Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Nouvelles découvertes sur l'huile d'onagre : arthrite, risques cardiovasculaires et prévention des calculs rénaux

Publié par Dav sur 28 Octobre 2013, 07:13am

Catégories : #Santé

 Nouvelles découvertes sur l'huile d'onagre : arthrite, risques cardiovasculaires et prévention des calculs rénaux 
L'huile d'onagre pour prévenir les risques cardiovasculaires
 
Dermatologue, ancien Chef de Clinique en Endocrinologie-Nutrition, le docteur Paul Dupont est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec une approche scientifique et documentée de la Médecine Naturelle.

 

L'huile d'onagre est connue pour ses bienfaits sur l'eczéma et le syndrome prémenstruel. De nouvelles recherches révèlent d'autres vertus préventives et curatives sur l'arthrite, la prévention des risques cardiovasculaires et les calculs rénaux.

 

L'huile d'onagre est riche en vitamine F et, est très utile car elle est également l'une des plus riche en acide gamma-linolénique (GLA), un acide gras essentiel qui fait partie des acides gras oméga 6 (vitamine F).

Le rôle de l’huile d’onagre peut s’expliquer par le fait que son acide gras (GLA) se transforme dans l’organisme en prostaglandines (PGE 1) qui ont une action hydratante et anti-inflammatoire. Elles diminuent la pression sanguine, favorisent la fluidité du sang et diminuent les risques de thrombose, diminuent la synthèse du cholestérol et protègent le foie. Elles favorisent aussi l’immunité par action sur les lymphocytes.

 

Les autres rôles que l’on attribue à l’huile d’onagre s’expliquent en partie par les PGE1 mais peut-être aussi par d’autres constituants de cette huile : régulation du cycle menstruel, diminution de la prolactine et donc des syndromes prémenstruels, augmentation des sécrétions des muqueuses, des yeux et de la salive.

De nouvelles recherches montrent les nombreuses vertus préventives et curatives de l’huile d’onagre.

 

 

Ce qu’on sait déjà :

 

Eczéma et peau sèche

 

Par son action hydratante, cette huile permet en quelque sorte de restaurer le film lipidique protecteur. L’action porte sur les enzymes qui interviennent dans l’intégration des acides gras essentiels dans la peau. Parallèlement, l’onagre permet de limiter les inflammations. Car, contrairement à l’huile de bourrache qui peut aggraver l’inflammation, l’onagre bloque les phénomènes irritatifs.

 

 

Mastose et syndrome prémenstruel

 

Elle diminue la prolactine hypophysaire. Une hormone liée au stress, à l’hyperémotivité, et qui augmente chez la femme avant les règles. Dans cette indication, l’huile d’onagre peut être prise à la dose de 2 capsules, du 10ème au 28ème jour du cycle. Les études plus récentes font état de l’intérêt d’associer onagre biologique et vitamine E naturelle, cette dernière agissant aussi sur le moral.

 

 

Nouvelles découvertes :

 

Arthrite et Polyarthrite rhumatoïde

 

L’apport en grande quantité de l’acide gras (GLA) que l’on trouve dans l’huile d’onagre peut contribuer à diminuer les symptômes de l’arthrite. Pour cela la dose doit être forte (environ 5 grammes, soit 10 capsules par jour). Cet effet semble comparable à celui de l’huile de krill et il est possible de cumuler les deux huiles.  

Prévention des risques cardiovasculaires et effet antiplaquettaire

Des cures régulières d’huile d’onagre bio seraient intéressantes chez l’homme autant que chez la femme. Une étude récente rend compte de son activité métabolique. Elle participerait en effet à la lutte contre l’agrégation plaquettaire au même titre que l’aspirine, en fluidifiant le sang. Elle est certainement un peu moins efficace que l’huile de krill. Il est possible là aussi d’associer les deux huiles en alternance dans la prévention cardiovasculaire.

 

 

Prévention des calculs rénaux

 

Une étude publiée en décembre 2009 a montré que la prise de 500 mg suffisait à réduire la présence de calcium et d’oxalate urinaire dès la première semaine. Les auteurs conseillent l’huile d’onagre comme préventif des calculs rénaux d’oxalate.

 

 

Mon conseil :

 

BIO-ONAGRE : une huile de première pression extraite à froid, pressée à la saison, filtrée pour éviter les peroxydes mais non raffinée pour ne pas détruire les GLA, et associée à des vitamines E végétales, puis mise en capsule biologique.

 

magazine Femininbio

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents