Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La Martinique empoisonnée au chlordécone dans l'indifférence de l'état!

Publié par David Jarry - Webmaster sur 15 Janvier 2014, 20:41pm

Catégories : #Santé

L'Etat laisse-t-il volontairement la Martinique s'empoisonner au chlordécone ?

 

La banane de Martinique et des Antilles est très appréciée en France métropolitaine et constitue une ressource agricole traditionnelle de ces îles.

Mais cela fait plusieurs années qu’une menace pèse sur la filière à travers le chlordécone.

Le docteur Maurice Montezune, de Fort de France, nous alerte sur une pandémie qui menace avec un État français passif.

Ce « J’accuse » est notre carton rouge de la semaine

 

Chlordécone, chronique d’une pandémie annoncée

 

 

La France, son gouvernement et ses Ministères successifs ont rendu légal la consommation de chlordécone.


 

En Martinique ou en Guadeloupe, un insecticide, le chlordécone, qui sert à lutter contre le charançon dans les bananeraies, fait des ravages et pollue les eaux massivement : 96% des rivières et 61% des nappes d’eau souterraines sont contaminées. Ce n’est pas nouveau*.

 

chlordecone-moleculeUn rapport de l’INRA d’août 2010 pointait déjà du doigt « de véritables anomalies » dans la gestion de la question du chlordécone par le gouvernement français entre 1972 et 1993. Alors que le Chlordécone était interdit aux États-Unis depuis 1976, et classé Cancérigène possible en 1979, l’État français a continué à autoriser son utilisation  massive a massivement dans les Antilles françaises jusqu’en 1993, soit 17 ans après les premières alertes des États-Unis

Or, comme le souligne l’Afsset, l’agence de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, les pesticides qui se sont infiltrés, vont mettre jusqu’à 30 ans pour s’éliminer des sols, des siècles selon certains experts !

Aujourd’hui, en France et plus particulièrement aux Antilles, on parle « d’empoisonnement pour des siècles » car le chlordécone est une molécule bio-accumulative. Il s’accumule dans le corps et dans les organismes pour longtemps. Cette molécule qui est pourtant reconnue cancérogène est pourtant acceptéelégale et  encouragée (par le Grephyy de Martinique(1)) notamment dans les aliments végétaux et de provenances animales depuis 2008. Un état de fait conforté par le ministère  de la santé : la présence actuelle de chlordécone dans nos aliments est légale !

 

 

Chlordécone – Un médecin révolté

 

BananesAlors, qu’aucune manifestation majeure suite à la légalisation d’un empoisonnement de l’ensemble de la population n’a eu lieu, ma qualité de médecin et le serment d’Hippocrate me donnent le devoir d’alerter la population. Car à partir d’aujourd’hui, il sera légal de cultiver des terres contaminées.

La Préfecture de Martinique et le GREPHY ont autorisé et encouragé la culture sur terre contaminée ; ce qui a pour impact direct la multiplication de produits contaminés présentés au consommateur comme « produit certifié conforme ».

fleche-suite Afin que tous les Français comprennent que l’État leur « dissimule » la présence de poisons dans leurs aliments, je présenterai quels sont les effets attendus de cette attitude sur la santé publique. Dans la foulée de ces décisions génocidaires rappelant que le chlordécone est un pesticide parmi tant d’autres, car à chaque région son pesticide alimentaire légal, je parlerai de suicide national.

Pour être précis, il faut dire quelle est la teneur de l’empoisonnement légal actuel. En ce qui concerne les denrées végétales, les valeurs limites seront de :

  • 20 μg/kg pour les denrées cultivables sous climat tropical ou tempéré (agrumes, fruits,tropicaux, tous les légumes, laitues, maïs, canne à sucre….).
  • 10 μg/kg pour certaines denrées spécifiques aux régions de climat tempéré ou susceptibles d’être importés de pays tiers (blé, riz, pommes, poires et fruits à noyaux, betterave sucrière…).
  • pour les denrées animales, qu’elles soient d’origine terrestre ou aquatique, la valeur limite sera fixéeà 20 μg/kg. » (2)

Commenter cet article

huan 17/01/2014 22:08


Pas seulement au chloredécone; mais aussi à un cocktail de produits phytosanitaires acheté par les békés et avec la complicité de la Préfecture pour leur autorisation; produits dûs à l'apandage
aérien et à proximité des maisons :


Ces békés louent aussi les services de sous-traitants martiniquais qui utilisent un petit quad;les conducteurs de ces angins sont habillés comme des cosmonautes.

gwendal 16/01/2014 00:12


L'utilisation de ce produit ne s'est pas arrêtée en 1993 dans les antilles, vu le stock énorme qu'il y avait... Il
est admit qu'il a été utilisé jusqu'en 2000 ...et peut-être encore


Comme il n'y a quasi plus aucun lopin de terre indemne aux antilles, le gouvernement ne pouvait que accepter que toutes les cultures continuent a se faire sur ces terres massacrées et
impropres à l'utilisation (les potagers personnels aussi, par écoulement venant des terres hautes) ...sinon, il fallait TOUT importer de métropole ou des usa ...ce qui serait un coût
énorme! Pour l'état, ses finances passent avant la santé des gens...


Si je vivais aux antilles, je choisirais entre m'installer en métropole ou aux usa ...car ce qui est sur, c'est que je ne resterais pas sur une terre où tout ce qui y pousse est maintenant
toxique Les antilles, c'est le fukushima chimique de la france

Nous sommes sociaux !

Articles récents