Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le foetus d'une femme enceinte morte est anormal

Publié par David Jarry - Webmaster sur 24 Janvier 2014, 00:29am

Catégories : #Société

 

Au Texas, une Américaine est maintenue en vie artificiellement en raison de sa grossesse. Mais le foetus souffre de malformations, ont révélé les dernières analyses. Qui, de la famille ou de la loi, aura le dernier mot?

 

Le foetus d'une femme enceinte morte cérébralement mais maintenue en vie artificiellement au Texas (sud), contre l'avis de ses proches, est «distinctement anormal», ont indiqué les avocats de la famille.

 

Marlise Munoz, une femme de 33 ans alors enceinte de 14 semaines, s'était effondrée chez elle en pleine nuit le 26 novembre dernier, victime vraisemblablement d'une embolie pulmonaire alors qu'elle s'était levée pour s'occuper de son fils aîné, âgé de 15 mois.

 

Contre l'avis de la famille

 

La jeune femme, hospitalisée au John Peter Smith (JPS) Hospital de Fort Worth, y avait été prononcée en état de mort cérébrale mais gardée artificiellement en vie car enceinte, comme le veut la loi du Texas.

 

Cependant, les avocats de la famille ont affirmé mercredi soir que les dernières données médicales concernant le foetus n'étaient guère encourageantes: «Selon les derniers examens qui nous ont été fournis, le foetus est distinctement anormal», ont-ils souligné.

 

«Même à ce stade précoce, les extrémités du bas du corps sont déformées à tel point qu'on ne peut déterminer le sexe», précisent les avocats, qui mettent aussi l'accent sur d'autres problèmes.

«C'est triste mais ces informations ne sont pas surprenantes étant donné que le foetus, après avoir été privé d'oxygène durant une période indéterminée (lors de l'embolie de sa mère), est en gestation dans un corps mort en train de se détériorer, tandis que la famille horrifiée ne peut qu'assister à cela dans une détresse et une tristesse absolues», ajoutent les avocats.

 

Pétition lancée

 

Une pétition a été lancée début janvier par Naral, organisation américaine pour le droit à l'avortement. Celle-ci, adressée au ministre de la Justice du Texas, demande que la «décision difficile et pénible» de débrancher Marlise Munoz «soit laissée à la famille». La pétition apporte aussi son «soutien à la décision de la famille de débrancher Marlise, comme elle-même le voulait».

Le très conservateur Texas est l'un des 12 Etats ayant adopté une réglementation stricte obligeant la poursuite du maintien en vie, quelle que soit l'avancée d'une grossesse.

(afp)NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

ummite 24/01/2014 08:56


l'indigence de certains haut fonctionnaires d'état demeure très dangereuse pour les administrés ! que cherche t-il ? à remporter la palme de la fabrication de zombies ? ces gens sont sans aucun doute hypnotisés par les films
de morts-vivants .

Yann 24/01/2014 08:10


C'est écoeurant, qu'ajouter de plus ? Le Texas s'est doté d'une rêglementation "Pro Life" qui va au delà du supportable, basée sur des considérations religieuses et philosophiques de la vie et de
la mort. Au fond ce n'est pas un hasard si c'est aussi l'Etat qui exécute le plus de condamnés, parfois même au mépris des reglementations internationales pourtant ratifiées par le pays.


On y tue coûte que coûte, on y maintient en vie coûte que coûte.

gwendal 24/01/2014 01:55


La décision de l'hopital était la bonne, car elle donne une chance au père biologique de peut-être "tomber amoureux" de son enfant ...en le voyant la première fois


Bien sur, comme cette décision n'est pas celle du père, il ne pourra être obligé de s'occuper de cet enfant s'il survit. L'hopital devra assumer son choix.


J'ai lu ailleurs que le père dit que sa femme et lui avait parlé de ne pas s'acharner en cas de cas désespéré médical pour l'un d'eux. Mais je pense qu'aucun des deux n'avait envisagé que cela
surviendrait pendant une grossesse...


Les choix que l'on fait sont toujours des choix à un moment très précis de notre vie ...et donc de notre compréhension de la vie. Tout ça peut évoluer n'importe quand Alors, l'hopital a bien fait de laisser une chance au père d'aimer cet enfant à naitre.


Personne ne connait encore la fin de cette histoire, alors attendons en espérant le mieux pour chacun

Nous sommes sociaux !

Articles récents