Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Peuples d’Europe, c’est maintenant !

Publié par Dav sur 30 Septembre 2012, 17:43pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

 

 

Plusieurs decennies d'acquis sociaux disparaissent sous nos yeux

 

 

Les citoyens, peu à peu, prennent conscience de cette guerre invisible qui va détruire leurs villes et leurs campagnes plus efficacement que des armées. C’est tous les jours que frappent le chômage, les poisons, les abus, les mensonges, le vol, la haine, les crimes, le chaos, le refus de la simple solidarité.

 

Le libéralisme fou a engendré les subprimes, Monsanto, Bigpharma, la censure, la pollution des terres, des airs, des océans, les guerres, la Grèce, Fukushima.

 

 

En Grèce, le chômage atteint 23% de la population et 54%de la population des jeunes !

Jusqu’où aller ?

 

 

Des manifestants disent Non aux politiques d'austérité en Espagne.

Des manifestants disent Non aux politiques d'austérité en Espagne. Photo : PC/Andres Kudacki

 

 

A Madrid, hier soir, le peuple était à nouveau place Neptune.

 

A Lisbonne, la place du parlement était noire de monde.

 

A Varsovie, les Polonais refusent la dictature des banques.

 

A Rome ils sont 30000 à défiler contre les lois d’ austérité.

 

Paris, aujourd’hui 30 septembre,

 

se joint à ces foules, adjurant ce gouvernement, qui se dit de gauche, de renoncer à ce qui sera, dans notre histoire, la plus haute trahison que notre peuple ait jamais subie. La perte de notre indépendance nationale. La moindre mairie ne pouvant budgétiser sans demander l’accord d’une Europe de dirigeants non élus. Pas même pour une crèche. Pas même pour une cantine. La démocratie devenue dictature financière.

 

Les peuples vont-ils subir ? Non. Les enjeux sont trop importants.

 

Il est impossible, quels que soient les moyens employés, aussi violents soient-ils, la violence appelant la violence, que les gouvernements fassent rentrer les peuples dans leur niche.

 

C’est fini. Les maîtres ont joué dans une précipitation sans finesse. Dans une goinfrerie sans mesure tutoyant cet « ubris » qui détruit ce qu’il élève. Face à eux les peuples demandent simplement le droit de vivre et de travailler contre la folie, l’incompétence, la gabegie, l’égoïsme forcené d’une classe qui rêve à sa nuit du 4 août.

 

Français, Grecs, Italiens, Espagnols, Portugais, Britanniques, Polonais et tous les autres, votre glorieuse histoire vous réveille . C’est maintenant qu’il vous faut inventer cette Europe dont on nous dit qu’elle n’existe pas : l’Europe des peuples qui ,elle seule, pourra, par sa détermination, l’un donnant du courage à l’autre, affronter ces pouvoirs colons, aussi impitoyables, aussi avides que les anciens. Mais moins spectaculaires. Leurs armures ne sont faites que de nos faiblesses. De simples mafieux chevauchant des nano-secondes dans une poussière de cocaïne et de destruction. Une illusion. Qu’un bug anéantira.

 

 

Peuples d’Europe, c’est maintenant ! La liberté ou la mort !

 

________________________________________________________________________________________________________

 

Chaos dans la nuit de Madrid

 

 

Une soixantaine de blessés dont un grave. Faudra-t-il des morts pour que les gouvernements Européens comprennent qu’ils sont game over dans l’histoire du monde et des peuples ? Que leur vieille caste a vécu ? Que leur domination n’est qu’une question de mois ? Que cela va arriver. Que la pression qu’ils exercent sur des hommes et des femmes de chair, de sang et d’Histoire au nom de jeux virtuels malsains qui entretiennent leur trésor de guerre est connue pour ce qu’elle est : un hold-up.  Une escroquerie. Une pyramide de Ponzi à l’échelle des Etats. Organisée par les Etats.

 

Hier soir, dans la nuit de Madrid, au cœur d’une ville encore une fois débordante de peuple et de cris, la police chargeait sans ménagement. En direct, sur des sites que se communiquaient les facebookiens, on voyait ce qui n’est certes pas une découverte, les stupides et inutiles violences de baraques policières  face à un peuple encore désarmé. Encore. Violence qui entraînera d’autres violences. On tremble en attendant le coup fatal . Et tous, sur internet,  de se transmettre ces photos de foules immenses qu’on ne verra nulle part, de visages ensanglantés, d’hommes âgés traînés à terre, de femmes étouffées qui vont conduire on ne sait où.

 

Facebook est au coeur de ces luttes. Ceux qui sur Agoravox ou ailleurs critiquent le facebook d’il y a trente ans sont complètement à côté de la plaque. Ils ont raté un train. L’histoire roule sans eux. De nombreux articles critiques, le bug imaginaire d’hier, les mauvais résultats en bourse de facebook montent bien l’inquiétude des maîtres. Ils ont créé un instrument de collégiens mais les collégiens   deviennent des révoltés. Des passionnés d’histoire contemporaine. La décision de faire le siège de l’assemblée Nationale à Madrid et d’exiger la démission du gouvernement, d’obtenir une nouvelle constitution, d’échapper à la tyrannie des banques a été à l’origine une page Facebook. Un rendez-vous facebook.  Facebook est le quartier général de la révolte.  L’estafette des peuples. La fronde de David tourne sur ses pages.

 

On parle d’une grève à l’échelle Européenne. Ce mercredi, la Grèce décrète une grève générale. Il est évident que Lisbonne et Madrid ont donné le ton. Que l’on sent une exaspération qui ne va pas rentrer à la niche. Un désespoir qui porte sans cesse cette question : « Va-t-il falloir se battre pour que vous entendiez raison , pourritures de libéraux ? « Pourriture, le mot n’est pas insultant. Il ne fait que constater l’évolution d’un capitalisme et d’un libéralisme qui ont longtemps porté des promesses de richesses et qui, comme le communisme, lui aussi porteur d’espoir, glissent actuellement vers un monde de goulags. On a eu beau jeu, autrefois, de critiquer les intellectuels qui n’avaient pas vu la déviance du communisme. Actuellement l’histoire recommence et la déviance morbide du libéralisme stalinien, ses tenants aveugles refusent de la reconnaître car c’est leur monde qui va s’effondrer.

 

 

Aujourd’hui encore des rendez-vous sont pris à Madrid.

 

Dimanche ce sera au tour de la France.

 

Cette France de droite, complètement assommée par des années de consommation, de tours, le dimanche, dans des centres commerciaux, explosée à des kilomètres et des kilomètres de son boulot, ayant fait des études qui lui ont donné le dégoût de l’étude. Aveugle. Plus bétail que berger.

 

La  France, c’est la belle au bois dormant qui vit dans un monde qui n’existe plus. A peine réveillée de petits cauchemars : « La vie est chère ». Le dos tourné à la politique si ce n’est pour rêver d’une France aux Français qui est, depuis longtemps, une France aux Américains .

 

Hier Hollande a joué les caniches Atlantistes à l’ONU. Il reconnaît le gouvernement provisoire Syrien qui n’existe pas. Il est très fort. Il serre les dents et les fesses pour faire passer son traité. Le parti ex-socialiste tout entier s’est déshonoré hier en votant pour le soutien mordicus de ce traité Merkel-Sarkozy. Combien ont raison ceux qui font remarquer que ce sont les socialistes qui devraient quitter le gouvernement et non EELV car seuls les socialistes, si l’on s’en tient à leurs promesses, se déjugent dans cette affaire.

 

Mais quelle époque essentielle nous vivons !

Sous le vent d’une immense guerre.

 

 

Ariane Walter extraits..

Agoravox

________________________________________________________________________________________________________

 

Paris: des dizaines de milliers de personnes contre l'Europe de "l'austérité"

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche à Paris pour dire non à l'Europe de "l'austérité", à l'appel d'une soixantaine d'organisations dont le Front de gauche et à deux jours du début de l'examen au Parlement du traité budgétaire européen.

Une manifestante déguisée en bagnard, à Paris le 30 septembre 2012

Au cri de "Résistance", le cortège s'est ébranlé peu après 14H00 de la place de la Nation, derrière une banderole proclamant "Pour une Europe solidaire, non au traité d'austérité", ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les manifestants, au nombre de 80.000 selon le Front de gauche et le syndicat Solidaires, ont convergé peu après 16H00 place d'Italie, le point final de la manifestation.

La préfecture a fait savoir qu'elle ne communiquerait pas de chiffre sur le nombre de participants "conformément à la pratique s'agissant d'une manifestation à l'initiative d'un parti politique".

 

AFP

________________________________________________________________________________________________________

 

Manifestation contre l'austérité à Bruxelles


© belga.

 

Environ 1.500 personnes, selon la police, ont manifesté contre l'austérité et les inégalités, dimanche après-midi, devant le Palais de Justice de Bruxelles. L'initiative émanait de la plate-forme pour le bien-être et contre les inégalités, qui comprend des associations de lutte contre la pauvreté, des syndicats et des mutualités.

 

Les participants ont dénoncé les réformes politiques qui creusent le fossé entre riches et pauvres en temps de crise. Leurs revendications se sont articulées autour de quatre thèmes: création d'emplois durables et de qualité, garantie d'allocations décentes liées au bien-être, octroi de pensions décentes et de droits et services sociaux renforcés et accessibles. Différents stands proposaient des activités ludiques autour des privatisations des biens publics ou encore de la réduction du coût du travail.

"En Belgique, 15% de la population vit avec un risque de pauvreté, c'est beaucoup pour un des pays les plus riches au monde. La réforme des pensions revient à faire des économies sur le dos des pensionnés. Les allocations de chômage seront dégressives à partir du 1er novembre, pour soi-disant remettre les chômeurs au travail. Le gouvernement fédéral entend sortir 380.000 personnes de la pauvreté d'ici 2020 mais ces mesures ne peuvent qu'engendrer davantage de pauvres", a déclaré Peter Heiman du Réseau de lutte contre la pauvreté.

 

7sur7.be

 

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

Commenter cet article

lasorciererouge 10/01/2013 21:49



http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2013/01/leurope-la-mise-en-place-dune-dictature.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/vRGh+(SPREAD+THE+TRUTH)&utm_content=Yahoo!+Mail

lasorciererouge 23/10/2012 22:17


Intervention de Nigel Farage – 18 Octobre 2012 le 23 octobre 2012



dansNigel
Farage


Laisser un
commentaire









Partagez !


 



lasorciererouge 18/10/2012 22:47


Merkel veut que l’UE puisse rejeter le budget d’un pays membre


 


La chancelière Angela Merkel a défendu jeudi 18 octobre l’idée de confier au commissaire européen aux
Affaires économiques un droit de veto sur les budgets nationaux des Etats membres, dans un discours devant le Bundestag.


« Nous pensons, et je le dis au nom de l’ensemble du
gouvernement allemand, que nous pourrions faire un pas en avant en accordant à l’Europe un véritable droit d’ingérence sur les budgets nationaux quand ils ne respectent pas les limites fixées
pour la stabilité et la croissance », a-t-elle déclaré.  »Quand nous aurons un mécanisme capable de déclarer non valide un budget (…), nous serons alors au point où nous aurions
bien sûr besoin de quelqu’un au sein de la commission qui aurait autorité en la matière et il n’y a que le commissaire aux Affaires économiques qui peut faire cela. »


« Je sais que de nombreux Etats membres ne sont pas encore
prêts à cela, malheureusement (…) mais cela ne change rien au fait que nous allons nous battre pour cela », a-t-elle ajouté, très applaudie.


Elle s’en est pris à ceux qui ont immédiatement rejeté cette
idée exprimée récemment par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.


Dans un discours d’une quarantaine de minutes, visant à
présenter les positions allemandes avant le sommet de l’UE qui débute jeudi après-midi, la chancelière a essentiellement répété une vision de la crise financière et de ses solutions déjà exprimée
à plusieurs reprises, insistant sur l’équilibre nécessaire entre discipline et solidarité.


Sources : AFP / Challenges / Le Journal du Siècle

Radomir 01/10/2012 20:20


Le libéralisme fou a engendré la lutte contre les systèmes d'éducation alternatifs, de santé naturelle, la lutte anti sectes (cf. CICNS), le ponctionnement financier pour financer tout cela, et
la pensée unique.

Nous sommes sociaux !

Articles récents