Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Paris tremble à l'idée d'une crue centenale, la dernière remontant à 1910

Publié par David Jarry - Webmaster sur 24 Janvier 2014, 17:23pm

Catégories : #Climat

Selon un rapport remis à l'OCDE, et publié ce vendredi, une crue centennale de la Seine pourrait affecter cinq millions de personnes en Ile-de-France, à des degrés divers, et provoquer entre 3 et 30 milliards d'euros de dommages - une fourchette plus qu'imprécise, qui vise sans doute à frapper les esprits.

  

 

Ce sont des chiffres qui font un peu froid dans le dos - c'est peut-être leur but : parvenir à une prise de conscience. En cas de crue centennale, c'est-à-dire d'une inondation identique ou supérieure à celle de 1910, jamais égalée, ce sont quelque cinq millions de Franciliens qui seraient touchés, à des degrés divers. Soit la moitié des habitants de la région Ile-de-France...

 

Selon une étude, réalisée par l'Etablissement public Seine Grands Lacs, en charge de la gestion des quatre barrages en amont de paris, et remise ce vendredi à l'OCDE, en cas de crue centennale plus d'1,5 million d'habitants seraient privés de courant ; et 1,3 million d'eau potable.

 

Les transports seraient évidemment problématiques. Transports en commun d'abord : 140 des 250 km de lignes du métro seraient touchés. Les ponts sur la Seine seraient interdits ; impossible donc de passer d'une rive sur l'autre.

3 à 30 milliards de dégâts

 

Et puisque tout est chiffres, l'OCDE a fait ses comptes : les dommages d'une crue centennale ont été estimés de 3 à 30 milliards d'euros pour les dommages directs ; le PIB de la France perdrait de 0,1 à 3 points. Difficile de faire plus large comme fourchette...

Reste que, depuis 1910, le risque d'inondation a tout de même été réduit par des travaux de protection et de construction de barrages. Mais "l'exposition au risque et la vulnérabilité qui en résulte ont été accrues concomitamment par l'urbanisation croissante (...) ainsi que la construction de nombreuses zones d'activités et d'infrastructures critiques (transport, énergie, communication, eau)", pointe le rapport.

Un nouveau barrage ?

Alors, que peut-on améliorer ? Il y a ce projet, qui date d'une dizaine d'années, de construire un cinquième barrage en amont de paris, dans la vallée de La Bassée. le prjet consiste à créer dix bassins de retenue d'eau, capables de stocker de l'eau pompée dans la Seine. Mais ce projet peine à aboutir, à cause de son prix : 500 millions d'euros.

 

 

Sans attendre le rapport, l'Etat a mis en place, le 15 janvier dernier, un comité stratégique, piloté par les préfets de région et de police, pour associer tout le monde à la "culture du risque", selon le mot du secrétaire général de la zone de défense de Paris, Jean-Paul Kihl. 

 

Franceinfo

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Du coup, l'Etablissement public Seine Grands Lacs propose de construire d'abord un seul bassin de retenue pour démontrer l'efficacité du dispositif.

Commenter cet article

gwendal 25/01/2014 00:19


Oui Caroline D, tu as raison: ceux qui font des dons ne savent jamais où ils atterrissent, car l'état n'a que 1 seul "porte-monnaie".


C'est d'ailleurs la constitution qui le dit en interdisant clairement q'une somme d'argent reçue puisse être affectée à une dépense spécifique. Ce qui permet à l'état de faire ce qu'il veut avec
l'argent (le notre d'une façon ou d'une autre...): c'est à dire n'importe quoi


La seule solution pour donner à "une partie" de l'état, en étant à peu près sûr que le don sera affecté à ce qui est demandé ou promis, est le don à ...une commune! Il semble que ce soit la dernière entité administrative qui ait le droit de gérer un don comme elle le veut (exemple: héritage
d'une personne qui choisi de tout donner à sa commune ou celle de sa naissance, avec des consignes d'utilisation a respecter).


Perso, quand mes finances pourront me permettre de donner de l'argent à une commune, ce n'est pas celle dans laquelle j'habite qui recevra mes dons ...car ils seraient "noyés dans la
masse", et finiraient par se transformer en gros diner de gens de pouvoir à l'occasion d'un colloque ou autre chose inutile...


Je ferai des dons régulièrement à des toutes petites communes, car je sais que l'argent sera bien utilisé ...car il sera surveillé et carrément "pris en filature" par les habitants de la
commune!


Pour la 1ère partie de ton commentaire: la peur de frein à une progression des forces de l'ordre en cas de bordel, n'empêchera pas les manifestants d'ériger des barricades ...si une telle
situation voyait le jour. Donc, leur excuse n'a pas de fondement réel: ils veulent juste ne pas dépenser d'argent pour sauver des vies ...ça ne rapporte pas, alors que "paris-plage" doit bien
rapporter un peu (vendeurs de bricoles à coté, et des bulletins de votes aussi).

Caroline.D 24/01/2014 22:27


Ils ne construiront jamais ce barrage car ça fragilise les "courents du contrôle de la sécurité" de Paris en cas de soulèvements et autres. Déjà que Paris est un Gruyère... Ils ne peuvent pas se
le permettre.


 


Maintenant s'agissant des 500 millions d'euros c'est une des plus grosses arnaques qui existe. A chaque fois il y a des gens qui se disent Oh mon Dieu et qui font des dons à la ville de Paris
dans l'espoir que Paris obtienne la somme requise pour enfin le construire.


Et à chaque fois une partie des sous servent à l'entretien des ponts actuels, une autre à la voirie, et une autre à diverses assos si je me souviens bien. Pourquoi ? Parce que quand on vous fait
un don pour un projet qui n'a pas l'aval de la ville ou de l'état, les dons sont considérés à la disponibilité du propriétaire pour de nouveaux projets du même type (pont = ponts par extention
voiries et oeuvres d'art).


Qui veut faire des dons?

Nous sommes sociaux !

Articles récents