Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La peur... une création mentale

Publié par Dav2012 sur 2 Mars 2011, 07:22am

Catégories : #Spiritualité

cascade.jpgNous allons parler d’un sujet qui vous tient à cœur, c’est-à-dire la peur. Il est fort difficile pour nous de vous faire travailler la peur, car la peur est à quatre vingt pour cent une création mentale, une illusion, et vous allez mieux comprendre cette illusion quand nous allons parler de certains comportements humains qui commencent d’ailleurs dans la toute petite enfance.

 

Dans votre toute petite enfance on vous a inculqué un phénomène de peur, on l’a programmé dans votre inconscient. vous-mêmes avez continué à alimenter cet inconscient, ce mental, au niveau de vos jeux.

Qui d’entre vous, lorsqu’il était enfant, n’a pas joué à se faire peur ? Et vous continuez, même en étant grands, à jouer à vous faire peur, seulement vous n’avez plus la conscience que c’est un jeu, que c’est votre mental qui le continue, qui continue à alimenter vos peurs inexistantes.

Il faudrait absolument que vous puissiez les reconnaître. Les peurs primaires sont en fait les plus redoutables, non seulement pour votre compréhension de la vie, mais aussi pour votre avancement. La peur s’appelle soucis. La peur s’appelle manque de confiance en soi. La peur s’appelle doute. La peur s’appelle jalousie. La peur s’appelle manque d’Amour pour soi.

Ces peurs primaires vous font souffrir beaucoup plus que des peurs réelles.

*

Toutes vos peurs sont en fait comme des tremplins pour vous permettre d’aller beaucoup plus haut, mais à la seule condition que vous puissiez bien les comprendre, bien les maîtriser et bien les anéantir, car ce sont des énergies qui demeurent en chacun de vous, que vous pouvez faire vivre ou que vous pouvez anéantir définitivement. La maîtrise totale s’obtient lorsqu’il n’y a plus aucune énergie de peur en vous.

Vous pourriez dire : "Il demeure toujours un peu d’énergie de peur, ne serait-ce que la peur de la souffrance ou la peur de la mort."

Sachez ceci :

Un Maître n’a plus aucune peur, car il sait qu’il n’a rien à craindre, qu’il est immortel. Il sait que personne ne peut l’atteindre, car il a compris que celui qui lui veut le plus de mal, c’est lui-même, que celui qui lui fait le plus de torts, c’est lui-même, que celui qui lui occasionne le plus de souffrances, c’est lui-même, que celui qui l’aime le moins, c’est lui-même. Il sait donc que c’est lui-même qui est l’artisan de toutes ses peurs, de toutes ses souffrances.

C’est pour cela qu’il est très important de changer votre état de conscience, votre état d’esprit par rapport à vous-mêmes, à votre vie, à votre relationnel, à l’Amour que vous vous portez, que vous portez à vos frères.

*

Vous avez beaucoup plus de ressources en vous que vous ne le pensez. Vous ne vous servez de ces ressources que très rarement, vous ne sollicitez pas les meilleures parties de vous-mêmes, vous avez certaines parties de votre programmation intérieure subconsciente, inconsciente ou mentale, peu importe le nom, que vous ne mettez pas en œuvre, que vous ne stimulez pas, que vous ne sollicitez pas.

Lorsque le moment sera venu, des portes s’ouvriront en grand et non seulement vous solliciterez ces parties de vous-mêmes, mais elles entreront énormément en action. C’est en quelque sorte comme si vous étiez coupés en deux, une partie de votre mental fonctionne par rapport à votre vie, à votre vécu, à vos besoins et une autre partie est mise en réserve, en attente d’un besoin différent, d’une sollicitation différente en vue d’une action de vie différente.

Les deux parties ne fonctionnent pas ensemble, et vous verrez que lorsque vous serez devant des situations dont vous n’avez même pas idée actuellement, que la partie de votre fonctionnement actuel au niveau des peurs sera totalement annihilée, complètement ensommeillée, inefficace, inactive car vous n’aurez plus la possibilité de vous créer des peurs, vous aurez à gérer des situations totalement différentes.

La préoccupation première, c’est d’essayer de connaître et de juguler les illusions de peur que vous vous créez journellement. C’est cela qu’il faut comprendre et c’est sur cela qu’il faut travailler. Nous ne pouvons pas faire ce travail pour vous, vous seuls pouvez le faire.

Le manque d’Amour pour vous est une des peurs. Nous vous expliquons pourquoi nous classons cela dans les peurs :

Quand vous vous aimez totalement, vous n’avez aucun doute par rapport à vous-mêmes, à vos capacités d’actions, à ce que vous représenterez pour les autres, aux sentiments qu’ils vous portent. Donc, vous comprenez que le manque d’Amour pour vous fait partie d’une grande peur.

Ce que nous souhaitons pour vous, c’est que vous restiez disponibles, que vous ayez la capacité d’intégrer de plus en plus de nouvelles bases, de nouvelles données par rapport à vos comportements, à vos idées, à vos conceptions, à vos émotions, que vous ayez déblayé une partie de votre programmation actuelle afin que la nouvelle partie vierge puisse être imprégnée par de nouvelles capacités qui vous feront agir différemment.

Vous verrez que vous vous êtes fait des idées totalement étriquées par rapport à la vie, par rapport à l’Amour, par rapport à nous. Et lorsque vous découvrirez l’ampleur de cette Connaissance, votre émerveillement n’aura plus de limites, vous vous rendrez compte combien vous étiez handicapés et aveugles par rapport à la réalité de la vie.

*

Votre ennemie la plus féroce, celle qui vous attend à chaque recoin de votre existence, celle qui est blottie au plus profond de vous-mêmes, c’est la peur qui occulte une certaine vérité, qui met des voiles sur votre conscience. Pour arriver à l’annihiler, il faut que vous ayez confiance en vous, car rien ne peut arriver qui ne soit déjà programmé dans vos vies.

Alors, pourquoi avoir peur ? S’il doit vous arriver telle ou telle chose, vous l’avez programmé ! Si vous n’avez pas peur, les choses pourront se passer différemment, pourront être vécues différemment. Que de soucis inutiles ! Ces soucis vous alourdissent.

Il faut maintenant que chacun de vous s’allège au maximum pour pouvoir être opérationnel le moment venu, opérationnel par rapport à vous-mêmes, à la dualité qui peut encore subsister en vous au non-lâcher-prise, et surtout à l’Amour.

*

Il faut que vous compreniez aussi que toute peur prend naissance dans le mental. Vous extrapolez, vous projetez toujours ce qui n’a pas encore d’existence et ce qui n’en aura probablement jamais ou si existence il y a, ce ne sera pas comme vous l’avez prévu, imaginé.

Alors, apprenez à ne pas écouter votre mental lorsqu’il génère la peur, que ce soit la peur de la maladie, la peur de votre situation qui est plus ou moins facile ou plus ou moins difficile à gérer, la peur de certains événements. Tout cela doit disparaître de votre mental et faire place à la confiance par rapport à vous-mêmes, par rapport aux comportements que vous pourrez avoir dans telle ou telle circonstance lors de vos expérimentations.

*

La peur prend essentiellement racine dans les énergies d’involution qui demeurent encore en vous. C’est cette énergie qui nourrit, qui façonne, qui donne vie à vos peurs. Nous, dans nos mondes, ne connaissons pas la peur, tout du moins pas la peur comme vous la connaissez sur votre monde terrestre.

Le principal, lorsque la peur se présente à vous, c’est de vous questionner par rapport à la résonance qu’elle a en vous. Que représente-t-elle ? Pourquoi se présente-t-elle à vous ? Que doit-elle vous faire comprendre ? Que doit-elle vous faire dépasser ?

Ils me disent quelque chose d’étonnant : Dans l’état actuel de notre avancement, il est nécessaire que nous ayons en nous des énergies d’involution. Ce sont des énergies de tremplin. Ils m’expliquent que si ces énergies n’existaient pas en nous, nous ne pourrions pas être projetés vers le haut.

Ils me montrent un tremplin. Lorsque nous n’aurons plus besoin d’être projetés vers le haut, que nous aurons compris que seule notre conscience peut nous faire dépasser toutes nos limites et toutes nos limitations, les énergies d’involution n’auront plus de place en nous, elles ne pourront plus nous aider à nous transformer, elles n’auront plus d’utilité, ni dans notre corps, ni dans notre âme.

Ils me donnent un exemple très facile. Ils me disent :

- Chacun de vous a eu peur de la maladie, un jour ou l’autre. Que veut dire "avoir peur de la maladie" ? Que représente cette peur pour vous ?

Elle représente essentiellement la souffrance et la possibilité que vous ne soyez plus tout à fait comme vous étiez auparavant, que vous soyez diminués dans vos capacités physiques ou dans vos capacités de réflexion. Elle signifie aussi que le regard de l’autre sur vous pourra être différent. Cette peur générée par la maladie peut également être un grand révélateur et un outil merveilleux qui vous permettra de dépasser la maladie et la peur qu’elle occasionne, qui vous permettra de vous hisser vers des plans de conscience supérieurs en dépassant ces stades de peur, de maladie, de souffrance.

Vous ne pourrez faire cela qu’avec la confiance et l’Amour, l’Amour que vous projetterez sur vous-mêmes, tout autour de vous et sur l’Univers. Ayant confiance, vous saurez que rien ne peut vous arriver de désagréable, que vous êtes totalement le maître à bord, maître de toutes vos cellules, de toute vie.

C’est la conscience que vous avez des choses qui fait que vous vivez plus ou moins bien toutes les expériences que vous devez vivre en ce monde et c’est une nouvelle conscience qu’il faut absolument intégrer pour aller toujours plus loin dans l’évolution, dans la compréhension, dans la transformation.

Il faut dire que certains êtres ont la capacité d’aller toujours un petit peu plus loin, de pousser la barre un tout petit peu plus haut et qu’il y a des êtres qui ne l’ont pas. Il faut avoir beaucoup de compassion, beaucoup d’Amour pour ceux qui ne peuvent aller plus loin, qui prennent une route plus facile qui correspond mieux à leur avancement.

*

Le travail essentiel, enfants de la Terre, c’est le travail sur la peur.

Travailler la peur, c’est connaître ses mille et un visages obscurs, c’est les transformer en visages de Lumière, c’est aller au plus profond de vous, avoir le courage de faire les investigations qui vous permettront de les connaître.

Vos peurs ne seront pas nettoyées par un coup de baguette magique. Elles ne le seront que dans la compréhension de leur réalité, et parfois par la souffrance et le lâcher-prise. Il faut avoir le courage et la possibilité de regarder vos peurs en face.

Il ne faut pas vous détourner d’elles, il faut aller au devant d’elles. La peur est inhérente à la matière dense, la peur est l’animalité en l’homme. Si l’homme veut atteindre sa vraie dimension cosmique, il ne peut le faire qu’en transformant la totalité de ses peurs en Force et en Lumière. Il n’y a pas d’autre moyen de le faire qu’en allant les chercher au plus profond de soi-même, en faisant leur connaissance, en les apprivoisant et en les transformant. Lorsque vous aurez transformé une peur, sachez qu’une autre et encore une autre surgiront, jusqu’à ce que tout soit clair en vous.

La peur s’appelle jalousie, rancœur, la peur a mille et un noms. Allez à la recherche de tous les noms de vos peurs, et lorsque vous aurez compris ce travail essentiel pour votre ouverture vers une autre conscience, une grande partie de celui-ci sera accompli dans cette existence.

Vous ne pouvez absolument pas travailler la peur sans l’Amour et l’Amour sans la peur. Ce sont les deux opposés, mais deux opposés indispensables pour vous faire avancer.

Il faut que vous acceptiez ceci et que vous mettiez toute votre énergie à vous transformer. Il faudra travailler la peur maintes et maintes fois, car elle demeure au fond de vous et ne veut pas disparaître. Elle fait partie de la matière dense dont elle est une énergie primordiale, et vous avez pour but, quand vous prenez corps physique, de modeler la matière qui entoure votre âme et de la libérer de toutes les énergies basses formant la peur. ces énergies vous empêchent de vous projeter, de vous propulser vers des plans de conscience plus élevés et vers la Lumière Un des buts de la prise d’un habit physique par l’âme, c’est de transformer, de transmuter toutes ces énergies.

