Lundi 18 juin 2012 1 18 /06 /Juin /2012 18:35
 

Afin de faire face aux pics de demande électrique enregistrés l'été au Japon, le gouvernement a autorisé samedi le redémarrage de deux de ses réacteurs nucléaires. Une décision qui risque de rencontrer l’hostilité de la population, toujours marquée par la catastrophe de Fukushima.

Le gouvernement japonais a donc décidé samedi d'autoriser le redémarrage de deux réacteurs nucléaires, exploités par la société Kansai Electric Power Co à Ohi, à l'ouest du pays, et ce , en dépit de l'opinion défavorable de la population, toujours très inquiète quant aux questions de sécurité. "Il n'y a pas de solution miracle en matière de prévention des catastrophes. Mais, sur la base de ce que nous avons appris de l'accident de Fukushima, les mesures qui devaient être prises d'urgence l'ont été et la sécurité a été considérablement améliorée", tentait de rassurer Yukio Edano, ministre nippon du Commerce et de l'Energie.

"Un feu vert hâtif"

Cette décision rencontre également l'hostilité des associations de défense de l'environnement, comme Greenpeace qui estime que "le feu vert hâtif et dangereux du Premier ministre Noda au redémarrage de la centrale d'Ohi ne tient pas compte de l'avis des experts en matière de sécurité et de l'hostilité de l'opinion: il menace inutilement l'environnement japonais, son peuple et son économie".

Le gouvernement entend toutefois souligner que cette décision ne remet pas en cause la volonté nippone de sortir du nucléaire. Il s'agit d'anticiper au mieux les pics de consommation électrique attendus cet été au Japon et soulager ainsi les entreprises de la région d'Osaka et de Kyoto qui se préparaient à un été très difficile.

Source: © Env2B
Nature Alerte
publi 3-4Vers un nouveau paradigme
20102 et aprés

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Une image me viens, là, tout de suite....ils vont ouvrir les portes de l'enfer !!

Commentaire n°1 posté par lasorciererouge le 18/06/2012 à 22h05

Ce matin je prends le metro (Tokyo), comme d'habitude, mais le métro est glacial : climatiseurs à fond à 5h30 du matin ("ça repart comme avant !" que je me suis dit). C'est vrai qu'il commence à faire chaud ici au Japon. C'est vrai que les gens supportent de plus en plus mal la chaleur. C'est vrai que cela montre autre chose aussi : que les gens ne sont plus naturellement capables de gérer les conditions climatiques, et donc les conditions de chaleurs cette fois, au mieux. C'est un problème économique aussi je pense : il faut que les gens aient l'impression de se sentir bien pour mieux travailler, pour mieux aller travailler. Alors on met les climatiseurs en marche, et... "à fond".


Après Fukushima, l'été dernier, encore sous le choc et avec les problèmes de radiations et tout le tsoin-tsoin ça s'était calmé cette folie des climatiseurs, des lampes partout, toujours allumées, des gaspillages à la "en veux-tu en voilà". Mais pas cette année apparemment.

 

Alors le gouvernement parle de "pics de consommation éléctrique pour l'été"... Vaste blague quand on sait maintenant que c'est possible de limiter les pics de consommation au prix de quelques sacrifices et par des économies d'énergies pas du tout insurmontables ni vraiment gênantes (preuve en a été faite l'année dernière, même si ce fut plus dur pour les comptes des industries, elles, les vraiment "grands consommateurs" d'électricité).

Donc la décision de remettre en marche les centrales nucléaires est une décision politique avant tout, une décision aussi "sociétale" : un choix ultra-libéral comme d'habitude.

 

C'est vrai que le poids des approvisionnements en énergies fossiles (pétrole mais surtout le gaz ici) a bien plombé les comptes du pays en une année (sauf à très court terme (une année effectivement, peut-être jusqu'à é ou 3 ans), ce moyen de l'importation des ressources énergétique n'est effectivement pas vraiment viable économiquement parlant pour un pays comme le Japon, même à moyen terme sans doute). Et la transistion énergétique, si elle ne peut se faire du jour au lendemain, demandera du temps : 5 ans, 10 ans, plus... ? Il y a donc des efforts énormes à faire question gestion et exploitation des énergies. Mais qu'on ne nous argumente pas cette reprise du nucléaire sous prétexte des pics de la consommation estivale. Nous prendrait-on pour des canards sauvages en plastiques ? 

Il suffirait d'éduquer les gens au lieu de les gaver avec un tel faux confort artificiel illusoire, les éduquer pour éviter d'obtenir des corps séparé à jamais de la nature (qui veut qu'en hiver il fasse forid en nos pays et qu'en été il y fasse chaud, bah oui !), et les éduquer encore en prévention et en art de vivre, en art de vivre bien", au lieu de les gaver de tonnes médicaments (car tous vont s'enrhumer dans les frigo-métro ou les frigo-bureaux, ouencore dans les frigo-maisons bien sûr), et arrêter de les duper avec des alibis ainsi plus que douteux... !

Mais ça, c'est une question de choix politiques, et de choix politiques de chacun d'entre nous aussi, n'est-ce pas... (^_^)

Commentaire n°2 posté par Olivier le 19/06/2012 à 02h37

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés