Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La matrice: de multiples réalités!

Publié par Dav2012 sur 19 Octobre 2009, 10:23am

Catégories : #Mystères


Matrice, du mot latin matrix (matricis), lui-même dérivé de mater, qui signifie « mère ». Elément qui fournit un appui ou une structure, et qui sert à entourer, à reproduire ou à construire (définition Wikipédia®) La Matrice est l’hologramme de notre monde, la représentation de nos croyances. Tout en structurant notre réalité, elle émane de nous, de notre intellect. Cela paraît paradoxal, mais l’on ne peut la distinguer des humains. Elle est générée par les « rêves » et les cauchemars de l’humanité.

De générations en générations, les différentes humanités ont fini par figer la Matrice, la renforçant à chaque fois à travers la prolifération de la pensée unique, prônée par les « unités carbone », ainsi que par notre aspiration démesurée pour la sécurité. Il y a longtemps, en d’autres temps, la réalité de ce monde était plus mouvante, elle était fonction de la richesse des cultures qui peuplaient la Terre. Les hommes ne s'étaient pas encore dépossédés de leur liberté de création, de leur liberté tout court. La Matrice ne présentait pas sa rigidité actuelle, il y avait une profonde interaction, des échanges constants entre elle et les humains, un véritable enrichissement mutuel, chacun se recréant à l’infini. Cet espace-temps, dans lequel nous vivons, ne correspond plus à ce qu’il fût.

 Le couple Humanité-Matrice a souvent changé de croyances. Notre temps linéaire, notre histoire linéaire, sont un leurre de la Matrice. Nous avons fini par nous piéger à notre propre jeu inconscient de la création, on nous y aussi aidé. Dans la Matrice, il existe une infinité d’espaces-temps à l’intérieur d’espaces-temps. Les passé-présent-futur correspondent à un formatage. Les géologues, anthropologues et historiens ne font pas seulement que constater et raconter l’histoire de la Terre, ils passent un temps fou à la rendre cohérente. Et ce n’est pas chose aisé. E n cherchant, notre histoire passée est truffée d’artefacts, tous ces faits et objets qui se glissent dans des époques où ils n’ont rien à faire ! Il faut beaucoup d’imagination pour les justifier, il en faut moins pour les faire disparaître.

En 1865, un morceau de feldspath, retiré d’une mine de Treasure City, au Nevada, contenait les restes oxydés d’une vis métallique. La pierre qui contenait cette vis était âgée de 21 millions d’années. En 1891, madame S.W. Culp de Morrisonville, en Illinois, en cassant un gros bloc de charbon, trouva une chaînette en or de 25 centimètres environ, les extrémités de la chaînette étaient encore prises dans les deux morceaux de charbon séparés. Au Transvaal, en Afrique du Sud, des mineurs ont trouvés, en 30 ans, environ 200 sphères métalliques. Elles sont légèrement aplaties, d’un diamètre moyen compris entre 2,5 à 10 centimètres. Elles sont de couleur bleu acier, avec des reflets rouges et maculées de petits filaments blancs. Le métal est composé d’acier au nickel, cet alliage n’existant pas à l’état naturel, ce ne peut pas être des météorites.
 On a observé dans des sphères accidentellement cassées, qu’elles étaient remplies de m atériau spongieux, qui se transforme en poussière au simple contact de l’air. Ces sphères proviennent d’une couche rocheuse datée géologiquement de 2,8 à 3 milliards d’années (datation isotopique). Vous pouvez les observer au musée sud-africain de Klerksdorp. Le conservateur du mussée a remarqué qu’elles tournent toutes lentement sur leur axe, alors qu’elles sont enfermées dans leur vitrine.

Près d’Aix-en-Provence, entre 1786 et 1788, des ouvriers ont trouvé dans une carrière de calcaire, à quinze mètres de profondeur, dans une couche de sable, des tronçons de colonnes et des blocs taillés, plus profond, des pièces métalliques ressemblant à des pièces de monnaie, des manches d’outils et une grande planche de bois également pétrifiée. La datation était de 300 millions d’années.

La liste est longue, nous pourrions aussi ajouter quelques faits extraordinaires, mais comme ils reposent sur des témoignages ou des transmissions de témoignages, fussent-ils nombreux, ils seront toujours dénigrés. Tout ce qui affaiblit notre perception formatée de la réalité, est soi expliqué par les lois en vigueur dans la Matrice, soi éliminé. Revenons au temps linéaire, qui nous oblige à faire entrer tous les faits, singuliers ou non, à l’intérieur de notre propre perception conditionnée du temps. La linéarité du temps est un leurre, notre histoire est intemporelle, elle dépasse l’entendement, il nous est impossible de la reconstituer en appliquant les lois actuelles de la Matrice, puisqu’elle a eu lieu dans d’autres formes de la Matrice. On ne peut même pas parler d’enchaînement, de continuité historique, puisqu’il n’y a aucune continuité entre les diverses formes de la Matrice. Seuls des témoins matériels insolites, des intuitions i nexplicables titillent les plus aventureux. Lors des changements de croyances, l’ensemble Humains-Matrice se recréé. Cette recréation n’est rendue possible que quand le « rêve de la planète » a atteint un seuil critique ou tout ou partie de notre monde adhère à un nouveau paradigme. Pendant une période de transition, plus où moins longue, des humains, des objets, peuvent interférer de l’ancienne Matrice à la nouvelle. L’ancienne Matrice continuant son existence propre. La structure du nouveau monde peut conserver des inclusions de l’ancien. D’où ces artefacts que l’on trouve dans des couches géologiques très anciennes, où l’humanité était sensée ne pas exister. Des objets de l’ancien monde se retrouvent emprisonnés dans des couches géologiques en création du nouveau. Ce sont des intersections, en quelque-sorte. N’oublions pas que ce que l’on appel le temps, ne s’écoule pas à la même vitesse d’un espace-temps à l’autre. U n objet se dédoublant une fraction de seconde de l’ancien monde, correspond à plusieurs milliers d’années dans le nouveau. L’abstraction de l’écoulement du temps est employée afin de permettre une meilleure compréhension du phénomène, mais les mécanismes spatiotemporels intègrent des concepts qui nous dépassent totalement, bien que créés par notre mental. Notre capacité d’appréhender ces processus, est limitée par notre formatage aux lois de la Matrice actuelle. Il n’en a pas toujours été ainsi dans d’autres Matrices. La super-entité Humain-Matrice a connu d’autres perspectives, beaucoup moins confinées, où l’interaction harmonieuse des deux créait des mondes et ou le temps n’existait pas !


Source: http://newsoftomorrow.org/spip.php?article6576
(Article trouvé par Newparadigme)
 

Commenter cet article

lasorciererouge 05/06/2013 22:42


http://rustyjames.canalblog.com/archives/2010/04/05/17481365.html

lasorciererouge 17/04/2012 12:19


http://attention-crash-mondial.blogspot.fr/2011/12/matrice-la-guerre-psychologique.html

maelina 23/11/2010 12:24


Une petite précision...C'est la pensée qui cree le temps...


Dav2012 23/11/2010 13:17



Tout à fait merci bien pour ta précision à bientôt



Nous sommes sociaux !

Articles récents