Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L'islam, une religion "intolérante" pour 74% des Français

Publié par Dav sur 25 Janvier 2013, 10:54am

Catégories : #Société

Une grande enquête sur les fractures sociales révèle des crispations profondes chez les Français, en proie à l'anxiété et au repli identitaire.

  cover vendeur-journaux

Huit Français sur dix estiment que la religion musulmane cherche "à imposer son mode de fonctionnement aux autres". (MAXPPP)

La France a peur. "Le Monde" publie ce jeudi 24 janvier une grande enquête Ipsos réalisée avec le Centre d'études politiques de Sciences Po (Cevipof) et la Fondation Jean-Jaurès sur les nouvelles fractures de la société. Un sondage qui met en évidence "des crispations alarmantes".

 

Un Français sur deux considère ainsi que "le déclin" de la France est inéluctable. Ils sont trois sur cinq à voir dans la mondialisation "une menace pour la France" et à estimer que "la France doit se protéger davantage du monde d'aujourd'hui". Deux sur trois souhaitent "renforcer les pouvoirs de décision de notre pays, même si cela doit conduire à limiter ceux de l'Europe".

 

Quant à la défiance des Français envers la politique, elle atteint des sommets : 75% d'entre eux considèrent que "le système démocratique fonctionne plutôt mal en France", 82% que "les hommes et les femmes politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels" et 62% que "la plupart d'entre eux sont corrompus".

"La société française semble taraudée dans ses profondeurs : elle glisse de l'inquiétude à l'anxiété, du repli sur soi à la peur de l'autre", analyse "Le Monde". En réponse à ces craintes, la demande d'autorité est en effet massive : 87% des sondés pensent que "[l']on a besoin d'un vrai chef pour remettre de l'ordre". 86% estiment que "l'autorité est une valeur trop souvent critiquée".

 

 

Une "substitution de l'islamophobie à l'antisémitisme"

 

Mais surtout, 70% des personnes interrogées (jusqu'à 83% chez les électeurs de l'UMP) sont d'accord pour dire qu'il y a "trop d'étrangers en France", 62% que l'on "ne se sent plus chez-soi comme avant"… Et 74% jugent que l'islam est une religion "intolérante", qui n'est pas compatible avec les valeurs républicaines. Plus radical encore, huit Français sur dix estiment que la religion musulmane cherche "à imposer son mode de fonctionnement aux autres". Plus de la moitié pensent que les "intégristes" représentent "la majorité" (10%) ou "une partie" (44%) des musulmans en France et non "une toute petite minorité" (45%).

 

Le rejet est profond. Certes, les réponses varient en fonction des affinités politiques et des catégories d'âge. 65% des gens de gauche et 68% des moins de 35 ans répondent ainsi que l'islam n'est pas une religion tolérante, tandis que 61% des premiers et 66% des seconds jugent que l'islam n'est pas une religion compatible avec les valeurs de la France.

Mais "ce n'est plus, majoritairement, le travailleur immigré, susceptible de 'prendre le travail des Français qui est pointé du doigt, mais le musulman, volontiers assimilé à 'l'intégrisme' et dont la religion est jugée (…) intolérante et incompatible avec la société française", analyse "Le Monde". Interrogé par le quotidien, l'historien Michel Winock va jusqu'à considérer que "c'est la résurgence des stéréotypes connus (…), la substitution de l'islamophobie à l'antisémitisme".

 

 

"Un avertissement à l'islam"

 

Pour le philosophe Abdennour Bidar, spécialiste de l'islam et la laïcité, en revanche, les musulmans ne devraient pas tomber dans "les réflexes de défenses" : "Si, face à ces nouveaux chiffres, les musulmans une fois de plus parlent de stigmatisation (...) il s'agira une nouvelle fois d'une réaction de déni et d'auto-déresponsabilisation", lance-t-il. "C'est un avertissement à l'islam ; l'idée que l'islam a un problème avec lui-même et qu'il a du mal à se régénérer. Il est urgent que les musulmans s'interrogent de façon critique sur leur religion et sur leur communication."

Quoi qu'il en soit, entre l'ancrage du "tous pourris", du déclinisme et le rejet de l'autre, le tableau est bien sombre. Michel Winock, lui est très clair : "Les ingrédients du populisme sont là et dépassent les rangs des électeurs de Marine Le Pen". Reste à savoir quels en seront les fruits.

L.T.

 

Le Nouvel Observateur
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Cyrus 04/02/2013 00:55


Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous,


Il faut savoir que lorsqu'un pays accepte la construction d'une mosquée sur son territoire, selon certaines autorités musulmanes, celui-ci devient tacitement musulman et la loi de la Charia est
en principe de pleine application.


Ignorer cela amène à une grande incompréhension, car cela n'est pas perçu par tous de la même façon. D'un côté, il y a liberté du culte, de l'autre, acceptation tacite du culte unique musulman.
Mais attention, il faut encore faire la part entre musulmans et intégristes.
Comme l'a souligné un intervenant, toute religion a connu son intégrisme, sous une forme ou une autre, et s'il y a quelque chose à combattre, c'est cet intégrisme, où qu'il se situe.


Son principe est toujours le même : enseigner sa vision des choses aux fidèles qui ne peuvent, par analphabétisme ou interdiction de lire soi-même les textes religieux,connaître la véritable
version du livre de référence. L'occident a connus cela, avec la Bible que personne ne pouvait posséder chez soi et les messes en latin, jusqu'à il y a encore peu de temps.


Pour en revenir à l'impression d'intolérance, comme expliqué plus haut, les peuples des pays où a été installé ne serait-ce qu'une seule mosquée ressentent de l'intolérance parce qu'ils ne savent
pas ce que cela implique pour l'Islam (le pays tout entier devient musulman), alors que de l'autre côté, les musulmans se sentent très tolérants d'accepter que la Charia ne soit pas totalement
respectée.
Les vrais musulmans sont plus tolérants, car ils ont accès au Coran, qui indique d'ailleurs que tous les gens du Livre (Torah, Évangiles et Coran) ont droit au respect.


Le plus grand danger vient du petit Jihad, le combat physique armé, à l'opposé du grand Jihad : le combat intérieur contre le mal qui peut sévir en soi-même. On voit ici lequel est le plus
important... Car s'il est lancé, tous les pays concernés seront alors pleinement revendiqués comme islamistes. Et là, ce serait vraiment la "tolérance zéro".


Je ne suis pas musulman, mais j'ai étudié les religions pour mieux comprendre et, dans tous les cas, les dérives sont le fait d'humains qui, à un moment ou un autre, en tiennent les rennes et les
utilisent à leurs propres fins (ces humains étant eux-mêmes sous mauvaises influence et agissent comme des pions aux mains de l'ennemi).


Ceci, on peut bien sûr s'en douter assez facilement, mais le mieux est d'aller se renseigner à la source et lire tous les livres fondateurs des religions, ainsi que se renseigner sur les
différentes mouvances. Il est alors encore plus aisé de trouver tout les actes et faux enseignements qui sont contraires aux textes sacrés, perpétrés par de faux défenseurs de la foi qui
enseignent à certains fidèles maintenus dans l'ignorance.


Ceci concerne toutes les religions et leurs extrémismes. Il n'est nullement question de pointer l'Islam en particulier.


La religion en soi n'est pas un mal, le terme religion provient de religio -> religare -> se relier (à...). Ce sont les enseignements religieux dévoyés qui posent problèmes. Tout ce qui
sépare, divise et crée la zizanie, autrement dit qui empêche de "se relier (à...)", y compris à se relier entre humains, est contraire à la religion dans son sens propre.


Je suis d'avis que c'est en recherchant tous les messages qui peuvent être reconnus comme correspondants aux valeurs de la divinité, dans tous les textes religieux du monde, que l'on pourrait
enfin en retirer ce qui s'y trouvait à l'origine, avant les modifications apportées par certains potentats religieux. Tout ce qui est contraire aux valeurs dont on peut s'attendre d'une divinité
bienveillante devrait être écarté.
Cela ne serait pas renier des paroles divines, mais retirer ce qui a été ajouté par des humains. Comment, par exemple, un être aussi sublime et sans défaut pourrait-Il ressentir de la colère ?
Celle-ci est un manque total de contrôle de soi. Donc, à chaque fois que l'on retrouve des sentiments typiquement humains, il faut s'en défier, car il s'agit fort probablement d'ajouts humains.
Comme les massacres d'opposants, justifiés au nom de la divinité.


Ce n'est pas parce qu'un groupe commettrait des attentats au nom de David Jarry, par exemple, que celui-ci y serait réellement pour quelque chose. Il en est de même pour les atrocités commises
soi-disant sur l'ordre de la divinité. Elles sont le faits d'humains qui se cachent derrière une divinité qu'elles ne respectent pas, en agissant de la sorte.





christian 25/01/2013 18:46


Je pense qu'il sont au même niveau que la religion catholique il y a 8 a 10 siècles ,alors ça donne a réfléchir....

steeve 25/01/2013 15:22


quand on parle de tolerance c'est justement le faite de tolérer que l'autre ne pense pas comme toi et l'islam n'est pas tolerante du tout puisque qu'elle dit d'abattre tous les mécréants,de
tordre le cou des chiens et de répendre le sang des porcs sur terre donc niveau tolérance c'est zéro 

Wapiwala 25/01/2013 13:31


C'est bien on voit que les médias colabos bon vraiment bien eur bouot...
PLus que nimporte quel autre civilisation c'est l'occident qui n'a de cesse de vouloir imposer son sait modèle pseudo démocratique au reste du monde, les musulmans ne font que résister et peut un
peu imiter notre arrogance...

:)

Nous sommes sociaux !

Articles récents