Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L'UE importe chaque année entre 300 000 et 500 000 tonnes de viande bovine issue du clonage des États-Unis et d'Argentine.

Publié par David Jarry - Webmaster sur 15 Février 2014, 12:27pm

Catégories : #Santé

Après les OGM, la Commission européenne bousculée sur le clonage

L'UE importe chaque année entre 300 000 et... (Photo THOMAS TERRY, Archives AP) 

Photo THOMAS TERRY, Archives AP

La Commission européenne a fait mercredi l'unanimité contre elle au Parlement européen pour son refus d'imposer dans l'immédiat la traçabilité des produits issus d'animaux clonés servis dans les assiettes européennes.

Déjà contesté pour sa gestion du dossier des cultures génétiquement modifiées, le commissaire à la Santé, Tonio Borg, s'est vu accusé de servir les intérêts américains par les chefs de file de tous les groupes politiques lors d'un débat en commission parlementaire sur l'environnement.

Rouvrant un dossier gelé depuis 2011, la Commission a proposé en décembre d'interdire le clonage animal à but alimentaire dans l'UE. Mais elle n'a pas prévu de bannir la vente de viande ou de lait des descendants des animaux clonés, ni d'assurer la traçabilité de ces produits, jugeant cette option irréaliste dans l'immédiat.

L'élu conservateur allemand Peter Liese a rejeté l'argument comme «inacceptable», accusant la Commission de vouloir «faire plaisir aux Américains» dans la perspective des négociations en cours pour un vaste accord de libre-échange UE-USA.

 

La proposition de la Commission équivaut «à externaliser» le clonage, a ironisé la travailliste britannique Linda McAvan. «Les États-Unis clonent, nous importons le sperme et nous mettons dans la chaine alimentaire, tout en gardant les mains propres, c'est cynique», a-t-elle dénoncé.

«Aucun citoyen n'a demandé à consommer de la viande issue de produits clonés», a relevé pour sa part la libérale française Corinne Lepage, plaidant pour qu'au moins la Commission impose l'étiquetage pour les produits concernés.

M. Borg a concédé que cette option n'était pas totalement exclue, mais l'a renvoyée à un examen ultérieur. Sur le fond il a campé sur ses propositions, qui doivent désormais faire l'objet de négociations entre Parlement européen et gouvernements.

Les exigences de traçabilité des élus européens avaient déjà bloqué en 2011 une première tentative de l'UE d'encadrer le clonage et la consommation des produits en découlant.

Au sein de l'Union européenne, le clonage animal à but alimentaire ne se pratique qu'au Danemark, tandis que la viande de clones n'est pas destinée à la consommation au vu de son prix très élevé. Mais les embryons et semences de ces spécimens sont commercialisés et exportés, et l'UE importe chaque année entre 300 000 et 500 000 tonnes de viande bovine issue du clonage des États-Unis et d'Argentine.

Vouloir imposer à ces partenaires une traçabilité de ces produits risquerait selon la Commission de mener à une guerre commerciale similaire à celle provoquée jadis par l'interdiction du boeuf aux hormones américain.

 

La presse.ca

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

sylvain 15/02/2014 16:20


a boycotter !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

ummite 15/02/2014 12:42


évidement ces gens appartiennent au young leaders , ils ne vont pas taper dans le dos de leurs amis américains
.


et puis , qu'est-ce qu'ils en ont à faire que vous consommez leurs merde !


faut être lucide et raisonnable ! il faut que la france quitte cette zone euro de merde , si elle ne le fait pas , cela voudrait dire qu'ils en ont rien à foutre que vous crevez des causes de
leurs saloperies importé grace à un accord eurotransatlantique signé dans votre dos .

Nous sommes sociaux !

Articles récents