Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les nouveaux anticoagulants oraux plus dangereux que les anciens

Publié par Rédaction sur 28 Novembre 2013, 07:31am

Catégories : #Santé

La Haute autorité de santé, l’Assurance Maladie et l’Agence de sécurité du médicament ont lancé mercredi un message d’alerte concernant les nouveaux coagulants oraux (NACO). Elles demandent aux médecins de prescrire en priorité l’anti-vitamine K, le plus ancien des coagulants et d’éviter les nouveaux traitements.

 

maxnewsworldthree333648

 

Les médecins ne doivent pas céder à la mode des nouveaux anticoagulants oraux (Naco). Le message délivré conjointement ce mercredi par la Haute autorité de Santé, l’Assurance Maladie et l’Agence de sécurité du médicament est clair : les praticiens doivent prescrire en priorité les traitements les plus anciens. Le professeur Gilles Bouvenot de la Haute Autorité de Santé a précisé que « le traitement de l’anti-vitamine K est le traitement de référence« .

Aujourd’hui, une personne sur deux qui entre dans un traitement anticoagulant se voit prescrire ces nouveaux traitements apparus en 2008 : Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban). Ils soignent les personnes qui souffrent de fibrillation auriculaire (trouble du rythme cardiaque).

 

De sérieux inconvénients avec les Naco

Les nouveaux anticoagulants oraux présentent des inconvénients : ils demandent une surveillance régulière du fonctionnement des reins, ils sont très sensibles aux interactions médicamenteuses. Enfin, contrairement aux anti-vitamines K qui sont dosés selon la réaction du patient, les nouveaux anticoagulants oraux sont donnés à des doses standards.

Les médicaments Pradaxa, Xarelto et Eliquis ont fait l’objet d’une alerte des autorités sanitaires en septembre dernier car ils peuvent entraîner de graves hémorragies. Les familles de quatre personnes sous Pradaxa, décédées début 2013, ont porté plainte contre Boehringer Ingelheim, le laboratoire allemand qui commercialise le médicament. L’Agence national du médicament avait alors demandé aux patients de ne pas arrêter la prise de l’anticoagulant sans avis médical.

 

France Info

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

 

Commenter cet article

gwendal 29/11/2013 00:31


Une amie de ma mère prend du "pradaxa" et à chaque fois que je la vois (4 à 6 fois par mois) je lui suggère de demander à son médecin de revenir à un médicament plus ancien ...sans succès pour
l'instant.


Il faut dire qu'avec un des anciens elle a fait une émoragie interne il y a plus d'1 an et ne s'est pas encore remise (énorme anémie): elle marchait très bien (et conduisait, avait une vie tout à
fait normale) et maintenant elle traine ses pieds de 20cm en 20cm en s'aidant de 2 cannes...


J'ai beau lui dire que si elle avait une émoragie avec le "pradaxa" elle ne survivrait pas, sa "mésaventure" d'avec un médicament d'ancienne génération fait un blocage net.


Avec cet article, j'ai enfin de bonnes chances de la faire changer d'avis ...surtout quand elle mettra cet article
sous le nez de son médecin traitant lors de sa prochaine visite à domicile... 


Elle sait aussi que je l'ai averti avec des jours (ou des semaines) d'avance sur des problèmes de médicaments qu'elle avait en traitement ...et ils ont tous été changés après ...enfin, tous sauf celui qui a faillit la tuer il y a plus d'1 an... (celui-là, je ne l'avais pas vu venir...)

Nous sommes sociaux !

Articles récents