Samedi 17 mars 2012 6 17 /03 /Mars /2012 18:43

   

 

Au fond du désert de l’Utah, au pied de la chaîne de montagnes Wasatch, se trouve les bâtiments les plus sécurisés, les plus gardés et les plus secrets du monde. Tout ce que vous pouvez dire ou écrire est analysé ici. 

Il s’agit du Centre de données Utah de la NSA (National Security Agency), un complexe à 2 milliards de dollars qui capte, enregistre et filtre toutes les communications du monde : cela va des emails aux appels téléphoniques en passant par les SMS ou les discussions instantanées. Ici, ils cassent les codes, et selon le site Threat Level, ils auraient les algorithmes pour casser les codes les plus puissants du monde. Ils ont accès aux « informations financières, transactions boursières, accords d’entreprises, armée étrangère, secrets diplomatiques, documents légaux, communications personnelles confidentielles. »

Il y aura 4 salles de données de plus de 2.000 m² remplies de serveurs, refroidis par 60.000 tonnes de machine et 6,5 millions de litre d’eau par jour. Le site dispose de sa propre centrale électrique de 65 mégawatts, ainsi que des générateurs de secours capables d’alimenter l’ensemble pendant 3 jours sans interruption. Rien que le système de sécurité vidéo coûte 10 millions de dollars.

 

 

Le centre de données Utah est le cerveau du Global Information Grid, un projet militaire qui sera capable de gérer des yottaoctets de données, un montant si élevé qu’il n’y a pas d’autres unités de données au-dessus de ça. Ce centre, (et les autres postes d’écoutes : les satellites espions et les centre de données NSA qui sont connecté à ce centre), va faire de la NSA l’agence d’espionnage la plus puissante du monde. [Threat Level]

Par   Gyzmodo

 

publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"

2012 et aprés


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Commentaire n°1 posté par lasorciererouge le 17/03/2012 à 18h49

Et ça sert à quoi ??? D'accord ils espionnent les sms les emails et les conversations téléphoniques, mais est ce que grâce à ça ils aident à résoudre des meurtres, à retrouver des personnes disparues...etc... ? S'ils sont si forts que ça, pourquoi ils ne le font pas ?

Commentaire n°3 posté par Amande le 18/03/2012 à 10h57

Le but est loin d'être noble selon moi! formater la population à une pensée unique et éliminer toute dicidence!

Réponse de Dav le 18/03/2012 à 12h19

http://www.youtube.com/watch?v=JiFx39WHYlI

Dormez tranquille bonnes gens, on veille sur vous !! 

Commentaire n°4 posté par lasorciererouge le 24/03/2012 à 20h12

http://conxientia.fr/non-classe/cpt-anderson-les-infos-dont-on-parle-peu-avril-10672

 

...aprés les consoles de jeux voici les boites à surprises !!  

Commentaire n°5 posté par lasorciererouge le 21/05/2012 à 20h54

Le programme "Stellar wind"


Traduit par Crashdebug

Le programme : La cinéaste Laura Poitras suit William Binney un vétéran de 32 ans de l'Agence de la sécurité nationale qui a aidé à la conception d'un programme extrêmement secret qui collecte et rassemble les données personnelles des Américains.

Cela m'a pris quelques jours pour avoir le sang-froid de téléphoner à William Binney. En tant que « cible » déjà établie du gouvernement des États-Unis, j'ai trouvé difficile de ne pas m'inquiéter de la chaîne des conséquences fortuites que je pourrais déclencher en appelant M. Binney, un vétéran de 32 ans de l'Agence de Sécurité Nationale devenu dénonciateur. Il a répondu. Je me suis nerveusement expliquée, je lui ai dit que j'étais une cinéaste documentaire et que je voulais lui parler. À ma surprise il a répondu : « Je suis fatigué que mon gouvernement me harcèle et viole la constitution. Oui, je vous parlerai. »


Deux semaines plus tard, me conduisant près des sièges sociaux de la N.S.A dans le Maryland, en dehors de Washington, M. Binney a décrit les détails de « Stellar Wind », le programme d'espionnage domestique extrêmement secret de la N.S.A., qui a commencé après le 11 Septembre 2001, et qui était si controversé qu'il a presque fait démissionner de protestationdes fonctionnaires des services judiciaires en 2004.

M. Binney a dit : « La décision doit avoir été prise en septembre 2001 », et le cinéaste Kirsten Johnson : « C'est là que l'équipement a commencé à arriver. » Dans cet Op-Doc., M. Binney explique comment le programme qu'il a créé pour le rassemblement de renseignements extérieurs a été tourné vers l'intérieur du pays. Il a démissionné de tout cela en 2001, et a commencé à en parler publiquement au cours de l'année dernière. Il est parmi un groupe de dénonciateurs de la N.S.A, y compris Thomas A. Drake, qui ont tous tout risqué - leur liberté, leurs moyens de subsistance et leurs relations personnelles - pour avertir les Américains au sujet des dangers de l'espionnage domestique de la N.S.A.

À ceux qui comprennent la surveillance d'État comme une abstraction, j'essayerai de décrire un petit peu la façon dont cela m'a affecté. Les Etats-Unis m'ont apparemment placé sur une« liste à surveiller » en 2006, après que j'ai accompli un film au sujet de la guerre en Irak. J'ai été détenu à la frontière plus de 40 fois. Une fois en 2011, quand j'ai été arrêté à l'aéroport international de John F. Kennedy à New York, j'ai affirmé mon droit au premier amendement de ne pas répondre à des questions au sujet de mon travail, l'agent de frontière a répondu : « Si vous ne répondez pas à nos questions, nous trouverons nos réponses dans vos fichiers électroniques. » En tant que cinéaste et journaliste, je suis une relation de confiance pour protéger les personnes qui partagent de l'information avec moi, il devient de plus en plus difficile de travailler aux Etats-Unis. Bien que je prenne tous les efforts nécessaires pour sécuriser mon matériel, et je sais que la N.S.A a des capacités techniques contre lesquelles il est quasi impossible de se défendre si l'on est visé.

Les amendements de 2008 de la loi sur la surveillance des renseignements extérieurs, qui surveillent les activités de la N.S.A, devraient être renouveler en décembre. Deux membres du Sénat choisissent le comité du renseignement, les sénateurs Ron Wyden de l'Oregon et Mark Udall du Colorado, deux Démocrates, essayent de mettre à jour les amendements, pour assurer de plus grandes protections de la vie privée. Ils avaient averti au sujet « des interprétations secrètes » des lois et des « échappatoires » secrets qui permettent au gouvernement de rassembler nos communications privées.Treize sénateurs ont signé une lettre exprimant des inquiétudes concernant un « échappatoire » dans la loi qui permettrait la collecte de données des Etats-Unis. Les A.C.L.U. et d'autres groupes ont également contesté la constitutionnalité de la loi, et la cour suprême entendra les arguments à ce sujet le 29 octobre.

Laura Poitras, cinéaste documentaire, a été nommée pour un prix de l'Académie, et dont le travail a été exhibé dans la Biennale de Whitney en 2012. Elle travaille à une trilogie de films au sujet de post-9/11 Amérique. Cet Op-Doc. est adapté d'un travail en cours qui sera réalisé en 2013.

Cette vidéo fait partie d'une série réalisée par des cinéastes indépendants qui ont reçu des concessions de la base de BRITDOC et de l'institut de Sundance.

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Commentaire n°6 posté par lasorciererouge le 30/08/2012 à 22h29

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés