Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Scoop des Virus Pandémiques Génétiquement Modifiés ?

Publié par David Jarry - Webmaster sur 5 Janvier 2014, 20:18pm

Catégories : #Santé

Des vaccins pour répondre à des menaces fabriquées de toutes pièces  

 Laborantin.jpg

 

La chose qui a préoccupé les défenseurs de la sécurité des vaccins, semble bien avoir été confirmée ! Il s’agit du génie scientifique ou de la modification génétique des virus, plus spécialement les virus de la grippe, en vue de les rendre mortels, davantage mortels ou transférables d’une espèce à l’autre. Cette recherche à la Frankenstein qui est de notoriété publique inquiète tous ceux qui, à juste titre, en craignent les conséquences. On peut se demander si le virus de la soi-disant grippe porcine pandémique H1N1 n’était pas un produit du génie génétique.

 

En octobre 2013, la Société Européenne de Virologie (ESV) a envoyé une lettre de 5 pages [1] au Président de la Commission européenne avec quatre exemplaires en copie à divers fonctionnaires de la Commission européenne au sujet du travail d’un chercheur Ron Fouchier concernant le virus de la grippe H5N1, dont le groupe de recherche  a « montré que quelques mutations pouvaient rendre le virus aviaire H5N1, transmissible par aérosol parmi les furets qui sont utilisés comme modèles de mammifères pour étudier le potentiel de propagation de souches pandémiques de la grippe ». En outre, les travaux de Yoshihiro (université du Wisconsin)  traitant de sujets similaires ont également été mentionnés.

 

La question clé semble être :

 

La Conseil consultatif national des sciences des Etats-Unis pour la biosécurité (NSABB) a, en un premier temps, recommandé que ces études ne soient pas publiées parce que leurs résultats pourraient être utilisés pour transformer le virus H5N1 en arme biologique. Toutefois, en mars 2012, le NSABB a modifié sa décision et s’est déclaré en faveur de la publication des documents, en conformité avec l’avis donné un mois plus tôt par des experts internationaux de la grippe qui s’étaient réunis suite à l’invitation de l’Organisation Mondiale de la Santé [1] (Souligné par l’auteur de l’article)

 

L’auteur de l’article se croit vraiment contraint de se demander si tout ceci n’est tout simplement pas de la modification et du génie génétique ? Le génie génétique et la « technologie » des modifications génétiques ne seraient-ils pas devenus les nouveaux dieux de la science ; ces nouveaux dieux qui créent des organismes qui n’existent pas dans la nature et qui sont destinés à être brevetés pour des intérêts particuliers de ceux qui se servent du principe de la dialectique hégélienne : « Problème – Réaction - Solution » ?

 

Voici comment ce principe fonctionne apparemment

 

Le problème est causé par les modifications génétiques auxquelles a recours la recherche scientifique humaine mais dont la Nature ne veut pas.

 

La réaction est la peur et l’indignation de la société (ou la science) qui cherche et appelle désespérément au secours. Mais la science, elle, possède la solution dans sa poche arrière, alors que Big Pharma n’est  que trop heureux de se sentir obligé de créer -  un vaccin. Vous voyez un peu maintenant comment  apparemment les choses fonctionnent ? Tout ceci pourrait-il expliquer l’impulsion, la dynamique qui permettra la création de quelque 300 nouveaux vaccins qui sont actuellement dans le pipe-line de l’industrie ? Et l’injection de ces vaccins va-t-elle être rendue obligatoire pour tout le monde, par le HHS, le CDC, la FDA des Etats-Unis ? Allons-nous, sous peine de poursuites judiciaires, être obligés de recevoir chaque jour un vaccin parce que la technologie a perdu le sens du collectif en créant des virus pandémiques ? Et que dire des vaccins administrés via des drones, comme le propose Bill Gates ? Quand la science et la technologie vont-elles finalement maîtriser leurs penchants à inventer des solutions meurtrières.

 

La manipulation génétique des virus va-t-elle ressembler à ce qui s’est passé au début du 20ème siècle lorsque des médecins ont sauvagement utilisé des enfants comme cobayes humains dans des orphelinats d’Etat à New-York, en Pennsylvanie et ailleurs pour faire avancer ce que sont devenues ces nouvelles sciences de l’« eugénisme » et de la vaccinologie ?

 

A l’origine, et selon ceux qui l’ont perpétué, comme Charles Benedict Davenport, «  Le leader eugéniste d’Amérique », l’eugénisme a voulu l’amélioration du génome humain en s’efforçant d’empêcher les anomalies congénitales. Cette horrible période de la science médicale est racontée dans un ouvrage de 2013 : « Contre leur Volonté, L’Histoire Secrète de l’Expérimentation Médicale sur des Enfants au cours de la Guerre Froide en Amérique. » Il est grand temps qu’à l’échelle du monde, les consommateurs de soins de Santé se réveillent enfin et s’interrogent par rapport à ce qui se passe en médecine.

