Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La Russie déploie ses missiles S-400 près des frontières avec la Turquie

Publié par Dav sur 19 Octobre 2012, 12:20pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

 

 

La Russie déploie ses missiles S-400 près des frontières avec la Turquie

La Russie annonce avoir déployé ses missiles S-400 près des frontières avec la Turquie en réponse à l’adhésion de ce pays au bouclier anti-missile de l’Otan. Selon Debka Files, un site proche du Mossad , les Russes viennent d’installer leurs missiles détecteurs S-400 dans les régions du sud près des frontières avec la Turquie.

« Ce sont des missiles pour viser la Turquie car ce pays fait désormais partie du bouclier anti-missile de l’Otan « , a affirmé le porte parole de l’Etat major interarme russe, le colonnel Igor Gorbol selon le colonne. Tous les avions et missiles balistiques et suprasoniques pourront être visés par les S 400.

Selon le site Debka Files, le déploiement du système S 400 contient deux avertissements en direction de la Turquie : tout d’abord, la Russie ne tolérera plus l’interception de ses avions de ligne par la Turquie. Et ensuite, la Russie n’accepte pas que la Turquie se lance dans une offensive aérienne contre la Syrie.

Les opérations du déploiement se terminera avant la fin de 2012.

 

Sources : Irib.ir

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 19/03/2013 18:19


Syrie: Les rebelles passent à une offensive chimique


 


 


 





 


Ce sont bien les rebelles qui ont utilisé ces armes
chimiques cachées dans des roquettess selon Moscou (RT) A lire aussi sur Sana .


 


L’agence de presse SANA a rapporté que des
rebelles ont tiré une roquette contenant des substances chimiques à Khan al-Assal, près de la ville d’Alep. Elle confirme la mort de 25 personnes, la plupart civiles, et de 86
blessés.


Evidemment, les amis de Hollande
ont de suite nié, et rejeté la faute sur le gouvernement Syrien.


Ce qui est sûr, c'est  que
l'âge chimique est arrivée... 


 


Ci-dessous un article du Nouvel
Observateur. C'est que peu de journaux en parlent... On se demande bien pourquoi...  


 


Ghiisham Doyle pour
WikiStrike


 


 


 





 



Damas et les insurgés s'accusent mutuellement d'avoir fait usage de telles armes ce mardi. Aucune des deux parties ne nie
l'attaque elle-même.


 


Les accusations fusent ce mardi matin
en Syrie : forces gouvernementales et insurgés s'accusent mutuellement d'avoir utilisé des armes chimiques à Alep et dans la banlieue est
deDamas, à al-Otaybah. Aucune des deux parties ne niant l'utilisation des armes en questions.


"Les gens mourraient dans les rues et dans leurs maisons" ont affirmé des victimes à un photographe de Reuters à l'hôpital
universitaire d'Alep ainsi qu'à l'hôpital al-Rajaa. "J'ai vu surtout des femmes et des enfants", a indiqué le photographe de l'agence. "Ils ont indiqué que les gens suffoquaient dans les rues
et que l'air sentait très fort le chlore" a-t-il témoigné, affirmant que les victimes souffraient de problèmes respiratoires.


Le régime syrien a accusé dans la matinée les rebelles d'avoir tiré un missile avec une tête chimique sur la région de Khan
al-Assal dans la province d'Alep faisant 15 morts, a indiqué l'agence officielle syrienne Sana. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme a quant à lui évoqué la mort de 26 personnes dont 16
soldats.


Démenti des insurgés


Des accusations démenties par l'Armée libre syrienne : "L'armée [régulière : NDLR] a visé Khan al-Assal en utilisant un missile de
longue-portée et nos informations initiales indiquent qu'il peut avoir contenu des armes chimiques. Il y a beaucoup de victimes et de nombreux blessés ont des problèmes de respiration", a
déclaré à l'AFP un porte-parole de l'ASL, Louay Muqdad, qui participe à la réunion de l'opposition à Istanbul.


"Nous n'avons ni missile de longue portée, ni arme chimique. Et si on en avait, nous ne les utiliserions pas en prenant des
rebelles pour cible", a ajouté Louay Muqdad.


C'était la première fois que le régime du président Bachar al-Assad portait une telle accusation contre les insurgés.


Pour Louay Muqdad, "cette attaque a sans doute franchi toutes les lignes rouges de la communauté internationale". De nombreux pays
ont multiplié les mises en garde contre Damas concernant un recours aux armes chimiques. Des responsables occidentaux et israéliens ont exprimé la crainte que ces armes ne tombent entre les
mains de certaines factions de l'opposition.


Attaque à al-Otaybah


Par ailleurs, des opposants à Bachar al-Assad ont diffusé lundi soir et mardi matin des vidéos montrant, selon ces derniers, des
hommes touchés par une attaque à l'arme chimique (

Nous sommes sociaux !

Articles récents