Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Manuel et Ingrid, responsables de graves sinistres au Mexique

Publié par Dav sur 18 Septembre 2013, 17:37pm

Catégories : #Climat

L’Atlantique et le Pacifique ont fourni au Mexique tant d’énergie que deux systèmes dépressionnaires, Manuel et Ingrid, se sont formés de part et d’autre du pays. Quelque 20 des 32 États mexicains ont été arrosés, et le bilan provisoire fait état de plus de 40 morts et 230.000 sinistrés.

 

 

 

 

Ça s’agite dans l’Atlantique. La semaine passée, Humberto, le premier ouragan de la saison voyait le jour. C’est maintenant au tour d’Ingrid de faire parler de lui. Né dans la baie de Campeche (sud du golfe du Mexique), Ingrid a profité des eaux chaudes du golfe pour s’intensifier et devenir un ouragan de catégorie 1, le lundi 16 septembre. Il a d’abord frappé la côte mexicaine au niveau de Matamoros, une ville estuaire du Rio Grande dans le nord du pays, à la frontière des États-Unis. Les rafales de vent enregistrées allaient jusqu’à 170 km/h, et par endroits il a plu jusqu’à 300 mm d’eau.

La côte atlantique du Mexique est parsemée de lagunes et cordons sableux, topographie particulièrement exposée au phénomène de surcote. Des houles cycloniques de quatre mètres ont été enregistrées. Si Ingrid est actuellement redevenu une tempête tropicale, il reste à surveiller. Il perd de plus en plus d’énergie en s’enfonçant dans les terres, mais sa trajectoire vise Monterrey, une ville de plus d’un million d’habitants. Inondations et glissements de terrain sont à craindre, car cette agglomération est construite à flanc du Cerro de la Silla, une impressionnante montagne en forme de selle.

 

Le satellite Aqua a capturé une image infrarouge du développement de la dépression tropicale Manuel et de la tempête tropicale Ingrid, le 13 septembre. Manuel s'est formée le long de la côte ouest du Mexique, tandis qu’Ingrid a vu le jour sur la côte est. Cette image montre de fortes tempêtes et des températures au sommet des nuages très froides, dépassant les -52 °C (en violet).


Le satellite Aqua a capturé une image infrarouge du développement de la dépression tropicale Manuel et de la tempête tropicale Ingrid, le 13 septembre. Manuel s'est formée le long de la côte ouest du Mexique, tandis qu’Ingrid a vu le jour sur la côte est. Cette image montre de fortes tempêtes et des températures au sommet des nuages très froides, dépassant les -52 °C (en violet). © Nasa

 

 

Les États-Unis en subissent aussi les conséquences

 

Le weekend dernier, un autre phénomène cyclonique, nommé Manuel, affectait l’ouest du Mexique. Cette tempête tropicale s’est formée au sud-ouest du pays, et a longé la côte pacifique. Jusqu’à 250 mm de pluie ont déferlé sur Acapulco. De graves inondations se sont produites, et un glissement de terrain à Veracruz a provoqué la mort de 12 personnes. Les événements Ingrid et Manuel réunis ont entraîné la mort de plus de 40 personnes et le déplacement de dizaines de milliers. On compte actuellement 230.000 sinistrés dans tout le pays. Dans 20 des 32 États mexicains, ces deux activités cycloniques ont provoqué des inondations, des glissements de terrain et de violentes crues de cours d'eau.

Manuel a d’abord apporté de violentes pluies dans la région de Manzanillo, deuxième ville mexicaine portuaire du Pacifique, mais il s’est rapidement dissipé lundi. Cette année toutefois, l’activité cyclonique est excédentaire dans cette partie du Pacifique. Les cyclones touchent rarement la côte ouest mexicaine, la dépression adopte en général une trajectoire maritime. Mais cette année, l’État de Basse-Californie a été frappé à plusieurs reprises.

Actuellement, l’ouest et le sud des États-Unis sont durement touchés par des crues exceptionnelles. Les conditions météo désastreuses, que connaît en particulier le Colorado, font suite à l’été extraordinairement chaud et sec. L’air chaud et instable couvre tout l’ouest des États-Unis, et est alimenté en humidité par les dépressions Manuel et Ingrid. Les villes d’El Paso et de Roswell ont connu des pluies diluviennes, où les précipitations, par endroits, équivalaient à six mois de pluie. 

 

Delphine Bossy, Futura-Sciences

NP le nouveau paradigme

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents