Pacifique : le manteau terrestre nous livre un nouveau secret

Publié le 26 Mars 2012

La structure de la Terre révèle de nouveaux secrets. En de nombreux points du Globe, y compris dans le Pacifique, des ondes sismiques sont ralenties au niveau de la couche nommée discontinuité de Gutenberg ou G. Elle correspondrait en réalité à l’interface lithosphère-asthénosphère et serait composée de magma en fusion. Contrairement à ce que l'on pensait, cette couche n’existe qu’à proximité des volcans.

 

La surface de la Terre est recouverte par des plaques lithosphériques en mouvements. Elles se composent de morceaux de la croûte terrestre, continentale ou océanique, et d’une partie du manteau supérieur. La limite inférieure de cette structure froide et rigide se situe généralement entre 100 et 200 km de profondeur. Au-delà commence l’asthénosphère, une seconde région du manteau relativement chaude et ductile.

 

L’étude de la vitesse de propagation des ondes sismiques est un outil précieux qui est exploité pour caractériser la structure interne de la Terre. Ce paramètre est lié à la densité et à la viscosité des matériaux traversés. Dans les faits, les ondes accélèrent en pénétrant en profondeur dans la lithosphère puis ralentissent brusquement lors de leur passage au sein de l’asthénosphère avant d'accélérer à nouveau. En certains points du Globe, des réductions de vitesse plus importantes que la normale (15 à 30 %) peuvent être observées entre 35 et 120 km de profondeur sous les océans, donnant ainsi naissance à une discontinuité dites de Gutenberg (G). La frontière séparant le manteau inférieur du noyau extérieur porte également ce nom, il ne faut pas confondre ces deux limites !

 

La profondeur de cette discontinuité G coïncide souvent avec la frontière lithosphère-asthénosphère (LAB). Il n’existe cependant pas de preuve directe affirmant qu’elles ne forment qu’une seule et même structure. L’origine de la discontinuité G pose également question car la température ne peut pas expliquer les variations de viscosité et donc de vitesse. Nicholas Schmerr du Goddard Space Flight Center Planetary Geodynamics Laboratory de la Nasa fournit aujourd’hui, dans la revue Science, un nouvel éclairage sur les processus en jeu, grâce à des observations réalisées dans le Pacifique. La discontinuité G marque bien la frontière lithosphère-asthénosphère mais uniquement sous des régions où le volcanisme est important.

 

RTEmagicC PRSchmerrLABLargePic txdam28771 972664
Du magma peut s'accumuler sous la lithosphère à proximité des volcans actifs. Les ondes sismiques provenant de l'étoile (à gauche) sont réfléchies sur cette masse. Elles seront alors perçues par un réseau de sismographes (triangle bleu). L'absence de magma se traduit par un manque de réflexion profonde selon la méthode employée par l'auteur. © Carnegie Institution for Science

Du magma coincé sous la lithosphère, près des volcans

Il est difficile d’étudier la structure précise de la Terre sous l’océan pacifique, surtout au-delà de 100 km de profondeur. Il n’y a en effet pas assez d’îles correctement positionnées sur lesquelles construire des stations d’étude et la pose de sismomètres sur le plancher océanique est difficile et coûteuse. De plus, la superficie à couvrir est énorme. Les cartographies de la discontinuité G présentent donc de nombreuses lacunes pour cette région. Nicholas Schmerr est parvenu à exploiter des ondes sismiques de hautes fréquences, nommées SS, et à développer une nouvelle technique d’analyse pour pallier ces problèmes.

Ses résultats vont permettent de changer certaines croyances concernant la structure de la Terre. La discontinuité G n’est pas une couche homogène recouvrant l’ensemble du Pacifique. Elle n’a été détectée qu’à proximité de lieux présentant un volcanisme récent en surface. Par ailleurs, la profondeur de cette couche augmente proportionnellement à l’âge de la plaque lithosphérique la surplombant. Or, ces dernières s’épaississent avec l’âge, abaissant ainsi la position de la frontière lithosphère-asthénosphère. Conclusion : la LAB et la discontinuité G sont en réalité deux éléments identiques.

Sur base de ces résultats, Nicholas Schmerr émet l’hypothèse suivante : la discontinuité G serait composée de magma en fusion bloqué sous la lithosphère. Ces roches peu visqueuses pourraient avoir deux origines : un phénomène de décompression dans l’asthénosphère (des minéraux chauds se déplacent trop rapidement vers le haut, la pression diminuant, ils se liquéfient) ou la remontée d’un diapir mantellique sous la forme d’un panache.

Cette découverte devra être prise en compte par les chercheurs étudiant le fonctionnant de la tectonique des plaques. Il est difficile maintenant d’affirmer que les plaques glissent sur la discontinuité de G alors que celle-ci n’est pas continue...

 

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences
 
publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"
2012 et aprés

Rédigé par Dav

Publié dans #Changements terrestres

Commenter cet article

nona 26/03/2012


Ils me font rire ces scientifiques. Enfin non, ils me font pleurer.


Tous les dix ans ils changent leurs discours. Ils corrigent leurs précédentes théories et en proposent d'autres. Ils prétendent vouloir annoncer aux gens (nous) le résultat de leurs longues
études et en réalité ils débitent des phrases tellement compliquées que personne ne peut s'y retrouver et donc n'y comprend rien.


Je ne suis pas scientifique du tout mais ce que je sais c'est que la Terre est une "boule" avec des creux , des bosses et des fosses. Que sur cette boule il y a de l'eau dans les fosses et pas
sur les bosses. Les bosses sont les endroits qui émergent : les continents. Il est impossible que des continents dérivent car les continents ne flottent pas puisqu'ils sont le relief de la boule.


Voilà, c'est expliqué avec des mots simples et c'est logique !


La dérive des continents est la preuve que c'est l'esprit des scientifiques qui est à la dérive depuis toujours.


Si les continents donnent l'impression de bouger c'est parce que la Terre grossit comme un balon. Si on dessine des continents sur un balon et qu'on le gonfle; les dessins s'élargiront. Nos chers
(trop chers) scientifiques appellent ça la dérive des continents et je n'ose pas imaginer le prix que leurs études coûtent au contribuable....


Maintenant ils nous parlent en javanais du manteau terestre et nous disent que plus tard .... ils nous en parlerons d'avantage. Ha ce sera en quelle langue cette fois ?


Aller, pour ceux qui s'intéressent à la formation du relief de notre Terre, voici un super lien en français.


http://www.lelivredevie.com/le-cycle-de-la-matiere/la-formation-du-relief.php


Bonne lecture car perso, je me suis régalée !