Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les 9 erreurs d'analyse les plus courantes sur le FN

Publié par David Jarry - Webmaster sur 25 Mars 2014, 13:04pm

Catégories : #Société

Les 9 erreurs d'analyse les plus courantes sur le FN

Triomphe du FN aux municipales, avènement du tripartisme, parti de la désespérance... Analyse de toutes ces idées fausses sur le Front national qu'il faudrait relativiser.

Détrompez-vous

Publié le 25 mars 2014
 
Le FN n'est vraiment compétitif que dans une partie du sud-est de la France et dans certaines régions désindustrialisées.

Le FN n'est vraiment compétitif que dans une partie du sud-est de la France et dans certaines régions désindustrialisées. Crédit Reuters

1. Ces municipales sont un triomphe pour le FN 

 

Les médias, une bonne part de la classe politique qui s’inquiète et les responsables du FN eux-mêmes, Marine Le Pen la première, qui jubilent ont tendance à présenter ce premier tour des élections municipales comme un "triomphe pour le FN". Cela reste une exagération. Le FN gagne au premier tour (et encore d'extrême justesse) une mairie en tout et pour tout (Hénin-Beaumont). Les grands partis font bien mieux, surtout pour cette élection quand ils se situent à droite ou au centre-droit. La droite prend au premier tour un peu moins d'une trentaine de villes sur la gauche au sens large. La liste des réélections dans les grandes largeurs de leaders de droite est trop longue pour qu'on la rappelle ici. Il faut saluer tout de même l'exploit d'Alain Juppé à Bordeaux (60% des voix). A Marseille, Jean-Claude Gaudin, dont on pouvait vraiment penser qu'il tentait l'élection de trop, arrive très largement en tête avec 38%, loin devant le FN (23%) et devant le PS (21%). Le très vénérable Parti Radical (le plus vieux parti de France) est même capable avec Jérôme Baloge d'emporter Niort, un bastion socialiste s'il en est, au premier tour. L'arbre d'Hénin-Beaumont ne doit donc pas occulter le tableau plus général. Le FN est certes présent dans l'ensemble de la France, il va provoquer beaucoup de triangulaires, mais il n'est vraiment compétitif à la fin que dans une partie du sud-est de la France et dans certaines régions désindustrialisées (ou en voie de finir de l'être) du nord de la Loire. On verra au soir du second tour à quel point le FN, fondé pourtant en 1972, reste un parti disposant de peu de mairies, par rapport à ces géants de l'emprise territoriale que sont les partis traditionnels.


2. Il s'agit d'une victoire idéologique pour le FN

Il y a certes une progression partout en France du vote pour le FN, ce qui pourrait laisser penser à une conversion idéologique des Français, mais il faut faire aussi attention que le FN connait de très bons résultats dans certaines parties du sud de la France (par exemple le département du Var) ou dans certaines configurations urbaines bien typées du Nord du pays (comme justement Hénin-Beaumont ou Forbach). L'aspect périphérique du vote FN reste frappant comme aux élections précédentes. Il faudrait peut-être dire alors que le FN connait une victoire idéologique uniquement dans certains lieux bien précis, de fait, du point de vue de ses adversaires, c'est à la fois rassurant en ce qu'il y est confiné et inquiétant au sens où il va ainsi avoir l'occasion de s'enraciner, de créer à terme une contre-société. 
 
 

3. Le FN est un parti fasciste

Les diagnostics qu'on peut voir ici ou là selon lequel les bons résultats du FN témoigneraient d'un retour du fascisme que ce parti incarnerait sont erronés. Si l'on ne peut nier que ce parti se situe à l'extrême droite de l'échiquier politique français, l'utilisation du terme de fascisme à propos du FN ne correspond pas à grand chose. La victoire mutilée dont se plaignaient les fascistes italiens de 1919-1922, les aspirations à la grandeur impériale de l'Italie dans les années 1930, l'antisémitisme d'Etat de l'Italie d'après 1938, les rancœurs des combattants de la cause perdue de la République de Salo (1943-45), qu'est-ce que cela a à voir avec le FN français des années 2010 ? Pas grand chose, sinon la flamme du symbole du FN qui s'inspire de celle des néo-fasciste du "Mouvement social italien" (MSI) des années 1946-1995. Plus généralement, les conditions historiques qui ont produit le phénomène fasciste au sens large en Europe entre 1890 et 1940 et qui n'a pas épargné la France n'ont rien à voir avec la situation de l'Europe d'aujourd'hui, en particulier parce que le fascisme historique se conçoit entre autres comme une contre-attaque contre un mouvement ouvrier alors sur la pente ascendante, mouvement organisé par les syndicats de la classe ouvrière, les socialistes et les communistes. Aujourd'hui, le FN prétend venir au secours des classes populaires, des ouvriers, des petits, des sans-grade, comme aurait dit Jean-Marie Le Pen, alors même que ces derniers voient leur poids politique diminuer d'année en année dans la société française et européenne en voie de désindustrialisation. L'ambiance est pour le moins un peu différente. Hénin-Beaumont en 1936 n'est pas Hénin-Beaumont en 2014. Pour ne pas parler de l'idéalisme nationaliste d'alors, dont les échos d'aujourd'hui font plutôt pâle figure. 


4. Le FN est le parti de la désespérance

 

Assimiler le FN au parti de la désespérance parait plutôt rapide et simpliste. En effet, les gens vraiment désespérés ou marginalisés au sens strict du terme ne vont sans doute pas beaucoup voter, ils font plutôt partie des abstentionnistes permanents qui ne participent pas à la vie électorale du pays, parce qu'ils sont trop en marge de la société française ou du monde du travail pour le faire. Pour voter, il faut disposer d'un minimum de ressources sociales. Au contraire, comme tous les partis d'ailleurs, le FN mobilise des électeurs qui ont encore envie d'aller voter, donc qui croient que cela sert à quelque chose, qui ne sont pas désespérés ou marginalisés au sens strict du terme, qui ont encore quelque chose à défendre. 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/9-erreurs-analyse-plus-courantes-fn-christophe-bouillaud-1021253.html#fZJkJCETXrmc25t0.99

 Le FN n'est vraiment compétitif que dans une partie du sud-est de la France et dans certaines régions désindustrialisées.

 

1. Ces municipales sont un triomphe pour le FN

 

Les médias, une bonne part de la classe politique qui s’inquiète et les responsables du FN eux-mêmes, Marine Le Pen la première, qui jubilent ont tendance à présenter ce premier tour des élections municipales comme un "triomphe pour le FN". Cela reste une exagération. Le FN gagne au premier tour (et encore d'extrême justesse) une mairie en tout et pour tout (Hénin-Beaumont). Les grands partis font bien mieux, surtout pour cette élection quand ils se situent à droite ou au centre-droit. La droite prend au premier tour un peu moins d'une trentaine de villes sur la gauche au sens large. La liste des réélections dans les grandes largeurs de leaders de droite est trop longue pour qu'on la rappelle ici. Il faut saluer tout de même l'exploit d'Alain Juppé à Bordeaux (60% des voix). A Marseille, Jean-Claude Gaudin, dont on pouvait vraiment penser qu'il tentait l'élection de trop, arrive très largement en tête avec 38%, loin devant le FN (23%) et devant le PS (21%). Le très vénérable Parti Radical (le plus vieux parti de France) est même capable avec Jérôme Baloge d'emporter Niort, un bastion socialiste s'il en est, au premier tour. L'arbre d'Hénin-Beaumont ne doit donc pas occulter le tableau plus général. Le FN est certes présent dans l'ensemble de la France, il va provoquer beaucoup de triangulaires, mais il n'est vraiment compétitif à la fin que dans une partie du sud-est de la France et dans certaines régions désindustrialisées (ou en voie de finir de l'être) du nord de la Loire. On verra au soir du second tour à quel point le FN, fondé pourtant en 1972, reste un parti disposant de peu de mairies, par rapport à ces géants de l'emprise territoriale que sont les partis traditionnels.

 

 

2. Il s'agit d'une victoire idéologique pour le FN

 

Il y a certes une progression partout en France du vote pour le FN, ce qui pourrait laisser penser à une conversion idéologique des Français, mais il faut faire aussi attention que le FN connait de très bons résultats dans certaines parties du sud de la France (par exemple le département du Var) ou dans certaines configurations urbaines bien typées du Nord du pays (comme justement Hénin-Beaumont ou Forbach). L'aspect périphérique du vote FN reste frappant comme aux élections précédentes. Il faudrait peut-être dire alors que le FN connait une victoire idéologique uniquement dans certains lieux bien précis, de fait, du point de vue de ses adversaires, c'est à la fois rassurant en ce qu'il y est confiné et inquiétant au sens où il va ainsi avoir l'occasion de s'enraciner, de créer à terme une contre-société.

 

 

 

3. Le FN est un parti fasciste

 

Les diagnostics qu'on peut voir ici ou là selon lequel les bons résultats du FN témoigneraient d'un retour du fascisme que ce parti incarnerait sont erronés. Si l'on ne peut nier que ce parti se situe à l'extrême droite de l'échiquier politique français, l'utilisation du terme de fascisme à propos du FN ne correspond pas à grand chose. La victoire mutilée dont se plaignaient les fascistes italiens de 1919-1922, les aspirations à la grandeur impériale de l'Italie dans les années 1930, l'antisémitisme d'Etat de l'Italie d'après 1938, les rancœurs des combattants de la cause perdue de la République de Salo (1943-45), qu'est-ce que cela a à voir avec le FN français des années 2010 ? Pas grand chose, sinon la flamme du symbole du FN qui s'inspire de celle des néo-fasciste du "Mouvement social italien" (MSI) des années 1946-1995. Plus généralement, les conditions historiques qui ont produit le phénomène fasciste au sens large en Europe entre 1890 et 1940 et qui n'a pas épargné la France n'ont rien à voir avec la situation de l'Europe d'aujourd'hui, en particulier parce que le fascisme historique se conçoit entre autres comme une contre-attaque contre un mouvement ouvrier alors sur la pente ascendante, mouvement organisé par les syndicats de la classe ouvrière, les socialistes et les communistes. Aujourd'hui, le FN prétend venir au secours des classes populaires, des ouvriers, des petits, des sans-grade, comme aurait dit Jean-Marie Le Pen, alors même que ces derniers voient leur poids politique diminuer d'année en année dans la société française et européenne en voie de désindustrialisation. L'ambiance est pour le moins un peu différente. Hénin-Beaumont en 1936 n'est pas Hénin-Beaumont en 2014. Pour ne pas parler de l'idéalisme nationaliste d'alors, dont les échos d'aujourd'hui font plutôt pâle figure.

 

 

4. Le FN est le parti de la désespérance

 

Assimiler le FN au parti de la désespérance parait plutôt rapide et simpliste. En effet, les gens vraiment désespérés ou marginalisés au sens strict du terme ne vont sans doute pas beaucoup voter, ils font plutôt partie des abstentionnistes permanents qui ne participent pas à la vie électorale du pays, parce qu'ils sont trop en marge de la société française ou du monde du travail pour le faire. Pour voter, il faut disposer d'un minimum de ressources sociales. Au contraire, comme tous les partis d'ailleurs, le FN mobilise des électeurs qui ont encore envie d'aller voter, donc qui croient que cela sert à quelque chose, qui ne sont pas désespérés ou marginalisés au sens strict du terme, qui ont encore quelque chose à défendre.

 

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/9-erreurs-analyse-plus-courantes-fn-christophe-bouillaud-1021253.html#fZJkJCETXrmc25t0.99

 

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

garv 28/03/2014 10:45


" Le front national est le seul parti qui prône le retour à la peine de mort : pensez-y !!!


Martine "


Pour un exces de Vitesse ou pour un meurtrier multi recidiviste ?

nours77 28/03/2014 10:42


Tout cela me laisse complètement indifférent, enfin mettre plus bas que terre un parti que représente quelques Français est quand même très représentatif de notre belle démocratie, comme le
système a l'Assemblée nationale non proportionnelle... J'étais abstentionniste et je le reste, le vote blanc publicitaire et inutile ne m'intéresse pas, comme s'ils allaient changer les
participants car il y a eu suffisamment de vote blanc, (extrême droite, droite, centre, vert, gauche, extrême gauche, ce sont les mêmes, ils sortent des mêmes écoles, habitent dans le même
quartier, travaillent ensemble, vont dans les mêmes clubs le soir... ils sont tous ami d'enfance, contre nous bien sûr, riche contre pauvre la vrai discrimination est là, le reste s'est divisé
pour régner !), tant que leurs spectacles politiques feront des entrées, ils continueront, extrême droite inclue.

christian 27/03/2014 19:45


Dans quelques semaines tous les guignols qui ont voté P S descendrons dans la rue pour manifester contre les nouveaux impots ,tout cela me fais bien rigoler-----

martine 27/03/2014 00:12


Le front national est le seul parti qui prône le retour à la peine de mort : pensez-y !!!


Martine

bertrand 26/03/2014 09:02


suis OK , avec les temoignages precedents,notre politique me fait honte,et livre notre pays a l'europe et pire maitenant aux americains qui se marrent (traité transatlantique) que le zorro
mondial de l'elysée s'empresse de signer sans concertation avec son peuple,sachant que ce dernier n'en veux pas:on nous refait le coup de mastrich, de shungen,de lisbonne (le peuple n'a plus le
droit a la parole;c'est comme ça que nous sommes dans l'arbitraire le plus fou et qu'on conduits les peuples dans des guerres: voila les fous qui sont au pouvoir.....moi j'en veux plus, je veux
vivre et ne leur donne plus aucun pouvoir;c'est fini.....on va essayer avec le FN,c'est pour l'instant la seule alternative qui nous reste...


je vote FN......................

ummite 26/03/2014 08:31


les seuls partis fasciste que je connais , sont là depuis 1973 à aujourd'hui . la loi du 3 janvier 1973 , le
raprochement familail , le traité de maastricht , l'installation des réseaux anti français  la licra ,le cran , etc..etc.. par mitterrand


ensuite ces partis ont pris une proportion gigantesque avec mitterrand pour gagner en degré avec sarkozy et son viol sur le traité de lisbonne sous l'indiférence des français .


le FN : pour le moment , on n'en sais rien pûisqu'il n'a jamis gouverné le pays .


mais les français , un rien leurs fait peur , ils sont comme les chats , toujours prêt pour la fuite en avant . alors pensez donc un nouvel arrivant : le FN cet inconnu des minous qui pourrait amener une meilleur galette  vous y pensez
pas une seconde

gwendal 26/03/2014 01:07


L'UMPS a la trouille que le FN "prenne" un bon nombre de Mairies, car les magouilles des uns (UMP) et des autres (PS), si habitués à se
blanchir/couvrir mutuellement, apparaitront alors au grand jour: employés municipaux qui travaillent dans des propriétés privées, dépenses sans
compter (pas de colonne "désendettement" dans les bilans...), bitume tout neuf devant les domiciles des Maires et Conseillers municipaux, accords de marchés juteux aux entreprises des amis
des élus, pots de vins, surfacturations des rond-points, pistonage d'emploi généralisé pour la famille et les amis des élus, etc


Plus le FN aura de Mairies, et plus les citoyens seront dégoutés de l'UMPS...


On n'a pas fini de se marrer ...ça commence tout juste!


Puisque les médias parlent maintenant ouvertement de l'homosexualité (Tiens, pourquoi maintenant au fait? Ha oui, il est élu...et l'homosexualité ne serait pas bien quand c'est un élu
FN....) du nouveau Maire de Hénin-beaumont, j'en profite pour faire remarquer que, manifestement, les électeurs FN ne sont pas anti-homos...

bernard 25/03/2014 22:16


la gauche comme la droite sont des partis despotes ils ont fait la preuve depuis le temps de leur incompetence,irresponsabilit",manipulation,mensonges ;les faits sont la quoiqu'on dise c'est la
politique du pire et le peuple est exangue par une politique qui se veut du pire sous des raisonements de sophistes ; alors pour l'instant y a pas d'autres partis que celui du FN et c'est le
moins pire :apres on verra.d'ailleurs il fait tellement peur aux PS et UMP que ces 2 apres moultes injures et invectives ( ne savent faire que ça et taxer les francais) que ces 2partis font
alliance dans le seul but de pas perdre leur place,parce qu'ils savent que fera mieux qu'eux et qu'il ecoutera les francais,que la souveraineté sera redonnée au peuple de france et plus de
liberté et moins de taxes ;alors on peut dire ce qu'on veut mais les faits sont la,c'est pourquoi il y aura de + en + de votes FN .


 

toto 25/03/2014 22:06


Si le FN a et aura peu de Mairies, néanmoins de nombreux membres arrivent dans les conseils municipaux, ce qui est plutôt nouveau.

Nous sommes sociaux !

Articles récents