Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La raison particulière

Publié par Dav sur 26 Juin 2013, 11:51am

Catégories : #Partage

 

 

Le développement technologique accéléré que nous vivons aujourd’hui rendra inévitablement caduque l’emploi de masse humaine. Cet emploi sera remplacé par l’action des machines habiles et intelligentes. Nul secteur et nulle qualification ne peut se prétendre à l’abri de cet avenir inéluctable. Les fulgurances exponentielles de l’intelligence artificielle s’adapteront efficacement à toutes les activités et à tous les besoins humains. Les secteurs industriels seront les premiers touchés mais ils ne seront pas longtemps les seuls. Les services à la personne, l’agriculture, les soins médicaux, les services publics, les transports, l’enseignement, le maintient de l’ordre et presque toutes les facettes des activités humaines seront concernées par les avancées rapides de la robotique. Les performances des machines intelligentes dépasseront de loin en efficacité, en rentabilité, en coût et en fiabilité celles des humains. Cet avenir est imminen t, la croissance est en cours de façon exponentielle. C’est avec lucidité qu’il convient de se poser la question de la place de l’homme dans ce monde hyper-technologique naissant et qui implique la fin du travail de masse.

 

 (http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/06/20/12-technologies-changeront-monde-mettront-beaucoup-gens-chomage-243522)


Un véritable choix stratégique et étique va s’imposer à tous dans les temps qui viennent. A qui laisserons-nous ce choix ? Faut il espérer que le choix fait par les élites dominantes en place et pré supposément éclairées soit judicieux et équitable ou bien souhaitons-nous participer directement aux décisions qui seront prises pour nous même et pour le collectif ? Sommes-nous prêts à faire un choix, sommes nous formé à cela ? Lorsque l’homme sera libéré du travail obligatoire, à quoi s’emploiera t’il ? Les lamentations quant à la dégradation du marché de l’emploi et la méconnaissance du processus en cours sont stériles. Ces questions et ces prises de conscience ne sont pas destinées aux générations futures mais se poseront à nous inéluctablement dans les années qui viennent. Les arguments et les conséquences des différents points de vue doivent être mis en débat privé et public afin d’éveiller les consciences individuelles aux nécessités d’adaptation aux modèles à venir.


L’abandon de souveraineté et la délégation de pouvoir n’est évidemment pas une option pour qui souhaite être libre de son choix. La liberté ne peut s’acquérir que par la connaissance intime et personnelle de sa raison particulière. L’individu reprend ici toute sa place et ne saurait y être concurrencé par la machine ou par quelqu’autres interventions extérieures. La nécessité libératrice de ce que j’appelle « la raison particulière », la cause et l’intérêt pour lui-même, pour ses proches et pour la société de l’existence d’un individu particulier dans ce monde doit refonder la conscience de soi. L’interchangeabilité des jobs ne sera plus dans un monde ou les machines intelligentes assumeront toutes les tâches standardisables. La connaissance de soi, de sa raison particulière révèle à l’individu son chemin créatif particulier. Sa volonté aiguisée par cette connaissance intuitive est alors toute puissance pour fonder son ac tion et tracer sa voie personnelle. L’homme se connaissant lui-même ne doit pas pour autant craindre la technologie et les machines intelligentes mais au contraire s’emparer des moyens contemporains pour forger son destin personnel et décupler ses possibilités créatives. La machine redevient alors un outil efficace et non un instrument d’aliénation.


Plus que jamais dans ce monde technologique, seul l’utopie individuelle, le rêve propre à chacun, l’imaginaire particulier réveillé par l’attention s’il est encouragé, cultivé et développé sera créateur d’avenir et de richesse. Cela à de tous temps déjà été le cas mais la radicalité factuelle de cette vérité s’imposera dorénavant à tous, de gré ou de force. La libération des souffrances liées au travail à été longuement désirée et la force de ce désir porte maintenant ses fruits. Ils ont un goût amer pour celui qui a renoncé à l’épanouissement de son individualité et s’est asservi au système. La connaissance et le développement de la raison particulière à chacun n’adviendra pas par hasard chez le plus grand nombre sans une volonté d’éduquer, de rendre autonome et libre de ses choix chaque individu. Ce plan éducatif radical est le seul à permettre à tous l’adaptabilité au monde qui vient. Personne n’est de trop s’il connait sa raison d’être et la joie accompagne toujours la réalisation de soi. L’alternative serait la pénurie des emplois, la misère généralisée, l’exploitation du plus faible par le plus fort, la guerre civile et pour finir le chaos pour tous.


Erik Gruchet, Saint Pierre le 26/06/2013

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Agelfique 30/06/2013 21:47


Pierre Rabhi parle:


 


http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/pierre-rabhi-la-crise-n-est-pas-39762

francisco cuervo 27/06/2013 06:54


l'avantage d'avoir un age certain,c'est d'avoir pas mal d'informations.ainsi cet article me rappele,les annees 1950,ou nous discutions du changement de type de civilisation,du a la
surpopulation,c'etait l'epoque du club de ROME ainsi que la naissance de la prospective,qui disait,qu'un changement de type de civilisation allait naitre;que du monde du travail marxiste ,allait
succeder la nouvelle civilisation ,civilisation des loisirs pour occuper les masses,et votre article parle exactement de nos espoirs ,de voir arriver cette alternative.  merci pour votre
site, dave, que je consulte tous les jours,  le corbeau       

gwendal 26/06/2013 23:12


Un ancien collègue de travail m'en avait parlé (pendant des heures, et c'était très intérressant)! En l'an 2000, il me disait déjà que la technologie pour tout automatiser (même ramasser des
salades dans un champs sans les abimer, ou réparer un tableau électrique) était déjà existante.


Ceci permettrai de créer la société du temps libre et des loisirs si chère aux yeux des ex-soixantuitards (et chère à mes yeux aussi), car il n'y aurait plus besoin de travailler (cet esclavage
qui ne dit pas son nom) ...seulement de faire occasionnellement, et sur volontariat uniquement, de la
surveillance (même pas la maintenance car elle serait faite par d'autres machines). Quelques disaines de gens seulement seraient nécéssaire pour gérer les usines et appareils mobiles de tout un
pays.


Evidemment, les machines ne devraient pas pouvoir apprendre par elle-mêmes, car ça finirait en bordel rapidemment ...par conflit avec les humains. Elles devraient donc être uniquement programmées
pour exécuter les tâches qui leur seraient assignées


Enfin on profiterai de la vie ...vraiment.


Mais avant d'en arriver là, il faut un accord total de la population, car il n'est pas question que les dirigeants actuels soient les seuls décisionnaires et "metteurs en place" d'un tel système.
Toute dérive ne peut être écartée que si le peuple est totalement partie prenante dans un tel projet


Il faudrait aussi laisser de très grandes zones non automatisées pour les gens qui ne souhaitent pas vivre dans un tel monde ...dont je ferai peut-être partie ...si finalement le monde automatisé
ne me plait pas (pas intérressant et donc démoralisant, par exemple)

Yuca965 26/06/2013 18:47


Sa c'est la vision pessemiste, l'homme remplacé par la machine

le guillou 26/06/2013 15:32


bonjour


la revolution industrielle a commencé avec la revolte des "canus" a Lyon suite a l invention de Mr Jaquard pour le tissage , les syndycats de l époque auraient du demander de faire payer une taxe
sur les machines qui aurait été redistribuée alors aux ouvriers


bon courage à tous

Nous sommes sociaux !

Articles récents