Lundi 18 juin 2012 1 18 /06 /Juin /2012 18:35
 

Afin de faire face aux pics de demande électrique enregistrés l'été au Japon, le gouvernement a autorisé samedi le redémarrage de deux de ses réacteurs nucléaires. Une décision qui risque de rencontrer l’hostilité de la population, toujours marquée par la catastrophe de Fukushima.

Le gouvernement japonais a donc décidé samedi d'autoriser le redémarrage de deux réacteurs nucléaires, exploités par la société Kansai Electric Power Co à Ohi, à l'ouest du pays, et ce , en dépit de l'opinion défavorable de la population, toujours très inquiète quant aux questions de sécurité. "Il n'y a pas de solution miracle en matière de prévention des catastrophes. Mais, sur la base de ce que nous avons appris de l'accident de Fukushima, les mesures qui devaient être prises d'urgence l'ont été et la sécurité a été considérablement améliorée", tentait de rassurer Yukio Edano, ministre nippon du Commerce et de l'Energie.

"Un feu vert hâtif"

Cette décision rencontre également l'hostilité des associations de défense de l'environnement, comme Greenpeace qui estime que "le feu vert hâtif et dangereux du Premier ministre Noda au redémarrage de la centrale d'Ohi ne tient pas compte de l'avis des experts en matière de sécurité et de l'hostilité de l'opinion: il menace inutilement l'environnement japonais, son peuple et son économie".

Le gouvernement entend toutefois souligner que cette décision ne remet pas en cause la volonté nippone de sortir du nucléaire. Il s'agit d'anticiper au mieux les pics de consommation électrique attendus cet été au Japon et soulager ainsi les entreprises de la région d'Osaka et de Kyoto qui se préparaient à un été très difficile.

Source: © Env2B
Nature Alerte
publi 3-4Vers un nouveau paradigme
20102 et aprés

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés