Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L’idiocratie, fléau des temps modernes…

Publié par David Jarry - Webmaster sur 2 Février 2014, 12:26pm

Catégories : #Société

 

Les nombreux siècles de monarchies, puis les gouvernements représentatifs actuels ont développé chez un bon nombre de nos contemporains une véritable « idiocratie », du grec idiốtês (individuel): « homme qui ne participe pas à la vie politique de sa république ».

« Pourquoi observe-t-on une chute constante du taux de participations aux élections de toutes natures ? »

« Pourquoi 75% des Français estiment n’avoir confiance ni dans la droite, ni dans la gauche pour régler leurs problèmes ? »

Pour commencer, les bilans de nos hommes politiques successivement au pouvoir sont loin d’être positifs : hausse du chômage, hausse des impôts, crise de la dette publique, austérité, guerres, inégalités, etc… Ces piètres performances amènent le « citoyen » à un sentiment fataliste, pensant que son vote ne changera rien, et que peut-être, rien ne changera jamais.

 

Ensuite, et ceci est primordial, le « citoyen » moderne n’a presque plus de leviers politiques à actionner. Son choix se résume aux quelques passages aux urnes où les deux plus grands partis arrivent toujours en tête. Le fossé entre les gouvernés et les gouvernants se creuse si profondément que nos dirigeants apparaissent pour beaucoup comme totalement déconnectés de la vie du citoyen moyen.

 

Est-il normal que nous ne rencontrions presque jamais nos élus sensés nous représenter ? Peut-on concevoir une démocratie alors que la plupart des lois et décrets mis en application ne sont même pas connus des citoyens ? Le problème réside dans la prison politique dans laquelle nous nous trouvons : notre impossibilité de faire changer les choses de manière durable, notre impuissance politique. Le peuple se désintéresse car son opinion ne compte plus.

La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde » 

L’iodiocratisation de notre société est aussi catalysée par un débat public homogène: radios, télévision, journaux, les débats antagonistes au système y sont systématiquement occultés. Les chiens de garde sont lâchés et ils compactent la contestation en une simple question : « Quel est le meilleur système néo-libéral possible ? » Dès qu’une personne sort du cadre, elle est à chaque fois mise à l’écart du débat public, diffamée, traitée de complotiste ou même d’extrémiste… L’Homme est conditionné pour accepter le système tel qu’il est, sans jamais le remettre en cause profondément.

Les « dissidents » sous-estiment ce problème car une grosse partie du « noeud gordien » réside dans cet aspect psychologique de masse. 354 000 personnes naissent chaque jour sur Terre, le système de contrôle s’améliore sans cesse, les dogmes se renforcent…

 

La prise de conscience s’accélère, n’en démentons pas, mais les énormes moyens de contrôle des masses laissent les idées dissidentes bien à l’écart de 80% de la population. De Gustave Le Bon à Edward Bernays, en passant par l‘expérience de Asch, nous savons depuis bien longtemps que le peuple se soumet, de gré ou avec peu de force, à la logique impitoyable du système.

 

Une vingtaine de chimpanzés est isolée dans une pièce où est accrochée au plafond une banane, et seule une échelle permet d’y accéder. La pièce est également dotée d’un système qui permet de faire couler de l’eau glacée dans la chambre dès qu’un singe tente d’escalader l’échelle. Rapidement, les chimpanzés apprennent qu’ils ne doivent pas escalader l’échelle. Le système d’aspersion d’eau glacée est ensuite rendu inactif, mais les chimpanzés conservent l’expérience acquise et ne tentent pas d’approcher de l’échelle. Un des singes est remplacé par un nouveau. Lorsque ce dernier tente d’attraper la banane en gravissant l’échelle, les autres singes l’agressent violemment et le repoussent. Lorsqu’un second chimpanzé est remplacé, lui aussi se fait agresser en tentant d’escalader l’échelle, y compris par le premier singe remplaçant.L’expérience est poursuivie jusqu’à ce que la totalité des premiers chimpanzés qui avaient effectivement eu à subir les douches froides soient tous remplacés. Pourtant, les singes ne tentent plus d’escalader l’échelle pour atteindre la banane. Et si l’un d’entre eux s’y essaye néanmoins, il est puni par les autres, sans savoir pourquoi cela est interdit et en n’ayant jamais subi de douche glacée. » - La théorie des singes, extrait de « Pour un idéal démocratique »

 

L’analogie de cette théorie est évidente sur l’homme : le conformisme oblige le rejet total de toute opposition à la pensée unique. Notre cerveau fonctionne par analogie (similitude entre des choses ou des idées de nature différente) : chaque nouvelle information est comparée aux précédentes. C’est pourquoi une personne qui analyse une information dissidente pour la première fois ne peut être réceptif au message, qu’il soit pertinent ou non…

 

L’idiocratie a donc un ennemi: l’information citoyenne.

