Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le mystère du zapping des rayons cosmiques au Pôle Sud...

Publié par Dav2012 sur 6 Mai 2011, 23:00pm

Catégories : #Soleil

6a00d8341bf7f753ef014e883ecad0970d-500wi.jpg

  Depuis l'étoile à Neutrons de la Supernova de Vela?

 

Le zapping des rayons cosmiques sur la Terre au dessus du pôle Sud semble provenir d'un endroit bien particulier plutôt que d'être distribué uniformément à travers le ciel.

"Les points chauds" des rayons cosmiques ont aussi été vus dans le ciel du Nord mais il n'y a aucune source assez proche pour produire cet étrange patterne.

"Nous ne savons pas d'où ils viennent " nous explique Stefan Westerhoff, de l'Université du Wisconsin, qui utilise l'Observatoire de neutrinos IceCube au pôle Sud, avec une équipe de collègues pour créer la carte la plus complète à ce jour de la direction de l'arrivée des rayons cosmiques dans le ciel du Sud.

 

IceCube détecte les muons produits par les neutrinos percutant la glace, mais il détecte aussi les muons créés par les rayons cosmiques frappant l'atmosphère terrestre. Ces rayons cosmiques muons peuvent servir à découvrir la direction des particules de rayons cosmiques originelles

De mai 2009 à mai 2010, IceCube a détecté 32 milliards de muons cosmiques , avec une énergie médiane d'environ 20 teraelectronvolts (TeV). Ces muons ont révélé, avec une précision statistique extrêmement élevée, un ciel austral dont certaines régions ont les rayons cosmiques en excès ("points chauds") et d'autres avec un déficit de rayons cosmiques («points froids »).

 

Au cours des deux dernières années, un pattern similaire a été vu dans le ciel du Nord par l'Observatoire Milagro à Los Alamos, au Nouveau-Mexique et le tableau douche l'air du Tibet dans la Yangbajain.

 

Le mystère rend perplexe parce que les points chauds doivent être produits dans un environnement de 0,03 années-lumière de la terre. En outre, les champs magnétiques galactiques devraient détourner les particules tellement que les points chauds devraient maculer le ciel. Mais aucune de ces sources n'est connue pour exister.

 

Un des points chauds observés par IceCube pointe dans la direction des restes de la supernova de Vela, une source possible de rayons cosmiques, mais c' est presque à 1 000 années-lumière.

La source de la supernova se stiue à quelque 800 années-lumière de distance dans la constellation du Sud, Vela.

Le pulsar Vela,découvert par les astronomes de l'Université de Sydney, en 1968, a été la première preuve d'observation directe que les supernovas forment des étoiles à neutrons.

 

Cette étonnante image en provenance de l' observatoire spatial en rayons-X Chandra est centrée sur le pulsar de Vela -- le coeur stellaire effondré au sein des restes de la supernova de Vela.

Le pulsar Vela est une étoile à neutron. Plus massive que le Soleil, il a la densité d'un noyau atomique. D'environ 20 km de diamètre, il tourne 10 fois par seconde tandis qu'il avance à travers le nuage de débris de la supernova. Les particules électriques du pulsar et son champ magnétique accélèrent les particules jusqu'à une vitesse proche de celle de la lumière, augmentant la puissance de l'émission de la nébuleuse compacte en rayons-X révélée sur l'image de Chandra.

Le pulsar Vela (et les restes associés de la supernova) a été créé par une étoile massive qui a explosé il y a plus de 10 000 ans.

Les rayons cosmiques venant de ces grandes distances sont constamment ballottés et déviés par des champs magnétiques galactiques sur leur route et perdent donc toute direction au moment où ils atteignent la terre. En d'autres termes, ces rayons cosmiques longue distance devrait apparaître dans toutes les régions du ciel.

Milagro a aussi vu des points chauds qui semblent provenir de sources exagérément éloignées. Comme explication, Felix Aharonian de Dublin Institute for Advanced Studies in Ireland et ses collègues ont suggéré qu'il pourrait y avoir un « tube » des lignes de champ magnétique qui s'étend entre la source et notre système solaire, les rayons cosmiques s'y déversant en entonnoir. Cependant, Aharonian admet que la théorie est hautement spéculative.

 

D'autres ont proposé qu'un phénomène local appelé reconnexion magnétique – - dans laquelle les lignes de champ magnétique solaire croissent et se réorganisent, convertissant l'énergie magnétique en énergie cinétique – - pourrait être à l'origine des accélérations locales des rayons cosmiques à énergies dans la gamme TeV et leur transmission vers la Terre, créant les points chauds observés. « Il suppose que nous avons un Tevatron du système solaire, » dit Aharonian, se référant à l'accélérateur de particules au Fermilab à Batavia, Illinois. « C'est fou, mais c'est au moins moins fou que d'autres explications. »

 

Source: article original en anglais depuis "la presse galactique"

Traduction française: David Jarry  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

Isis 10/05/2011 17:15



 merci pour ces infos ...



Isis 08/05/2011 13:36



 bon ... jai rien compris ! mais j ai plutôt.... l impression qu ils nagent tous dans la semoule pour nous balader na ?



Dav 08/05/2011 18:18



En fait Isis pour prendre un raccourci des rayons cosmiques atteignent la Terre dont l'origine est inconnue et ne la frappent pas de façon uniforme mais en des points particuliers de la planète!


On ne connait pas encore les effets qu'ils peuvent avoir; il se passe beaucoup de choses dans l'espace et avec le soleil..........Amitiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents