Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La crise qui vient sera épouvantable

Publié par David Jarry - Administrateur sur 19 Décembre 2013, 19:41pm

Catégories : #Société

L’un des rares économistes à avoir prévu la crise de 2008, François Morin, débat avec François Ruffin, auteur de « Vive la banqueroute ! », des alternatives politiques possibles. Tandis que le premier pense que l’issue ne pourra se trouver qu’au niveau international, l’autre croit à des solutions nationales.

 

La-tulipomania

La tulipomanie (Tulpenmanie en néerlandais, Tulip mania en anglais, souvent appelée « crise de la tulipe » en histoire économique), est le nom donné à l’augmentation démesurée puis l’effondrement des cours de l’oignon de tulipe dans le nord des Provinces-Unies au milieu du XVIIe siècle.

 
Marianne : Vos points de vue partent de la même constatation. Nous venons de vivre une crise exceptionnelle, comparable à celle de 1929, et vous vous attendez à une accélération de celle-ci.
 
Maintenez-vous que, dans quelques mois, au plus quelques années, les Etats seront incapables de faire face au paiement de la dette ?
 

 

François Morin : Exactement, la dette est devenue insoutenable dans tous les grands pays développés. On est en situation de précrise, et je pense que nous pouvons tous les deux être d’accord sur ce constat initial. Mais la crise qui va survenir sera encore plus violente que la précédente. L’effet domino risque de jouer plus rapidement à cause des CDS [credit default swaps], la contagion va être en effet presque instantanée. Ces CDS sont des assurances titrisées qui garantissent les dettes des banques ou des Etats. Dès qu’un pays va avoir un incident de paiement, leurs titulaires vont demander aux banques qui les ont émises de les honorer.

Evidement, ces assureurs-banquiers ne vont pas pouvoir faire face et les faillites vont alors se succéder. Lorsque Lehman Brothers a fait faillite, les détenteurs de CDS qui garantissaient la dette de la banque les ont fait jouer. Ces sommes étaient importantes. Ils se sont entre autres tournés vers AIG [American International Group, un des leaders mondiaux de l'assurance] et ont exigé 175 milliards de dollars à l’assureur, le contraignant quasiment à la faillite. Ce dernier n’a dû son salut qu’à l’intervention de l’Etat américain. Aujourd’hui, les Etats sont exsangues : en cas de crise, ils ne pourront plus agir de même.

 

Cela nous laisse assez peu d’espoir !

 

François Morin : Il faut à tout prix supprimer ce genre de produits financiers, et cela ne peut se faire qu’à travers une réforme profonde du système monétaire international. Il faut revenir à un système de type Bretton Woods, de parités fixes, où les Etats maîtrisent les taux de change et les taux d’intérêt. C’est la fin de ce système, en 1971, et la libération qui a suivi, synonyme d’abandon de souveraineté des Etats sur ces taux, qui a entraîné l’explosion des produits dérivés dont les CDS sont une des composantes les plus toxiques. Ces titres alimentent l’activité spéculative des banques au détriment de l’activité de crédit.

 

Il faudrait un sursaut, que des responsables politiques, idéalement appuyés par un mouvement social, se dressent contre cette situation pour exiger une régulation qui ne peut être que mondiale. Où sont les Churchill, Roosevelt ou de Gaulle aujourd’hui ? Le vrai problème est que les Etats-Unis refusent d’aborder la question monétaire, on l’a bien vu dans les dernières réunions du G20.

 

Donc il n’y a pas d’alternative, pour reprendre un mot tristement célèbre ?