 

L’Homme ne luttera pas contre des chaînes qu’il ne voit pas, et s’il les découvre, il restera ensuite enchaîné car il ne connaît aucun moyen de s’en défaire…

 

Rappelons que les moyens pour redonner au peuple sa souveraineté sont nombreux: démocratie directe ou semi-directe, assemblée constituante tirée au sort, référundum d’initiative populaire, etc… Aucune de ces solutions, à quelques exceptions près, ne sont présentes actuellement, ce qui a pour effet de renforcer le sentiment d’impuissance populaire. Comme la majorité ne s’y intéressent même pas, la guerre contre l’idiocratie risque d’être longue et exigeante. À nous d’y mettre les moyens humains, financiers et logistiques nécessaires ! Car le conformisme peut agir dans l’autre sens : il suffit d’être nombreux. Les moutons de Panurge se seraient suivis sur la terre ferme si les 10 premiers avait fait demi-tour en approchant la falaise…

http://diktacratie.com/lidiocratie-fleau-des-temps-modernes/

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

lasorciererouge 03/02/2014 23:13


Idiocratie, vous avez dit idiocratie..


J'en ai une belle brochette au boulot.


Quand j'ai dit à un de mes collègues que manu la vallseuse avait censuré gazouilli, il m'a répondu que comme il n'avait pas le petit zozio,cela ne le concernait pas...aussi malin qu'une limace à
marée basse, et que si ca ne plaisait pas il fallait partir de France.


Avec toutes les magouilles..vous pensez vraiment que votre vote va changer les choses, qu'ils vont vous donner le droit de décider à leurs places..vous rêvez mes pauvres.


Le droit de vote n'est qu'une illusion pour que le peuple reste docile car il est comme un enfant qui attends le consentement de ses parents pour pouvoir agir l'esprit tranquille car il obéit aux
ordres de ses bienfaiteurs (??)....


Nous sommes en plein 1984

ummite 03/02/2014 10:45


 le vinaigre des 4 voleurs bonne réponse .


merci du moment de rigolitude gwendal 

Caroline.D 03/02/2014 10:18


En tout cas, que l'on soit du mouvement "idiocratique" ou pas, les élections municipales et européennes de ce printemps vont être lourdes en conséquences.


Et bizarrement, plus on approche de ces dates et moins on en entend parler. Les partis politiques sont tous fauchés ou est ce une manière de ne pas trop assombrir le moral des français? (les 2
mon commandants, mêmes les 3...)


Par contre savoir que certains fassent un tour dans la rue APRES qu'une loi est votée (ce qui ne sert plus à rien) ou savoir le taux d'infidélité en france c'est important. Et puis savoir le
temps qu'il va faire aussi...


Si j'étais vous je commencerais par me renseigner des enjeux des élections européennes au moins, puis des problèmes sociétals ou commerciaux qui peuvent renforcer ces prochaines années la crise
économique actuelle, et enfin je regarderais suivant le bilan de l'évolution du climat été et hiver dans la région où je devrais déménager au cas où. Et puis vraiment allé s'il reste un peu de
temps devant soi, je regarderais les enjeux des associations de mon quartier.


Un petit pas pour soi, un grand pas pour l'humanité.

gwendal 03/02/2014 02:03


Depuis que j'ai compris, il y a plus de 20 ans, qu'on a tout juste le choix entre la peste et le coléra ...j'ai choisi "le vinaigre des 4 voleurs"

Cowa 02/02/2014 19:52


Article intéressant. On en vient à un problème culturel. Un conditionnement culturel aliénant. Il faut consolider des noyaux alternatifs.


