Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L'hydrogène, énergie d'avenir pour la France?

Publié par David Jarry - Webmaster sur 22 Janvier 2014, 13:00pm

Catégories : #Sciences


PARIS - L'hydrogène, l'énergie du futur ? Un rapport parlementaire publié mardi propose de doper son développement en France, notamment pour alimenter des voitures électriques à plus grande portée et l'injecter dans le réseau gazier, à condition qu'il soit réellement vert.

Ce rapport de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) suggère des mesures à même de permettre à la France de rattraper son retard sur les deux pays en pointe en la matière, l'Allemagne et le Japon.

Les auteurs, le sénateur socialiste du Tarn Jean-Marc Pastor et le député socialiste de Moselle Laurent Kalinowski, proposent notamment de défiscaliser intégralement la production d'hydrogène (sauf à partir d'hydrocarbures) en détaxant notamment l'électricité utilisée pour le produire.

Appelant à un positionnement clair du gouvernement en faveur de cette énergie, ils suggèrent également d'élargir le système du bonus écologique aux véhicules utilitaires à pile à combustible consommant de l'hydrogène, et de simplifier la réglementation en vigueur.

L'hydrogène n'est pas qu'un moyen de stocker de l'électricité pour le restituer un peu plus tard, son principal intérêt est d'être utilisé directement comme combustible pour véhicule ou d'être injecté dans le réseau gazier, a plaidé M. Pastor.

Lors d'un déplacement lundi dans le Tarn, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait affiché son soutien et promis une feuille de route d'ici quelques semaines pour la filière hydrogène.

L'hydrogène a l'immense avantage de ne pas émettre de gaz à effet de serre lorsqu'il est consommé pour dégager de l'énergie. Seule de l'eau (H2O) est produite, lorsqu'il se combine avec l'oxygène. Il peut notamment être utilisé dans des véhicules électriques équipés de piles à combustible, qui l'utilisent pour produire de l'électricité, ce qui permet aussi d'augmenter la portée souvent faible d'une voiture électrique.

Hydrogène vert contre hydrogène fossile

Un kilo de dihydrogène (H2) mis ainsi dans un réservoir sous pression (pour environ 6 à 8 euros du kilo actuellement) permet de rouler une centaine de kilomètres, ont rappelé MM. Pastor et Kalinowski.

Mais un des obstacles principaux à son essor est qu'il ne se trouve pas ou peu dans la nature sous sa forme utile du dihydrogène, et qu'il est actuellement quasi intégralement produit à partir d'hydrocarbures fossiles (gaz, pétrole, charbon, etc.) polluants. Une situation qui le rend au final peu vertueux, sauf pour dépolluer les villes.

Toutefois, il peut également être produit via des catalyseurs d'eau consommant de l'électricité renouvelable (éolien, photovoltaïque...) ou en extrayant l'hydrogène du biogaz, qui peut lui aussi être obtenu à partir de ressources renouvelables (fumiers, déchets, etc). Mais ces solutions propres pour produire de l'hydrogène ne sont pas encore compétitives.

Une des pistes, avancée par les deux parlementaires, est d'utiliser l'électricité des énergies intermittentes (photovoltaïque, éolien, etc.) pour produire de l'hydrogène lorsque la demande en courant (et donc son prix) est faible. Cette solution permettrait en outre de stocker de l'énergie, un des grands points faibles de l'électricité.

Ce système, dit de Power to gas, nécessiterait probablement de revoir le système en vigueur du tarif d'achat de l'électricité renouvelable, puisqu'actuellement en France, toute l'électricité verte est injectée en priorité sur le réseau.

Derniers obstacles à l'émergence de l'hydrogène: la construction nécessaire d'un nouveau réseau de stations de distribution, et d'infrastructures de transport, forcément coûteuses, du fait des contraintes physiques et de sécurité, le dihydrogène étant hautement inflammable.

Une solution, suggérée par le rapport, serait alors d'injecter l'hydrogène dans le réseau gazier classique en proportions limitées (à raison de 5 à 20%) pour alimenter les chaudières et les gazinières des Français.

Les constructeurs français Renault et PSA ont eux privilégié respectivement les voitures électriques à batterie et hybrides. Mais des géants français comme Air Liquide, GDF Suez, Areva ou Total oeuvrent à l'émergence de l'hydrogène. Une start-up, McPhy Energy, a également mis au point une solution de stockage d'hydrogène sous forme solide.

Des constructeurs comme Toyota, BMW, Daimler ou Nissan planchent eux sur des véhicules de série à horizon 2015-2020.

map/fpo/gib

RENAULT

PSA PEUGEOT CITROEN

AIR LIQUIDE

GDF SUEZ

AREVA

TOTAL

TOYOTA MOTOR

BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG

DAIMLER

NISSAN MOTOR


NP-le-nouveau-paradigme-copie-1©AFP /

Commenter cet article

gwendal 23/01/2014 01:21


Un homme (je viens de retrouver son nom après quasi 45 min! C'est Stanley Meyer) avait inventé un appareillage ...qui tenait aisément dans une main... dans les années 70/80. Son
appareil se branchait sur un moteur essence sans aucune modif préalable ...et permettait que le véhicule roule immédiatement (essence du réservoir vidée et remplacée ) à 100% ...à
l'eau! Le gars est mort peu après son plus important brevetage... Histoire vue sur le net, il y a quelques jours seulement... Je n'ai pas retrouvé la vidéo que j'ai vu de lui avec ce tout petit appareillage dans sa main (elle durait environ 2 à 3
minutes si je me souviens bien et devait être un court reportage de télévision).


Une vidéo de S Meyer: https://www.youtube.com/watch?v=h2aSirju6uU  (lire aussi la présentation qui parle de sa mystérieuse mort...)


Donc, tous ces articles qui parlent de voitures électriques font partis de la manipulation en cours qui essaye de nous faire croire qu'aucune solution simple et quasi gratuite ne serait possible
...alors que c'est possible

Nous sommes sociaux !

Articles récents