 

François Ruffin : Je ne suis pas un économiste, donc je ne suis pas prophète. [Rires.] Avant de deviser sur l’avenir, je regarderai donc l’histoire récente, non comme technicien mais comme citoyen. Que s’est-il passé ? En 2008, nous avons connu une crise financière majeure. Les banquiers, les libéraux venaient eux-mêmes battre leur coulpe sur la place publique : « Ce système est fou… C’est notre faute… On ne recommencera pas… »

On se serait cru dans l’après-guerre, en 1918 : promis, juré, cette crise, c’était la « der des ders ». Or, cinq ans après, que voit-on ? Tel le sphinx renaissant de ses cendres, leur système s’est remis sur pied. La faute à qui ? Est-ce parce qu’ils sont trop forts, ou est-ce parce que nous sommes trop faibles ? Avec le recul, je pense que notre responsabilité, celle des citoyens, des syndicats, de la gauche, est lourde. Pour une raison, notamment : nous sommes entrés dans la crise sans avoir des idées claires, décidées, sur un projet dissident.

 

Le peuple, au printemps 2009, est descendu dans la rue, avec trois grandes manifestations, plus de 1 million de personnes. Mais avec quel slogan ? «Nous ne paierons pas leur crise». Ça ne veut rien dire, « nous ne paierons pas leur crise », c’est complètement creux, c’est assez consensuel pour s’épargner les sujets qui fâchent : fallait-il, ou non, payer la dette ? Etait-on prêt, ou pas, à sortir de l’euro ? Souhaitait-on, contre le libre-échange, recourir à des barrières douanières ? Ces trois questions, décisives, le mouvement social ne les avait pas tranchées. Alors, avant une nouvelle débâcle, que François Morin nous annonce, la priorité du moment me semble d’en discuter, pour les trancher. Et que les esprits soient préparés pour affronter les futures secousses.

 

A défaut de connaître l’avenir, on peut s’appuyer sur l’histoire. L’endettement de l’Etat, c’est un problème récurrent, en France (et ailleurs), depuis sept siècles. La solution la plus courante, c’est la banqueroute. Toujours partielle : l’Etat cesse de payer une partie de ses dettes. Il en fut ainsi de Philippe le Bel avec les Templiers, mais aussi de François II avec les banquiers italiens, de Sully avec les Suisses, de Colbert avec les 494 plus gros oligarques du royaume, de la Révolution française avec les Genevois, etc.

 

Cette réponse a aussi été mise en œuvre en Islande…

François Ruffin : Oui, et avec un certain succès, si on veut bien comparer l’orthodoxe Irlande avec cette hérétique Islande. Eux ont utilisé trois outils. Le premier, c’est un défaut partiel ; les dettes ne sont pas payées. Le deuxième, c’est une dévaluation. Le troisième, c’est l’inflation. Autant d’issues qui, aujourd’hui, nous sont interdites par la Banque centrale européenne.

 

François Morin : Il faudrait ajouter la croissance, sauf que l’Islande est un petit pays de moins de 300 000 habitants. Mais la différence essentielle tient à ce que ce pays n’appartient pas à la zone euro, à la différence par exemple de Chypre et de la Grèce. Compte tenu de la taille de la dette de l’Islande, il y avait très peu de CDS qui garantissaient les créditeurs. En Grèce, il a été envisagé un moment d’effacer une partie essentielle de la dette, ce qui nous aurait rapprochés de la banqueroute.

 

Mais, à cause des CDS, et pour éviter l’effondrement du système bancaire avec un effet domino sur la zone euro, cette hypothèse n’a pas été envisagée très longtemps. La troïka et les plus grandes banques ont tout mis en œuvre pour éviter la réaction en chaîne. Imaginons ce qui se serait passé dans un pays plus important, par exemple les Etats-Unis ! On irait tout droit à une catastrophe mondiale. Le président Obama a pu déclarer que cela provoquerait une crise thermonucléaire sur les marchés financiers. Mon analyse diffère sans doute de celle de François Ruffin : les plus grandes banques sont devenues des monstres financiers extrêmement organisés à l’échelle internationale, ce qui leur donne la capacité de dominer les Etats et, cerise sur le gâteau, qui les rend intouchables car leur faillite entraînerait ipso facto une catastrophe mondiale.

 

François Ruffin : On ressort du nouveau livre de François Morin, la Grande Saignée, pardonnez-moi, et de son propos d’aujourd’hui, avec un sentiment de fatalisme. Devant la puissance de la finance, on serait saisis de paralysie, tétanisés sur place, n’osant plus rien essayer.

A l’inverse, je fais mienne cette citation de Roosevelt, dans les années 30 : « Il faut essayer quelque chose… Et si ça ne marche pas, avouons-le et essayons autre chose. »

Or, les Grecs auraient mieux fait d’essayer la banqueroute : le FMI lui-même l’a admis, cet été, reconnaissant que le pays avait enduré cinq années d’austérité, c’est-à-dire de régression, de souffrances, pour rien. Cet été, à plusieurs reprises, même les organes de presse patronaux, la Tribune autant que les Echos, ont envisagé sérieusement l’hypothèse d’une banqueroute, d’abord pour le Portugal, ensuite pour les autres pays du Sud, puis éventuellement pour la France. C’est un choix dont il faut alors peser, ensemble, les risques et les avantages.

 

François Morin : Je ne partage pas ce point de vue. Je reconnais que certains économistes, comme Bernard Maris, l’autre jour sur France Inter, évoquent l’idée d’une restructuration de la dette, mais, apparemment, ils ne voient pas sa conséquence immédiate : un cataclysme financier mondial.

 

L’inflation vous paraît-elle une alternative ?

 

François Ruffin : La Banque centrale européenne nous en empêche. L’inflation conduirait, nous affirment les sages de Francfort, directement à l’hyperinflation, c’est-à-dire à la ruine. Et de nous rappeler, sans cesse, ces Allemands qui, dans les années 20, allaient acheter un poireau avec une brouette de billets, et qui se sont alors tournés vers les nazis. Au passage, cette lecture de l’histoire est factuellement fausse.

Quand la crise de 1929 arrive en Allemagne, l’hyperinflation n’est déjà plus qu’un mauvais souvenir. Et c’est la politique inverse que mène alors le chancelier centriste Heinrich Brüning, une politique de récession, d’austérité : il réduit de 20 à 25 % les salaires des ouvriers, des fonctionnaires, supprime les allocations chômage pour les femmes, bref, plonge les travailleurs dans la misère. En 1928, le parti nazi faisait 2,7 % des voix. Grâce à l’austérité, il grimpe à 38 % en 1932. Cette même austérité que la BCE impose aujourd’hui. Dès lors – et sans que je l’aie personnellement tranchée, j’en débats encore avec moi-même -, la question de la sortie de l’euro doit être publiquement, sérieusement débattue.

 

François Morin : La démarche de François Ruffin est légitime mais elle n’intègre pas une notion fondamentale. Depuis vingt ans, nous avons changé de planète économique, nous ne sommes plus dans la même histoire. A partir du milieu des années 90, on est entré dans l’ère de la globalisation financière. Les flux financiers circulent à la vitesse de la lumière, les arbitrages se font à la milliseconde. Tous les modèles qu’il propose sont importants symboliquement, mais ils ne trouveront potentiellement leur validité qu’après la crise, au même titre que les échanges solidaires dans le domaine de l’économie sociale, mais pas avant.

 

Alors, que devrons-nous faire après la crise ?

 

François Morin : Je pense que cette crise sera épouvantable. Elle va tout déstabiliser, avec les conséquences dramatiques que l’on peut imaginer. Il peut en sortir Roosevelt ou Hitler. C’est pour cela que mon dernier livre appelle à lutter «contre le cataclysme financier à venir». Dans cet univers dévasté, la nationalisation des banques sera le seul trait de lumière et permettra d’effacer une grande partie des dettes. Et, entre autres, d’envisager sérieusement le financement à long terme de la transition énergétique.

 

François Ruffin : Avec François Morin, à tous les coups on perd ! Si on paie la dette publique, c’est l’austérité et donc la crise. Mais si on ne paye pas, c’est une déflagration mondiale. Nous voilà dans un étau. Naturellement, je conviens avec lui, et avec Attac, les altermondialistes, voire les altereuropéens, que ça serait beaucoup plus chouette de s’entendre au niveau international, de résister au niveau européen, etc.

 

Travaillons en ce sens, soit, mais sans trop rêver : comment espérer, franchement, qu’une Europe fondée sur le libéralisme, qui répète toutes les trois lignes dans ses traités «libre circulation des capitaux et des marchandises, y compris avec les pays tiers», change soudain son fusil d’épaule ? D’autant que les intérêts divergent, entre les pays de l’Est, ceux du Sud, l’Allemagne, etc. Alors, de façon plus réaliste, et plus immédiate, il faut songer à une expérience nationale. Peut-être que ça viendra d’Espagne, ou du Portugal, ou d’Italie, et alors, il faudra les défendre contre la troïka, organiser la contagion.

Peut-être que ça viendra de chez nous, également. Tantôt j’entends que la France serait un pays trop grand – l’Islande pourrait, elle, se permettre ces fantaisies -, tantôt qu’elle serait trop petite. Mais l’ordre international pense toujours là où il a mal, là où on lui dit non. Le Venezuela, c’était quoi, dans le monde ? Rien, mais, sans idéaliser Chavez, quand il a dit «non», le Venezuela s’est mis à exister sur le planisphère. Mieux, la Guadeloupe, c’était quoi pour la métropole ? Rien, un petit caillou perdu au fin fond des Caraïbes. Mais, quand la Guadeloupe a dit «non», elle s’est mise à exister pour la métropole. Aujourd’hui comme hier, nous avons toujours, je crois, la possibilité de dire «non».

 

 

A lire :

 

François Ruffin a écrit avec Thomas Morel Vive la banqueroute ! (Fakir Editions, 6 euros).
François Morin vient de publier la Grande Saignée. Contre le cataclysme financier à venir (Lux, 10 euros).

 
François Morin, né en 1945, est économiste. Il a été membre du conseil général de la Banque de France et du Conseil d’analyse économique. Il est aujourd’hui professeur émérite de sciences économiques à Toulouse. Son nouveau livre vient de paraître chez Lux : la Grande Saignée. Contre le cataclysme financier à venir.
 
François Ruffin, né en 1975, est le fondateur de Fakir, journal d’enquêtes sociales «fâché avec tout le monde ou presque». Il est notamment l’auteur de Leur grande trouille, journal intime de mes pulsions protectionnistes (2011), et participe à l’émission «Là-bas si j’y suis» de Daniel Mermet sur France Inter.

 

Marianne

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

 

Commenter cet article

lasorciererouge 01/02/2014 20:30


http://www.dailymotion.com/video/xrbxaq_la-crise-de-la-civilisation-documentaire_news#from=embediframe

ummite 20/12/2013 16:37


pour savoir comment tout cela se terminera ?


 


alors retour aux années faillite généralisée des petites banques américaines 


:1903-1907-1913 naissance de la FED , ( 1914 guerre ) 1918 l'après crise qui continue  1923 -1929 .


réel debut de la crise mis en sourdine en 2003 aveux 2007 -2013 -2014 la suite ?   attendez !

leon 20/12/2013 13:10


a crise epouvantable,reaction salutaire du peuple et enfin la fin de ce merdier,


que nous avons accepté,au moins puisse cela nous ouvrir les yeux ! et plus nous laisser piper ! par cette "epouventable",merveilleuse crise ils s'auto-eliminent eux-


meme ces connards..(y a pas d'autres mots et tt le monde comprend,amen ! )

gwendal 20/12/2013 02:20


Salut ungars, il semblerait que les francais n'aient pas le droit (ou la possibilité ...ce qui revient au même) d'acheter les obligations francaises. Donc, TOUTE LA DETTE FRANCAISE est détenue
par l'étranger (institutionel ou financier) ...c'est d'ailleurs ce qui permet à des entités comme le Fmi de demander l'austérité... On connait le résultat ...surtout les Grecs!


francois RUFFIN me semble être plein de bon sens

ungars 19/12/2013 20:57


Et toujours personne pour nous donner la liste des créanciers de chaque adjudication de l'Agence france Trésor...

Nous sommes sociaux !

Articles récents