Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les éruptions volcaniques permettraient de refroidir la planète

Publié par Dav sur 7 Mars 2013, 07:19am

Catégories : #Climat

 
 
Les éruptions des volcans et les émissions de dioxyde de soufre qui en découlent joueraient un rôle de climatiseur pour notre planète

Des scientifiques américains ont découvert que les volcans ont un impact sur le climat mondial bien plus important qu’on ne l’imaginait jusqu’alors. Ils joueraient en effet un véritable rôle de climatiseurs.

Alors que le réchauffement climatique préoccupe de plus en plus les scientifiques, des études ont observé que les températures du globe s'étaient stabilisées ces dernières années. Un phénomène qui reste mystérieux mais dont l'origine serait liée à plusieurs facteurs. Or, Ryan Neely, un scientifique de l'université du Colorado et ses collègues auraient réussi à en confirmer un plutôt inattendu : les volcans.

 

En effet, dans l'étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters, ils expliquent comment les volcans jouent un rôle bien plus important qu'on ne l'avait pensé jusqu'ici : selon eux, ces monts éruptifs auraient purement et simplement annulé une partie du réchauffement climatique de ces dernières années, en jouant un rôle de véritables climatiseurs. C'est en cherchant des indices pour expliquer pourquoi la Terre ne s'était pas autant réchauffé que prévu entre 2000 et 2010 qu'ils sont parvenus à cette conclusion.

 

Des émissions de soufre d'origine industrielle ou volcanique ?

 

Dans un communiqué de l'université, Ryan Neely explique qu’une partie des émissions de dioxyde de soufre s’élève au-dessus de la surface de la Terre, jusque dans la stratosphère, où des réactions chimiques font apparaître des particules d’acide sulfurique et de l’eau qui réfléchissent les rayons du soleil. Ceci a alors le pouvoir de rafraichir la planète. D'après le chercheur, ce phénomène aurait contrebalancé de 25% les émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, son origine restait floue.

D'après l'Environmental Protection Agency des Etats-Unis, la plus grosse source d'émissions de dioxyde de souffre est la combustion de carburant fossile dans les centrales (73%) et d'autres installations industrielles (20%). D'autres émissions plus minoritaires proviennent elles des trains, bateaux et autres procédés industriels. Or, une étude menée par la NOAA avait conclu que l'Inde et la Chine était à l'origine d'une hausse importante des émissions entre 2000 et 2010 tandis qu'une autre réalisée par la NASA avait mis en évidence le rôle des éruptions volcaniques même modérées.

C'est donc pour trancher sur la question que Neely et ses collègues se sont penchés sur le sujet. A l'aide de modèles informatiques climatiques, les chercheurs sont parvenus à séparer les émissions dues à la pollution en Asie et celles liées à des éruptions volcanique modérées. Ils ont ainsi constaté que la contribution des volcans était plus importante. Notre étude "disculpe l'Asie y compris la Chine et l'Inde. Elle pointe du doigt le fait que les émissions des petits et moyens volcans sont la cause du ralentissement du réchauffement de la planète", a expliqué Neely cité par ScienceWorldReport.

 

Un nouveau facteur pour mieux comprendre le climat

 

Mais si les petits et moyens interviennent, que dire des grands volcans ? "Ils peuvent avoir un effet significativement plus important", a indiqué Brian Toon du département des sciences atmosphériques et océaniques. En effet, lorsque, par exemple, le Mont Pinatubo est entré en éruption en 1991 aux Philippines, il a rejeté des tonnes de dioxyde de souffre dans l’atmosphère et le rafraîchissement qui en a résulté a duré plusieurs années.

Aussi, le scientifique a estimé que les résultats de cette étude doivent inciter les scientifiques qui tentent de comprendre les changements climatiques de la Terre, "à accorder plus d'attention aux effets des petites et moyennes éruptions volcaniques". Toutefois, les chercheurs ont souligné que leurs résultats ne pouvaient être étendus pour conclure à un ralentissement durable du réchauffement climatique. En effet, si l'activité volcanique diminue au cours des prochaines années, l'importance de son impact ne sera nécessairement plus la même.

Cette découverte peut donc permettre de mieux évaluer les changements climatiques mais ne doit pas faire oublier les autres facteurs. "Ces éruptions ne vont pas réduire l'effet de serre. Les émissions volcaniques augmentent ou diminuent, en provoquant un refroidissement ou un réchauffement de la planète. Les émissions de gaz à effet de serre provenant de l'activité humaine, elles, ne cessent de croître", a ainsi rappelé Brian Toon.

 

 Emmanuel Perrin

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 07/05/2013 19:17


 


Trois volcans se réveillent en quelques jours


 


 


Alaska


 





 


 


Le volcan Cleveland situé en Alaska s’est réveillé avec trois explosions qui ont libéré
un panache de cendres, de vapeur et de gaz, sous une importante route aérienne qui relie l’Amérique du Nord à l’Asie, ont annoncé des scientifiques américains.


 


Les explosions qui ont retenti sur le volcan Cleveland, libérant un panache de fumée ininterrompu jusqu’à 4 500
mètres d’altitude, ne sont cependant pas assez puissantes pour menacer directement le trafic aérien, ont précisé les
experts.


Mais l’incident a poussé les autorités de l’aviation civile américaine à dévier par
précaution certains vols plus au nord du volcan, a déclaré Rick
Wessels, géophysicien à l’institut américain de recherche géologique (USGS).
« Sur la base des signes que nous pouvons observer, nous pensons qu’il y a en ce moment une éruption permanente », a-t-il déclaré.
Le volcan Cleveland se situe sur une île non habitée à environ 1 500 kilomètres au sud-ouest d’Anchorage, la ville la plus peuplée de cet État américain.


sott.net


 


 


Philippines


 





 


Un des volcans philippins les plus actifs est entré en éruption mardi, avec l’émission dans
le ciel d’une gigantesque colonne de cendres, alors que des habitants et des touristes se trouvaient sur ses pentes, ont indiqué les autorités, qui évoquent la mort probable d’au moins cinq
personnes.


Les responsables locaux ont fait état d’une vingtaine de guides et de touristes, dont des
étrangers, sur les pentes du Mont Mayon lorsqu’il est entré en éruption, a indiqué Eduardo del Rosario, directeur du Conseil de gestion des catastrophes naturelles.


Info complète sur 7sur7.be


 


 


Sibérie


 





 


Le volcan Chiveloutch au Kamtchatka (presqu’île située à l’extrême est de la Sibérie) a
éjecté des cendres à une altitude allant de 4 à 6 kilomètres, informe ITAR-TASS.


Il ne présente aucun danger pour la population, affirment les spécialistes. Plusieurs
secousses ont été enregistrées sur le volcan ce lundi, a déclaré un responsable du département local du Service géophysique de l’Académie des sciences de Russie.


Elles ont pu éventuellement être accompagnées d’émissions de matières volcaniques. Ces
dernières n’étaient pas visibles, étant donné que la montagne se cache dans d’épais nuages.


Le Chiveloutch est le volcan en activité le plus septentrional de la presqu’île du
Kamtchatka. Il dresse son imposant cratère à 3.283 mètres.


Ce géant est l'une des constructions volcaniques les plus monumentales du Kamtchatka. La
localité la plus proche - Klioutchi, qui compte environ 5.000 habitants - est située à une cinquantaine de kilomètres du pied de la montagne. Le volcan est observé en permanence par des
spécialistes. Le Chiveloutch s'est réveillé en septembre 1980. Il y a deux autres volcans en activité au Kamtchatka, le Ploski Tolbatchik et le Kizimen. D'après les experts, ils ne représentent
pas de danger pour la population

Nous sommes sociaux !

Articles récents