Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les Français opposés à l’élevage intensif

Publié par David Jarry - Webmaster sur 30 Janvier 2014, 18:01pm

Catégories : #Société

Si l’élevage intensif est encore la norme en France, un sondage montre que les Français, qui aiment manger de la viande, y restent pourtant majoritairement opposés. La lutte s’organise même pour s’opposer concrètement à des projets intensifs particulièrement spectaculaires ….

elevage-intensif-ban

L’élevage intensif, majoritaire en France

 

elevage-intensif-lapins

  • 80% des poules pondeuses vivent en cage et ne voient jamais la lumière du jour,
  • 82% des poulets sont élevés dans des bâtiments clos et grandissent en accéléré,
  • 90% des cochons vivent enfermés dans des bâtiments en béton,
  • 99% des lapins sont élevés en batterie, sans litière.

Ainsi, loin du cliché du berger et son troupeau, l’élevage français est souvent synonyme d’effet de serre, de gaspillage, de risques sanitaires et de souffrance animale.

Des contrôles encore rares

 

porcs-elevage intensif

 

Si la traçabilité de la viande est parfois limitée, les normes de protection animale, elles, sont globalement le cadet des soucis quand on examine les contrôles des élevages.

Les sanctions sont rares, donc l’animal reste un produit comme un autre.

 

90% des Français opposés à l’élevage intensif

 

elevage-intensif-cochons-02

 

Le paradoxe veut qu’un sondage montre que les Français sont globalement contre ces pratiques. L’étude, réalisée auprès d’un panel représentatif de la société en février 2013, montre que :

  • 84% des personnes interrogées pensent que le Salon International de l’Agriculture ne rend pas fidèlement compte des conditions d’élevage en France ,
  • 90% sont opposées aux élevages d’animaux dans des bâtiments confinés.

 

L’élevage intensif, un modèle pourtant encouragé

 

Le sondage a été mené pour le compte de l’association L214, dont la porte-parole Brigitte Gothière commente sur le site :

« Ce sondage ne fait que confirmer une évidence : la majorité des Français est opposée à l’élevage industriel pourtant pratiqué à 80% en France. Le gouvernement, loin d’en tenir compte, encourage ce modèle agricole et tolère les infractions à la réglementation avec une complaisance alarmante.« 

 

Un exemple d’action : les 1000 vaches, une opposition ferme à un projet d’élevage intensif

 

elevage-intensif-cochons

 

Ce sondage montre aussi que 91% des personnes interrogées s’opposent au projet d’un élevage de 1000 vaches et 750 veaux et génisses, qui serait installé au coeur de la Somme.

Un exploitant local souhaitait en effet créer une ferme-usine, avec pour couronner le tout un méthaniseur. Une première en France qui a fait bondir les associations et particuliers concernés par cette cause.

Ils se sont regroupés au sein du comité Novissen, arguant que le projet « met en péril la santé, la sécurité, l’environnement, l’emploi, qui pose la question de la condition animale« .

Pour protester, Novissen a organisé une manifestation le 3 mars 2013 à Paris devant le Salon de l’agriculture afin de montrer leur opposition à l’élevage industriel et dénoncer un marché hypocrites, où les produits issus de l’élevage intensif sont subventionnés notamment par des fonds publics.

Comme le soulignait Brigitte Gothière, « Si les produits de l’élevage industriel sont bon marché, c’est parce que le coût colossal de ses nuisances est supporté notamment par les contribuables au travers des subventions, des coûts liés à la dépollution ou à la santé publique.« 

 

Plus d’infos sur Novissen : http://www.novissen.com/Pages/default.aspx /

 

Une lutte de pouvoir à Drucat

 

A la suite de l’annonce, un mouvement a donc été mis en place contre le promoteur du projet, Ramery. Une pétition a vu le jour, ainsi que plusieurs actions, si bien que des représentants du mouvement ont été reçus par le chef de cabinet de Cécile Duflot et elle-même.

 

farines-animales-ban-vache

 

La lutte acharnée pendant deux ans a payé, puisque l’Etat leur a donné raison, ordonnant à Ramery de démonter tous les bâtiments non conformes au permis initial. Avec comme possibilité de demander un nouveau permis de construire plus tard. La lutte a donc continué, afin de faire monter la pression jusqu’à l’abandon total du projet, vu par les associations comme un univers où « la souffrance animale est banalisée« , sans parler des conditions environnementales et sociales.

La ferme-usine des 1000 vaches est stoppée… …jusque quand ?

En janvier 2014, nouveau rebondissement.

Suite à une forte mobilisation, la ferme-usine des 1000 vaches ne sera pas construite. La décision a été confirmée par le préfet de la Somme et la ministre de l’Aménagement du territoire, Cécile Duflot, qui a de nouveau reçu la Confédération paysane et Novissen.Cette fois, des moyens légaux ont permis au projet d’être stoppé.

Il n’en reste pas moins que l’industrialisation de l’agriculture est toujours une réalité et que d’autres projets comme celui des 1000 vaches pourraient voir le jour, à moins qu’un dispositif législatif plus précis ne soit instauré. Ce que fera, espérons, la Loi d’avenir pour l’agriculture dans le futur, afin de développer l’agroécologie.

 

Source : consoGlobe

- NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

gwendal 31/01/2014 02:05


Le nom de l'association est très bien choisi, car il prouve que les gros élevages sont illégaux!


Voici l'article L214-1 du code rural (source: legifrance.gouv.fr):


"Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son
espèce."


En plus l'article L214 reconnait donc que "Tout animal étant un être sensible..." Merci pour eux

Nous sommes sociaux !

Articles récents