Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L'union européenne espionnée par la NSA

Publié par Dav sur 1 Juillet 2013, 08:57am

Catégories : #Société

Selon le "Guardian", les trois pays figuraient sur une liste de "cibles" surveillées. Après les révélations selon lesquelles l'UE aurait été épiée par l'agence, les réactions indignées se multiplient.

 

Le 6 juin 2013, Edward Snowden a révélé au "Guardian" et au "Washington Post" que la NSA (National Security Agency), principale agence de renseignement américain, accédait aux données téléphoniques et électroniques des citoyens. (P.SEMANSKY/SIPA)

 

 

Espionnage de l'UE par la NSA : ce que l'on sait

 

Les Européens ont exigé des explications sur le programme d'espionnage américain, qui aurait visé les institutions de l'UE et des millions de citoyens européens, alors que, dernier épisode en date, le quotidien britannique "The Guardian" a affirmé dimanche 30 juin que la France, l'Italie et la Grèce figuraient parmi les 38 "cibles" surveillées par l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine.

 

Face au déluge de documents communiqués via l'ancien consultant américain de la NSA, Edward Snowden, au coeur d'un imbroglio mondial digne des meilleurs romans d'espionnage, Bruxelles a averti même de possibles conséquences sur la négociation d'une zone de libre-échange transatlantique.

 

"Entre partenaires, on n'espionne pas !", a lancé dimanche au Luxembourg la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding. "On ne peut pas négocier sur un grand marché transatlantique s'il y a le moindre doute que nos partenaires ciblent des écoutes vers les bureaux des négociateurs européens", a-t-elle estimé, en réclamant que les Etats-Unis "dissipent ces doutes très rapidement".

 

La Direction nationale du renseignement américain (ODNI), qui chapeaute les 17 agences de renseignement du pays dont la NSA, a indiqué dans un communiqué que les Etats-Unis "répondront de façon appropriée" à l'UE et à ses Etats membres par les canaux diplomatiques.

 

De son côté, le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, a jugé sur une chaîne de télévision belge que l'affaire serait "très grave" si ces allégations étaient confirmées. "Clarté, vérité et transparence : c'est ce qu'on peut et doit attendre de nos amis et alliés. Les explications américaines sont nécessaires et urgentes", a affirmé sur son compte Twitter le commissaire français, Michel Barnier.

 

Les trois commissaires réagissaient aux révélations de l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel", qui a assuré dimanche que Prism, le programme d'espionnage de la NSA, avait visé les institutions de l'Union européenne.

Le "Spiegel" fonde ses accusations sur des documents confidentiels dont il a pu avoir connaissance grâce à Snowden, qui a sollicité l'asile politique en Equateur et est bloqué depuis une semaine à l'aéroport de Moscou, son passeport ayant été annulé par les Etats-Unis qui réclament son extradition pour espionnage.

 

 

"Guerre froide"

 

La France a elle aussi demandé des explications "dans les plus brefs délais". "Ces faits, s'ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables", a déclaré le chef de sa diplomatie, Laurent Fabius.

La ministre française de la Justice, Christiane Taubira, est allée plus loin, en estimant que si Washington avait bel et bien mené les opérations d'espionnage décrites par le "Spiegel", ce serait "un acte d'hostilité inqualifiable".

Pour son homologue allemande Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, qui a elle aussi réclamé des explications "immédiatement et en détail, ce n'est pas sans rappeler des actions entre ennemis pendant la Guerre froide".

 

"Cibles à attaquer"

 

Selon le "Spiegel", le programme était constitué non seulement de micros installés dans le bâtiment de l'UE à Washington, mais aussi d'une infiltration du réseau informatique qui lui permettait de lire les courriers électroniques et les documents internes. La représentation de l'UE à l'ONU était surveillée de la même manière, toujours selon ces documents, dans lesquels les Européens sont explicitement désignés comme des "cibles à attaquer".

Et les dernières révélations du "Spiegel" dimanche risquent d'enflammer l'opinion allemande, très sensible sur les questions de protection de vie privée. L'Allemagne est en effet "le pays européen le plus surveillé" par la NSA, avec 500 millions de connexions téléphoniques et Internet enregistrées mensuellement, assure le magazine, qui explique qu'une journée "normale" d'espionnage concerne environ 15 millions d'appels téléphoniques recensés en Allemagne, contre environ deux millions quotidiennement en France.

 

L'Allemagne, comme la France, sont considérées par la NSA comme moins fiables que le Canada, la Grande-Bretagne, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, explique aussi "Der Spiegel" se fondant sur ces documents.

Selon le "Guardian", l'opération de surveillance de la représentation française à l'ONU a été baptisée "Blackfoot" et celle visant l'ambassade de France à Washington "Wabash". L'ambassade d'Italie à Washington a été visée par une opération dont le nom de code était "Bruneau".