 

Bien que la lettre de la Société Européenne de Virologie (ESV) concerne les licences sur les travaux de recherche, l’auteur du présent article ne se sent pas du tout concernée par ce problème. Ce qui pour elle est d’une importance primordiale est le bricolage délibéré des virus dans le but de leur faire exécuter des choses qu’ils n’auraient jamais faites s’ils n’avaient pas été manipulés par la technologie, en particulier au nom de la science et de la recherche. Selon l’auteur de cet article, le fait de délibérément créer des agents biologiques létaux ou des virus pathogènes dans le but de nuire ou de tuer des animaux ou des humains pour quelque raison que ce soit (qui ont généralement trait au contrôle et à l’intérêt financier), ne peut être considéré que comme crime contre l’humanité.

 

Il s’agit de prendre conscience de ce qui s’est passé avec la recherche de Fouchier (selon la lettre envoyée à la Société Européenne de Virologie (ESV) :

Le virus H5N1 a été transformé en un agent pathogène transmissible par aérosol !

En outre, cette lettre parle de 90 virus ou microorganismes qui peuvent provoquer des maladies chez les humains, les animaux et les plantes. Les rêves de ces chercheurs en ingénierie génétique pourront ainsi devenir réalité pour leur plus grande gloire et un maximum de profits - mais vraisemblablement au prix d’une immense souffrance humaine.

 

 

Une organisation bioterroriste ( à condition qu’elle dispose des installations) pourrait fabriquer des armes plus puissantes (la variole ou la toxine botulinique) uniquement par une approche de la biologie qui exploiterait les données déjà existantes dans le domaine public sans devoir recourir à la création de virus fantaisistes mutants. [1]

 

Le bioterrorisme existe. Se pourrait-il que la chose soit rendue possible parce que la science promeut la recherche en génie génétique ? Y avez-vous déjà pensé ? L’humanité, y compris les scientifiques qui s’occupent de ces technologies doivent impérativement évaluer où nous mènent ces technologies parce que la civilisation peut être détruite, soit par accident, par inadvertance ou cafouillis scientifique, ou peut-être par volonté délibérée. Cela s’est apparemment déjà passé. Et comme la civilisation est un continuum, les textes anciens nous montrent que nous devrions considérer la chose avec le plus grand sérieux.

 

Actuellement, nous vivons un cauchemar technologique. Pour n’en prendre qu’un exemple : la fission nucléaire qui a été utilisée depuis les années 1950 (et la crise actuelle avec les réacteurs de Fukushima), alors que personne ne sait comment gérer les déchets et les sous-produits meurtriers !

 

Vérifiez par vous-même ce que dit « Fairewinds Energy Education » à propos de Fukushima : http://fairewinds.org/tag/fukushima-daiichi/ (en anglais)

 

L’auteur souhaiterait donner son point de vue par rapport à ce qui est dit dans le résumé de la lettre adressée à l’ESV :

 

De nombreux progrès de la science peuvent être utilisés à mauvais escient. On peut donc considérer que la recherche puisse être « à double usage », avec des applications potentiellement positives comme négatives. Cela signifie que nous devons soigneusement prendre en compte les avantages de ces recherches comme les risques qui lui sont liés, comme c’est notamment le cas dans cette étude spécifique sur le virus H5N1.

 

Bien que le virus de la grippe ait été le seul sujet de discussion à ce jour, le problème concerne aussi la recherche sur de nombreux virus pathogènes, des champignons et des bactéries qui se trouvent sur cette liste de dangereux agents pathogènes.

 

Les virus sont très répandus dans la biosphère ; ils sont capables d’infecter les humains, les animaux et les plantes. Ce sont des parasites intracellulaires obligés et par définition, potentiellement pathogènes, surtout quand ils acquièrent la possibilité de passer de leur hôte habituel à un nouvel hôte et ainsi devenir capable de se reproduire efficacement dans de nouvelles espèces (comme c’est la cas pour le virus pandémique de la grippe). […]

 

Au cours de la pandémie de 2009, on s’est aperçu que le virus isolé chez des patients aux Etats-Unis  était composé d’éléments génétiques provenant de quatre virus différents de la grippe – la grippe porcine nord américaine, la grippe aviaire nord américaine, la grippe humaine et du virus de la grippe porcine typiquement trouvé en Asie et en Europe – une mixture bâtarde inhabituelle de séquences génétiques. Cette nouvelle souche semble être le résultat d’un réassortiment de virus humains et de virus de la grippe porcine et ce, dans les quatre souches différentes du sous-type H1N1. [2]

 

On peut se demander comment les différentes souches de sous-types d’éléments génétiques du virus de la grippe provenant de trois sites mondiaux différents pourraient se recombiner en quelque chose de nouveau. Par magie ? Pour être plus réaliste, on pourrait supposer que les choses auraient pu se passer avec l’aide d’un chercheur dans un laboratoire ! Pareil réassortiment de souches de la grippe, en particulier quand ces souches proviennent des quatre coins du monde  et de différentes espèces semble vraiment tiré par les cheveux surtout qu’il s’agit à la fois des virus de la grippe humaine, aviaire et porcine. Ce genre de sauts génétiques multi-tâches ne se produit pas très facilement dans la nature. Ceci nous fait évidemment penser à un autre canard vaccinal tout aussi contestable : les vaccins multivalents qui seraient actifs contre plusieurs maladies grâce à une seule injection ( ex. DTC, ROR). Il est humainement impossible pour quiconque d’être exposé à – et de contracter – 3, 6, 9 maladies différentes à la fois – cela ne peut tout simplement pas se passer où que ce soit sur la terre ! Pourtant, la science vaccinale nous dit  qu’un nourrisson ou un bébé doit être vacciné avec 3, 6, 9 principes actifs (valences) de vaccins en une seule fois, soumettant ainsi le système immunitaire à un stress énorme (monstrueux) pour pouvoir créer des réponses antigéniques à chacune des maladies. C’est là ce que la pharmacologie et la médecine considèrent comme étant « l’immunité » créée par les vaccins.

 

En substance, le corps de l’enfant et son système immunitaire doivent créer simultanément de multiples réponses antigéniques à toutes ces maladies. Ceci ne peut se produire ni dans la vie ordinaire ni dans la nature, sauf à la suite d’ inoculations vaccinales. Le corps de la plupart des enfants ne peut efficacement assumer toutes ces tâches et tout particulièrement en ce qui concerne la détoxification des toxines apportées par les vaccins. D’où les réactions indésirables (effets secondaires) qui peuvent être mineures ou parfois catastrophiques,  [ A ce sujet, lire l’information des notices en ce qui concerne les réactions, les contre-indications, comme aussi les rapports du VAERS] Un parfait exemple de réaction aux vaccins : les cris et pleurs des enfants qui durent parfois des jours entiers et que les médecins considèrent comme étant des réactions normales.

 

Les lecteurs peuvent-ils commencer à comprendre pourquoi les vaccins ne peuvent pas être considérés comme étant sans danger ? En outre, il convient de savoir que tous les ingrédients des vaccins n’ont pas été testés quant à leurs potentiels cancérogène, tératogène, à leur innocuité, à de possibles problèmes de fertilité comme il est précisé sans vergogne sur les notices de vaccins.

 

Des problèmes similaires peuvent et vont sans doute se produire  à la suite des dangereux virus pandémiques de la grippe  créés par l’homme, de même aussi qu’avec l’utilisation d’adjuvants de plus en plus puissants qui peuvent inclure des nanoparticules. Ces nanoparticules seront probablement introduites dans de nouveaux vaccins pour produire les réponses immunitaires souhaitées aux nouveaux vaccins.

 

Ces nouvelles menaces concernant la santé pourraient ne pas devenir réalité SI la science et la technologie n’étaient pas aussi pressées de faire breveter de nouveaux organismes permettant ensuite à Big Pharma d’apporter ses remèdes vaccinaux. Ne serait-ce pas là la solution finale au « problème – réaction – solution », ce fameux mécanisme de contrôle qui a été utilisé de manière spectaculaire, semble-t-il, depuis le début du 21ème siècle ? […]

 
Notes:
[1]http://www.eusv.eu/pdf/ESV%20letter%20on%20Gain%20of%20function_GOF_research%20in%20Virology.pdf
[2]http://en.wikipedia.org/wiki/Influenza_A_virus_subtype_H1N1
Resources:
A. H5N1 Researcher Continues Legal Battle http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/38182/title/H5N1-Researcher-Continues-Legal-Battle/
B. Bird Flu Experiments Proposed http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/36912/title/Bird-Flu-Experiments-Proposed/
C. Opinion: The Fatality Burden http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/38651/title/Opinion--The-Fatality-Burden/
D. Scientists call for urgent talks on mutant-flu research in Europe http://www.nature.com/news/scientists-call-for-urgent-talks-on-mutant-flu-research-in-europe-1.14429

http://www.activistpost.com/2014/01/whats-scoop-on-genetically-engineered.html

 

Catherine Frompovich, janvier 2014

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

vercingetorix 05/01/2014 23:16


Voila les veritables nazi, des criminels sans pareils,ceux la sont a eliminer immediatement en leur faisant bouffer leurs merdes :tien ça c'est a dire au


petit valls que la il devrait faire son boulot au lieu de combattre des quenelles.

Nous sommes sociaux !

Articles récents