*

Pourquoi insistons-nous tant pour vous faire travailler les peurs ? Uniquement parce que vous serez confrontés à des choses dont vous n’avez même pas conscience.

Quand vous serez confrontés à certains évènements (nous ne vous dirons pas lesquels pour l’instant), toutes les petites peurs n’existeront plus et ce que nous aimerions surtout, c’est que vous deveniez plus solides, que vous vous fermiez totalement à toutes ces peurs inutiles.

Pour arriver à travailler toutes ces petites peurs qui n’ont qu’une réalité mentale, il faut essentiellement travailler l’Amour. Mais comment travailler l’Amour ? Celui-ci a mille et une facettes, de même que toutes les peurs que vous pouvez vivre réellement ou mentalement.

Pour arriver à travailler l’Amour et les peurs, il faut que vous appreniez à vivre l’instant avec toute l'Énergie d’Amour qui est en vous. La peur est une vibration importante que vous émettez sans que vous vous en rendiez compte, qui est captée tout autour de vous, que ce soit par vos frères ou par les animaux, par ces deux règnes de vie.

Pour pouvoir avancer sur ce chemin, il faut que vous puissiez avoir une confiance totale en vos capacités d’appréhender les expérimentations, dans l’aide que nous vous apportons et que vous oubliez trop souvent, il faut aussi que vous ayez une confiance totale quant au plan de vie que vous avez programmé pour cette existence, pour votre découverte de la vie sur la planète Terre.

L’amour et les peurs sont liés, l’un servant la lumière sombre et l’autre servant le Divin. Comme vous êtes faits de ces deux énergies, il faut comprendre et transcender l’énergie la plus basse, c’est-à-dire l’énergie de la lumière sombre.

Il faudra essentiellement continuer à travailler sur toutes les peurs que nous considérons comme illusoires Vous devrez assumer les peurs réelles qui se présenteront à vous pour protéger votre vie ou celle de ceux qui vous entourent.

Lorsque vous serez confrontés à ce genre de peurs (nous souhaitons que ce ne soit jamais le cas), la première des choses qui doit venir à votre conscience, c’est de nous demander notre aide. À ce moment-là, la peur n’existera plus, et vous saurez complètement ce que vous devrez faire pour mettre entre vous et l’adversaire, quel qu’il soit, un bouclier d’Amour et de protection que personne ne pourra défaire ou atteindre.

*

Vous pensez être préparés en vue de certains événements, mais demeure en vous encore la peur que vous a donnée votre incarnation dans la matière. C’est afin que vous n’ayez plus aucune peur, que vous ayez une confiance totale quant à votre devenir et celui de vos familles, que vous devez absolument vous préparer sans violence, en douceur, en étant, en donnant l’exemple de la plénitude, de la paix, de l’harmonie, de la joie et de beaucoup d’Amour. C’est la seule façon de préparer les vôtres afin que vous puissiez les emmener avec vous lorsque le moment sera venu.

*

Nous aimerions que vous avanciez beaucoup plus vite, car nous le répétons sans cesse : le temps presse et il faut que vous soyez prêts à dépasser tout ce que nous appelons vos petites misères de la vie, pour aller vers l’essentiel et l’essentiel est que vous puissiez enfin voir votre réalité et voir enfin le vrai visage de l’Amour en vous et autour de vous.

Nous vous disons tout cela car vous êtes encore très enfants, très fragiles par rapport aux expériences vécues. Vous êtes très facilement déstabilisés, et nous aimerions vous voir travailler beaucoup plus efficacement sur vos déstabilisations.

Les blessures d’amour propre que vous avez du mal à vivre n’ont aucune importance, tout ceci ne se situe qu’au niveau de votre petit moi, de votre personnalité, et il faut que vous compreniez que ce que nous espérons et désirons pour vous, c’est que vous dépassiez la conscience de la personnalité.

Les marches qui vous restent à monter pour atteindre le Divin en vous sont les plus difficiles, certes, mais lorsque vous aurez réellement commencé à monter vers le sommet, ce sera comme un embrasement dans l’Amour Universel et vous monterez avec une grande rapidité.

Source: Du ciel à la Terre (enseignements)

Commenter cet article

lasorciererouge 09/12/2012 12:54


Vivre sans peur



     


09/12/2012




Vivre sans peur, dans le contexte socio-économique
actuel ? Un doux rêve, pensez-vous. C’est pourtant ce que nous enseigne Brenda Shoshanna dans son livre intitulé Vivre sans peur. Voici un avant-goût de cette lecture. Suivez le guide.



 Se sentir en sécurité
Bien souvent, notre besoin de sécurité, affective ou financière, ne nous permet pas de quitter une relation amoureuse ou un emploi qui ne nous conviennent plus. Car rien n’est plus rassurant
que ce que l’on connaît déjà, quitte à devoir y laisser quelques plumes. Ce qui nous terrifie, c’est l’inconnu, le changement. Ils représentent une menace et nous figent. Lorsqu’une personne
ou une situation s’éloigne, nous paniquons et tentons de nous accrocher, souvent en vain. Mais que cache cette soi-disant sécurité ? Vous demandez-vous à quoi vous vous cramponnez
désespérément ? A contrario, qu’est-ce que vous tenez à distance ? Cela vous permet-il de vous sentir en sécurité et d’être heureux ? Que seriez-vous prêt à perdre sans en souffrir ?
Pour vous, qu’est-ce qu’une vie réussie ? Toutes ces questions vous feront prendre conscience de vos vrais besoins.


Identifier ses peurs
Dès notre enfance, la peur s’immisce dans notre vie et ne nous quitte plus. Il faut avoir de bonnes notes à l’école. Puis, il nous faut réussir notre vie personnelle, et surtout
professionnelle. Il faut gagner notre vie, épargner pour la retraite, souscrire à de multiples assurances-vie, maladie, décès, accidents de voiture, incendie, inondation, cambriolage,
attentat… Les pires catastrophes nous attendent ! Et il suffit de regarder le journal télévisé pour s’en convaincre ! Pourtant, comme le disait l’ancien président américain Franklin Roosevelt
: « La seule chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même. » Car elle nous paralyse et nous empêche de nous réaliser. Parfois, elle dirige même notre vie au point de
nous faire prendre des décisions allant à l’encontre de ce que nous sommes. Avez-vous conscience de l’incidence de la peur dans votre vie ? Savez-vous de quoi vous avez le plus peur ? De
manquer ? De ne pas être heureux ? D’aimer ? De perdre l’autre ? De ne pas réussir dans la vie ? Pour certains, c’est au contraire la peur de réussir qui les conduit à l’échec. En identifiant
vos peurs, vous allez pouvoir repérer à quels moments elles se manifestent et reprendre du pouvoir pour les affronter et même les dépasser.


Prendre des risques
Avant de vous fixer de nouveaux objectifs, il est nécessaire de vous demander ce à quoi vous êtes prêt à renoncer pour avancer. Car vouloir réaliser ses rêves implique souvent de prendre
quelques risques : financiers, professionnels, personnels. En prenant conscience que le changement fait partie du flux de la vie, vous éloignez la peur et la souffrance. Méfiez-vous des choix
en apparence les plus sûrs, qui finalement conduisent à des impasses. Changez votre regard sur le risque. En se préparant, ces risques peuvent s’anticiper, dans une certaine mesure… On ne
peut connaître le futur, on ne peut que se connaître soi-même. Une fois que vous êtes prêt, il ne vous reste désormais plus qu’à agir ! Et comme le disait Sénèque :« Ce n’est pas parce
que les choses sont difficiles que l’on n’ose pas… c’est parce que l’on n’ose pas que les choses sont difficiles. » L’action ici et maintenant est un antidote à la peur. Agissez !
Choisissez une démarche que la peur vous incite à ne pas réaliser et lancez-vous ! Arrêtez de vous poser des dizaines de questions et foncez ! Etape après étape, avancez.


Définir ses rêves
Enfant, nous avons plein de beaux rêves en tête. Et puis, en devenant adulte, nous nous confrontons à la réalité et les abandonnons au profit de notre besoin de sécurité. La vie suit son
cours et pour certains, un accident grave, une maladie ou le bilan de la quarantaine, fait voler en éclats nos croyances et nous renvoie parfois violemment à ces rêves d’autrefois, non
réalisés. Faut-il attendre ces moments douloureux pour nous réveiller ? Pourquoi ne suivons-nous pas nos aspirations profondes ? Comme le dit un dicton zen : « C’est notre vision de
nous-mêmes plutôt que notre véritable personnalité qui constitue les barreaux de notre propre prison. » Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous feriez là tout de suite, si vous n’aviez
plus peur de rien ? Pourquoi ne le faites-vous pas ? Quelles sont les solutions aux freins qui vous empêchent d’agir ? Comment pourriez-vous vous organiser ?


Apprendre à dire non
Pourquoi ces trois petites lettres sont-elles si difficiles à prononcer ? C’est souvent la peur qui nous empêche de dire non, la peur de décevoir, d’être jugé, rejeté, la culpabilité de ne
pas répondre aux attentes des autres. Brenda Shoshanna insiste : « Vous ne pouvez pas dire oui si vous êtes incapable de dire non ! » Pour elle, apprendre à dire non est l’un des
remèdes les plus puissants contre la peur. Dire non, c’est s’affirmer, se respecter et se rapprocher de sa véritable nature. Faites l’expérience, dites non à une chose que vous savez néfaste
pour vous. Et observez. Est-ce que l’on vous tient rigueur de votre décision ? Est-ce que votre entourage vous tourne le dos ? Ou est-ce que, finalement, il ne passe rien ? Comment vous
sentez-vous ? Soulagé ? Alors continuez ! Plus vous serez capable de dire non à ce qui est mauvais pour vous, plus vous pourrez dire oui à ce qui est positif.


Donner aux autres
Lorsque vous donnez aux autres, vous dissipez non seulement la peur, mais également tout les autres sentiments négatifs. « L’humanité toute entière est une famille, un peuple »,
enseignait Mahomet. En manifestant de l’attention aux autres, vous vous renforcez vous-même. Un sourire, un geste amical, une parole, une visite, sont autant de gestes qui enrichissent la
vie. Cela suppose de faire attention à ceux qui vous entourent, de ne pas vous laisser aller à vos colères ni à vos peurs justement. L’autre vous rappelle que chaque minute vous pouvez agir
en ce monde. Pour le psychanalyste Erich Fromm : « Le bonheur c’est d’aimer, non d’être aimé. En privilégiant l’amour plutôt que la haine, non seulement vous guérissez votre vie, mais
vous guérissez le monde » souligne Brenda Shoshanna.


Apprécier ses erreurs
La peur nous conseille de ne pas agir. Elle suggère que nous ne sommes pas prêts, que nous allons commettre des erreurs et qu’il vaut mieux attendre, remettre à plus tard quand toutes les
conditions favorables seront réunies. Ce moment n’arrivera jamais. La vraie question à se poser est la suivante : quel mal y a-t-il à se tromper ? N’est-ce pas des erreurs commises que nous
tirons les plus grandes leçons ? La peur de l’échec conduit à l’immobilisme. Il est alors impossible de progresser. Un grand maître Dôgen disait :« La vie n’est qu’une suite d’erreurs.
» Lorsque vous commettez une erreur, réjouissez-vous ! Cela veut dire que vous avez osé prendre un risque en dépit de la peur. Souvenez-vous : la dernière fois que vous avez commis une
erreur, que s’est-il passé ? Était-ce la fin du monde ? Avez-vous appris quelque chose ? Brenda Shoshanna nous conseille de ne pas nous concentrer sur les résultats mais sur l’action en
elle-même.



(Source : INREES)

Nous sommes sociaux !

Articles récents