 

Les Européens sont pourtant "parmi les alliés les plus proches" des Etats-Unis, a assuré dimanche le conseiller adjoint à la Sécurité nationale, Ben Rhodes. La porte-parole du Département d'Etat américain, Marie Harf, s'est refusée à tout commentaire.

 

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a évoqué un possible "immense scandale", et le député européen écologiste Daniel Conh-Bendit a appelé à une rupture immédiate des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique, qui viennent d'être lancées, tant qu'un accord n'a pas été signé avec les Etats-Unis sur la protection des données personnelles. Des négociations en ce sens, lancées en 2011, n'ont toujours pas abouti.

Après les premières révélations sur Prism, la Commission européenne avait assuré que Washington avait accepté d'informer les Européens. Mais la promesse ne semble pas avoir été tenue, Bruxelles ayant à nouveau réclamé le 19 juin des réponses "aussi rapidement que possible".

 

Toujours selon le Spiegel, la NSA avait même étendu ses opérations jusqu'à Bruxelles il y a "plus de cinq ans". En 2003, l'UE avait effectivement confirmé la découverte d'un système d'écoutes téléphoniques des bureaux de plusieurs pays - dont la France, l'Allemagne, l'Espagne, le Royaume-Uni, l'Autriche et l'Italie - au siège du Conseil de l'Union européenne. Il est difficile de savoir s'il s'agit de la même affaire, l'enquête de la justice belge n'ayant débouché sur rien.

 

le nouvel Observateur

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

gevaudan 02/07/2013 14:23


1er mesures de retorsion:interdire tous les produits monsanto et declarer le coca arme chimique de destruction de masse  et aussi interdire les oreos et le fromage philadelphia

gwendal 01/07/2013 23:54


C'est pourtant simple a comprendre: pour les USA (nation de psychopates...concernants ses dirigeants, et nation de grands neuneux concernants le peuple), soit les autres sont des parts de
marchés, soit ils sont des ennemis (de
préférence des terroristes car les ricains adorent jouer à se faire peur ...et en plus ça rapporte gros à leur industrie guerrière)


Ce sont TOUS les accords passés depuis ...disons l'an 1900 qui doivent être ANNULES


Aucune coopération ne peut être continuée dès lors que l'on a compris que c'est un pays ultra guerrier et ultra dangereux

Deshayes 01/07/2013 18:33


Qulle plaisenterie ! S'indigner de l'espionnage de la NSA sur les eurpéens. Au fait qui détient le contrôle des banques ??????????????


Espionner les populations n'a qu'un seul but, celui de s'assurer que les masses restent dociles. Si les peuples bougent, ou se mettent à contester les décisions de leur gouvrenement, la NSA
informe les dirigeants du pays conscerné. 


Plus personne ne souhaite voir se reproduire le schéma de l'Irlande.


Démocratie, dites vous ? Nous sommes bien dans une ditacture, ne sous laissons pas berner par ces pseudos réactions, qui me font penser à une pute qui joue les vierges éffarouchées...

Yann 01/07/2013 15:53


Au fond, ça ne m'étonne même pas, mais c'est pathétique. J'aime bien les américains, j'ai bossé avec eux, ils ne sont pas tous de gros beaufs rednecks, il y en a de vraiment sympa, mais dans
l'ensemble, j'ai l'impression qu'ils ne savent même pas ce que leur gouvernement fait dans leur dos au nom de la lutte contre le térorisme. C'est benjamin Francklin qui doit se retourner dans sa
tombe.

Sioux Later 01/07/2013 15:11


Cela fait déjà plus de 20 ans et le nom de ce programme d'espionnage est : "Echelon"..

ses242 01/07/2013 13:07


c'est pourtant connu depuis des lustres cette espionnage avec le projet Echellon des USA ....


 


Ca me fait penser qu'on ferme les yeux sur bcp de choses avec les US, comme le world trade.., comme Haarp,  comme le fait que bientot ici ils vont se rendrent compte comme des vierges
effarrouchées que la bio ingenieurie Américaine s'occupe à modifier notre climat depuis à peine 5 ans avec des épandages de métaux lourds et autres merdes ... Suffit d'ouvrir les yeux vers le
ciel pourtant ...

mama yaga 01/07/2013 11:31


Depuis 5 ans, quoi??? Vous voulez dire que le prix nobel de la paix, Barack O. serait dans le coup???!!! Nooooonn, le monde s' écroule..........Moi qui pensait que ce Divin enfant allait
sauver le Monde.J' suis déçu... décu, déçu, déçu

Nous sommes sociaux !

Articles récents