Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le trou dans la couche d’ozone à un niveau record sur l’Arctique

Publié par Dav2012 sur 5 Avril 2011, 21:02pm

Catégories : #Environnement

 

La fragile couche d’ozone a perdu environ 40% dans cette région entre le début de l’hiver et la fin du mois de mars.

 La destruction de la couche d’ozone, qui protège des effets nocifs du rayonnement ultraviolet, a atteint des records au-dessus de l’Arctique à cause de substances nocives pour ce gaz dans l’atmosphère et d’un hiver très froid, rapporte mardi l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

La fragile couche d’ozone a perdu environ 40% dans cette région entre le début de l’hiver et la fin du mois de mars, observe l’agence onusienne dans un communiqué. Le précédent record était une perte d’environ 30% sur tout un hiver.

Cette déperdition est due à « la persistance dans l’atmosphère de substances nocives pour ce gaz » et à « un hiver très froid au niveau de la stratosphère, deuxième grande couche de l’atmosphère terrestre située juste au-dessus de la troposphère », note l’OMM.

Cette déperdition s’est produite malgré l’adoption en 1987 du Protocole de Montréal qui a « permis de réduire considérablement la production et la consommation de substances destructrices d’ozone », souligne l’organisation. Mais en raison de la durée de vie plutôt longue de ces composés dans l’atmosphère, « il faudra atteindre plusieurs dizaines d’années avant que leurs concentrations reviennent aux niveaux d’avant 1980, objectif fixé dans le protocole ».

« La stratosphère arctique demeure exposée à l’action destructrice des agents » nocifs pour l’ozone, mais « le degré de destruction de l’ozone auquel on assiste au cours d’un hiver donné dépend des conditions météorologiques », a souligné le secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud. « La raréfaction de l’ozone constatée cette année montre que nous devons rester vigilants et suivre de près la situation dans l’Arctique ces prochaines années ».

Nouvelobs.com – AP

 

Habituellement, «trou» dans la couche d’ozone rime avec Antarctique. Mais cette année, les conditions météorologiques très rigoureuses pendant l’hiver boréal ont provoqué une destruction record de l’ozone stratosphérique en Arctique, annoncent des chercheurs du CNRS.

 

Chlore et brome

L’ozone de la stratosphère, située entre 12 et 50 km au-dessus de nos têtes, nous protège des rayonnements ultra-violets du Soleil. Les rejets de produits contenant du chlore et du brome ont entraîné la destruction de l’ozone dans les régions polaires, particulièrement au pôle sud. Le protocole de Montréal soigné en 1987 a permis de retirer progressivement ces produits, mais il faut plusieurs décennies pour éliminer les composants destructeurs d’ozone dans l’atmosphère.

Destruction au printemps

L’Arctique est moins touché que l’Antarctique par la destruction de l’ozone pour une raison simple : les températures hivernales descendent moins bas. Or c’est lorsque le thermomètre chute en-dessous de -80°C que des composés actifs –des atomes de chlore et de brome- se forment dans les nuages stratosphériques. Sous l’effet des rayons du Soleil au printemps, ces atomes réagissent avec l’ozone et la détruisent.

 

 

Distribution du contenu total d’ozone mesurée par l’instrument IASI à bord du satellite MetOp, pour les périodes du 18 au 20 mars et du 26 au 28 mars 2011. Les couleurs jaunes à rouges indiquent les régions de fortes concentrations d’ozone, les couleurs bleues celles de concentrations deux fois plus basses. Les structures grises sont des nuages. (© M. George, LATMOS)

C’est ainsi la destruction de l’ozone stratosphérique atteignait 40% fin mars en Arctique, d’après les relevés et les simulations des chercheurs du Laboratoire atmosphère, milieux et observations spatiales (LATMOS/ CNRS/UVSQ/UPMC), qui disposent de stations de mesure et de systèmes d’observations de l’ozone en Arctique. De nouvelles études sont déployées sur le terrain pour mieux saisir ce phénomène aux proportions exceptionnelles.

C.D.


Sciences et Avenir.fr

Dav "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents