Il s'agit de la dernière des quatre éclipses... (Photo: Anders Wiklund, Archives Reuters) 

 

Il s’agit de la dernière des quatre éclipses partielles de l’année, les précédentes ayant eu lieu le 4 janvier (notre photo), le 1er juin et le 1er juillet.

Photo: Anders Wiklund, Archives Reuters

Agence France-Presse
Paris

La pointe méridionale de l’Afrique du Sud, la Tasmanie (sud de l’Australie) et une grande partie de la Nouvelle-Zélande pourront observer, si le temps le permet, une éclipse partielle du Soleil vendredi, indiquent les astronomes.

Mais ce sont les manchots de l’Antarctique qui seront aux premières loges pour observer ce phénomène se produisant lorsqu’une partie de la Lune cache le Soleil à la vue des Terriens. Pour le spectateur qui se trouve dans l’ombre de la Lune, un morceau du disque solaire semble ainsi avoir été grignoté.

L’éclipse partielle de vendredi sera à son maximum à 06h21 GMT (01h21 heure de Montréal) en un point situé en pleine mer, à l’est de la péninsule de l’Antarctique.

Il s’agit de la dernière des quatre éclipses partielles de l’année, les précédentes ayant eu lieu le 4 janvier, le 1er juin et le 1er juillet.

Le dernier alignement Soleil-Lune-Terre de cette année pourra être observé le 10 décembre avec une éclipse totale de Lune visible en Europe, en Afrique de l’Est, en Asie, en Australie, dans le Pacifique et en Amérique du Nord, d’après Fred Espenak, expert en éclipses de la NASA.

La Presse.ca depuis "l'éveil 2011"

 B-calendrier-maya-completDav  "2012 un nouveau paradigme"