Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les supervolcans ont livré un de leurs secrets en laboratoire

Publié par David Jarry - Webmaster sur 6 Janvier 2014, 13:28pm

Catégories : #Changements terrestres

Les conditions extrêmes régnant dans la chambre magmatique d’un supervolcan sont-elles suffisantes pour déclencher leur explosion ? Pour le savoir, des chercheurs les ont recréées en laboratoire. Dorénavant, nous connaissons mieux les mécanismes impliqués dans les catastrophes naturelles les plus dramatiques sur Terre, à l'exception des chutes de météorite géante. Ainsi, l’éruption d’un supervolcan ne nécessite pas de facteur déclenchant externe.

 

L'appareillage utilisé sur une ligne de lumière de l'ESRF. Sur la gauche se trouve la presse appelée Paris-Édimbourg ; les échantillons de roche sont placés au centre de la presse à des pressions allant jusqu'à 36.000 atmosphères puis chauffés avec un four résistif à des températures de plus de 1.700 °C. © Blascha Faust, ESRFL'appareillage utilisé sur une ligne de lumière de l'ESRF. Sur la gauche se trouve la presse appelée Paris-Édimbourg ; les échantillons de roche sont placés au centre de la presse à des pressions allant jusqu'à 36.000 atmosphères puis chauffés avec un four résistif à des températures de plus de 1.700 °C. © Blascha Faust, ESRF

 

C'est une éruption de supervolcan, voilà 600.000 ans dans le Wyoming, aux États-Unis, qui a créé le cratère gigantesque, appelé caldera, au centre duquel se trouve aujourd'hui le parc national de Yellowstone. Quand le volcan a explosé, il a éjecté plus de 1.000 km3 de cendres et de lave dans l'atmosphère, 100 fois plus que l'éruption du mont Pinatubo aux Philippines en 1992. Les grosses éruptions volcaniques ont un impact majeur sur le climat de la planète. L'éruption du Pinatubo a fait décroître la température du globe de 0,4 °C pendant plusieurs mois. Pour un supervolcan, la chute de température pourrait être de 10 °C pendant 10 ans.

Selon un rapport de la Société géologique de Londres, en 2005, « même la science-fiction ne peut imaginer un mécanisme crédible qui permettrait d'éviter l'éruption d'un supervolcan. Nous devons cependant essayer de comprendre les mécanismes impliqués dans les superéruptions et prédire la catastrophe suffisamment à l'avance pour que la société en soit avertie. La préparation est le seul moyen de limiter les effets désastreux d'une superéruption. »

Les mécanismes qui provoquent les éruptions de supervolcans sont restés obscurs jusqu'à maintenant. Ils sont bien différents des phénomènes éruptifs observés dans les volcans conventionnels tels que le mont Pinatubo. Un supervolcan possède une chambre magmatique qui est toujours située dans une zone où le flux thermique en provenance du centre de la Terre est très élevé. De ce fait, elle est beaucoup plus grande et chaude, mais aussi déformable : sa forme change en fonction de la pression au fur et à mesure qu'elle se remplit de magma chaud. Cette plasticité permet à la pression de se dissiper plus efficacement que dans un volcan normal, dont la chambre magmatique est plus rigide. C'est pour cette raison que les supervolcans n'explosent pas souvent.

CNRS

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

 

Commenter cet article

ummite 06/01/2014 13:43


exceptè l'analyse des frémissements anté sismique , il sera toujours impossible de prévoir l' importance dévastatrice
d'un volcan : sauf bien entendu d'y faire demeurer un témoin au dessus de son lit de lave .


la lave se comporte en rivière souterraine  , il suffit qu'un obstacle important pour la faire dévier , monter , mais aussi de l'espace pouvant contenir la pression , aussi l'épaisseur de la
carapace qui la contient .

Nous sommes sociaux !

Articles récents