Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Miroir à Deux Faces (courrier des lecteurs)

Publié par Dav sur 28 Avril 2013, 18:15pm

Catégories : #Courrier des lecteurs


Le Miroir à Deux Faces

Aujourd’hui, nous assistons et sommes tous concernés par l’explosion inattendue de la bombe à neutrons, lâchée, à la surprise générale, par Jérôme Cahuzac.

Un déferlement, d’indignations outrées, de jugements cruels, d’insultes déguisées, de vindictes multiples, s’amplifiant au fur et à mesure du déballage de la rumeur certifiée par tous les médias, pour révéler et condamner la haute trahison, apparentée à un crime de laize majesté, d’un homme responsable d’un Ministère d’Etat.

Certes, la faute est grave, dite impardonnable même, de la part d’un haut responsable exerçant la rigueur des finances publiques, prônant haut et fort la transparence et la vertu de l’intégrité. Oui, la faute, provenant d’un déni désolant de responsabilité à ce niveau d’intervention, est d’autant plus grave que, sans hésitation, face à tous et droit dans les yeux, cet homme a continué de mentir de manière effrontée malgré les perches tendues à plusieurs reprises.

Tout cela constitue le décor, le scénario et le casting de la trame de notre réalité factuelle du moment. Mais quels enseignements pouvons-nous tirés de cette situation au-delà de ses apparences dramatiques et désolantes ?

Pour quelles raisons ce « mensonge », si odieux soit-il, déchaîne-t-il autant les passions de tous et jette-t-il avec autant de colère l’opprobre sur cet homme déchu à jamais ?

D’où proviennent donc ces vindictes passionnées et ces violentes colères focalisées sur un seul homme ?

Quelle image ignoble et insupportable, ce mensonge reflète-t-il à travers le miroir que nous offre l’attitude de Jérôme Cahuzac, nous dérange-t-il autant et le condamnons tous avec tant de violence ?

Ce « Mensonge » serait-il le reflet du propre mensonge de chacun d’entre nous, vous savez ces mensonges ou tricheries intimes que nous cachons au fin fond de nous-mêmes et que pour rien au monde nous ne voudrions qu’ils soient dévoilés ?

Que celui qui veut lancer la première pierre se lève et crie haut et fort qu’il peut le faire !

C’est vraisemblablement notre propre courroux et déception de ne pas pouvoir faire face à nous-mêmes, de ne pas trouver le courage de nous reconnaître et nous accepter dans notre entièreté, de ne pas pouvoir exprimer la noblesse de l’intégrité, qui nous plonge et nous enferme dans la spirale du jugement, du déni, du renoncement, de l’abandon et du mensonge.

Là se trouve la source, les racines insidieuses de notre violence et de notre colère à travers notre peur et notre incapacité à nous reconnaître et nous montrer tels que nous sommes en vérité dans la pureté et la transparence de nos forces mais aussi de nos faiblesses ; faiblesses qui perdureront tant que nous les renierons.

Nos mensonges et tricheries collectifs ne résident-ils pas également dans l’image lustrée, honnête, irréprochable, aimable, plébiscitée, adulée etc. que nous voulons à tout prix, même au pire, protéger et proclamer aux regards de nos pairs ?
En provenance de la partie éclairée de notre conscience, ce « mensonge », source d’un état émotionnel souterrain perturbé et instable, ne serait-il pas, au-delà des apparences probantes, la cause d’un profond et sévère désaveu, conscient ou non, reconnu ou non, des aspects sombres de la nature poltronne mais aussi vaniteuse de notre ego, réactivant ainsi la colère et la violence de notre propre déception ?

Chacun, dans l’intimité de sa propre intégrité, peut s’interroger à ce sujet et trouver ses propres réponses, mais posons-nous les bonnes questions…

Sommes-nous tous, citoyens et politiques de toutes tendances, vraiment justes et intègres lorsque nous projetons, avec autant d’acharnement, de violence verbale et de colère, sur un seul homme, la puissance phénoménale du « Mensonge collectif » ?
Sommes-nous tous, citoyens et politiques de toutes tendances, justes et intègres lorsque nous condamnons durement et lapidons un seul homme, certes au nom de la trahison de l’Etat et de la Nation, pour payer le prix de nos propres mensonges et de nos propres trahisons que nous cherchons sans cesse à blanchir ?
Sommes-nous tous, citoyens et politiques de toutes tendances confrontées aussi à des situations similaires, justes, intègres et raisonnables lorsque nous profitons d’une situation grave et cherchons à déstabiliser les Institutions de notre pays, et, au-delà de toute considération indispensable pour l’intérêt général, à satisfaire tout d’abord et à tout prix nos intérêts personnels et partisans ?

Je crois que nous pouvons, au-delà de la sanction appropriée, remercier Jérôme Cahuzac, de porter et d’endosser, malgré lui, l’habit du « Menteur », trahissant les siens, les autres et surtout lui-même, afin que nous prenions conscience tous ensemble de l’impact et des conséquences véritables de nos attitudes et comportements individuels et collectifs sur la nature de notre Réalité. Mais également prendre conscience que chacun contribue, directement ou indirectement, consciemment ou non, à la manifestation des faits actuels ou similaires par l’un ou l’autre d’entre nous ?

Dans ces moments troubles, pourrions-nous faire réellement preuve de compassion pour les acteurs de cette situation mais aussi et surtout pour nous-mêmes, aller au-delà de nos jugements habituels et percevoir le cadeau que nous fait cette situation en introduisant les germes de la paix afin d’aborder le présent de notre futur dans le calme, la confiance et la cohésion ?

Pour faire face non seulement à la crise, qui est un épiphénomène, mais au défi crucial et inéluctable de la transformation systémique urgente de notre civilisation planétaire, le temps n’est-il pas venu de déposer les armes, d’oublier ce cri guerrier révolu de « aux armes citoyens », de nous rassembler et nous unir à l’appel de « aux âmes citoyens », cette partie éclairée de notre conscience, pour faire corps tous ensemble avec notre Humanité, avec notre Famille humaine ?

Le moment, pour nous y mettre tous ensemble, est certainement idéal mais surtout approprié et indispensable car le temps nous est peut-être compté…

Alain Rech, un citoyen ordinaire.
http://coeursallies.unblog.fr

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 12/05/2013 22:46



 



 

gwendal 29/04/2013 00:04


Le miroir d'alain rech ne me concerne pas car je ne ment jamais Ce qui ne veut pas dire qu'il ne peut concerner
d'autres personne (faire de son cas personnel une généralité, est la pire des erreur si on veut vraiment comprendre des choses)...


Ce que je sais, c'est que la vie est beaucoup plus simple en ne mentant pas ...C'est même carrément en opposition totale a mentir et tenter de toujours se rappeler quelles conneries on a pu dire
et à qui... J'ai expérimenté le mensonge (tout léger) à l'adolescence, et ben, c'était pas cool du tout


Ca, c'est pour les faits... Quant aux convictions: bah on peut mentir de bonne foi ...mais avec de la chance çà ne dure
pas très longtemps

beep beep 28/04/2013 22:47


cette lettre et vraiment extraordinaire, et fini avec un message porteur d'espoir et fait souflé un vent de liberter, mais je vois qu'il n' y a que la haine qui habite l'humain en ce moment,
parfois j'ai vraiment l'impression d'être un extra-terrestre... 

Nous sommes sociaux !

Articles récents