Les orages géomagnétiques sont des perturbations du champ électrique de la Terre. Les flux de vents solaires perturbant la magnétosphère terrestre sont à l’origine des orages géomagnétiques, explique Anatoli Petroukovitch, chercheur au département de la physique du plasma cosmique de l’Institut des recherches cosmiques.

 

« Des traces de plasma froid ressemblant à un petit nuage, ont été découvertes lundi sur le disque solaire. En principe, ce n’est pas dangereux car ces objets étant attachés aux lignes de champ magnétique. Cette liaison peut se déchirer de temps en temps, provoquant l’expulsion de plasma. Le vent solaire le transforme en nuage de haute épaisseur et énergie. »

 

L’orage actuel n’aboutira pas à une apocalypse, bien qu’il affecte plusieurs personnes, fait remarquer Alexandre Gélezniakov, chercheur à l’Académie russe des Sciences.

 

« Ceux qui souffrent de maladies cardio-vasculaires supportent mal ces phénomènes naturels. Une fois qu’elles atteignent la Terre, de telles émissions affectent surtout l’équipement technique, en l’occurrence, la télécommunication et l’équipement énergétique. Par ailleurs, les facteurs naturels sont pris en considération avant le déploiement des moyens techniques. Pour les satellites, ces phénomènes naturels ne perturbent qu’en partie leur fonctionnement, mais ils ne les touchent presque jamais toute leur activité. En ce qui concerne les cosmonautes de la Station spatiale Internationale, ils sont hors de danger. Les risques naturels sont également prévus par le système antimissile. »

 

La mise en marche automatique du système antimissile est exclue, souligne l’expert.

L’effet de l’orage magnétique est difficile à prédire, car il est impossible d’examiner tous les paramètres qui le causent et qui se trouvent alors sur le Soleil. Un satellite spécial les enregistre près de la surface de la Terre, dont une ou deux heures avant l’orage magnétique. C’est déjà l’heure du « signal de l’orage ».

NP le nouveau paradigme