. A ce stade d'extinction programmée d'une espèce, chaque individu qui peut être sauvé compte.

 

Ce combat contre la chasse n'était-il pas aussi symbolique, alors que l'ours polaire est devenu une icône des espèces menacées ?

 

Non, l'interdiction de son commerce international n'est pas symbolique mais nécessaire. L'ours polaire est déjà un symbole de la lutte contre le changement climatique. La Cites aurait pu démontrer qu'elle s'engageait à respecter son mandat, à savoir la protection des espèces menacées, au lieu de se retrancher derrière l'argument selon lequel la chasse n'est pas la première menace de l'ours. Aujourd'hui, on n'en est plus à prioriser les menaces.

 

Propos recueillis par Audrey Garric

Le monde

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Cléa 08/03/2013 23:54


Déprimant!!! Lamentable ! les décideurs sont vraiment les plus cinglés de la planète!! Est ce qu'ils sont complètement shootés ou "sous influence" au moment de voter ? 42 voix contre 38! Ils sont
quand même pas tous interessés par le commerce des ours !? Alors, pots de vins? gros cadeaux avant les votes  par les exploiteurs de pétrôle et minerai comme dit Serge ?   ...
Désespérant !!


Jusqu'à quand les vrais humains (car il y en a aussi !) vont-ils être écrasés,  ou, sans pouvoir ?!!!  Jusqu'à quand le
"pot de fer" va-t-il massacrer la terre ? quand est-ce que le "pot de terre" dans les valeurs du Féminin Sacré, du respect de la Vie, va prendre le dessus ? et définitivement ! Il y a plus
qu'urgence ! Au secours....!

serge 08/03/2013 07:14


il n'y a pas de rèchauffement, mais simplement une exploitation de pètrole et de minerai.

lasorciererouge 07/03/2013 23:36


« La meilleure forteresse des
tyrans, est l’inertie des peuples. » Machiavel


 

cervesia 07/03/2013 23:22


lamentable pitoyable ignoble immonde


 


au lieu de décerner encore des nobel de la paix décernons des nobel de la connerie !


1er nominé : le canada ;


2ème l'europe


 


tout ce qui se passe actuellemnt est à gerber

steph 07/03/2013 21:46


ca me met hors de moi!!!!

lasorciererouge 07/03/2013 21:16


..je t'en foutrais moi des liens socio-économiques !!


Le fric, toujours ce putain de fric...jusqu'au dernier centime, tant pis s'ils laissent derrière un champs de ruines.


Là, je souhaite vraiment la disparition TOTALE de la race dite "humaine", nous ne valons RIEN....nous somme irrémédiablement des tarés génétiques.


Quand je vois ces pétasses frimer sur les champs Elysées avec leurs" superbes" manteaux de fourrure..j'ai des envies de meurtre !!


C'est comme pour tout le reste...tout le monde s'en fout, pourvu que le peuple servile ai sa pitance.


..mais la fin du jeu est proche et le gagnant ne sera pas celui qu'on croit !!

Nous sommes sociaux !

Articles récents