Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le soleil est il responsable des changements climatiques?

Publié par Dav sur 2 Octobre 2011, 14:54pm

Catégories : #Soleil

Réchauffement climatique : le Soleil en cause ?

© Pierre Auger Observatory

N’en déplaise aux climatosceptiques, les données recueillies à ce jour montrent que la part du Soleil dans le réchauffement actuel est négligeable. Mais les mécanismes internes de notre étoile sont encore largement incompris.

Et si c’était lui ? Dans le contexte du réchauffement actuel de la Terre, le Soleil est régulièrement pointé du doigt. Certains scientifiques dits « climatosceptiques », se demandent notamment si les variations de sa luminosité n’expliqueraient pas l’élévation de température observée depuis un siècle.

Que le rayonnement solaire influence notre climat, nul n’en doute. La question est toutefois de savoir dans quelles proportions. Selon les conclusions du dernier rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), publié en 2007, il apparaît que la composante solaire dans le réchauffement est très minoritaire. De l’ordre de 10 % d’après une publication récente.

Lutte idéologique

Pourquoi une telle polémique dans ce cas ? A n’en pas douter, les enjeux socio-économiques tendent à transformer ce débat scientifique complexe en une lutte idéologique médiatisée, occultant la faiblesse de certains raisonnements. Mais il faut bien admettre que la mesure des variations de l’activité du Soleil n’est pas une mince affaire.

En fusionnant les données d’au moins six expériences spatiales, trois équipes concurrentes, suisse, belge et américaine, ont par exemple obtenu trois reconstitutions de l’éclairement solaire différentes ! Chaque instrument ayant sa propre dérive, et chaque équipe sa façon de la corriger.

En outre, les premières mesures systématiques du rayonnement solaire n’ont débuté qu’en 1978, avec les premières missions spatiales conçues dans ce but. A plus long terme, sur quelques siècles, la reconstruction de l’histoire de l’éclairement solaire est plus difficile, et passe par des indicateurs indirects. Ce sont entre autres les isotopes cosmogéniques, ces atomes comme le carbone-14, le béryllium-10 ou le chlore-36, dont la production dans l’atmophère dépend du champ magnétique du Soleil et du champ magnétique d’origine interne de la Terre.

Rôle des ultraviolets

Mais l’éclairement du Soleil n’est pas le seul paramètre à analyser. Il faut en effet prendre en compte toute la subtilité du spectre lumineux du Soleil. Les rayons ultraviolets, par exemple, ionisent la haute atmosphère, entraînent la production d’ozone dans la stratosphère et provoquent des réactions chimiques elles-mêmes productrices de chaleur. Pour autant, on ne sait pas encore quantifier ces effets au niveau du sol.

Une autre voie consiste à comprendre l’origine des fluctuations de notre étoile. Certes, la connaissance du Soleil a énormément avancé, en particulier grâce au satellite européen SOHO, mais aucun modèle standard n’est pour l’heure capable de générer de lui-même le cycle d’activité solaire de onze ans et ses taches, ni la variation de 0,1 % du rayonnement observée.

Ce constat reflète également un autre écueil. Jusqu’ici, la modélisation du Soleil a en effet été réalisée par deux communautés d’astrophysiciens qui n’interagissaient pas du tout. D’un côté ceux qui font appel à un modèle fondé sur la production et la propagation de l’énergie. De l’autre, ceux qui cherchent à comprendre les phénomènes de surface liés aux fluctuations du champ magnétique externe. Or les deux approches ont besoin l’une de l’autre.

D’ici cinq ans, nous devrions toutefois être en mesure d’ajuster les modèles grâce aux prochaines expériences spatiales. En attendant, la communauté scientifique ne pourra pas vraiment quantifier toute l’influence du Soleil sur la Terre et prétendre la prédire. Il y a donc urgence à fournir ces informations pour faire taire les discours simplistes et conservateurs.

 

RFI / La Recherche

Dav  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

Ace 02/10/2011 20:48



Bonsoir.


Comment en serait-il autrement que le soleil influence beaucoup de chose sur la terre. On nous parles des cycles de taches solaire. Mais se sont certainement des centaines de cycles qui ce
chevauche au fil du temps, mais nous en connaissons rien sauf celui des taches pour le moment, pas assez de récule. Qui pour info, on déjà beaucoup d'incidence sur les cultures. Par exemple,
l'Inde, c'est aperçu qu'entre chaque minimum et maximum du cycle. Il a beaucoup de différence dans les quantités récoltées. Ainsi que des grosses et de petites moussons. Ils sont remontés
jusqu'en 1910 et ils se sont aperçu que cela correspondait au cycle que l'on connait des taches solaire. Et tout ceux qui prétende que celui-ci n'est pour rien dans tout ça. Il faut simplement
leur montré une échelle des masses du système solaire et ils verront bien que la terre n'est qu'une tête d'épingle à côté de la masse du soleil. Un simple sursaut de celui-ci et tout change. 1
000 000 un millions de fois la terre, en volume, rien de moins. Je dirais même que l'on a pas encore pris conscience de ce qu'est le soleil. Celui-ci sera d'ailleurs, la seul source d'énergie
pour le future, si l'homme doit rester ici. Parce qu'au rythme où l'on consomme ce qui se trouve sur la terre. Tout forme d'énergie connue et future, ne sera assez pour l'homme d'ici dix mille
ans. D'ailleurs ceux qui disent que le solaire ne produit pas d'énergie la nuit, OK. Moi je leur réponds que la terre est face au soleil 24h sur 24h et que c'est les régions au soleil qui
éclairerons ceux se trouvant dans la nuit est ainsi de suite. Une sorte d'internet de l'énergie. Fantastique non. Encore une chose qui peux avoir sont importance. Ne serions-nous pas une simple
expérience au milieu de tout ça. ABE. Ace



Dav 02/10/2011 20:50



Merci pour ton partage! amitiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents