Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La hausse du niveau des mers condamne des dizaines d’îles françaises

Publié par Dav sur 14 Septembre 2013, 21:10pm

Catégories : #Environnement

D’ici 2100, le niveau des mers va poursuivre sa montée, de 1 à 3 m selon diverses estimations non catastrophistes. Selon de nouveaux travaux, la France aura alors perdu entre 6 et 12 % de ses îles, ainsi que 300 des espèces endémiques que certaines d'entre elles abritent. La Polynésie et la Nouvelle-Calédonie seront les plus touchées.

 
 

 L'île Surprise, du récif d'Entrecasteaux, à 230 km au nord de la Nouvelle-Calédonie, où les auteurs étudient le fonctionnement des écosystèmes depuis plus d'une décennie. Sa faible élévation la rend particulièrement sensible à la montée du niveau des océans suite au réchauffement climatique, avec une probabilité forte d'inondation permanente et totale d'ici la fin du siècle. © Jean-Louis Chapuis

 

 
 
 

Les scénarios les plus récents concernant le réchauffement climatique montrent que le niveau de la mer devrait s'élever, d'ici la fin du siècle, entre un et trois mètres. Certains scénarios, qui prévoient une débâcle catastrophique des glaces du Groenland, tablent même sur une élévation atteignant six mètres. Cette hausse aura des conséquences dramatiques sur les populations, la flore et la faune établies sur la bande littorale.

Les chercheurs du laboratoire Écologie, systématique et évolution (université Paris-Sud) se sont d'abord intéressés aux conséquences de la hausse du niveau de la mer sur les îles françaises. La France possède dans le monde entier 2.050 îles de plus d'un hectare, et donc susceptibles d'abriter des communautés animales et végétales. Les scientifiques ont croisé les profils de relief de 1.269 de ces îles avec les modèles d'élévation du niveau de la mer. Ceci, en tenant compte du fait que cette hausse ne sera pas homogène. La mer n'étant pas plate, certaines régions de l'océan s'élèveront plus que d'autres.

Ainsi, si le niveau de la mer augmente de 1 m seulement en moyenne, la France perdrait 6 % de ses îles, contre 12 % pour une montée des eaux de 3 m. La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie seraient les régions les plus affectées, puisque deux tiers des îles submergées leur appartiendraient. La France possède des îles dans tous les océans, sous toutes les latitudes et de divers types géologiques et écologiques. De ce fait, les chercheurs pensent que si leurs résultats sont extrapolés aux 180.000 îles du monde entier, la planète pourrait perdre entre 10.000 et 20.000 îles au cours de ce siècle. Ces chiffres ont été rapportés dans la revue Nature Conservation.

 

La courbe rouge caractérise l’augmentation mesurée par satellite du niveau des mers (en cm en fonction du temps en années). Elle est comparée aux données récoltées par des marégraphes (en orange). Les traits bleus et verts correspondent aux projections établies par le Giec, respectivement dans ses 3e et 4e rapports, sur la base de différents scénarios d’émissions de gaz à effet de serre. Les océans montent bien plus vite que prévu.


La courbe rouge caractérise l’augmentation mesurée par satellite du niveau des mers (en cm en fonction du temps en années). Elle est comparée aux données récoltées par des marégraphes (en orange). Les traits bleus et verts correspondent aux projections établies par le Giec, respectivement dans ses 3e et 4e rapports, sur la base de différents scénarios d’émissions de gaz à effet de serre. Les océans montent bien plus vite que prévu. © Adapté de Rahmstorf et al. 2012, ERL

Près de 300 espèces endémiques pourrait disparaître, au minimum

Les chercheurs se sont ensuite intéressés aux pertes de biodiversité dues à cette hausse du niveau de la mer, notamment dans certains points chauds de biodiversité comme la Méditerranée, les Philippines ou la Nouvelle-Calédonie. En effet, les îles abritent 20 % de la biodiversité mondiale, dont une très grande proportion se compose d'espèces endémiques.

Les Philippines, l'Indonésie et les Caraïbes sont les zones les plus vulnérables : au moins 300 espèces endémiques, en majorité des végétaux, y sont gravement menacées par l'élévation du niveau des mers. Ce chiffre constitue l'estimation la plus basse, selon l’article paru dans la revue Global Ecology and Biogeography. En effet, les chercheurs n'ont considéré que les espèces dont l'aire de répartition serait totalement immergée à l'horizon 2100. Ils n'ont pas pris en compte les espèces perdant 70, 80 voire 90 % de leur territoire, ni l'addition d'autres facteurs comme l'érosion littorale ou les marées exceptionnelles. Pourtant, ces conditions peuvent rendre inaptes à la survie de nombreuses espèces sur une large bande du littoral. Enfin, les chercheurs n’ont pas tenu compte des événements catastrophiques comme les cyclones.

Ces travaux montrent à quel point l'élévation du niveau de la mer est une nouvelle menace qui pèse sur la biodiversité des écosystèmes insulaires. De ce fait, les politiques de conservation ou de sauvegarde d'espèces en danger doivent aussi intégrer les conséquences de ce processus inexorable.

 

 Par CNRS

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Yann 17/09/2013 08:38


Un exemple me vient à l'esprit parce que j'ai vu un reportage sur ces îles, il n'y a pas si longtemps, celui des Kiribati. L'altitude des Kiribati n'étant pas élevée (à peine au dessus du niveau
de la mer), la menace que ces îles soient submergées par la montée du niveau des eaux océanes est donc bien réelle. Le président de l'archipel a déclaré, en mars 2012, que son gouvernement est en
pourparlers avec celui des Fidji afin de leur acheter quelque 2 000 hectares de terre. La population serait alors transportée sur leur nouveau territoire, situé à environ 2 000 kilomètres de
distance.


Comme alternative, a également été évoqué le transfert de la population en Australie ou en Nouvelle-Zélande, ainsi que la possibilité, plus farfelue, de construire des îles artificielles ou
encore d'installer la population sur des plates-formes pétrolières.

Caroline.D 16/09/2013 17:54


Le monde a déjà du mal à faire de la place aux réfugiés Syriens et Libanais, alors accepter les réfugiés de plusieurs iles et bordures de côtes de pays... Même si ça pourrait se faire si on y
mettait vraiment les moyens, ça ne fera pas. Il y aura un tri sélectif de qui sera sauvé. Les premiers à demander, ou les plus riches, les plus savants, ou prioritaires (enfants, femmes
enceintes?), ou les plus croyants à ce qui convient le mieux pour le pays d'asile. Parce que quand le problème se posera vraiment, ce ne sera pas une île après l'autre qu'il faudra sauver en
urgence mais toutes. Vous vous rappellez comment ça s'est passé pour sauver tout le monde dans certaines régions du monde avant et après les tsunamis ? Ne révez pas ce sera 10 fois pire.


Mmmh j'ai envie de saucisses maitenant. Heureusement j'en ai dans mon frigo.

Yann 16/09/2013 08:57


Une saucisse de molène avec une bonne purée de pommes de terre de Quéménès, hmmm !!!!


M'enfin, déjà un mètre d'élévation du niveau de la mer sera problématique pour les populations d'un bon paquet d'îles, et pas seulement françaises. Sans compter les effets dévastateurs sur des
régions surpeuplées comme le Bengladesh et ses conséquences : exodes massifs, transfers de populations, apauvrissement...

Caroline.D 15/09/2013 17:36


De toute façon réchauffement clim ou pas, elles doivent disparaître sous les eaux assez prochainement. C'est inévitable. Le véritable problème actuel pour ces îles est tout ce qui s'y trouve. Les
populations, la faune et la flore à sauvegarder, le patrimoine culturel et historique, les vestiges anciens, et un mode de société qui est une richesse pour nous à préserver, quite à déplacer
cette zone ailleurs pour que ce mode de société continu à nous enrichir et à nous apprendre sur nous même.

gwendal 15/09/2013 01:27


M'en fout! Tant que molène reste ...et ses excellentes saussices, le reste ne compte pas!


Puisqu'on vit à une époque où les gens peuvent être occasionnellement "tendus comme des strings", je précise qu'évidemment c'est de l'humour

Nous sommes sociaux !

Articles récents