Si ce n'était que des singes qui cherchent à nous empêcher de danser en rond... Nos élus agitent les écervelés et les incitent à terroriser les dissidents. Nous vivons un remake de La planète des
singes. On attend plus que Charlton Heston et ses fusils.

ummite 02/02/2014 18:55


 pour le vote blanc , il est possible de glisser un mordeau de papier wC blanc ( pas rose , ils seraient capable
penser à un oui ces mafieux  ) à l'intérieur de l'enveloppe . 

Gladys 02/02/2014 17:06


Ben c'est quoi les moyens humains, financiers et logistiques dont tu parles stp?


Je pense que l'info doit faire du chemin pour qu'il y ait une prise de conscience massive.


Pourquoi ne pas exiger que le vote blanc soit comptabiliser dans les suffrages par exemple. je crois qu'il s'agirait d'un bon début pour que les citoyens retournent aux urnes et ainsi faire
savoir qu'ils ne veulent plus de politicards mafieux. Un bon 70% de votes blancs comptabilisé dès le premier tour et...Adios amigos!


 

Jophiel 02/02/2014 16:48


Nos hommes politiques ne sont pas le reflet des idéaux auxquels aspirent la population. A chaque vote, quel qu'il soit, on demande au citoyen de choisir entre la peste ou le choléra. Ceux ou
celles qui sont sensés vous représenter viennent vous caresser dans le sens du poil afin que votre bulletin soit en leur faveur. Il est triste de constater qu'a l'heure actuelle nous sommes dans
une démocratie qui glisse doucement vers une dictature où nos chers gouvernants imposent leurs idées qui sont avant tout dictées par le dieu argent où les multinationnales tirent les ficelles.
Après tout cela comment ne pas constater que le citoyen aussi militantiste qu'il soit se détourne des urnes.

ummite 02/02/2014 15:02


 en réalité , la défiance de la population a vu le jour de l'après mai 1968 quand le beau et bon souflet présenté
par la socialitie and corp s'est dégonfler , faisant apparaitre la véritable arnaque .avec  le gel des salaires ,
des aides sociales et prestations familiales en 1981 par ceux là même qui conspuaient le grand charles pour son manque de dynamisme à l'égard de la population française .


ils ont volontairement oubliés ces socialos , que ce sont eux qui ont demandés aux français de refuser le oui aux accords de grenelle que voulait le grand charles les accords qui abondaient dans
l'intérêt des travailleurs . mais ne fallait surtout pas que cela vienne de leur adversaire charles de gaulle " dit par ses amis le grand charles " .


quelle honte qu'un homme tel que lui puisse venir au secour de sa population et lui offrir des jours meilleurs , c'était pour le coup dur qu'ils se seraient détournés du socialisme .


et oui pour la ènième fois , la population laborieuse comme de coutume , s'était tirée une balle dans la figure .


comment voulez vous qu'après cela elle fasse confiance aux politique qui depuis lors , sont remplacés par des
affairistes patentés .

newparadigme 02/02/2014 14:14


Article intéressant bien que je n'aime pas trop le titre un peu racoleur "d'idiocratie".


Pourquoi le citoyen de base se désintéresse progressivement de la politique ?


Parce qu'il se rend compte qu'on n'a besoin de lui que pour mettre un bulletin dans l'urne, qu'il a le choix entre "bonnet blanc" et "blanc bonnet" et que les candidats en lice font tous partie
du "système". Après, que ce soit un président de la république, un maire, un député... ils font ce qu'ils veulent pendant leur mandat... et on ose appeler cela une démocratie !!!


Coluche avait dit : Si les élections pouvaient changer quoique ce soit, il y a longtemps qu'elles auraient été supprimées et aussi "élection piège à
cons".


Ceci étant, tournons notre regard vers l'Islande qui a mis tous ces politiques professionnels à la porte, élu une assemblée constituante, refusé de payer ses dettes, mis les
banquiers en prison... A la télé, la radio, dans les médias alignés on ne nous parle jamais de l'Islande... Vous comprenez mieux pourquoi...


Est-ce la piste à creuser pour notre pays ou notre Nouveau Paradigme devra-t-il être encore plus radicalement novateur ?


La question est ouverte...

Nous sommes sociaux !

Articles récents