La NASA observe la plus puissante explosion cosmique...

Publié le 8 Avril 2011

La Nasa observe la plus puissante et la plus longue explosion cosmique (Crédit photo : NASA / Swift / UVOT)

 

Une explosion cosmique suscite l'intérêt de la Nasa. Située à 3,8 milliards d'années-lumière de la Terre, il s'agit de la plus puissante et la plus longue jamais observée jusqu'à présent. Des dizaines de satellites et télescopes ont été mobilisés pour observer l'incroyable phénomène.

Le phénomène cosmique est d'une puissance sans précédent et c'est avec assurance que les astronomes de la Nasa affirment n'avoir encore jamais observé une telle intensité lumineuse. L'explosion a été découverte le 28 mars à l'aide du satellite américain Swift. Il s'agirait probablement d'un signe d'une supernova dont les émissions de rayons gamma continuent d'être émises depuis une semaine. Fait quelque peu inhabituel puisque généralement, les radiations produites par la destruction d'une étoile ne durent seulement que quelques heures.

 

 

 

 

 

Andrew Fruchter, astronome au Space Telescope Science Institute à Baltimore, raconte à l'AFP l'étrange phénomène : "Nous connaissons des objets dans notre galaxie pouvant produire des explosions à répétition mais ils sont des milliers ou des millions de fois moins puissants que ce que nous observons. C'est vraiment extraordinaire". L'explosion cosmique, située dans la constellation du Dragon, a été localisée au centre d'une galaxie située à 3,8 milliards d'années-lumière de la Terre.

Une étoile broyée par un trou noir

Actuellement les recherches se poursuivent afin de comprendre l'origine d'un tel phénomène. Les astronomes ont déjà soumis l'hypothèse suivante : la déflagration se serait produite après que l'étoile s'approche trop près du trou noir au centre de sa galaxie. L'intensité de la force gravitationnelle du trou noir aurait probablement brisé l'étoile dont les jets de gaz émis continuent à s'échapper vers son centre.

Les scientifiques continuent également leurs observations à l'aide de télescopes spatiaux comme Hubble et Chandra X-ray Observatory. Toutefois, la Nasa a indiqué dans un communiqué que les astronomes amateurs pourraient visualiser l'explosion dans un ciel sombre suffisamment dégagé et à l'aide d'un télescope de 16 pouces quand celle-ci atteindra son pic d'intensité lumineuse.

 

Source: http://www.maxisciences.com/nasa/la-nasa-observe-la-plus-puissante-et-la-plus-longue-explosion-cosmique_art13809.html

 

Cet afflux de rayons cosmiques a une influence sans commune mesure sur l'intéraction du magnétisme de la Terre et du Soleil! Les pics de chaleur observés ce jour témoignent aussi d'un afflux de vents solaires significatifs....A suivre

Dav  "2012 un nouveau paradigme"

Rédigé par Dav2012

Publié dans #Espace

Commenter cet article

lasorciererouge 19/06/2012


HUBBLE CAPTURE L'AMAS GLOBULAIRE M10 EN HAUTE RESOLUTION



Le télescope spatial Hubble vient de photographier la partie centrale de Messier 10 également désigné sous la
référence NGC 6254. Il s'agit d'un amas globulaire d'étoiles dans la constellation du Serpentaire (Ophiuchus). Cette curiosité du ciel a été découverte le 29 mai 1764 par l'astronome français
Charles Messier. Il l'avait décrit à l'époque comme "une nébuleuse sans étoiles". Il faudra attendre quelques décennies plus tard pour que William Herschel puisse résoudre quelques étoiles au
centre de M10 à l'aide de son télescope de 1m22 de diamètre. Il le décrira comme un "bel amas d'étoiles extrêmement compressés".





Zoom de Hubble sur la partie centrale de l'amas globulaire Messier 10. Crédits image : ESA/ NASA.


L'amas Messier 10 par Hubble en Haute définition (17.5 MB)


Contrairement aux instruments du 18ème siècle, le télescope spatial Hubble, n'a pas de problèmes pour voir les
objets faibles. Son miroir de 2,4 mètres et sa position dans l'espace (exempte de toutes turbulences atmosphériques) lui permette de "zoomer" sur la partie la plus brillante du centre de cet
amas, visible sur cette image, une région d'environ 13 années-lumière de diamètre.


Messier 10 est une sphère d'étoiles éloignée d'environ 15 000 années-lumière de la Terre. Son diamètre approximatif
est d'environ 80 années-lumière, malheureusement ses régions extérieures trop diffuses et son noyau peu lumineux sont trop faibles pour être visible à l'œil nu. Néanmoins, sa magnitude
apparente de 6.4 le rend accessible à n'importe quel instrument d'amateur. À partir d'un instrument de 150 mm de diamètre, l'amas commence à être résolu en étoiles et a alors un aspect
granuleux. Un télescope de 200 mm permet d'en avoir une belle vision.





Cette image est composée d'observations menées dans les longueurs d'ondes visible et infrarouge en
utilisantl'Advanced Camera for Surveys de Hubble. Ces observations ont été réalisées
dans le cadre d'une enquête sur les amas globulaires de la Voie Lactée. Vous pouvez observer une petite galaxie éloignée en arrière plan située en bas à droite de l'amas globulaire. Crédit
image : NASA/ ESA.


Tous les 140 millions d'années, M10 effectue une orbite complète autour de la Voie Lactée, au cours de laquelle il
traverse le plan de la galaxie tout les 53 millions d'années. Comme la plupart des amas globulaires
gravitant à proximité de la Voie Lactée, Messier 10 est un viel amas qui s'est formé il y a environ 11.4 milliards d'années soit 2.3 milliards d'années après le Big Bang. Son coeur est
constitué à 14 % d'étoile binaires qui se sont regroupées au centre éloignant alors une partie des étoiles normales et donc moins massives vers l'extérieur.

lasorciererouge 10/07/2012



L’iris signe d’une lente agonie
stellaire









Cet belle iris est le dernier soupir d’une étoile mourante.


Le télescope spatial Hubble de la NASA a capturé cette image révélatrice de U Camelopardalis (ou Cam U pour faire court), une
étoile géante rouge dans la constellation de la
Girafe, alors qu’elle devenait de plus en plus instable.


Selon la NASA, comme toute étoile de carbone, U Cam a plus de carbone que d’oxygène dans son atmosphère, une éruption comme
celle-ci, se produit tous les quelques milliers d’années lorsque son cœur commence à fondre.


Les feux d’artifice célestes se produisent à un niveau beaucoup plus faible que pourrait le suggérer cette image.
Proportionnellement, l’étoile actuelle ne représente qu’une fraction infime de ce qui est affiché dans cette image.


De la NASA :



U Cam elle-même, est beaucoup plus petit qu’elle apparait dans cette image de Hubble. En fait, l’étoile pourrait facilement
s’insérer dans un seul pixel au centre de l’image. Sa luminosité, cependant, est suffisante pour saturer les récepteurs de la caméra, ce qui rend l’étoile beaucoup plus grande que ce
qu’elle n’est.



La bulle de gaz éjecté, qui forme la plus faible coquille extérieure, est presque parfaitement sphérique.


Par rapport aux normes humaine, le souffle de l’U Cam peut sembler une éternité. La coquille de gaz incandescent chauffé par
l’étoile, s’est déplacée vers l’extérieur pendant environ 700 ans. Lorsque l’explosion a commencé, l’Europe souffrait de famines et d’épidémies, et l’idée dominante était que notre planète
était le centre de l’univers. Notre propre soleil est encore à des milliards d’années avant de se transformer lui-même en unegéante rouge, éjectant tout ce qui le compose, tout comme cette étoile.


C’est également une jolie paréidolie, nous laissant imaginer une iris…



Comme pour l’œil de Sauron (aka la Nébuleuse de l’Hélice) :