Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La comète ISON en route pour sa flamboyante rencontre avec le Soleil

Publié par Dav sur 2 Juin 2013, 20:12pm

Catégories : #Espace

 

 

ison-gemini-Soleil

 

Une nouvelle série d’images à partir de l’Observatoire Gemini présente la comète C/2012 S1 (ISON) en route pour un rendez-vous un peu trop proche avec le Soleil (clic pour agrandir). À la fin du mois de novembre, la comète pourrait présenter un magnifique spectacle dans le ciel crépusculaire et rester facilement visible, voire brillante, jusqu’au début décembre de cette année.

Les images représentent une séquence temporelle, couvrant début février à mai 2013. Personne ne sait si elle survivra à son passage très près du Soleil. Lorsque l’observatoire Gemini a obtenu cette séquence temporelle, la comète se situait entre 730 à 580 millions de kilomètres, ou 4.9 à 3.9 unités astronomiques, du Soleil, ou tout simplement à l’intérieur de la distance orbitale de Jupiter. Chaque image de la série, prises avec le spectrographe multi-objets du télescope Nord du Gemini situé sur le Mauna Kea, à Hawaii, montre la comète dans l’extrême rouge du spectre optique, qui souligne la poussière de la comète qui s’échappe déjà de ce que les astronomes décrivent comme une “boule de neige sale”.

L’image finale dans la séquence, obtenue début de mai, se compose de trois images, y compris des données provenant d’autres parties du spectre optique, afin de produire une image composite couleur.

Les images montrent la comète arborant un capot parabolique bien défini dans la direction du soleil qui se termine en une courte queue trapue trainant loin du Soleil. Ces caractéristiques se forment lorsque la poussière et le gaz s’échappent du noyau glacé de la comète et entourent le corps principal pour former une atmosphère relativement vaste appelée le coma (chevelure d’une comète). Le vent solaire et la pression des radiations poussent la matière du coma loin du Soleil pour former la queue de la comète, que l’on voit ici sous un léger angle.

Découverte en septembre 2012 par deux astronomes amateurs russes, la Comète ISON fait probablement son premier passage dans le système solaire interne à partir de ce que l’on appelle le nuage d’Oort, une profonde région dans les recoins de notre système solaire, où des comètes et des corps glacés demeurent. Historiquement, les comètes qui font un premier tour dans notre système présentent une forte activité près du système solaire interne, mais elles s’essoufflent souvent alors qu’elles se rapprochent de notre étoile.

 

Le parcours vers le Soleil de la comète ISON et sa survie probable.
 
Ison-Parcours@GuruMed

 

Selon les astronomes qui travaillent actuellement sur une analyse préliminaire des nouvelles données de Gemini (ainsi que d’autres observations partout dans le monde) ils notent que l’activité de la comète a un peu diminué au cours du mois passé. La luminosité d’ISON semble indiquée un dégazage soit de monoxyde de carbone ou de dioxyde de carbone. Sa décélération pourrait être du à sa toute première approche du Soleil, et la libération de sa glace volatile glace pourrait dévoiler une couche moins active en dessous. Elle est assez près du Soleil pour dissiper l’eau de son noyau et ainsi révéler des secrets internes.

Le télescope spatial Swift de la NASA et le télescope spatial Hubble (HST) ont aussi imagé la comète ISON récemment dans cette région de l’espace. Les observations en ultraviolet de Swift ont déterminé que le corps principal de la comète crachait quelque 850 tonnes de poussière par seconde au début de l’année, ce qui permit aux astronomes d’estimer le diamètre du noyau de la comète qui fait entre 5 et 6 kilomètres. Son coma mesure 5000 km de travers.

 

La comète ISON saisit par le télescope spatial Hubble :
 

ISON673-Hubble
 
La comète ISON au centre de l’image par le télescope spatial Swift le 10 janvier 2013 :
 
 ISON-SWIFT

 

La comète devient plus lumineuse alors que les dégazages augmentent et davantage de poussière est éjecté de la surface de la comète. Les scientifiques utilisent la luminosité de la comète, avec des informations sur la taille du noyau et des mesures de la production de gaz et de poussières, pour déterminer la composition des glaces qui contrôlent l’activité.

Le 28 novembre 2013, la Comète ISON fera l’un des passages les plus étroits jamais enregistrés avec le soleil, pénétrant l’atmosphère extérieure de millions de degrés de notre étoile, appelée couronne, à 1,3 million de km de sa surface. Peu de temps avant ce passage critique, la comète pourrait être assez lumineuse pour les observatoires au sol, en plein jour. Mais pour l’instant personne ne le sait vraiment. Si la comète ISON survit à cette rencontre rapprochée, elle pourrait apparaître dans notre ciel, avant l’aube, au début du mois de décembre, pour devenir l’une des plus grandes comètes des 50 dernières années ou plus. Même si la comète se désintègre complètement, les amoureux du ciel ne devront pas perdre espoir. Lorsque la comète C/2011 W3 (Lovejoy) a plongé dans la couronne du Soleil en décembre 2011, son noyau s’est totalement désintégré en petits morceaux de glace et de poussière, mais le spectacle est resté grandiose.

Peu importe si la comète ISON devient la “comète du siècle”, comme certains le spéculent, elle sera probablement visible à l’œil nu dans les hémisphères Nord et Sud dans les semaines qui vont précédé son étroite approche avec le Soleil.

La comète atteindra son périhélie (point le plus proche de son orbite du Soleil), le 28 novembre, quand elle aura également atteint son maximum de luminosité, et peut-être visible dans la journée. Si la comète ISON survit le périhélie, elle apparaitra à la fois en début de matinée et en début de soirée à partir de l’hémisphère nord. La situation est moins favorable dans l’hémisphère sud, alors que la comète sera placée devant le soleil le soir et se lèvera avec le soleil du matin.

Le 10 décembre, si tout se passe bien, la comète ISON pourrait fournir un joli spectacle dans le ciel du matin, vu de l’hémisphère nord. La comète sera également visible dans le ciel du soir au cours de cette période, mais avec sa queue alignée près de l’horizon.

A partir de l’Observatoire Gemini : Gemini Observatory Captures Comet ISON Hurtling Toward Uncertain Destiny with the Sun.

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents