Vendredi 16 octobre 2009 5 16 /10 /Oct /2009 10:34

  090125

2008 a connu le niveau le plus bas en ce qui concerne la qualité de propagation des ondes radio.
La cause principale: le soleil et son manque d'activité cyclique.


En effet, le soleil et son activité a un impact direct sur notre planète et plus particulièrement sur son ionosphère.
En résumé, au plus l'ionosphère de la terre est ionisée, au plus les ondes radio émises depuis la surface se réfléchissent en altitude et parcourent ainsi de longues distances par ricochets successifs.


A partir de janvier 2009, le soleil est entré dans son cycle 24, ce qui veut dire que la fréquence des éruptions solaires va aller en augmentation et ce jusqu'en 2013 où le cycle 24 reprendra à nouveau une pente descendante pour atteindre un nouveau minimum aux alentours de 2018.

Les éruptions solaires sont équivalentes à de gigantesques explosions nucléaires qui se passent à la surface du soleil. Sous la pression, ces explosions génèrent d'énormes quantités d'émissions d'ondes à haute énergie qui rencontrent les champs magnétiques naturels de notre planète après un voyage d'environ 150 millions de kilomètres (1 unité astronomique). L'effet visuel de ces émissions est l'apparition d'aurores boréales, le plus souvent dans les régions nordiques. Bien qu'ayant été déviés dans leur grande majorité par le champ magnétique terrestre, une infime partie du vent solaire réussit malgré tout à traverser la protection magnétique terrestre pour entrer en contact avec notre ionosphère, augmentant ainsi le niveau d'ionisation de celle-ci, et ce pour le plus grand bonheur des radioamateurs DX'eurs.

Toutefois, si "un peu" de vent solaire est bénéfique à la propagation des ondes radio, un excès de celui-ci peut provoquer bien d'autres désagréments. En effet, si une trop grande quantité de vents solaires venait à atteindre la terre (lors d'un pic d'éruptions solaires par exemple, ou orages géomagnétiques), les champs magnétiques terrestres (magnétosphère) ne seraient probablement plus suffisants que pour détourner ces vents solaires et la majorité des rayons à haute énergie viendrait s'écraser sur la surface de la terre, causant un grave problème pour la santé (rayons ionisants) mais également provoquant de graves dysfonctionnements de certains appareils électroniques sensibles.


La couche D, la plus basse, est située entre 50 et 80 Km d'altitude. Cette couche permet de réfléchir les fréquences inférieures à 10 MHz et atteint généralement son potentiel de réflexion maximal vers 21 heures. Malheureusement, cette couche disparaît rapidement lorsque le soleil n'est plus présent, sa charge énergétique disparaissant rapidement une fois la nuit venue.


Vient ensuite la couche E. Celle-ci se situe entre 100 et 125 Km d'altitude et se comporte de la même manière que la couche D. Il peut arriver toutefois que la couche E puisse réfléchir des transmissions VHF.
En journée, les couches F1 et F2 constituent ce que l'on appelle la couche F durant la nuit car elles fusionnent lorsque le soleil n'est pas présent. Contrairement aux couches D et E, les couches F ne disparaissent pas durant la nuit et continuent à réfléchir les ondes radio.


En journée, la couche F1-F2 réfléchit les hautes fréquences pour ne plus réfléchir que les fréquences jusqu'à 10 ou 15 MHz pendant la nuit.

Si les spots, ou petites éruptions solaires entretiennent le bon fonctionnement de réflecteur des couches ionosphériques, les grosses explosions (orages magnétiques) auront pour effet d'augmenter la perméabilité radio des différentes couches ainsi que de provoquer de nombreux parasites. Diminuant d'autant les possibilités de DX.

Sur certains sites spécialisés, vous pourrez consulter la valeur de certains indices liés à la propagation. Il s'agit des indices A et K.

L'indice A est une moyenne sur 24 heures des conditions géomagnétiques. Cet indice peut varier entre 0 et 400 mais sa valeur moyenne se situe entre 4 et 50. Au plus faible est cet indice, meilleure sera la propagation HF.
L'indice K nous informe des conditions sur les trois dernières heures. Les valeurs se situent entre 0 et 9. Ici aussi, au plus faible est la valeur, meilleure sera la propagation.

 

Les premiers touchés: les satellites. Ensuite, tout appareillage électronique moderne cesserait de fonctionner à cause des surtensions internes induites par les énormes flux magnétiques solaires. Seuls les appareils à tubes seraient épargnés.

L'ionosphère et la grande amie des DX'eurs bien que celle-ci soit capricieuse. En effet, en fonction du niveau d'ensoleillement de celle-ci, l'ionosphère pourra réfléchir les ondes vers la terre ou au contraire les "absorber, rendant ainsi les communications longue distances difficiles.

L'ionosphère comporte quatre couches principales.

 

 David Jarry ©2013

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés