Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les tempêtes solaires pourraient être plus perturbatrices dans quelques décennies

Publié par Dav sur 12 Septembre 2011, 10:54am

Catégories : #Soleil

Les tempêtes solaires peuvent être plus puissantes à des moments où l'activité solaire est médiocre.

 

G-Energie-Solaire-Definition-types-et-utilisationsDans des décennies, les tempêtes solaires seront susceptibles de devenir plus perturbatrices pour les avions et engins spatiaux, affirment des chercheurs de l'Université de Reading.

Les travaux, publiés dans le "Geophysical Research Letters", prédisent qu'une fois que le soleil est entré dans une ère de faible activité , les rayonnements atteignant la Terre sont plus dangereux.

L'équipe affirme que le Soleil est actuellement dans "un grand maximum solaire".

Cette phase a commencé dans les années 1920 - et a duré tout au long de l'ère spatiale.

 

Mike Lockwood, professeur de physique à l'étude de l'environnement spatial, a déclaré: «Tout porte à croire que le soleil va bientôt sortir d'un grand maximum solaire qui a persisté depuis avant le début de l'ère spatiale.

«Dans un grand maximum solaire, les pics du cycle solaire de 11 ans sont plus grands et le nombre moyen d'éruptions solaires et des événements associés, tels que les éjections de masse coronale sont plus nombreux.

"D'autre part dans un grand minimum solaire il n'y a presque pas de taches solaires pendant plusieurs décennies. La dernière fois que cela est arrivé, durant le minimum de Maunder, était entre environ 1650 et 1700."

La recherche indique que la plupart des radiations frappent la Terre pendant les périodes de faible activité solaire. L'augmentation des rayonnements est un problème particulier pour l'aviation et la communication - une technologie qui n'existait pas la dernière fois où le soleil est sorti de son cycle " grand maximum".

 

Les données des carottes de glace

 

La recherche est basée sur des données provenant de carottes de glace et de troncs d'arbres datant de 10.000 ans.

L'équipe a mesuré les niveaux de nitrates et les isotopes cosmogéniques, qui entrent dans notre atmosphère et se déposent dans la glace et la matière organique.

Le Professeur Lockwood a déclaré à BBC News: «Vous pouvez conclure de par la concentration en nitrates dans les nappes glaciaires, qu'il y a eu un événement solaire où au moins une activité a été plus médiocre que celles auxquelles nous avons été habitués..

«Nous avons utilisé ces données pour démontrer qu'une combinaison malheureuse de conditions solaires arrive dans notre direction dans les prochaines décennies.

 

"C'est juste une question de savoir comment ce rayonnement peut être bien pire et combien de temps il durera.

La plupart des radiations perturbatrices sont des particules énergétiques solaires, qui sont emportés par par les éjections de masse coronale, ou les tempêtes solaires, qui explosent à la surface du Soleil.

L'évidence semble indiquer que même s'il y a moins de tempêtes solaires, une fois que le soleil sort de son grand maximum, elles sont plus puissantes, plus rapides et donc susceptibles de transporter plus de particules.

Une baisse de l'activité solaire permet aussi à plus de rayonnement à partir d'autres lieux de la galaxie d'entrer dans le système solaire.

 

Dans une étude séparée, une équipe de l'Université Stanford en Californie, dit qu'ils ont développé une technique qui pourrait donner l'alerte avant la formation de taches solaires bien avant qu'elles ne deviennent visibles sur la surface du Soleil.

 

Les taches solaires sont des zones d'activité magnétique élevée.

 

Elles sont importantes car ce sont les domaines où les tempêtes solaires ou éjections de masse coronale éclatent.

 

Ilondis Stathis et ses collègues, publiant dans la revue Science, affirment que leurs résultats permettront d'avertir à l'avance des tempêtes solaires et le rayonnement en résultant qui perturbent les communications et le transport sur Terre.

 

Les chercheurs de Stanford ont utilisé une technique appelée héliosismologie, qui est basée sur l'analyse des vibrations sur la surface solaire.

 

L'équipe a découvert que ces signaux acoustiques provoquant les vibrations ont été plus rapides dans les régions où les taches solaires se formaient jusqu'à 65.000 km (40.000 m) de profondeur.

Des taches solaires en résultant apparurent sur la surface entre un et deux jours après que les différences de vibrations aient été détectées.

 

M. Ilondis a déclaré à BBC News: "C'est un avertissement précoce pour l'apparition des taches solaires émergentes Ceci est notre principale conclusion.."

 

«Nous pouvons également prévoir la taille et la puissance des taches solaires. Et si c'est une grande tache,probable de produire certains grands événements météo de l'espace comme certaines fortes éruptions."

 

BBC News

Par Judith Burns,

journaliste scientifique,

http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-14580995

 

Traduction David Jarry @

"2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents