Lundi 23 avril 2012 1 23 /04 /Avr /2012 19:15
En 2008, les trois principales banques privatisées islandaises s'écroulent sous le poids d'un endettement monstrueux. Les banksters mondiaux voulaient faire rembourser les dettes des banquiers par la population. Les islandais ont dit NON à 93%. Depuis, le pays a fait faillite, les banques ont été nationalisées, les banskters ont été arrêtés et emprisonnés, la constitution a été réécrite par le peuple et on a redonné le pouvoir aux femmes. En effet, les hommes au pouvoir ont mené le pays à la banqueroute. Maintenant, c'est une femme, Johanna Sigurdardottir, lesbienne et mère de deux enfants issus d'un précédent mariage avec un homme, qui dirige le pays en s'entourant d'un cabinet composé de plus de 55% de femmes.

Vraiment extraordinaire, mais ce qui est aussi extraordinaire, c'est le blackout total des médias sur le sujet. Faites une recherche dans les actualités de Google, vous verrez.



Source: http://eso-news.blogspot.com/#ixzz1st4UW2lU

publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"

2012 et aprés


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Si une recherche dans les actualités de Google révèle une mauvaise intention, il y aura un procès, comme cela a déjà eu lieu :

"La saisie sur le moteur de recherche Google du nom de l'entreprise faisait apparaître ... et que la responsabilité de Google devait "donc être retenue" et le condamne donc en conséquence à ... et diverses amendes. Ce jugement est une référence importante ..."

Commentaire n°1 posté par Radomir le 24/04/2012 à 07h26

Pourquoi préciser que Johanna Sigurdardottir est lesbienne? Pour le style journalistique people ou pour montrer l"'ouverture d'esprit" des citoyens Islandais? Ok pour la deuxième option, mais encore faudra-t-il préciser le mode d'élection?

Commentaire n°2 posté par Stéphanie le 24/04/2012 à 13h34

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés