Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Christ: Interview avec Daniel Meurois-Givaudan

Publié par Dav sur 28 Janvier 2012, 15:16pm

Catégories : #Spiritualité


« Le Christ est venu résoudre sur terre un problème de nature énergétique… La rémission des péchés est un mensonge»

  

  

L’écrivain d’origine française installé au Canada, Daniel Meurois-Givaudan, s’est longuement intéressé à la vie de Jésus en tant qu’homme historique d’abord et puis en tant qu’entité porteuse d’un message. Il a voulu dresser le portrait d’un homme concret, émotionnellement signifiant et pour ce faire, il a fait appel à des sources qui ne cadrent pas avec les versions officielles. Il fait partie de ces auteurs qui considèrent que tout événement, tout acte humain, laisse une signature énergétique qui finit pas former une sorte de gigantesque banque virtuelle de données, les « annales akashiques », une réserve infinie d’informations qu’il est possible de consulter si l’on suit une certaine discipline mentale. L’intéressé s’est donc principalement concentré sur les sources «non autorisées » pour reconstituer la vie quotidienne à l’époque du Christ ainsi que la biographie de celui-ci. Que l’on donne foi ou non à l’existence d’une énorme mémoire virtuelle ayant enregistré tous les événements historiques, il est fascinant de prendre connaissance du récit cohérent que l’auteur a fait de ces épisodes mythiques. Ensuite, il semble évident que Daniel Meurois s’est longuement plongé dans les textes et évangiles gnostiques, qui montrent les épisodes de la vie de Jésus sous un tout autre angle, radicalement différent des perspectives qu’offrent les textes du Nouveau Testament. Nous nous sommes dit que Daniel Meurois pouvait nous offrir des réponses originales et iconoclastes aux questions que chacun se pose sur l’étrange spectacle qu’offre la diversité des croyances et des textes relatifs à cette époque.

 

 

Karma One: Une première question pour les lecteurs qui ne sont pas familiarisés avec votre travail. Quelles sont vos sources d’informations ou plutôt, comment faites-vous pour entrer en possession d’une telle quantité d’informations sur le passé, la vie des premiers chrétiens, celle du Christ et de ses apôtres, informations riches en détails de toute nature ? Le moyen employé pour récolter de l’information ne contraint-il pas le lecteur à un effort, une sorte d’acte de foi qui est assez difficile, contraignant dans une ère aussi agitée et riches en « contactés » et personnes s’adonnant au channelling, au remote viewing?

 

Daniel Meurois-Givaudan : Ma méthode de travail est celle de la lecture des Annales akashiques. Elle repose sur la connaissance d’un cinquième élément constitutif de la nature de notre univers, un élément venant non seulement s’ajouter à la terre, à l’eau, au feu et à l’air mais recouvrant ceux-ci. Cet élément, selon ma propre expérience, a la particularité d’agir comme une extraordinaire bande magnétoscopique ou encore mieux comme une fabuleuse carte-mémoire mise en place par la Nature et sur laquelle tout ce qui survient au sein de notre univers est enregistré dans les moindres détails. Cet élément que les Orientaux nomment Akasha génère ainsi un gigantesque film du passé. C’est au visionnement de celui-ci que je me connecte donc à chaque fois que je fais des recherches.
Ce que je découvre alors se présente sous la forme d’un film intégral… avec images, sons, odeurs, toucher, etc… Il s’agit toujours d’une expérience troublante qui modifie nécessairement ma perception de l’espace-temps. Afin de mieux étayer la nature de mon propos, je vous propose de ce court extrait d’un article qui reproduit une interview du Père dominicain Ernetti Pellegrino – un savant physicien – réalisée il y a déjà quelques années par le journaliste Vincenzo Maddaloni pour un grand hebdomadaire milanais. Cet article nous montre à quel point certains scientifiques prennent au sérieux, bien que discrètement, le principe d’une Mémoire universelle…
« Nous sommes parvenus avec l’aide de la science et de la technologie à réaliser une chose dont les Pythagoriciens avaient déjà eu l’intuition ainsi que les émules d’Aristote car, depuis le lointain 4ième siècle avant Jésus-Christ, ils avaient compris que, par le fait de la désagrégation des sons, on pouvait parvenir à la reconstruction d’images… J’ai le privilège d’avoir formulé l’idée (d’un dispositif) basé sur un principe de physique, accepté par tous les savants, selon lequel les ondes sonores et visuelles une fois émises, ne se détruisent pas mais sont transformées et restent éternelles et omniprésentes. Il est possible de les reconstituer en tant qu’énergie puisqu’elles ne sont que cela… On sait que chaque être humain, dès sa naissance et jusqu’à sa mort, laisse derrière lui un double sillon : l’un sonore, l’autre visuel, une espèce de carte d’identité différente pour chaque personne. C’est selon cette carte d’identité que l’on peut reconstituer sa personnalité particulière et tous ses faits et gestes… : voilà le motif grâce auquel on se trouve aujourd’hui en mesure de pouvoir revoir et réentendre les plus grands personnages de l’Histoire… »
Mon expérience personnelle me pousse simplement à affirmer qu’il est possible pour un être humain qui place sa conscience dans un certain état d’expansion d’accéder au même résultat… sans dispositif technique.

Cette méthode d’investigation qui m’est devenue familière demande bien sûr de la part du lecteur qui a accès à mes témoignages un acte de foi… cependant tout, absolument tout dans notre vie, dès que l’on veut avancer, demande une démarche de confiance, c’est-à-dire d’acceptation d’un risque. Mon but n’est pas d’être cru aveuglément mais que mes recherches induisent avant tout une réflexion. Il faut prendre conscience que notre époque est en train de faire exploser les horizons traditionnels de la pensée. En ce sens, mes témoignages rejoignent les dernières découvertes de la physique quantique. Je tiens à préciser que ma démarche n’a rien à voir avec celle du channelling. Elle ne se présente pas sous la forme d’une information d’origine télépathique mais sous celle d’une projection intégrale de la conscience dans la mémoire enregistrée de ce que nous appelons le passé.

 

Karma One : Dans l’Evangile de Judas, le portrait qui est fait de Judas est totalement différent de celui des évangiles canoniques. Dans le Nouveau Testament, Judas incarne l’archétype du traître, du personnage veule qui a trahi ses frères et toute la chrétienté, ce qui a servi par après à justifier l’antisémitisme. Il y a aussi un scénario où Judas trahit pour contraindre le Christ à faire usage de la force et de son pouvoir sur les Romains. Dans l’évangile de Judas, celui-ci est considéré par Jésus comme l’un de ses disciples favoris ou à tout le moins, celui qui est le plus initié : « Voilà, je t’ai révélé les Mystères du Royaume… Tu deviendras le treizième et tu seras maudit par les autres générations – et tu régneras sur elle » (scène 3 : Judas s’enquiert de sa propre destinée). Il aurait passé un accord avec Jésus pour qu’il soit dénoncé aux Romains afin que le destin de la crucifixion soit accompli. Que pensez-vous de cette autre idée, de ce scénario éloigné d’un Judas traître et coupable que vous évoquez dans votre ouvrage « Ce clou que j’ai enfoncé »?

 

 

Daniel Meurois-Givaudan : Je suis parfaitement en accord avec la thèse d’un Judas complice avec Jésus pour mettre en place un scénario permettant à celui-ci d’accomplir son destin. J’en formule l’idée en détails dans « Les enseignements premiers du Christ ». Cependant, tout cela ne signifie pas pour autant que Judas ait bien vécu ce qui lui a été demandé sous le sceau du secret. Qu’il se soit vu comme coupable d’une abomination et qu’il ait erré dans un état que nous qualifierions de dépressif ne contredit pas la thèse d’une complicité ultime entre le Maître et son disciple. Cet état est d’ailleurs logique étant donné le fardeau qu’il lui a été demandé de porter. Judas a, de toute façon été, à mon sens, l’un des apôtres les plus initiés à la pensée du Christ. On ne demande beaucoup qu’à ceux qui peuvent donner beaucoup… J’ai du respect pour le rôle qu’il a été contraint de jouer.

 

Karma One : Dans votre livre « Ce clou que j’ai enfoncé », vous traitez entre autre chose du concept de culpabilité qui a été instrumentalisé par les grandes religions. Comment pourrions-nous déconditionner l’homme de ce sentiment qui, bien qu’utile à certains égards, semble le plonger dans un gouffre auto destructeur ?


Daniel Meurois-Givaudan : En tentant peu à peu de lui faire comprendre que le péché au sens religieux et dramatique du terme est un non sens et qu’on devrait tout d’abord le remplacer par la notion d’erreur, plus humaine… Ensuite, dans un second temps, je crois qu’il conviendrait de poser aussi sur cette notion d’erreur un autre regard. Une erreur est en réalité la conséquence d’un manque de compréhension ou de maturité. Notre vie et ses erreurs sont en réalité des expérimentations c’est-à-dire des apprentissages successifs. Il est nécessaire de visiter des impasses pour apprendre à mieux nous tenir droit et devenir plus adultes au niveau de notre âme. Il faut oser risquer de se tromper pour avancer. C’est ne pas avancer qui me semble être la plus lourde des erreurs. Faire du sur-place est bien plus triste que de trébucher. Ne serait-ce pas ainsi que l’on peut comprendre les fameuses paroles de l’Évangile : « Dieu vomira les tièdes » ?

 

Karma One : Dans votre ouvrage « Comment dieu devient Dieu », vous affirmez une idée que certains Chrétiens « moyens », pour ne pas dire « traditionalistes », jugeront totalement blasphématoire : « Le créateur est un compositeur qui joue de la flûte de Pan. Au risque de paraître blasphématoire, je dirais qu’Il souffle amoureusement le paganisme, c’est-à-dire le chant choral de tout ce qui est. Mais il n’y a de blasphème que dans le cœur de celui qui connaît l’idée de salir et de rétrécir l’onde de vie ». Ce recours à une entité païenne de l’ancienne religion, cette idée de connexion avec la nature ont été combattues avec beaucoup de brutalité par l’Eglise catholique. Pourquoi cette référence au paganisme, aux premiers cultes, à l’animisme et presque au chamanisme ?

Daniel Meurois-Givaudan : Parce que les premiers Pères de l’Église et leurs successeurs jusqu’à nous ont diabolisé ce qui n’avait pas lieu de l’être… Quel prêtre connaît l’origine étymologique du mot « païen », un mot systématiquement employé pour salir et dénaturer ce qui n’est pas « chrétien » donc « sauvable » ?
Païen vient textuellement du latin « paganem » qui définit ce qui vient des campagnes. Un culte païen est donc un culte qui est issu du contact direct avec les forces qui peuplent la Nature et qui maintiennent celle-ci en équilibre. Les chamanes sont des êtres psychiques dont la particularité est justement de pouvoir entrer en relation avec ces forces. Leurs connaissances ne s’opposent aucunement aux grands principes développés par l’enseignement d’un Être comme le Christ. C’est une fausse querelle que d’opposer le Christianisme et la vision chamanique ou païenne de notre monde. Ces deux approches de la vie sont en réalité complémentaires tout comme le sont le masculin et le féminin. Je connais personnellement des chamanes qui ont un respect infini pour le Christ et son enseignement. Il y a une désinformation coupable qui est à imputer à l’Église chrétienne, totalitariste, dans son ensemble. Qu’il y ait eu des excès dans le contexte du paganisme et du chamanisme est incontestable… mais la religion chrétienne a-t-elle elle-même les mains propres sur toute la longueur de son parcours ? Certainement pas ! Elle n’a aucune leçon à donner à ce niveau-là.

Karma One : Le Jésus du Nouveau Testament est très différent, me semble-t-il, du Jésus décrit dans vos ouvrages. Le Jésus du Nouveau testament est considéré par l’Église comme un personnage essentiellement rédempteur, venu racheter l’humanité du péché originel. Pourquoi ce concept est-il si central dans le message de l’Église ? Le Jésus que vous décrivez est plutôt un véritable « initié » venu apporter aux hommes et à ses disciples la connaissance sur la nature humaine, son fonctionnement, la manière dont l’univers fonctionne également. Il est proche en cela de l’entité du « Christ » de certains textes gnostiques. Qu’en pensez-vous ?

 

Daniel Meurois-Givaudan : Oui, effectivement mon vécu, tel que relaté dans mes ouvrages, est beaucoup plus proche de la sensibilité gnostique (encore qu’il n’en épouse pas du tout certains aspects dualistes ) que de la vision du Christ imposée par l’Église de Rome. Le problème de l’Église de Rome se situe au niveau de l’orgueil et, bien sûr par voie de conséquence, au niveau d’une domination à maintenir sur la conscience des foules pour asseoir un pouvoir temporel. Son discours a toujours voulu prouver que seule sa compréhension du Christ avait valeur rédemptrice. Elle a fait de Jésus un homme-dieu figé dans son rôle dès le départ, qui n’a donc pas cheminé en tant qu’être humain incarné et face auquel il faut simplement s’agenouiller pour obtenir le salut puisqu’il est Dieu, point final.


Je ne caricature presque pas… C’est une vision des choses évidemment puérile, déconnectée de toutes les réalités de ce monde, qu’elles soient psychologiques, métaphysiques, initiatiques et historiques. Cette vision est finalement très dé-responsabilisante.


On nous demande de déléguer notre capacité de réflexion et de croissance personnelle à un Être qui vient gommer nos problèmes… à condition que nous lui prêtions hommage. C’est inverse à toute démarche spirituelle authentique. La rémission des péchés et le rachat de l’Humanité nous sont expliqués de façon mensongère et ont pour conséquence de nous enfoncer dans le sentiment de culpabilité.
En réalité, la mission du Christ se situe au niveau du nettoyage d’une partie du fardeau karmique contracté par notre Humanité au fil des Temps. Le Christ est venu résoudre un problème terrestre de nature énergétique afin de réinitialiser la progression de notre espèce. Il n’empêche que le rôle qu’il a joué ne nous décharge pas de notre karma personnel et nous laisse fort heureusement toute notre responsabilité individuelle sur notre propre chemin de Libération.

 

Question ; Pour les Gnostiques, le Dieu de l’Ancien Testament, Yahvé est comparé au démiurge, à un faux dieu, un imposteur venu installer une ère de servitude pour les êtres humains. Et de fait, le Dieu de l’A.T est une entité distance, colérique, vengeresse, brutale qui semble avoir des soucis plutôt temporels que spirituels. Que pensez-vous de cette idée ? Que pensez-vous des informations contenues dans les codex de Nag Hammadi ? Pourquoi l’église catholique a-t-elle combattu avec une telle violence les gnostiques selon les informations en votre possession ?

Daniel Meurois-Givaudan : Il est évident qu’avec un regard objectif, le dieu de l’Ancien Testament se montre un dieu vengeur qui exige un total asservissement à ses volontés. Il entretient de ce fait la dualité entre le Bien et le Mal, ses élus et les autres. Il manifeste aussi incontestablement des soucis temporels. Mes propres recherches à travers les Annales akashiques m’inclinent à penser que plusieurs identités se cachent derrière ce dieu. Ce qui est trop souvent admis comme « Dieu » se réfère en réalité souvent aux « Élohims ». Élohim est un terme pluriel dont les Annales montrent clairement qu’il fait allusion à des êtres provenant d’un autre espace, d’un autre monde que le nôtre et tentant d’asseoir un pouvoir sur Terre. À mon sens, on les a « angélisés et divinisés » un peu facilement d’une façon globale.
Cela nous amène automatiquement à la thèse des visiteurs de l’Espace tentant d’intervenir dans le schéma d’évolution de notre Humanité à un moment donné de son Histoire. Ce sont ces Archontes dont certains auteurs parlent ou encore ces êtres de la dimension de Enki et Enlil de la Tradition sumérienne. Les Annales laissent entrevoir que tous ces visiteurs n’avaient pas nécessairement les mêmes visées quant à leur rôle à jouer sur Terre. Certains d’entre eux ont voulu tendre une main « aidante » à notre espèce tandis que d’autres ont eu une attitude purement colonialiste et dominatrice. Il est facile de comprendre que leur avance technologique leur conférait aisément les attributs du Divin et qu’ils en ont profité.
Pour moi, il ne s’agit pas d’une thèse mais bien d’une réalité que l’on finira tôt ou tard par ne plus pouvoir nier.
Pour ce je connais des textes issus du Codex de Nag Hamadi et en fonction du vécu qui est le mien, l’enseignement initial du Christ a été beaucoup mieux traduit par la Tradition gnostique que par celui de toute autre Église se réclamant de Lui.
Même si le Gnosticisme est ambigu et contradictoire à certains points de vue, notamment au niveau des relations charnelles, la place qu’il accorde au Féminin en tant qu’énergie ou sensibilité réceptrice est très représentative de ce que le Maître exprimait, ne serait-ce que par le rôle qu’il fit jouer à Marie-Madeleine à ses côtés. La sensibilité féminine avait pour lui un rôle initiateur, un rôle qu’une approche de la Vie exclusivement masculine ne pouvait remplir. Marie-Madeleine symbolise véritablement la Sophia de la Tradition gnostique, c’est-à-dire l’âme humaine en tant que creuset ou coupe prête à recueillir le Souffle divin descendu sur Terre, ce que les Grecs anciens appelaient le Pneuma.
Si la religion des papes a combattu de telles idées depuis son origine, c’est en raison de l’attitude des premiers Pères de l’Église, incapables de se défaire d’une pensée patriarcale et de sortir d’une vision dualiste opposant systématiquement l’esprit et la matière, l’homme et la femme, etc… En ce sens, la pensée catholique est encore l’héritière de certains aspects du Judaïsme.

 

Karma One : John Lash, un mythologue et exégète des textes gnostiques de Nag Hammadi dénonce dans son livre « Not in his Image » l’existence d’une secte radicale proche de Qumran, obéissant aux préceptes contenus dans certains des manuscrits découverts près de la Mer Morte : les Zaddikims ou « Zadokites », la branche « religieuse » des Zélotes qui en serait le bras armé. Pour Lash, il s’agirait d’une secte apocalyptique, extrémiste et raciste ; un groupe vouant un culte à une entité extraterrestre alors que, parallèlement, les Zélotes développaient un programme mystico-militariste dont la finalité essentielle était d’établir un état théocratique fondamentaliste sur la Terre Promise. L’entité extraterrestre à laquelle les Zadokites vouerait un culte serait Yahvé que les gnostiques comparent à un Archonte. Lash la compare d’ailleurs à une sorte de secte ufologique. La secte des Zaddikims, dans lesquels s’est trouvé un jour Paul de Tarse surveillait, poursuivait et combattait les groupes gnostiques. Selon les informations en votre possession, avez-vous connaissance de ce groupe ? Que pensez-vous de la vision qu’en a John Lash ?

 

 

Daniel Meurois-Givaudan : Il s’agit d’une date qu’on ne peut écarter puisqu’elle revient dans certains très anciens calendriers comme devant marquer un tournant pour notre Humanité. La question est néanmoins de savoir à partir de quel calendrier de base on se réfère pour parler de 2012. On sait que le calendrier grégorien, le nôtre, est certainement en retard de quelques années par rapport à la date de naissance réelle de Jésus. Tout cela fait que nous ignorons exactement en quelle année nous sommes… Cela a de toute façon peu d’importance car, en valeur absolue, une date ne signifie rien dans le grand calendrier cosmique.
Que nous allions malgré tout vers un changement très important au niveau mondial est, me semble-t-il, une évidence. Nul ne peut dire pourtant si celui-ci surviendra en 2009, 2012 ou 2020… Les Maîtres de Sagesse qu’il m’est arrivé de pouvoir consulter sur ce point sont unanimes : « Rien n’est totalement fixe, affirment-ils en substance, tout fluctue en fonction du libre-arbitre dont nous disposons. Les grands événements planétaires relèvent du niveau de synchronisation entre la conscience globale de notre espèce et celle des forces qui régissent notre monde. D’une façon comme d’une autre, que ce soit demain matin ou dans dix ans, il est clair que nous assistons à la fin d’un monde, c’est-à-dire d’un certain ordre des choses ».
Aucun Messie au sens salvateur et punitif du terme n’est donc à attendre. Qu’un Envoyé d’une envergure comparable à celle du Christ se fasse connaître est tout à fait probable et j’y crois personnellement… mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’Il vienne résoudre nos problèmes par un simple coup de baguette magique. Cette vision des choses fait seulement l’affaire de quelques naïfs voulant échapper à la responsabilité qui incombe à chaque être humain dès qu’il s’agit de sa propre évolution et de celle de notre monde. C’est nous individuellement puis collectivement qui tenons en main notre avenir et notre capacité d’accession à notre Libération intérieure. Il serait vraiment puéril de s’imaginer qu’une Force, aussi lumineuse soit-elle, vienne faire nos devoirs de classe à notre place… La fonction de la Véritable Lumière est précisément d’éduquer. La clef de l’ascension de notre conscience passe donc avant tout par notre réforme.

 

Karma One : Est- ce que l’idéologie des groupes terroristes islamistes qui tirent parti du désespoir des gens et qui est fondée sur une promesse d’un bonheur après la mort si l’on combat « au nom de Dieu » n’est pas la copie conforme de discours que des groupes chrétiens radicaux – des croisades aux unités de combat franquiste en passant par l’Opus Dei et les Évangélistes américains – ont tenu et tiennent encore aujourd’hui ? Selon ces groupes, « la vie est une vallée de larmes et de souffrance, le bonheur n’est pas de ce monde et l’homme est une créature indigne ». John Lash compare ce type d’idéologie « rédemptrice » à un virus qui a manipulé et conditionné la psyché de l’humanité depuis la venue des « religions du livre » issue de cultes sumériens et babyloniens. Etes-vous d’accord avec cette assertion ? L’humanité est-elle en grand danger à cause de ce que les religions font avec la soif spirituelle de l’être humain ?

Daniel Meurois-Givaudan : Je suis assez en accord avec cette analyse de la situation actuelle. Ce qu’on appelle régulièrement, dans une religion ou l’autre, la « Cause de Dieu », a toujours été un prétexte pour la manipulation des foules appauvries et asservies. Que cet appauvrissement soit matériel ou moral ou même les deux à la fois n’y change pas grand chose, le principe de la manipulation est toujours le même. La sensation de manque est, chez l’être humain, le vecteur par lequel les excès s’installent. Le fanatisme est la forme la plus aboutie de cet état de fait car les idéaux dont il se nourrit sont invariablement légitimés par une cause supérieure.
Ce que n’a pas encore compris notre Humanité, c’est à faire la différence entre la religiosité et la spiritualité. L’une conditionne l’être à des dogmes aux visées souvent temporelles, l’autre lui procure des clefs de croissance intérieure et travaille à la libération de son âme.
Les pouvoirs en place ne tiennent évidemment pas à ce que cette différence soit faite car tout ce qui peut créer ou entretenir le principe du conditionnement les fortifie.
À première vue oui, notre Humanité est en grand danger. Cependant, si on prend un tant soit peu d’altitude, on peut aisément comprendre que les forces de la Séparativité seront toujours ultimement au service de celles de l’Unification. En effet, si la Conscience ne visite pas toutes les impasses de la Vie et n’explore pas toutes les aberrations auxquelles son libre-arbitre lui donne accès, elle ne grandit pas réellement. Il faut tomber pour apprendre à marcher. Nous en sommes encore là au niveau de l’ensemble de notre espèce. Je crois fermement que nous ne sommes pas encore sortis de l’enfance…
Oeuvrer afin de sortir de l’ornière du dualisme me paraît capital aujourd’hui. Ce qu’on appelle de façon schématique Lumière et Ombre, Bien et Mal sont les arguments simplistes par lesquels nous nous maintenons dans un incessant et épuisant de jugement, de condamnation et de lutte. Il y a une question que nous devrions apprendre à nous poser régulièrement : Pourquoi avons-nous toujours la sensation d’être du « bon côté » ? Nous nous conditionnons de génération en génération pour entretenir la certitude que l’erreur est toujours dans ce qui ne nous ressemble pas en façon de penser et en façon d’être. Je suis toujours surpris de voir à quel point un très grand nombre d’entre nous n’arrive pas à saisir la notion de compassion, une notion qui est pourtant à la base de toutes les grandes Traditions dont nous nous réclamons pour nous asservir et finalement nous entretuer. Sans doute ne nous sommes-nous pas encore suffisamment brûlés au jeu primaire du manichéisme !

Source: Karmapolis

 

HorizonForet-3"Vers un nouveau paradigme"

2012 et après

Commenter cet article

lasorciererouge 09/04/2012 19:40




Le vrai visage du Christ


 


Le sculpteur espagnol Juan Manuel Miñarro a réalisé une statue du Christ en grandeur nature
à partir des découvertes scientifiques du Linceul de Turin et du Saint Suaire d'Oviedo. Elle est actuellement exposée dans la cathédrale de Málaga. Traduction de Carlota (6/4/2012, vendredi
Saint)








A PROPOS DU SAINT-SUAIRE



Le Saint-Suaire, dû à une radiation?


Le Saint-Suaire de Turin n'est pas un faux (http://benoit-et-moi.fr/2011-III/..)







Le vrai visage du Christ(www.larazon.es/noticia/9321-el-verdadero-rostro-de-cristo )
------------Dans la cathédrale de Málaga, jusqu’en juin [2012], on peut voir un Christ unique, en grandeur nature, qui ne suit pas la tradition du l’art statuaire espagnol ou
andalou, mais des traits relevés sur le Saint Linceul de Turin. Les blessures de la peau arrachée par le fouet romain à trois lanières terminées par des boules de plomb, les plus de cinquante
blessures sanglantes de la tête que seule une calotte d’épines a pu causer, un corps avec une rigidité cadavérique très prononcée, avant que ne commence la putréfaction, un coup de lance dans
l’espace compris entre le cinquième et la sixième côte…

Le Saint Linceul de Turin est parlant pour les médecins légistes quand on l’analyse avec les outils modernes, mais
la sculpture qu’a réalisée Juan Manuel Miñarro (ndt sculpture andalou d’art religieux né en 1954 – voir http://es.wikipedia.org/) est parlante à la simple vue.
« Pour la réaliser j’ai oublié la tradition, l’art ; je me suis centré uniquement sur les données médicales du
Saint Linceul croisées avec celles du Suaire d’Oviedo » (ndt: voir à ce sujet cet article sur la revue 30 giorni en français ), explique ce professeur de Beaux Arts de l’Université de Séville, dont la thèse de doctorat est
centrée sur l’anatomie des crucifiés dans la sculpture.
« J’ai 58 ans et j’ai fait des statues religieuses depuis que j’ai terminé mes études, mais le Saint Linceul
raconte ce que les textes bibliques ou les traditions artistiques ne détaillent pas ».
Quand Constantin a interdit les crucifixions au IVème siècle, le monde a oublié selon quelle technique les romains
crucifiaient. De fait, les évangiles ne détaillent pas qu’étaient utilisés des clous en décrivant l’exécution de Jésus : il n’y a que l’apôtre incrédule, Thomas, qui les mentionne quand il
demande à toucher les blessures. Les artistes durant des siècles ont peint des clous dans les mains. Mais le Saint Linceul et l’archéologie coïncident : le clou va dans l’avant-bras…comme
semblent aussi le suggérer les monnaies d’or byzantines de l’an 685 qui sont rassemblées dans l’exposition.
Sur le Saint Linceul de Turin il y a des taches de sang, et aussi une image mystérieuse, l’envers et l’endroit
d’un homme barbu, ses mains croisées, seulement quatre doigts [ndt visibles] par main…de même que dans les miniatures de l’an 1150 du Codex Pray (ndt voir icihttp://www.suaire-science.com/autresfaits_pray.htm )
qui est conservé à Budapest comme si le dessinateur avait vu le Linceul, de ses yeux, avant qu’il ne disparaisse de Constantinople au moment de la Quatrième Croisade en 1204, pour réapparaître
en 1353 à Lyrey, France, dans les mains du chevalier Geoffroy de Charny, héritier de croisés français. En 1988 on a pris des fragments du Saint Linceul pour les faire dater par le Carbone 14
dans trois laboratoires différents en Arizona, à Oxford et Zurich. Cette mesure le datait comme étant une toile produite entre 1260 et 1390. Comment peut-il alors inspirer des monnaies, des
portraits ou des miniatures de plus siècles avant ? Le producteur de l’exposition de Málaga, Álvaro Blanco Cruz, signale deux possibles causes que la mesure au Carbone 14 soit inefficace :
qu’ils ont pris pour la mesure des pièces ravaudées postérieures, ou que la mesure ne soit pas bonne parce que le tissu a été contaminé pour des raisons environnementales, incendies,
etc.

Des propriétés uniques
---------------
Álvaro Blanco énumère les propriétés du Linceul : « neufs caractéristiques que personne n’a pu reproduire ensemble
» : « Il est extrêmement d

vanes 02/02/2012 10:39


ah ben moi je ne parlais pas d'hercobulus la secte mais de la planète qui est une naine brune et qui fait partie d'un système solaire composé de 7 planètes dont Elénin était la première à passer
dans nos parages.... bon, moi je dis ça , c'est ce que j'en lis...?


donc, d'après certains les mouvements géo-magnétiques, les 3 jours d'obscurité et tout le tralala seraient causés par la présence très proche du compagnon invisible du soleil qui se pointe dans
notre elliptique tous les 26 000 ans , avec des alignements planétaires et tout ça....


et étant donné la masse de le grosse bouboule et ben, ça fait un peu de remue-ménage sur notre belle planète....


bon, c'est vous qui voyez....

elespirit 30/01/2012 21:52


quest ce que Hercobolus? Merci

Dav 30/01/2012 22:35



Il s'agit d'un groupement sectaire:



L’association qui a monté cette vidéo et son ouvrage distribué gratuitement, fait partie de la secte de la fraternité blanche universelle http://www.prevensectes.com/fbu2.htm qui regroupe des
maitres ascensionnés autant dire que le coté alarmiste de la vidéo est très objectif, regrouper un maximum de gens pour cette association qui joue avec la peur.

Tiens un site ou vous pouvez voir
http://gnose-de-samael-aun-weor.fr/albums-photos/main.php?g2_itemId=423

Ne vous laissez pas tenter ce n’est rien d’autre qu'un virus anesthésiant la pensée !!


Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t9390-hercolubus-attention-secte-en-developpement#ixzz1kyo0AHaJ



vanes 29/01/2012 19:45


wouaouh!


j'ai lu, et merci david pour cet article qui répond à plein de questions personnelles et familliales...


bonne soirée et pense à prendre soin de toi de temps en temps!


tu cours, tu cours, tu bosses, tu cherches, tu lis, tu tris, tu écris, et clique par ci et clique par là....


tu emmagasinnes une somme énorme de données par jour et pas que des bonnes nouvelles....


je sais que tu es grand et que doit être bien avancé sur le plan de l'éveil....


mais quand même, ne te laisse pas trop emporté par ton côté masculin qui te pousse à vouloir être rentable au maximum, toujours à la pointe de l'info....


écoutes la petite voix féminine qui te parles à travers moi...


je ne veux que ton bien, tu le sais bien .....


(ne publie pas ce commentaire c'est perso entre toi et moi)


amitiés vanes


 


ps: je sais pas pourquoi je t'écris ça car je ne te connais même pas ... quoique...


je ressents ce qui se dégage de ton site que je visite plusieurs fois par jour.....


je ressents ta fatigue ... ( le soleil travaille chez tout le monde!)


ça faisais 2-3 jours que je voulais te dire ceci, c'est fait!


bon courage pour demain matin!


" le lundi au soleil, c'est qque chose que l'on aura jamais!...."


mais si, mais si , patience, bientôt notre heure viendra..... kisses 


 

Dav 29/01/2012 21:56



J'adore!!! bien visé...



nadine 29/01/2012 19:29


Kévin, si tu es là, je suis persuadée que c'est justement parce que  tu cherches "autre chose" Je te souhaite de tout mon coeur que tu le trouves!


 

vanes 29/01/2012 18:46


cher Kévin,


je viens de relire 3 fois tes textes, et je ne comprends toujours rien....


Tout ce que je vois c'est que tu as l'air complètement embrouillé et légèrement nerveux....


Si tu as besion de défouller tes nerfs , il existe des pouching ball...


Ici, c'est pas un endroit pour des illuminés new-age, ni un temple pour les catho-christiano-mystico- paumés.


alors merci bien de ne pas cracher ton venin sur nous, si tu n'aimes pas ce site tu n'as qu'à pas le lire et puis c'est tout !  


parce que, par les temps qui courrent,  ce n'est pas bon de s'énerver....


et toi qui a l'air adepte du jugement dernier tu ferais bien de préparer ton texte car c'est prévu pour le 26/09/2012 et le type à la barre s'appelle Hercobolus.....


merci, au revoir!

Dav 29/01/2012 18:48



Excellentissime



Kévin G. 29/01/2012 14:30


Je n'ai pas de leçon à recevoir de personne, l'amour humain, ou "compassion toute bouddhiste" ne mène à rien.
De plus c'est Dieu qui a tout dit par son Fils, je n'invente rien !
Je prefere ne pas être écouter que de me taire.

Un jour il va falloir rendre compte devant Dieu, et non nous ne sommes que des enfants de Dieu, pas des DIEUX.

Nous ne pouvons rien par nous même, ou le coter obscur de ces croyances new-age que nous croyons "bonne" car elle élève, mais vers la Mal, rejeter Dieu comme simple Père.
Je connais vos combine, je vais surement pas débattre là-dessus.

Seul l'Amour, par l'esprit-Saint venant de la Grâce de Dieu, par son fils Jésus est véritablement Amour. 

Kévin G. 29/01/2012 12:27


C'est beaucoup trop grave votre torchon new-agien, ce que vous dîtes là autant que vous êtes.
Je n'ai rien lu,que quelques phrases mais j'ai cerner le délire.

Si Jésus n'était pas mort sur la croix pour nous délivrer des péchés, c'est que l'enfer n'existerais pas ! 


En effet a quoi bon aller jusqu'a la mort, si ce n'est pas, par sa résurection et l'Esprit-Saint par la suite, renouer avec Dieu !!! De tout ce que Adam et Eve on amener sur Terre, le péché qui
est entré parmis nous, et donc :


SE PRENDRE POUR DES DIEUX comme vous tous !!

Si l'Enfer n'existerais pas, Jésus, n'aurais jamais exister.

Amen. 

Dav 29/01/2012 12:44



Mettez un peu d'Amour dans vos propos et je suis sur que vous serez entendu! merci


 



Le Guidé 28/01/2012 23:14


Trés bonne annalyse même si des points ne sont que les quelques résidus méthaphysique du monde dans sa dualité ancien-nouveaux. Pour comprendre le Christ faut comprendre avant tout qui est
l'homme! Nous pouvons avoir un esprit aussi ouvert que l'on pouisse être, que des détails logiques et naturels seront oublier sans la connaissance de Créature-Création. Alors sans le savoir de
l'homme et des hommes refléchis laissant un suport extraordinnaire a travers les âges, comment comprendre la Création en entiére? car l'homme est la "moitié" indivisible de toute la Création,
venant "peut être" d'un Créateur? Qui peut être Jésus pour notre temple intérieure si l'on a pas réussi a le messurer? La lumiére existe, oui elle est formatrice, mais je pense qu'elle est avant
tout pour être ensseigner ou "refleter" ;) Pour comprendre le fils de Myriam, il nous faudrait donner sans cesse aux morts de faim le reste de notre vie, et là peut être la chaleur de cette
energie nous dévoilera la véritable nouriture de notre âme, inch'Allah. La reflexion reste ouverte, a celui qui raisonne.

satorii 28/01/2012 22:37


...merci !

Paloma 28/01/2012 21:53


Un pur...nectar....!


 


J'ai croisé trop brièvement ...Mr Meurois de Givaudan mais, cet échange est présent a qq part en moi...et il a un nom....*ETRE*...!


 


Gratitude Cher Dav pour tout ce que tu m'offres; j'apprécie et ta ...vision d'ensembe....ta pertinence....et ton equilibre...ou la "voie" du milieu !


 


Amourtie.

Dav 28/01/2012 22:43



Merci Paloma...............Amourtiés



Étoile 28/01/2012 20:26


J'ai bien aimé cet entretien; vous devriez continuer à en publier d'autres. Le sujet des annales akashiques m'a toujours intriqué et j'aimerais en savoir plus sur la façon de s'y connecter.
Merci!

Dav 28/01/2012 22:41



Merci je publierai s'ils se présentent bien volontiers!



Nous sommes sociaux !

Articles récents