Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Gulf Stream stimulé par un courant océanique africain

Publié par Dav2012 sur 6 Mai 2011, 06:10am

Catégories : #Environnement

 

 

D’après une nouvelle étude publiée dans le journal Nature, le climat mondial pourrait bien être affecté par l’influence d’un courant océanique africain, qui aurait pour effet de stimuler le Gulf Stream et d’apporter en conséquence des eaux chaudes et salées dans le sud Atlantique. Un courant océanique qui coule le long de la côte Est de l’Afrique pourrait renforcer un régime de circulation qui amène de la chaleur à l’Europe, d’après ce qu’indique cette nouvelle étude, remettant en question la science existante du climat.

Les scientifiques ont examiné le Courant des Agulhas et ont découvert que davantage d’eau salée et chaude du courant entrait dans le sud Atlantique, dont les eaux sont plus froides et plus douces. Cela pourrait en retour renforcer le Gulf Stream dans l’Atlantique qui amène des eaux et des températures chaudes dans le nord de l’Europe. Jusqu’à présent, la plupart des études suggéraient que le changement climatique pourrait renforcer le Gulf Stream au cours des décennies à venir.

L’équipe de recherche menée par Lisa Beal de l’Université de Miami a trouvé des signes selon lesquels le changement climatique avait fait augmenter la quantité d’eau se trouvant dans le courant Agulhas et « fuyant » dans l’Atlantique Sud au cours des dernières décennies.

Cela pourrait remettre en cause les découvertes du Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur le Changement Climatique (GIEC). Dans son dernier rapport d’évaluation mondial réalisé en 2007, le groupe indiquait que les modèles climatiques montraient qu’il était très probable que le Gulf Stream, également appelé Circulation Thermohaline, ralentirait au cours du siècle.

La circulation thermohaline est la circulation permanente à grande échelle de l'eau des océans, engendrée par des écarts de température et de salinité des masses d'eau. La salinité et la température ont en effet un impact sur la densité de l'eau de mer. Les eaux refroidies et salées plongent au niveau des hautes latitudes (Norvège, Groenland, etc.) et descendent vers le sud, à des profondeurs comprises entre 1 et 3 km. Elles sont alors réchauffées sous les Tropiques, et remontent à la surface, où elles se refroidissent à nouveau.

Habituellement, seulement une petite quantité du courant Agulhas atteint l’Atlantique après avoir atteint la pointe sud de l’Afrique. Le reste du courant est généralement rejeté dans l’Océan Indien. Mais les données satellites et les mesures des courants océaniques effectuées au cours de l’étude montrent que les choses se passent de manière légèrement différente.

« Cela pourrait signifier que les modèles de prévisions actuelles du GIEC pour le siècle à venir sont faux et qu’il n’y aura pas de refroidissement de l’Atlantique Nord pour compenser en partie les effets du changement climatique mondial au-dessus de l’Amérique du Nord et de l’Europe » a déclaré Lisa Beal.

Le Gulf Stream est conduit par des eaux froides et salées dans le grand nord Atlantique plongeant vers les profondeurs et voyageant vers le sud en direction de l’équateur. Cela conduit un flux d’eau chaude à la surface vers le nord dans le cadre d’un cyclone continu.

Mais des études ont suggéré que le changement climatique pourrait ralentir ou faire stagner le Gulf Stream en faisant augmenter de manière considérable la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, en créant un afflux d’eau froide et douce qui pourrait ainsi dépasser le courant. « A la place, l’augmentation de l’écoulement du courant Agulhas pourrait stabiliser le transport de chaleur océanique par la circulation thermohaline de l’Atlantique » a déclaré Lisa Beal.

Le chercheurs ont découvert des preuves suggérant des pics importants de l’afflux d’eau depuis le courant des Agulhas au cours des 500 000 dernières années qui pourrait avoir provoqué la fin des cycles glaciaires.

Ils ont aussi découvert que le courant s’était réchauffé depuis les année 1960 et qu’un mouvement général vers le sud des eaux plus chaudes de l’Océan Indien avait eu lieu, des modèles qui semblent pertinents et cohérents avec le changement climatique.

« Cette étude montre que les changements locaux dans les conditions atmosphériques et océaniques dans l’Hémisphère Sud peuvent affecter la force de la circulation océanique de manière inattendue » a déclaré Eric Itsweire de la Fondation Nationale de Science, qui a financé la recherche.

 

 

 

Source : Nature

Dav 

 "2012 un nouveau paradigme"

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents